Navigation – Plan du site
La société face au vieillissement

Le programme Villes amies des aînés de l’Organisation mondiale de la santé : une occasion de reconnaissance pour les aînés

Suzanne Garon , Marie Beaulieu et Anne Veil

Résumé

Cet article traite de la reconnaissance des aînés par le biais d’une présentation réflexive sur le programme Villes amies des aînés de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). On y rappelle d’abord la problématique et le cadre conceptuel du programme, puis on souligne la pertinence du cadre théorique se référant au concept de reconnaissance sociale présent dans l’œuvre de Axel Honneth.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Statistique Canada, Portrait de la population canadienne en 2006 selon l’âge et le sexe. Recenseme (...)
  • 2  Statistique Canada, Un portrait des aînés au Canada, no 89-519, 2006, p.20, <www.statcan.gc.ca>.

1Dans le contexte actuel de vieillissement de la population, on se soucie de plus en plus d’atteindre les gens dans leurs milieux de vie. Les chiffres sont là pour nous le rappeler, la démographie mondiale se transforme d’une façon inédite. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) fait état de deux phénomènes concomitants à l’échelle mondiale, celui du vieillissement de la population et celui de l’urbanisation. Le Canada n’y échappe pas, le pourcentage de Canadiens vivant en centres urbains est passé de 57,8 % en 1981 à 64,6 % en 2001, tandis que celui des habitants des petites villes et des régions rurales a diminué. Quant au vieillissement, ce sont les faibles taux de fécondité, l’allongement de l’espérance de vie et les effets de la génération du baby-boom qui y contribuent le plus. En effet, entre 1981 et 2005, le nombre d’aînés au Canada est passé de 2,4 millions à 4,2 millions et leur part dans l’ensemble de la population est passée de 9,6 % à 13,1 %1. Les citoyens âgés ne constituent donc plus un groupe marginal. Le recensement de 2006 a révélé que le Québec compte plus d’un million de personnes âgées de 65 ans et plus, représentant 14,3 % de la population de la province, soit un Québécois sur sept. D’autre part, l’espérance de vie au Québec a rattrapé la moyenne du Canada au moment où la fécondité diminuait, ce qui a eu comme conséquence un vieillissement rapide de la population2. Selon les données de l’OMS, le nombre de personnes de 60 ans et plus au niveau mondial passera de 11 %, en 2006, à 22 % de la population mondiale, en 2050.

  • 3  Ibid.

2Au Canada, l’espace rural constitue le milieu de vie de 22,6 % des aînés3, ce qui n’est pas négligeable. Les caractéristiques du milieu rural diffèrent beaucoup de celles des villes, tant aux niveaux social et économique que géographique. Ces caractéristiques ont une influence sur le mode de vie et sur les moyens d’accéder aux ressources, notamment lorsqu’il s’agit de santé et de services sociaux spécialisés. Souvent, pour le soutien à domicile, l’éloignement des villes constitue une difficulté supplémentaire pour assurer le service et pour l’offrir à la fréquence nécessaire. Le désir des aînés de rester chez soi, à proximité de la famille et des amis, afin de pouvoir participer à la vie du milieu, rencontre des obstacles. Par exemple, les déplacements à l’extérieur de leur village sont souvent problématiques, surtout durant la saison hivernale qui contribue encore davantage à l’isolement des zones éloignées. Les enjeux dont il faut tenir compte pour une communauté rurale « amie des aînés » sont donc différents de ceux des villes.

  • 4  Ressources humaines et développement social Canada, L’incapacité au Canada : un profil en 2001 (EP (...)

3Même si une majorité de personnes aînées vivant chez elles sont en bonne santé, le simple fait d’avancer en âge les rend plus vulnérables aux maladies chroniques et aux incapacités physiques et mentales. On sait qu’au Canada le taux d’incapacité passe de 31 % chez les personnes de 65 à 74 ans à 53 % chez celles qui ont plus de 75 ans4. Le fait d’adopter un mode de vie actif ralentit la perte d’autonomie, d’où l’intérêt de fournir des occasions attrayantes d’activités diversifiées aux aînés.

