Navigation – Plan du site
La société face au vieillissement

La grandparentalité chez les enfants du baby-boom au Québec : une nouvelle logique des rapports intergénérationnels

Ignace Olazabal et Anne-Caroline Desplanques

Résumé

Les premiers-nés du baby-boom constituent une génération charnière en raison de leur poids démographique, de leur avancement en âge et leur position et leurs responsabilités au sein de la chaîne intergénérationnelle. On a pu observer que les grands-parents québécois de la génération du baby-boom s’impliquent, indépendamment de l’origine ethnoculturelle et de la classe sociale, d’une façon relativement inédite dans le développement de leurs petits-enfants. Il apparaît ainsi utile de comprendre leur situation à l’intérieur de la chaîne générationnelle puisqu’ils semblent observer des rapports familialistes d’un type nouveau. Nous pouvons en effet parler d’un lien électif qui primerait la solidarité mécanique (on choisit comment et dans quelle mesure on s’implique). Cet engagement va à l’encontre des idées véhiculées dans la société contemporaine sur les baby-boomers, tout en nous amenant à « réfléchir aux valeurs qui sous-tendent les choix de nos sociétés » par l’entremise d’une nouvelle éthique des relations intergénérationnelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  V. L. Bengtson, « Beyond the Nuclear Family : The Increasing Importance of Multigenerational Bonds (...)
  • 2  C. Attias-Donfut, « Nouvelle génération de grands-parents et mutations familiales », dans M. Simar (...)

1Alors que les discours publics demeurent fortement marqués par la représentation de la famille nucléaire, considérée en phase de déstructuration accélérée, force est de constater que la morphologie familiale, malgré son abrupte transformation au cours des dernières décennies, continue d’impliquer une famille plus élargie, dont les rapports sont en processus de redéfinition. Étant donnée la transition démographique du dernier siècle, qui se caractérise par l’augmentation de l’espérance de vie et la décroissance de la natalité, les familles comptent moins d’enfants mais plus de générations se côtoient, d’après une structure dite beanpole de la famille1. Les grands-parents, voire les arrière-grands-parents, se multiplient sur les photos de famille. Pourtant, les aïeux sont de grands oubliés de la sociologie de la famille, car « dans les sociétés modernes l’image du grand-parent reste fortement associée à la vieillesse, thème dévalorisé en raison de la minoration historique du vieux2 ». Selon les projections statistiques au Québec, près de la moitié de la population aura 50 ans ou plus en 2051. Cela implique que soient également pris en considération dans les discours publics comme dans la recherche les rapports intergénérationnels entre grands-parents et petits-enfants et entre arrière-grands-parents et arrière-petits-enfants.

  • 3  C. J. Rosenthal et J. Gladstone, Être grand-parent au Canada, Institut Vanier de la famille, <http://www.vifamily.ca/library/cft/grandparenthood_fr.html>.
  • 4  Voir par exemple C. Attias-Donfut et M. Segalen, Le siècle des grands-parents, Paris, Autrement, 2 (...)
  • 5  Institut de la statistique du Québec, Le Québec chiffres en main, 2007.
  • 6  B. Schneider et al., op. cit., p.11.

2Au Canada, une personne sur quatre est grand-parent ou arrière-grand-parent3. Ce papy et mamie-boom, que l’on remarque tant en Amérique du Nord qu’en Europe occidentale, correspond à l’arrivée massive des baby-boomers, souvent en bonne forme physique et toujours actifs, au stade familial de la grand-parentalité4. Étant donné l’accroissement de l’espérance de vie et le poids de la génération qui englobe les premiers-nés du baby-boom, les grands-parents sont plus nombreux que jamais dans l’ensemble du monde occidental. Au Québec, 58,5 % des hommes et 70,7 % des femmes âgés de 55 à 64 ans sont grands-parents5. Ainsi, il n’est plus rare, pour un enfant, de connaître tous ses grands-parents sur une longue durée : « Si au début du XXe siècle on pouvait espérer connaître ses petits-enfants pendant dix ans, vingt exceptionnellement, il est courant de nos jours de demeurer en position de grands-parents plus de trente ou quarante ans6. » En plus d’assurer une présence concrète, ces jeunes grands-parents jouent souvent un rôle significatif dans la vie de leurs petits-enfants par une redéfinition des rapports fondés sur des bases nouvelles, faisant en sorte que les grands-parents soient authentiquement impliqués dans une relation grandparentale. Cette implication volontaire des « nouveaux grands-parents » suscite, ici comme ailleurs, l’intérêt des chercheurs.

  • 7  On se référera à l’excellent ouvrage de V. Gourdon, Histoire des grands-parents, Paris, Perrin, 20 (...)
  • 8  « Par ce mot, on ne désigne pas seulement ni même principalement la baisse de la nuptialité, la mo (...)
  • 9  Statistique Canada, Rapport sur l’état de la population du Canada de 2003 à 2004, catalogue 91-209 (...)
  • 10  I. Théry, art. cité, p.392.

3Or c’est cette même génération des nouveaux grands-parents, issue du baby-boom, qui participe de forme inédite à la remise en question du modèle de la famille bourgeoise, en vigueur à partir de la fin du dix-huitième siècle7, par l’institutionnalisation de nouveaux états civils sanctionnés par le droit. Le « démariage », concept introduit par Irène Théry pour qualifier la banalisation du divorce8, constitue la condition légale permettant le développement de la famille monoparentale, de la famille à deux foyers, de la famille recomposée ou de la vie en solo, autant d’effets, plus ou moins désirés, de cette transformation. Statistique Canada remarque que « la proportion de remariages pour lesquels les deux conjoints avaient précédemment été mariés est à la hausse, ayant atteint 46 % en 2002. Cette évolution est évidemment à mettre en lien avec celle, à la hausse, de la divortialité ainsi qu’avec la présence de générations nombreuses de baby-boomers aux âges où les probabilités de remariage sont les plus fortes9 ». Si, comme il découle de cette tendance, les éclatements et les recompositions au sein de la famille provoquent une multiplication potentielle de grands-parents – dans bien des cas beaucoup plus nombreux que les petits-enfants –, doit-on craindre une perte de repères généalogiques et la dissolution des liens familiaux pour les jeunes générations ? C’est Irène Théry qui postule que « le démariage transforme l’ensemble de la parenté et pose la question en particulier des fondements de la filiation10 ». Si cette interrogation nous apparaît tout à fait pertinente, nous ne croyons pas que ces fondements soient minés au point qu’il faille craindre un effondrement de la structure de l’institution familiale. Malgré des dysfonctionnements remarquables nous pouvons percevoir l’instauration de rapports de type nouveau qui pourraient éventuellement devenir normatifs.