  • 5  A. Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, 2002 ; A. Honneth, La société du mépris. (...)

4Cet article traite de la reconnaissance des aînés à partir d’une réflexion sur le programme Villes amies des aînés de l’OMS. Nous allons d’abord présenter la problématique et le cadre conceptuel de ce programme en nous appuyant plus particulièrement sur les résultats d’une recherche effectuée en 2006-2007 à Sherbrooke, ainsi que dans trente-deux autres villes de vingt-deux pays. Les retombées de cette étude internationale ont été la mise en œuvre d’un guide mondial dont l’intention est d’aider les municipalités à adapter les services offerts aux aînés. Nous n’aborderons ici que l’un des huit thèmes centraux du programme, celui de la participation sociale des aînés comme manière d’exercer leur pouvoir et d’acquérir de la reconnaissance sociale. Dans un deuxième temps, nous ferons état de la pertinence du concept de reconnaissance sociale de Honneth pour comprendre les difficultés vécues par les aînés dans cette quête5. Il s’agira de démontrer le rôle essentiel de l’espace public dans les représentations sociales relatives aux aînés ainsi que dans l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, que certains auteurs désignent comme étant l’âgisme intégré.

Villes amies des aînés

5En 2005, l’OMS lançait un vaste projet international sur l’identification des balises de développement des communautés à l’égard de leur adaptation au vieillissement des populations. En 2006-2007, trente-trois villes (dont Sherbrooke) dans vingt-deux pays s’engageaient dans une démarche d’identification des besoins des aînés vivant en milieu urbain en les impliquant eux-mêmes, ainsi que ceux et celles qui leur offrent du soutien (proches aidants) et des services (fournisseurs). Plus tard, un projet de recherche inspiré des mêmes valeurs mais portant cette fois sur les communautés rurales du Canada a été entrepris grâce à un financement des Instituts de recherche en santé du Canada (groupe de travail sur le vieillissement en santé et le mieux-être, 2007). Le 1er octobre 2007, journée mondiale des aînés, le Guide mondial des villes-amies des aînés était rendu public. Villes amies des aînés passait d’un projet de recherche à un programme de l’OMS pouvant être mis en place dans toute municipalité du monde. Ainsi, depuis avril 2008, une équipe de recherche, rattachée au centre de recherche sur le vieillissement du centre de santé et de services sociaux-Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke (CSSS-IUGS), a été mandatée par le Secrétariat aux aînés du Québec pour outiller les sept municipalités et municipalités régionales de comté participantes en assurant leur formation, leur encadrement scientifique et leur soutien dans l’évaluation de l’implantation des projets concrets qu’elles réaliseront sur leur territoire respectif, d’ici 2013. Le Québec a adopté cette approche mondiale des Villes amies des aînés par ce projet VADA-QC. On constate donc qu’en peu d’années Villes amies des aînés a pris un essor considérable. Plusieurs facteurs ont contribué à son succès, dont le fait qu’il présente une image positive du vieillissement, et ce peu importe le degré d’autonomie de la personne âgée.

La reconnaissance des aînés par une valorisation de leur subjectivité

  • 6  Organisation mondiale de la santé, Guide mondial des villes-amies des aînés, Genève, 2007, p.5.
  • 7  Organisation mondiale de la santé, Vieillir en restant actif. Un cadre d’orientation, version fina (...)