  • 11  M. Charpentier, « Quand la militance ne bat pas en retraite. Femmes aînées, engagement et solidari (...)

4La grandparentalité est ainsi, plus que jamais, devenue une étape fondamentale dans la vie familiale en Occident. L’image que les grands-parents baby-boomers projettent et souhaitent véhiculer est loin d’une vision misérabiliste du vieillissement, privilégiant généralement une vieillesse active et engagée socialement à l’opposé de la « retraite-retrait », comme le dit Michèle Charpentier11. Cette activité se traduit par une participation sociale accrue dans un ensemble de domaines (familial, associatif, communautaire), participation qui s’accompagne d’une volonté d’épanouissement personnel à travers des activités ludiques et éducatives (voyages, sorties culturelles, études universitaires, etc.).

5Cet article s’intéresse plus spécifiquement à l’identité grandparentale des enfants du baby-boom, c’est-à-dire aux représentations sociales et à l’exercice concret de la fonction grandparentale dans le Québec contemporain par les jeunes grands-parents âgés de 65 ans et moins. Nous considérons comme de jeunes grands-parents ces personnes nées entre les années qui précèdent la fin de la guerre et le début des années 1950, soit la première génération du baby-boom. Nous montrerons comment cette fonction sociale est actualisée par les membres de cette génération. Mais au préalable il convient de définir le groupe sociodémographique en question, car ces transformations sont l’œuvre d’un ensemble générationnel aux caractéristiques sociales souvent inédites.

Baby-boom et baby-boomers au Québec

  • 12  F. Ricard, La génération lyrique. Essai sur la vie et l’œuvre des premiers-nés du baby-boom, Montr (...)
  • 13  F. Dumont, « Âges, générations, société de la jeunesse », dans F. Dumont (dir.), Une société des j (...)
  • 14  L. Chauvel, Le destin des générations. Structure sociale et cohortes en France au XXe siècle, Pari (...)
  • 15  C’est Douglas Coupland qui crée et qualifie ce concept dans son roman Generation X: Tales for an A (...)

6Les baby-boomers constituent une classe sociodémographique remarquable par leur grand nombre et par leur présence sur la scène publique. Depuis deux décennies, cet ensemble générationnel est accablé par un certain nombre de stéréotypes. On dira d’eux qu’ils sont égocentrés, à l’aise financièrement, peu préoccupés par les valeurs familialistes, refusant de vieillir, etc. François Ricard, dans le plus célèbre des essais publiés au Québec au sujet des premiers nés du baby-boom, établit un portrait impitoyable de sa propre génération12. Il appelle « génération lyrique » l’ensemble des personnes nées entre les dernières années de la guerre et le début des années 1950, en faisant référence à l’allégorie de Milan Kundera. La génération lyrique aurait fait tabula rasa du passé et reprogrammé le commencement du monde – qui aurait eu lieu dans les années 1960 –, tout en étant peu sensible à la transmission d’un héritage intergénérationnel, ayant versé goulûment dans la société de consommation, suivant un processus d’individuation extrême qui refuse les contraintes normatives auxquelles furent soumis leurs parents. Ces caractéristiques, dépeintes dans ce cas par quelqu’un qui appartient à cette génération, sont couramment admises par les membres des générations postérieures (X, Y). Au milieu des années 1980, Fernand Dumont, conscient d’un destin de génération providentiel pour les personnes de cette classe d’âge (qui sont alors dans la force de l’âge, la quarantaine) parle d’un « système de sécurité » et d’une « stabilité de repères » pour se référer aux conditions sociales sous lesquelles les boomers de la première génération ont grandi13. Or ces analyses minimisent l’importance des structures de classe qui persistent au sein des générations, mais aussi le fait que plusieurs générations que nous dirons sociologiques façonnent l’ensemble du baby-boom démographique. En effet, de nombreux enfants du baby-boom n’ont pas bénéficié des caractéristiques énoncées par Fernand Dumont, ayant été de petits salariés et ne bénéficiant pas d’une couverture sociale enviable au moment de leur retraite. Par ailleurs, le « destin de génération », pour utiliser l’expression de Louis Chauvel14, ne concerne pas de la même façon les membres de la « génération lyrique » que ceux qui naissent à la fin du boom démographique, qui correspondent à la dite « génération X15 ».

  • 16  Voir P. Poutignat et J. Streiff-Fénart, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995, p.155 et suiv.
  • 17  K. Mannheim, Le problème des générations, Paris, Nathan, 1990 [1937].

7Cette mauvaise presse relève d’un processus que les anthropologues ont appelé l’« attribution catégorielle » et qui consiste à faire primer l’identité assignée (ascripted identity) au détriment de l’identité autoattribuée16. Autrement dit, nous nous accordons le pouvoir de nommer l’autre au détriment de l’identité énoncée par le principal intéressé17. Conscient de la problématisation de l’attribution catégorielle, l’anthropologue tend à se pencher sur l’autodéfinition des membres du groupe étudié pour comprendre cette dialectique. Qu’en est-il, au fait, de l’identité autoattribuée par les membres de ladite « génération lyrique » ?

  • 18  Cet aspect de l’identité baby-boomer, c’est-à-dire le problème de l’attribution catégorielle, situ (...)

8Il est important de souligner la nuance entre ces deux concepts que sont « baby-boomers » et « enfants du baby-boom », ce que nous faisons par l’entremise de l’analyse des générations proposée par Mannheim18. Celle-ci établit que des personnes nées au même moment peuvent sentir l’histoire et le changement social de façon très différente. Mannheim utilise ainsi la notion de « situation de génération », qui implique toutes ces personnes nées au même moment, sans tenir compte de leurs caractéristiques sociales (indépendamment de leur « situation de classe », autrement dit). Certains moments de l’histoire portent le souffle du changement, des générations sociales particulièrement remarquables pouvant en émaner (pour le meilleur et pour le pire), c’est ce que Mannheim a appelé des « ensembles générationnels ». Toutes les personnes appartenant à une même situation de génération (nées dans la même période) ne forment pas un ensemble générationnel. Mannheim donne l’exemple de la Prusse du temps de Goethe, Hegel et Beethoven, dans laquelle se développe une génération différente, qu’on dira progressiste, qui contrastait avec la tradition rurale, toujours fortement présente dans la société allemande de l’époque. Or celle-ci se scindera en deux mouvements distincts (le rationalisme libéral et le romantisme conservateur), qui se développeront chacun de leur côté pour tendre, à terme, vers deux idéologies antagonistes (les rationalistes et les romantiques).

  • 19  S. Dufour, D. Fortin et J. Hamel, 1993. « Sociologie d’un conflit de générations : les “ baby boom (...)

9De la même façon, nous pouvons dire que l’ensemble des enfants du baby-boom se retrouvent dans une même situation de génération, tandis que les baby-boomers, une fraction des enfants du baby-boom donc, constitueraient un ensemble générationnel, une génération sociale contrastant avec celle de leurs parents et se distinguant aussi, en bonne mesure, des générations postérieures. Pour Jacques Hamel et ses collègues, « les baby-boomers sont en fait les enfants de l’après-guerre qui ont souscrit au slogan : “ Qui s’instruit s’enrichit.” Il importe donc de distinguer les baby-boomers des enfants du baby-boom. Les baby-boomers constituent donc cette partie du baby-boom qui détient des diplômes universitaires, expressions par excellence de cette modernisation [que connut le Québec dans les années 1960]19. » Mais ces conditions objectives sont-elles suffisantes et exclusives pour fonder une identité autoattribuée ?

  • 20  T. Brokaw, The Greatest Generation, New York, Random House, 1998, ainsi que L. Steinhorn, The Grea (...)

10En fait, nous avons remarqué que ceux qui s’identifient avec cette génération sociale ont le sentiment d’appartenir à une génération dynamique, combative, travailleuse, ayant contribué au changement social, etc., rejoignant ainsi la thèse de Leonard Steinhorn selon laquelle les enfants du baby-boom auraient contribué en Amérique du Nord à améliorer le sort de la planète, par la suppression des barrières raciales et sexuelles, en étant bien plus écologiques et des citoyens plus responsables que les membres de la génération des aînés, ladite Greatest Generation décrite par Tom Brokaw20. Ils se distingueraient ainsi de cette génération dont les membres – aux États-Unis en tout cas – seraient porteurs de valeurs réactionnaires, souscriraient à un système inégalitaire dans lequel règne la suprématie de l’homme blanc (par opposition aux femmes, aux minorités ethno-raciales, aux homosexuels, etc.), et auraient une conscience peu écologiste et des valeurs beaucoup plus religieuses.

11Bien que, du point de vue des références culturelles, il existe sans doute des variations en fonction des classes sociales et de l’origine ethnoculturelle, un consensus s’établit quant à certaines valeurs énoncées. Les références aux années 1960-1970 sont normatives, même si les événements marquants auxquels on se réfère fluctueront avec l’origine ethnique et linguistique. Ainsi, les Québécois, hommes et femmes, d’origine canadienne-française, tout comme deux hommes francophones d’origine italienne, se référeront immanquablement à la Révolution tranquille à laquelle ils ont le sentiment d’avoir participé, alors que les Juifs ashkénazes et les Italo-montréalais anglophones se réfèrent, tout aussi immanquablement, aux événements dramatiques survenus aux États-Unis, tels que les assassinats de John F. Kennedy et de Martin L. King et la guerre du Viêtnam. Toutefois, l’impression partagée d’avoir participé activement au changement social opéré dans ces années serait effectivement fédératrice d’une certaine identité. C’est non seulement le fait d’être né après la guerre mais aussi et surtout le fait d’avoir participé à l’esprit des années 1960 et 1970, marquées par la rupture avec l’ordre établi et par la mobilité socioculturelle ascendante, qui expliquent l’existence d’une certaine culture générationnelle.

  • 21  « Depuis E. Erikson, la générativité est considérée comme la principale tâche développementale de (...)

12Ainsi, quelques femmes interviewées ne se perçoivent pas comme des baby-boomers parce qu’elles étaient mariées et mères de famille très jeunes et ont eu l’impression d’être passées à côté des aspects marquants de l’expérience baby-boomer (la libération sexuelle, la contestation politique, l’accès au marché de l’emploi, etc.). Certes, tous les enfants du baby-boom ne partagent pas les mêmes valeurs, certains pouvant être effectivement égocentrés et peu générativistes21. Ceux que nous avons pu interviewer se perçoivent, pour leur part, comme porteurs du changement social dans la société québécoise depuis la fin des années 1960. Ils disent avoir changé la société en s’accompagnant du vent de liberté ambiant. L’esprit de contestation et de revendication qui caractérise beaucoup de personnes issues du baby-boom s’est traduit plus concrètement par la libération des mœurs (rupture avec la contrainte religieuse, liberté sexuelle et essor du féminisme), le combat national (émancipation du joug anglo-écossais) et un esprit dynamique qui transparaît aussi bien dans la créativité professionnelle que dans la façon d’entrer en relation avec autrui. Voyons maintenant comment, justement, s’établit cette relation nouvelle dans le cas des enfants du baby-boom qui sont des grands-parents de jeunes petits-enfants.

Une image renouvelée de la grandparentalité

13Les enfants du baby-boom, on l’a dit, ont contribué, à travers l’institutionnalisation du démariage et de la recomposition des familles, à une transformation sans précédent de la structure familiale, aussi bien de la famille nucléaire que de la famille élargie. En fait, cette génération s’inscrit de façon nouvelle dans la chaîne générationnelle.