6L’OMS fait ressortir le rôle que les municipalités peuvent tenir dans l’amélioration de la qualité de vie des citoyens aînés, que ce soit en leur donnant les moyens de maintenir une bonne santé et des relations sociales satisfaisantes, ou en leur offrant des milieux de vie sûrs et adaptés à leurs besoins. Pour l’OMS, « vieillir en restant actif est un processus qui consiste à optimiser les possibilités de bonne santé, de participation et de sécurité afin d’accroître la qualité de la vie pendant la vieillesse6 ». Ces trois éléments sont les fondements sur lesquels devront s’appuyer les initiatives municipales. L’OMS estime que, même si les déterminants d’une vie active sont nombreux (mode de vie antérieur, facteurs économiques, sociaux, environnementaux) et qu’ils peuvent interagir les uns avec les autres, les personnes aînées s’y reconnaîtront une appartenance, quelle que soit leur condition sociale, économique ou leur état de santé, si les politiques, les infrastructures et les services agissent en soutien. Elles pourront ainsi retarder la perte d’autonomie ou en réduire les risques7. C’est à ce souci constant de protéger les plus vulnérables en facilitant leur inclusion dans la vie sociale qu’il faudra veiller, tant au niveau des politiques qu’à celui des modalités de mise en place des services. Les personnes aînées auront ainsi des moyens à leur portée et seront à même de contribuer à leur milieu plus longtemps, qu’elles vivent en ville ou en milieu rural.

  • 8  Statistique Canada, Un portrait des aînés au Canada, op. cit., p.8.
  • 9  Ministère de la Famille et des Aînés, Rapport de la consultation publique sur les conditions de vi (...)

7Le cadre de l’OMS est convergent avec d’autres cadres nationaux et provinciaux, ce qui favorise une large adhésion à des valeurs de fond comme la santé, la participation sociale, une représentation positive du rôle tenu par les aînés dans les familles et la société, le soutien et les soins8. La promotion du soutien et des soins pour les aînés met en évidence le rôle des aidants puisque ce sont eux qui offrent la majeure partie des soins requis pour que les personnes aînées puissent continuer à vivre dans leur milieu. Les aidants n’ont cependant pas toujours les ressources suffisantes pour s’acquitter de ces responsabilités, pas plus qu’ils n’obtiennent la reconnaissance qui leur est due pour leur apport au maintien à domicile de leurs proches. Au Québec, à l’automne 2007, une vaste consultation publique sur les conditions de vie des aînés a donné lieu au rapport Préparons l’avenir avec nos aînés, qui met en évidence le témoignage des personnes âgées et des proches aidants. On y rappelle l’importance pour elles de vivre chez soi, dans un lieu adapté à leurs besoins, de mieux soutenir les aidants, de renforcer la place et l’image des aînés dans la société, de chercher à prévenir la maladie, la maltraitance et la précarité9. L’un des mérites de cette consultation a été de redonner la parole à une partie de la population souvent perçue comme la source de problèmes sociaux majeurs comme l’augmentation des dépenses publiques et les pressions sur le système de santé. La ténacité de ces images négatives est telle qu’il devient difficile, par moments, d’attribuer aux personnes âgées une existence sociale pleine et entière ; les médias, en effet, braquent leurs projecteurs sur leurs difficultés et besoins mais rarement sur leur contribution à la vie collective et sur leurs divers engagements dans la sphère privée.

8Ainsi, le cadre d’orientation fourni par l’OMS, qui inspire le projet vada-qc, se trouve conforté tant sur le plan des constats démographiques, par des données statistiques récentes, que sur le plan des valeurs qu’on retrouve dans des orientations publicisées et soutenues par les gouvernements fédéral et provincial. Le projet des Villes amies des aînés convie non seulement la municipalité à se pencher sur les besoins des aînés de son territoire mais aussi à développer, de préférence en partenariat avec les premiers concernés, des aménagements urbains et sociaux qui leur correspondent.

  • 10  L. Syme, « Social Determinants of Health : The Community as an Empowered Partner », Preventing Chr (...)
  • 11  D. Bourque et L. Favreau, « Le développement des communautés et la santé publique au Québec », Rev (...)
  • 12  R. J. Chaskin, P. Brown, V. Sudhir et A. Vidal, Building Community Capacity, New York, Aldine De G (...)