  • 22  A.-M. Guillemard, La retraite, une mort sociale, Paris, Mouton, 1972.
  • 23  On distingue en effet différents temps (psychologique, domestique, parental, éducatif, professionn (...)

14Si les détracteurs de cet ensemble générationnel jugent que les enfants du baby-boom s’intéressent peu à la transmission, trop préoccupés par leur propre personne, nous constatons que loin d’être des acteurs absents, ils sont nombreux à s’inscrire dans un processus générativiste, même si celui-ci s’opérationnalise autrement que chez les générations antérieures. Force est de constater qu’il s’agit d’une « génération sandwich », prise entre l’obligation morale de prodiguer des soins et d’assurer la coordination des services offerts aux parents âgés en « perte d’autonomie » (ou ayant des incapacités), d’une part, et le soutien financier et instrumental dû à leurs enfants, d’autre part. C’est là qu’intervient notamment le rôle grandparental. Si le rapport aux petits-enfants dépasse sans doute le soutien instrumental (ce n’est pas seulement pour dépanner leurs enfants qu’ils développent une relation affective avec leurs petits-enfants), cette relation implique un rapport entre quatre générations, avec des contraintes importantes mais aussi avec une marge de manœuvre considérable. Malgré leur agenda souvent chargé, les membres de cette génération se retrouvent dans une position qui exige un degré de familialisme important dans la mesure où ils sont dans l’obligation de négocier une relation avec quatre générations familiales. Bien sûr, il ne s’agit plus, nous l’avons dit, d’une solidarité mécanique, mais de relations davantage fondées sur des affinités électives. De plus, les responsabilités familiales constituent une part, pas toujours la plus importante, de la participation sociale des personnes de cette classe d’âge (entendant par là l’implication dans la famille, la communauté et la société). Souvent socialement et professionnellement actifs, ces jeunes grands-parents remettent en question la conception canonique de cette étape de la vie. Celle-ci n’est plus synonyme de retrait de la société, mais d’un nouvel engagement personnel, social et familial. Loin des aïeux retraités regardant passer le temps et en situation de « mort sociale », pour utiliser ce concept consacré par Anne-Marie Guillemard22, les grands-parents issus du baby-boom mènent très souvent une vie active qui les force à assumer un ensemble de rôles parfois en concurrence les uns avec les autres, répartissant l’existence en une pluralité de temps sociaux23.

  • 24  B. Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard, 1963.
  • 25  V. Gourdon, Histoire des grands-parents, op. cit. ; « Aux sources de la grand-parentalité gâteau…» (...)

15Les baby-boomers font partie de ce que Attias-Donfut et Segalen ont appelé les « nouveaux grands-parents ». Refusant une relation fondée sur la contrainte sociale, les baby-boomers exercent leur rôle grandparental dégagés de tout esprit d’autorité, s’inscrivant plutôt dans une « relation de plaisanterie » comme celle qu’entretient le géniteur avec son fils dans les sociétés traditionnelles du Pacifique occidental24. Tendres et affectueux, physiquement en forme et dynamiques, ils auraient développé une conception nouvelle de la grandparentalité en étant des « grands-parents gâteau », c’est-à-dire qu’ils fondent leur rôle familial non pas sur la contrainte et l’autorité, mais sur des rapports de plaisanterie (funseeker grandparents) et des relations en tête-à-tête avec leurs petits-enfants, ce qui est rendu possible par le petit nombre de petits-enfants qui échoient aux nouveaux grands-parents. Or, Vincent Gourdon montre que le phénomène de la grandparentalité gâteau n’est pas nouveau, mais que celle-ci existe depuis que la famille bourgeoise, opposée à la famille de l’Ancien Régime, repense dès la fin du dix-huitième siècle la qualité des relations entre ces deux générations, fondées non plus sur la rigueur de l’ordre lignager, mais sur la reconnaissance, l’amour et la dignité25. C’est dire que la grandparentalité gâteau n’est pas une invention contemporaine, mais une tendance en progression depuis plus de deux siècles. Si à l’époque, elle concernait davantage une classe sociale favorisée, elle tendrait de nos jours à dépasser l’appartenance socioéconomique. Quoi qu’il en soit, nous avons remarqué que les personnes interviewées dans le cadre de notre recherche sur les représentations sociales et la pratique de la grandparentalité possèdent cette caractéristique. Au sujet de notre échantillon, soit dit en passant, quelques remarques s’imposent.

  • 26  Les Québécois d’origine italienne comptent pour 11,5 % de la population de la communauté urbaine d (...)

16Nous avons interviewé 34 Québécois, hommes et femmes, âgés de 56 à 64 ans, recrutés dans la région métropolitaine de Montréal entre 2005 et 2007 (une personne habitait à Québec mais était née et avait grandi dans la métropole). Toutes ces personnes étaient nées dans la région métropolitaine de Montréal ou y avaient migré à un très jeune âge. Nous postulions que, comme en Europe et aux États-Unis, les premiers-nés du baby-boom constituent une catégorie socio-identitaire ayant expérimenté une transformation du rôle, de la représentation et de la pratique de la grandparentalité. Nous avons procédé à une ébauche de comparaison entre trois groupes ethnoculturels à Montréal, suivant l’hypothèse, avérée, que l’origine ethnoculturelle a un impact sur le modèle de solidarité familiale. Nous avons ainsi comparé les représentations et l’exercice de la grandparentalité chez les Québécois d’origine canadienne-française et deux groupes ethnoculturels minoritaires : les Québécois d’origine italienne et juive ashkénaze. Ces groupes représentent une part relativement élevée de la population de la province en comparaison avec les autres groupes ethnoculturels issus de l’immigration26.

17Ces grands-parents ont en moyenne 1,9 enfant et 2,2 petits-enfants. Alors qu’environ la moitié étaient toujours mariés avec le même conjoint (16 sur 34), une part importante d’entre eux sont divorcés (9 sur 34), plusieurs étant remariés (5 sur 9), tandis que 4 femmes étaient veuves. En outre, 28 % sont retraités alors que 62,5 % sont encore sur le marché du travail et que 9,5 % sont au foyer. Parmi les personnes interviewées, nous retrouvons passablement plus de femmes (21) que d’hommes (13), et ce, bien que nous ayons tenté d’en recruter un nombre équivalent. La recherche a été annoncée dans divers médias (journaux communautaires, revues professionnelles, radio, bouche à oreille), les femmes ayant été beaucoup plus nombreuses à nous contacter. Ainsi, dix femmes et seulement trois hommes ont répondu à l’annonce faite dans un journal communautaire juif (bien que seulement six femmes et deux hommes possédaient cette caractéristique requise, à savoir celle d’être nés entre 1943 et le début des années 1950). Il semble que les femmes sont plus volontaires que les hommes non seulement au moment d’exprimer leur expérience grandparentale mais aussi lorsqu’il s’agit d’organiser ou d’établir les contacts intergénérationnels.

18Notre échantillon reflète l’état sociodémographique diversifié, montrant du coup que les représentations sociales des boomers sont marquées par des repères communs (sur le plan de l’éducation, des événements politiques vécus, de la connaissance de l’État providence, etc.). Les personnes interviewées appartiennent aux différentes classes socioéconomiques, les uns possédant les caractéristiques sociales des baby-boomers (éducation universitaire, ayant bénéficié de la stabilité de repères et du système de sécurité dont parlait Fernand Dumont), les autres, de condition plus modeste, sans diplômes supérieurs et vivant avec une pension ou un salaire modeste dans un quartier populaire.

L’exercice contemporain de la grandparentalité

  • 27  V. Caradec, Vieillir après la retraite. Approche sociologique de la vieillesse, Paris, PUF, 2004, (...)
  • 28  M. Charpentier, op. cit., p.110.

19L’exercice contemporain de la grandparentalité se déroule selon une tension entre le désir de s’impliquer et les limites qui sont imposées par leurs enfants, mais aussi par eux-mêmes, dans un cadre d’horaires chargés de part et d’autre. Différents facteurs déterminent le degré d’implication grandparentale. On peut ainsi distinguer le grand-parent « multiactif » (qui répartit son existence entre les divers temps sociaux) et le « familiocentré » (ayant moins le désir de se consacrer aux autres temps sociaux que celui de la famille). Le premier est encore sur le marché du travail ou fait du bénévolat, inscrit dans une vie associative active et consacrant plusieurs heures par semaine à ses petits-enfants ou à ses vieux parents en perte d’autonomie. C’est le modèle type du « nouveau » grand-parent auquel répondent la majorité des personnes rencontrées. Le familiocentré est retraité (ou femme au foyer) et consacre la majeure partie de son temps social à sa famille. Souvent, il garde ses petits-enfants quelques jours par semaine et se réserve quelques jours pour lui. Les grands-mères d’origine italienne semblent souscrire plus facilement à ce modèle plus traditionnel de l’aïeul alors que celles d’origine canadienne-française ou juive ashkénaze sont plus « multiactives », bien que notre échantillonnage soit trop restreint pour indiquer une tendance générale. Quant aux grands-pères, ils voient pour la plupart leur rôle d’aïeul comme une seconde chance, une sphère où investir le temps qu’ils n’ont pu consacrer à leurs enfants à cause du travail ; pour le dire dans les termes de Vincent Caradec, « certains hommes investissent le rôle de grand-père sur le mode de la compensation par rapport au rôle paternel qu’ils ont le sentiment d’avoir négligé27 ». Mais être l’un ou l’autre semble davantage relever du statut social et du genre que de l’origine ethnoculturelle. Les hommes moins à l’aise financièrement et qui auront occupé un emploi manuel pourront tendre davantage vers le modèle familiocentré. Leur retraite, qu’elle soit à l’état de projet ou déjà en cours, est conçue comme un soulagement qui leur permet de se consacrer à leur foyer et à leurs petits-enfants, alors que, chez les mieux nantis et les plus éduqués, il y a une volonté de maintenir une participation sociale plus ouverte, suivant des temps sociaux plus amplement répartis. Pour leur part, les femmes âgées entre 55 et 64 ans se distingueraient, notamment en termes d’engagement, des femmes âgées de plus de 65 ans, qui semblent s’engager sans réellement se donner la possibilité de choisir28. En somme, pour reprendre l’expression de Schneider, Mietkiewicz et Bouyer, aujourd’hui, « les grands-parents sont pluriels ».

  • 29  C. Attias-Donfut et M. Segalen, op. cit., p.19.

20Volontaires, la plupart des grands-parents rencontrés suscitent la rencontre avec leurs petits-enfants sans que leurs enfants ne les sollicitent. C’est que, malgré leurs activités multiples, ils tiennent à donner le temps au temps, à consacrer à leurs petits-enfants le temps, souvent un temps de qualité, que leurs parents, surchargés, n’ont pas toujours. À la question qu’est-ce qui constitue un exercice moderne de la grand-parentalité, un grand-père dira : « Le grand-père moderne, je pense, c’est celui qui prend du temps. Il n’y a plus personne qui prend le temps, tout le monde court parce qu’on a des urgences, tout le temps. Le grand-père moderne, ça serait celui qui dirait : moi, j’ai trop d’urgences, mais il y a deux ou trois petites choses que je trouve importantes, comme regarder les écureuils quand il fait beau […]. Et j’essaie de faire ça aussi avec Marie et Maxime. J’ai du temps, même si l’horaire est chargé. Ces valeurs-là, qui sont de vieilles valeurs qui ont toujours été là, sont un peu mises de côté parce qu’il y a une espèce de frénésie de la production, de la rentabilité, du sérieux, de l’efficacité. » On aurait ainsi atteint, comme l’écrivent Claudine Attias-Donfut et Martine Segalen, « un nouvel âge, celui des seniors, dynamiques, en bonne santé économique et physique. [Les] grands-parents baby-boomers se distinguent des générations précédentes par un engagement plus massif, si on en juge au temps et à l’argent qu’ils consacrent à leurs petits-enfants. Devenus indépendants, tant sur le plan de leur existence que de leur résidence, ils incarnent en même temps l’avènement de nouveaux liens entre générations, plus forts que jamais29

  • 30  B. Schneider, M.-C. Mietkiewicz et S. Bouyer, op. cit., p.13.