9On retrouvera, au cœur de l’approche privilégiée par l’OMS, le modèle d’organisation des services connu, au Québec, sous le nom de « développement des communautés ». Ce récent modèle a émergé pour dépasser les limites des modèles essentiellement épidémiologiques, limites de plus en plus nombreuses aux yeux mêmes des tenants de cette approche10, bien que ces modèles demeurent toujours dominants dans la plupart des pays occidentaux. L’approche du développement des communautés met au centre de l’action publique les représentations des personnes auxquelles s’adressent les politiques sociales, programmes sociaux ou actions concertées. Dans ces circonstances, il s’agit d’intervenir non pas sur les populations mais bien avec elles. On favorisera alors des actions qui s’orientent du bas vers le haut (bottom-up), telles que proposées dans le plan d’action de Madrid (2002, 2006) et non pas du haut vers le bas (top-down), encore très présentes dans la plupart des modèles de la gestion publique. Largement influencés par l’organisation communautaire ou mettant à l’avant-scène l’importance du territoire, les travaux sur le développement des communautés sont, au Québec, nombreux et riches de par leur ancrage dans une expérience concrète11. La plupart des chercheurs en Amérique du Nord y voient une manière d’agir autrement dans le cadre de politiques publiques qui leur permet non seulement d’être plus efficaces mais surtout de créer des liens sociaux12.

Une étude pilote à Sherbrooke

  • 13  Pour un rapport plus détaillé sur la démarche menée à Sherbrooke, voir M. Beaulieu, S. Garon et J. (...)

10La vaste initiative lancée en 2006 par l’OMS visait à relever les indicateurs concrets de ce qu’est une ville amie des aînés pour ensuite produire un guide pratique qui suscite et oriente, en matière de sensibilisation, de développement communautaire et quant aux changements à venir, l’adoption des mesures nécessaires pour adapter les milieux urbains aux besoins des aînés. Dans chaque ville participante, l’application d’un protocole de recherche identique a contribué à faire prendre conscience des besoins et des lacunes, à dégager les bonnes idées quant aux moyens d’améliorer la situation et à favoriser, par là, le développement de milieux urbains mieux adaptés aux besoins des aînés. Le projet réalisé à Sherbrooke a été soutenu financièrement par le Secrétariat aux aînés (gouvernement provincial) et par la ville de Sherbrooke elle-même. Les deux chercheuses et leur assistante ont travaillé en tenant compte des avis des membres d’un comité d’orientation formé de cinq représentants d’organismes pivots (Sherbrooke ville en santé, Université du troisième âge, Table de concertation des aînés de l’Estrie, Association québécoise de défense des droits des retraités, Secrétariat aux aînés). Ce projet est donc un bel exemple de développement des communautés qui passe par une alliance entre des personnes engagées dans le développement des connaissances et des partenaires du terrain13.

  • 14  Le nombre de participants par groupe : 60-74 ans, faible revenu (5), 60-74 ans, revenu moyen (15), (...)

11Entre août 2006 et février 2007, une vaste collecte de données a été réalisée de façon concomitante dans chacune des trente-trois villes. Afin de pouvoir comparer les résultats, un protocole balisé assurait que l’échantillonnage, la collecte des données par groupes de discussion focalisée et les analyses soient faits de façon identique. Huit groupes ont permis d’amasser un point de vue nuancé. À Sherbrooke, soixante-trois personnes ont été rencontrées dont plus de la moitié étaient des aînés ou des aidants14. Cette étude favorise donc le point de vue direct des principaux acteurs sociaux concernés. Neuf thèmes ont fait l’objet des groupes de discussion (vivre à… quand on est un aîné, espaces extérieurs et édifices, transport, logement, respect et inclusion sociale, participation sociale, communication et information, participation communautaire et emploi, soutien communautaire et services de santé), dont le premier servait d’amorce (le thème ne sera pas retenu dans les recommandations).

12Au début de mars 2007, les rapports de recherche produits dans les trente-trois villes furent acheminés à l’OMS. À la mi-mars, tous les chercheurs se sont rencontrés à Londres afin de faire des analyses comparatives. Depuis, l’OMS, à partir de son analyse et de la synthèse des rapports, a dégagé des indicateurs qu’elle présente dans son Guide mondial des villes-amies des aînés et dans la Feuille de route des dispositifs fondamentaux des villes-amies des aînés, rendus publics le 1er octobre 2007.

13Les résultats obtenus à Sherbrooke ont fait l’objet d’une présentation publique à laquelle divers acteurs avaient été invités : participants à l’étude, membres des organismes communautaires ou du réseau de la santé et des services sociaux, représentants des élus des divers ordres gouvernementaux. De plus, lors de la journée mondiale des personnes âgées, le 1er octobre, où, rappelons-le, le Guide mondial des villes-amies des aînés était lancé, les chercheuses ont été invitées par le conseil municipal de la ville de Sherbrooke à déposer les données recueillies. Plusieurs éléments de la recherche relatifs à l’aménagement des espaces publics ou au système de transport ont été repris par les membres de la Table régionale de concertation des organismes communautaires pour aînés de l’Estrie et reformulés sous forme de revendications auprès du conseil municipal. Cette table est composée de membres d’organismes travaillant directement avec et pour les aînés, de personnes âgées offrant des services de soutien ou de défense des droits. Ce qui nous a semblé très intéressants est que, au-delà des enjeux de besoins et de services, il s’est développé un net consensus sur la pertinence d’avoir une reconnaissance politique pour les aînés. Ainsi, à défaut d’avoir une véritable politique municipale à l’égard des personnes âgées, les représentants des organismes d’aînés ont demandé à la ville de Sherbrooke de nommer un conseiller municipal porteur du dossier des aînés.

14Puisqu’il nous est impossible de mettre en valeur l’ensemble des résultats de l’expérience sherbrookoise, nous nous concentrerons sur les éléments qui font bien ressortir la nécessité de reconnaissance sociale exprimée par les aînés. Il importe de souligner à grand trait le fait que ce thème n’était pas abordé directement en entrevue. Pourtant, il a émergé aussi bien à Sherbrooke que dans la très grande majorité des villes ayant fait partie de la recherche internationale. La reconnaissance est donc un souci transversal chez les aînés de diverses cultures.

15C’est principalement dans les résultats associés au thème de la participation sociale qu’il est possible de retrouver dans le discours des personnes interviewées l’importance qu’elles accordent à la reconnaissance sociale. Ainsi, dans un premier temps, la reconnaissance prendra la forme d’une participation sociale au sens d’un apport à la société. C’est souvent le fruit d’un travail invisible de milliers de personnes âgées à des activités de bénévolat, permettant à notre système de santé et de services sociaux de fonctionner et de combler un tant soit peu les besoins de tous les citoyens, dont les personnes âgées et les jeunes familles. On y rencontre des aînés engagés, c’est-à-dire des personnes retraitées qui, sorties du marché du travail rémunéré, apportent une contribution significative à des activités d’entraide organisée (popotes roulantes ou gardiennage), ou encore des personnes jamais actives sur le marché du travail rémunéré mais combien investies dans leur communauté ou dans la sphère du privé.

16Faut-il le mentionner, ces activités occupent une part importante de l’économie sociale. « Si ce n’était du bénévolat des personnes âgées, dira l’une de celles interviewées, cela coûterait des millions de plus au gouvernement. Peut-être que ce n’est pas considéré beaucoup. Moi, je donne un coup de main dans un organisme d’entraide. Il y a beaucoup de personnes qui travaillent au sein d’organismes pour personnes âgées. » D’autres ont fait état, lors de ces entretiens, de la satisfaction que l’on retire d’une telle activité : « Mais il reste que faire du bénévolat, j’en fais ici et là, c’est enrichissant… Tu te sens utile…» C’est qu’on retrouve dans le bénévolat certaines activités en continuité avec les expériences et compétences issues du travail passé qui, comme on le sait, sont essentielles au sentiment de reconnaissance et au maintien du lien social. « À mon avis, il y a un aspect qui n’a pas été mis en évidence, c’est que, au fond, la communauté c’est d’abord celle du travail, les liens s’y construisent. Une fois que ces liens-là sont rompus, il est difficile de remplacer les relations établies en milieu de travail. Il y a plusieurs choses interreliées. »