21Notons cependant que, malgré une présence bien affirmée, la majorité des grands-parents d’origine canadienne-française et juive ashkénaze interviewés ne font pas partie du quotidien de leurs petits-enfants (contrairement à trois des quatre femmes et l’un des trois hommes d’origine italienne). Ils entretiennent davantage une relation événementielle avec eux dans la mesure où les rencontres sont planifiées et sujettes à l’organisation d’activités spéciales. Nadine, grand-mère, explique que, pour ses petits-enfants résidant à proximité, elle est une grand-mère « dont on se sert tous les jours » mais que, pour d’autres, la distance et les horaires chargés font qu’elle essaie davantage « d’être témoin de leurs événements ». Encore sur le marché du travail, Lucie explique : « J’essaie de planifier les journées pédagogiques pour pouvoir aller les voir. C’est souvent les vendredis ou les lundis. J’aime ça. Je m’en occupe, je fais les repas. Puis la semaine qui précède, je prévois toujours une petite activité, de nouveaux jeux ou une petite sortie, quelque chose de spécial. » Les résultats de notre recherche rejoignent ainsi, encore une fois, les observations de Schneider, Mietkiewicz et Bouyer en France lorsqu’ils affirment que « les activités réalisées en famille sont transformées. On effectuait naguère les actes de la vie quotidienne ensemble ; on organise aujourd’hui des activités centrées sur la rencontre30

22Roselyn, une grand-mère d’origine juive ashkénaze, remarque la différence avec la génération précédente de grands-parents lorsqu’elle dit, au sujet de sa relation avec ses petits-enfants : « Je ne leur montrerai pas à faire de la couture, du tricot ou la cuisine. Je les amènerai plutôt faire des sorties, au cinéma. Je participerai à des jeux avec eux. C’est là, je crois, que notre génération est rendue. » C’est que, faut-il le préciser, les parents ne voient généralement pas d’un bon œil qu’ils assument un rôle d’éducateur ou un rôle disciplinaire, un rôle qui leur revient d’abord, sinon exclusivement. Selon les parents, les grands-parents doivent essentiellement offrir des activités de nature ludique. La plupart des grands-parents partagent cette vision : ils mettent également l’accent sur le caractère ludique de leurs relations avec leurs petits-enfants, comme le souligne cette autre grand-mère : « On essaie beaucoup aussi de faire plein de choses. […] On va se promener sur le mont Royal quand il fait beau. Puis on se promène avec les deux filles. Puis en tout cas, c’est très agréable. Le dimanche je suis allée avec la plus vieille, j’avais acheté des billets pour une petite pièce de théâtre de marionnettes. Pour moi mon rôle, c’est que je m’amuse avec elles. Vous devriez voir quand elles viennent ici : “ Bye bye papa, bye bye maman.” Puis le sourire jusque-là, elles sont gâtées. »

  • 31  Certains auteurs utiliseront plutôt le terme de « médiateur ». Voir E. Buchbinder, A. Lowenstein e (...)
  • 32  L’expression est de Martine Segalen (« Enquêter sur la grand-parentalité », Anthropologie et socié (...)

23Or si, effectivement, on observe une plus grande intensité du lien entre grands-parents et petits-enfants, celui-ci pourrait perdre en spontanéité. Il est de plus en plus négocié et, dans le cadre de cette négociation, les enfants jouent un rôle de « sentinelle31 ». Ce rôle, largement accepté par l’ensemble des protagonistes, leur permet de maintenir la « bonne distance32 » entre grands-parents et petits-enfants alors que la relation apparaît de plus en plus malléable et de moins en moins normée. Cette bonne distance a deux composantes majeures. Les enfants exercent d’abord un certain contrôle sur la fréquence des contacts. Certains parents tentent d’éviter que les grands-parents investissent trop la relation. D’autres, au contraire, favorisent les contacts et cherchent à intensifier la relation. Un grand-père qui garde occasionnellement sa petite-fille mais qui partage toujours le repas du dimanche soir en compagnie de sa fille, son gendre et sa petite-fille dira : « Et ils font tout pour nous aider à développer notre relation. Je le vois. Et ils font toute la place. Et pas de façon opportuniste, par exemple pour que je garde Blanche. Ce n’est comme pas du tout ça. Et même, c’est rare qu’ils me demandent, et ils me demandent ça sur le bout des lèvres parce qu’ils savent que je suis quand même occupé. » Toutefois, les grands-parents d’origine canadienne-française affirment souvent haut et clair le désir d’être libres, non asservis à la fonction sociale. Une grand-mère et un grand-père soulignent respectivement : « J’adore les enfants, mais je ne voudrais pas les garder cinq jours semaine. Tu sais, c’est important pour moi que je maintienne une vie avec les adultes, avec des gens de mon âge, une vie sociale, intellectuelle et communautaire » ; « Moi je ne veux pas avoir de calendrier de gardiennage. Il n’est pas question de ça. Non, moi, je suis à la retraite. Je n’ai plus de boss et je n’en veux pas. Je ne veux pas non plus avoir de poinçon. Je vais dépanner. Moi j’ai des besoins, j’ai des priorités. » En somme, si les enfants exercent un rôle de médiateurs entre les grands-parents et les petits-enfants, les grands-parents se constituent aussi en maîtres de leur destinée en ne souhaitant pas une implication excessive au sein de la parenté, afin de pouvoir se consacrer à d’autres activités dans le cadre d’une participation sociale épanouie.

24La grandparentalité est un rôle social joué de façon relativement inédite par les enfants du baby-boom. Le type d’implication est nouveau dans la mesure où elle suppose davantage de rencontres en tête-à-tête avec les petits-enfants alors que dans le passé la relation tendait à passer par la présence des enfants. Cette relation est nouvelle, autrement dit, parce qu’elle se fonde plutôt sur des affinités électives que sur une solidarité mécanique. Les grands-parents du baby-boom interviewés tendent à remplir leur rôle avec un enthousiasme renouvelé, mais l’exercice grandparental se fait, en règle générale, dans un accord négocié entre trois générations afin que soit maintenue une « bonne distance ». Il ressort clairement, en tout cas, que les grands-parents contemporains acceptent de jouer un rôle de soutien mais refusent généralement toute contrainte excessive comme pourrait l’être le gardiennage au quotidien, alors que leurs enfants exigent qu’ils ne jouent pas un rôle d’éducateurs, ce qui demeure leur chasse gardée. Aussi, l’implication des enfants du baby-boom au sein de la famille se déroule parallèlement à d’autres activités (associationnisme, bénévolat, travail, développement personnel, etc.), dans le cadre d’une participation sociale plus riche que par le passé. Cette tendance nous pouvons l’observer assez clairement chez les Québécois d’origine canadienne française, alors que chez les familles juives anglophones la distance géographique entre les générations familiales pose la contrainte contraire. C’est que les grands-parents juifs manifestent souvent le désir de voir davantage leurs petits-enfants, mais demeurent contraints par la distance, devant faire appel à la technologie (internet, webcam) et à l’obligation de faire de longs déplacements pour aller à leur rencontre. Quant aux grands-parents d’origine italienne, les femmes surtout, ils tendraient à exercer leur rôle de façon plus traditionnelle, en assurant notamment un gardiennage assidu de leurs petits-enfants.

  • 33  J.-P. Lavoie, N. Guberman et I. Olazabal, « Une vieillesse en transition. Les solidarités intergén (...)

25Cela nous amène, pour conclure, à revenir sur l’inquiétude d’Irène Théry, à savoir que les fondements de la filiation seraient menacés par la déstructuration des liens familiaux et notamment par le démariage. C’est Vern Bengtson qui postule que la famille dite beanpole suggère un nouveau type de solidarité parentale, impliquant davantage de générations mais moins d’individus. Nous avons effectivement constaté à travers nos entrevues que les enfants du baby-boom ne sont généralement pas centrés de façon exclusive sur la vie familiale. Cela ne veut pas dire pour autant que l’on ne s’occupe pas des vieux parents avec des incapacités. Les femmes, et, dans une moindre proportion, les hommes, développent une identité d’aidants faite de revendication, d’obligation morale et de refus, suivant un sentiment dans lequel l’ambivalence prime (je prends soin de ma mère, mais je ne suis pas d’accord avec le fait que l’aide aux activités instrumentales de la vie quotidienne me soit imposé par l’absence de ressources publiques). Parallèlement, l’exercice de la grandparentalité est quantifié dans le temps, mais afin d’assurer un espace de qualité relationnelle, ce qui pourrait contredire l’assertion voulant que cet exercice soit essentiellement instrumental. Qu’une telle façon de faire diminue la spontanéité des rapports sociaux entre membres de la parenté ne signifie pas non plus pour autant un amenuisement relationnel pouvant éventuellement impliquer une dissolution, à terme, des liens de parenté. Ceux-ci sont tissés différemment, en accord avec la modernité liquide. On peut raisonnablement prévoir que ce type de relation sera en vogue dans les prochaines décennies, bien qu’il ne soit pas possible de prédire quelle en sera l’intensité et sa valeur heuristique33.

Haut de page

Notes

1  V. L. Bengtson, « Beyond the Nuclear Family : The Increasing Importance of Multigenerational Bonds », Journal of Marriage and Family, vol. 63, no 1, février 2001, p.1-16.

2  C. Attias-Donfut, « Nouvelle génération de grands-parents et mutations familiales », dans M. Simard et J. Alary, Comprendre la famille : actes du 5e symposium québécois de recherche sur la famille, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec, 2000, p.12.

3  C. J. Rosenthal et J. Gladstone, Être grand-parent au Canada, Institut Vanier de la famille, <http://www.vifamily.ca/library/cft/grandparenthood_fr.html>.

4  Voir par exemple C. Attias-Donfut et M. Segalen, Le siècle des grands-parents, Paris, Autrement, 2001 ; C. Attias-Donfut, « Nouvelle génération de grands-parents et mutations familiales », art. cité ; B. Schneider, M.-C. Mietkiewicz et S. Bouyer (dir.), Grands-parents et grands-parentalités, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2005 ; É. Donfu, Oh mamie-boom, Paris, Jacob-Duvernet, 2007 ; M.-T. Casman et C. Jamin, Des liens avec des fils d’argent. L’importance des relations avec les grands-parents, Tournai, Labor, 2006 ; A. Hoff, Functional Solidarity between Grandparents and Grandchildren in Germany, Oxford, Oxford Institute of Ageing Working papers, 2007.

5  Institut de la statistique du Québec, Le Québec chiffres en main, 2007.

6  B. Schneider et al., op. cit., p.11.

7  On se référera à l’excellent ouvrage de V. Gourdon, Histoire des grands-parents, Paris, Perrin, 2001. Voir aussi, du même auteur, « Aux sources de la grand-parentalité gâteau (XVIIIe et XIXe siècles). Deux siècles de représentation politique et sociale des grands-parents », Recherches et prévisions, no 71, 2003, p.63-74.

8  « Par ce mot, on ne désigne pas seulement ni même principalement la baisse de la nuptialité, la montée des unions libres et des divorces, mais un bouleversement du mariage lui-même comme institution : se marier, ne pas se marier, se démarier est devenu une question de conscience personnelle […] » (I. Théry, « Individu, parenté et droits de l’homme. Pour une sociologie des débats éthiques sur la famille », dans F. R. Ouellette, R. Joyal et R. Hurtubise (dir.), Familles en mouvance. Quels enjeux éthiques ?, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 2005, p.391-392.

9  Statistique Canada, Rapport sur l’état de la population du Canada de 2003 à 2004, catalogue 91-209-XIF, 2006, p.62.

10  I. Théry, art. cité, p.392.

11  M. Charpentier, « Quand la militance ne bat pas en retraite. Femmes aînées, engagement et solidarité », dans M. Charpentier et A. Quéniart (dir.) Pas de retraite pour l’engagement citoyen, Québec, Presses de l’université du Québec, 2007, p.105.