La reconnaissance : un cadre théorique proposé par Axel Honneth

  • 15  E. Renault, « Reconnaissance ou validation ? La reconnaissance entre critique et idéologie », dans (...)

17Pour comprendre la perte de reconnaissance que vivent les aînés, la réflexion de Honneth peut être d’une grande utilité. Elle permet de saisir l’ampleur de la marginalisation des personnes âgées dans une société où la réussite, la place occupée dans le monde actif, est essentielle comme source de fierté individuelle mais surtout de reconnaissance sociale. Il nous apparaît pertinent de présenter, même brièvement, une posture théorique qui rappelle la place du social dans le long processus du devenir sujet15, cette lutte inéluctable mais trop souvent perdue dans nos sociétés modernes par ceux qui sont exclus du marché du travail, que cette exclusion soit ressentie à n’importe quel moment du parcours de vie, incluant, pour ceux qui furent sur le marché du travail, la fin de la vie dite active.

  • 16  S. de Beauvoir, La vieillesse, Paris, Gallimard, 1970, quatrième de couverture.

18Honneth place la reconnaissance au cœur du rapport individu-société, lui accordant une importance fondamentale, au même titre que le langage. Il l’envisage au-delà de la simple relation personnelle, comme révélatrice de nos rapports sociaux. Ce faisant, ses propos rappellent ceux de Beauvoir : « J’ai voulu décrire en vérité la condition de ces parias et la manière dont ils la vivent, j’ai voulu faire entendre leur voix ; on sera obligé de reconnaître que c’est une voix humaine. On comprendra alors que leur malheureux sort dénonce l’échec de toute notre civilisation : impossible de le concilier avec la morale humaniste que professe la classe dominante. Celle-ci n’est pas seulement responsable d’une “ politique de la vieillesse ” « qui confine à la barbarie. Elle a préfabriqué ces fins de vie désolées ; elles sont l’inéluctable conséquence de l’exploitation des travailleurs, de l’atomisation de la société, de la misère d’une culture réservée à un mandarinat. Elles prouvent que tout est à reprendre dès le départ : le système mutilant qui est le nôtre doit être radicalement bouleversé. C’est pourquoi on évite si soigneusement d’aborder la question du dernier âge. C’est pourquoi il faut briser la conspiration du silence : je demande à mes lecteurs de m’y aider16

  • 17  G. H. Mead, Mind, Self and Society, Chicago, University of Chicago Press, 1934. Le lien entre Hege (...)

19Au centre des interactions constituantes entre individus, la reconnaissance nous renvoie donc ici à l’importance de rendre possibles de tels passages à l’égard d’autres acteurs en marge du social. Pour définir la portée de la notion de reconnaissance, Honneth prend appui sur Hegel et G. H. Mead17. Il établit trois grandes sphères de la reconnaissance : l’amour, la justice sociale et l’estime sociale.

L’amour : l’expérience de la relation primaire

  • 18  Voir « Penser la justice sociale : questions de théorie morale et de théorie de la société », dans (...)

20Bien que les trois sphères nous semblent pertinentes pour illustrer la notion de reconnaissance, nous n’aborderons que très brièvement la première, celle de l’amour. S’éloignant ici de Hegel et de Mead, Honneth se réfère au psychanalyste Winnicot pour l’étayer et l’articule essentiellement autour des premières formes de socialisation qui se limitent aux interactions entre le nourrisson et sa mère, s’intéressant surtout aux composantes émotives et psychiques qui en résultent. Nous pensons, à l’instar de Fraser, que cette notion d’amour présentée par Honneth est trop étroitement fondée sur des a priori de la psychologie, voire de la psychanalyse18. Elle pourrait même paraître en contradiction avec certaines pistes éminemment riches que soulèvent les autres dimensions de sa thèse. On comprendra qu’en gérontologie sociale cette piste est peu intéressante, si ce n’est que pour comprendre les empreintes des grands-parents ou des arrière-grands-parents sur les petits-enfants ; mais cela nous éloigne trop de notre propos.

La justice sociale : interactions constitutives dans la sphère du particulier

  • 19  Le courant rationaliste renvoie souvent à la pensée de Descartes, mais aussi à celle de Kant. Il y (...)

21Le terme « reconnaissance » inclut le terme « connaissance ». On peut ici penser à la recognition, à savoir que la chose à connaître est aussi appréhendée par l’esprit qui, selon les fondements philosophiques dont on se réclame, serait préexistant (Platon) ou révélé par l’expérience (Kant). Dans ce cadre, la reconnaissance peut être établie en fonction d’un absolu ou encore d’un substrat, mais le plus souvent c’est à partir d’un parangon que l’on définit de l’extérieur et qui donne son imprimatur à la chose, à l’être reconnu ou à l’être en besoin de reconnaissance. On reconnaît ainsi une personne parce qu’on en a gardé la trace dans sa mémoire, on reconnaît le diplôme de cette institution parce qu’elle est inscrite à tel registre. Si l’on poursuit un peu plus ce raisonnement, la reconnaissance implique aussi l’idée de recevoir l’approbation sociale. Lorsqu’il est question de juger un comportement adéquat, des savoirs, des connaissances ou des compétences, la reconnaissance est donc tributaire d’un système de valeurs qui, dans cette approche rationaliste, est d’abord posé à l’extérieur du sujet en demande de reconnaissance19. Ce dernier est mis en comparaison avec un système de normes auquel il est étranger, bien qu’il veuille y adhérer, et c’est pourquoi il consent à se plier à ces normes.

  • 20  J. Rawls, Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1997.

22Cette manière de poser de l’extérieur le cadre de référence auquel le sujet singulier doit réagir est aussi présente dans la théorie de la justice sociale proposée par Rawls20. Bien que d’aucuns puissent considérer que cette théorie ouvre sur un « versant social » par le biais de l’émulation, il n’en demeure pas moins que cette conception de la justice sociale repose avant tout sur des principes absolus d’une justice idéale vers laquelle l’examen critique de la réalité devrait permettre de tendre. Les sujets sociaux, quoique « protégés », y sont perçus comme tissant surtout des liens utilitaires qui, parfois, tiennent lieu de liens sociaux. Cette perspective que l’on peut certainement qualifier de libérale est solidement implantée dans le monde anglo-saxon, et donc aussi au Québec.

  • 21  Il ne sera pas ici question du débat entre Fraser et Honneth sur la justice distributive ou de rec (...)

23La démarche d’Honneth envisage de manière radicalement opposée le rapport à la justice sociale21. À l’image d’Hegel et de Mead, il affirme que la justice sociale n’est pas le résultat de principes abstraits conçus en dehors du sujet, elle est plutôt définie en fonction de l’expérience pratique et communicationnelle des individus et des groupes qu’ils constituent. En suggérant que la réalisation d’un monde juste passe par la prise en compte des interactions communicationnelles constituantes du devenir sujet, il pose la reconnaissance comme fondement de la justice sociale. Pour être juste, une société doit permettre à chacun de sentir qu’il jouit des mêmes droits que les autres avec lesquels il interagit, créant ainsi les conditions du sentiment de respect de soi. Sans cet ancrage dans le respect de soi, il ne saurait être possible pour les sujets de faire respecter leurs droits, ni de se soumettre à l’exercice de leurs devoirs. Dans l’enquête menée à Sherbrooke, des aînés ont par exemple mentionné ne pas se sentir invités à la fête des familles qui a lieu chaque été au parc Jacques-Cartier de Sherbrooke. Ne se sentant pas interpellés, ils n’y vont pas. S’ils y vont, ils ne s’y sentent pas à leur place. Pourtant la famille ne se définit-elle pas par toutes ses composantes générationnelles, y compris les aïeux ?