12  F. Ricard, La génération lyrique. Essai sur la vie et l’œuvre des premiers-nés du baby-boom, Montréal, Boréal, 1992.

13  F. Dumont, « Âges, générations, société de la jeunesse », dans F. Dumont (dir.), Une société des jeunes ?, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1986, p.15-28.

14  L. Chauvel, Le destin des générations. Structure sociale et cohortes en France au XXe siècle, Paris, PUF, 1998.

15  C’est Douglas Coupland qui crée et qualifie ce concept dans son roman Generation X: Tales for an Accelerated Culture, New York, St. Martin’s Press, 1991.

16  Voir P. Poutignat et J. Streiff-Fénart, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995, p.155 et suiv.

17  K. Mannheim, Le problème des générations, Paris, Nathan, 1990 [1937].

18  Cet aspect de l’identité baby-boomer, c’est-à-dire le problème de l’attribution catégorielle, située entre l’identité assignée et celle autoattribuée, a déjà été traité dans I. Olazabal et L. Blein, « Être ou ne pas être un baby-boomer. Identité assignée et identité autoattribuée », dans I. Olazabal (dir.), Que sont les baby-boomers devenus ?, Québec, Nota bene (à paraître). Les données proviennent de deux recherches dans lesquelles nous demandions, entre autres, aux personnes interviewées comment elles concevaient l’identité de baby-boomer. Voir Grandparentalité et représentations sociales du soutien intergénérationnel chez les baby-boomers issus de trois groupes ethnoculturels au Québec, subvention ordinaire de recherche, Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), 2005-2008, et Les baby-boomers comme personnes aidantes. Une nouvelle réalité, un nouveau défi pour le système de santé, subvention ordinaire de recherche, Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), 2005-2008.

19  S. Dufour, D. Fortin et J. Hamel, 1993. « Sociologie d’un conflit de générations : les “ baby boomers ” et les “ baby busters ”», Revue internationale d’études canadiennes, numéro hors série, hiver 1993, p.12.

20  T. Brokaw, The Greatest Generation, New York, Random House, 1998, ainsi que L. Steinhorn, The Greater Generation. In Defense of the Baby Boom Legacy, New York, St. Martin’s Press, 2006. Voir aussi I. Olazabal et L. Blein, art. cité.

21  « Depuis E. Erikson, la générativité est considérée comme la principale tâche développementale de la vieillesse. La générativité désigne aussi bien la transmission d’expériences aux jeunes générations qu’un engagement productif en faveur des jeunes générations. La générativité consiste notamment à se préoccuper des générations futures, mais aussi à intégrer ce qui est nouveau dans ce qui est ancien, et inversement » (F. Höpflinger, <www.socialinfo.ch/cgi-bin/dicoposso/show. cfm?id=379>).

22  A.-M. Guillemard, La retraite, une mort sociale, Paris, Mouton, 1972.

23  On distingue en effet différents temps (psychologique, domestique, parental, éducatif, professionnel, personnel, etc.) pour saisir le concept de temporalité et la concurrence des temps. Voir B. Le Bihan, C. Martin et J. Charbonneau, « Présentation », Lien social et politiques, no 54 (« Temporalité. Le temps : un enjeu social et politique »), 2005, p.5-10. Voir aussi I. Olazabal et A.-C. Desplanques, « Temps sociaux et relations grands-parentales chez les baby-boomers Québécois », dans L. Charton et J. J. Lévy (dir.), Temps biologique et temps social, Québec, Presses de l’université du Québec (à paraître).

24  B. Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard, 1963.

25  V. Gourdon, Histoire des grands-parents, op. cit. ; « Aux sources de la grand-parentalité gâteau…», art. cité.

26  Les Québécois d’origine italienne comptent pour 11,5 % de la population de la communauté urbaine de Montréal – ce qui en fait le principal groupe ethnique minoritaire au Québec (Institut de la statistique du Québec, 2001). Pour sa part, la communauté juive de Montréal est la deuxième plus importante au Canada et représente 2,8 % de la population de la ville (voir C. Shahar, Census Analysis Series, The Jewish Community of Montreal. Basic Demographics, Montréal, Fédération CJA, 2003).

27  V. Caradec, Vieillir après la retraite. Approche sociologique de la vieillesse, Paris, PUF, 2004, p.39.

28  M. Charpentier, op. cit., p.110.

29  C. Attias-Donfut et M. Segalen, op. cit., p.19.

30  B. Schneider, M.-C. Mietkiewicz et S. Bouyer, op. cit., p.13.

31  Certains auteurs utiliseront plutôt le terme de « médiateur ». Voir E. Buchbinder, A. Lowenstein et P. Werner, « Mediation Across Generations : A Tri-generational Perspective », Journal of Ageing Studies, vol. 19, 2005, p.489-502, tout comme J. Oppelaar et P. A. Dykstra, « Contacts between Grandparents and Grandchildren », The Netherlands Journal of Social Sciences, vol. 40, 2004, p.91-113.

32  L’expression est de Martine Segalen (« Enquêter sur la grand-parentalité », Anthropologie et sociétés, vol. 24, 2000, p.75-91).

33  J.-P. Lavoie, N. Guberman et I. Olazabal, « Une vieillesse en transition. Les solidarités intergénérationnelles en 2020 », dans G. Pronovost (dir.), La famille à l’horizon 2020. Actes du 9e symposium du Conseil de développement de la recherche sur la famille du Québec, Québec, Presses de l’université du Québec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ignace Olazabal et Anne-Caroline Desplanques , « La grandparentalité chez les enfants du baby-boom au Québec : une nouvelle logique des rapports intergénérationnels », Éthique publique [En ligne], vol. 10, n° 2 | 2008, mis en ligne le 09 janvier 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1482 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1482

Haut de page

Auteurs

Ignace Olazabal

Ignace Olazabal est chercheur au centre de recherche et d’expertise en gérontologie sociale, au csss Cavendish et professeur associé à l’école de travail social de l’université du Québec à Montréal.

Anne-Caroline Desplanques

Anne-Caroline Desplanques est recherchiste à la radio de Radio-Canada.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org