  • 22  G. W. F. Hegel, Phaenomenologie des Geistes, Hambourg, Verlag von Felix Meiner, 1952 (1807).
  • 23  A. Honneth, La lutte pour la reconnaissance, op. cit., p.147.

24La relation juridique, dans laquelle Honneth inclut les considérations cognitives, est possible parce qu’elle implique une reconnaissance mutuelle. Pour paraphraser Hegel, c’est parce que le sujet est reconnu comme porteur de droits qu’il se rend digne de cette reconnaissance en obéissant et se comportant ainsi à l’égard des autres d’une manière universellement acceptable22. Honneth fait (à l’aide de Marshall) une brève histoire de l’évolution des droits civils du dix-huitième siècle aux droits politiques du dix-neuvième siècle, à la création de droits sociaux au vingtième siècle. Bien que schématique, cette taxinomie lui permet de démontrer que l’élargissement des droits vise la même cible, à savoir une meilleure participation à la chose publique. « Dans le même ordre d’idées, l’exercice réel d’une participation pleine et entière exige un certain degré de sécurité économique. C’est dans cette foulée que se développera cette nouvelle catégorie de droits auxquels on peut appliquer le vocable de droits sociaux23

25Cette question de la sécurité économique interpelle les aînés. La pauvreté de certains aînés, en particulier celle des femmes seules n’ayant pas été sur le marché du travail, est largement documentée. Comment continuer à participer socialement dans un environnement où moult activités sont payantes ? Quelle gamme de services offrir à peu de frais ou gratuitement aux aînés pour qu’ils puissent continuer à rester socialement actifs ? Telles sont les questions au cœur de l’implantation de Villes amies des aînés.

  • 24  Ibid., p.146.

26L’intérêt de la définition de la justice sociale proposée ici est de dépasser une vision utilitariste des rapports humains, tout en restreignant les thèses déterministes. Les liens sociaux ne sont pas seulement la résultante de contraintes à la règle ou à l’utilité. Cette définition présuppose un sujet ni tout à fait libre ni complètement achevé, parce qu’il est tributaire de son rapport à l’univers social dans lequel sa participation est constituante de son identité. Le respect de soi rend possible cette manière de se poser soi-même comme être singulier mais social : « La reconnaissance juridique permet au sujet de se considérer comme une personne qui partage avec tous les autres de sa communauté les caractères qui la rendent capable de participer à la formation d’une volonté discursive. Cette faculté de se rapporter positivement à soi-même, nous pouvons l’appeler le “ respect de soi24 ”. »

Communauté de valeurs et estime sociale

27Bien que beaucoup plus succincte que les précédentes, la troisième sphère de la reconnaissance que propose Honneth porte toujours sur la façon dont le sujet intègre les dimensions du social et fait siennes les caractéristiques du groupe auquel il appartient. L’univers social y est présenté comme constitué de plusieurs regroupements qui traduisent autant de typologies culturelles spécifiques. L’estime sociale peut exister entre les différents groupes, elle sera alors modulée en fonction de la typologie de reconnaissance propre à chacun d’eux. Comme il est suggéré que celle-ci s’appuie sur des valeurs communes, on serait là en présence d’une forme très embryonnaire de valeurs dites universelles. Toutefois, dans les formes sociales traditionnelles, la simple appartenance à un groupe permet de jouir d’appréciation sociale. La caste, le groupe y tient lieu d’identité pour le sujet ; celle-ci n’est pas réfléchie. Ce n’est qu’avec l’arrivée de la modernité, et de l’élargissement de la sphère juridique qui la caractérise, que l’individu peut se reconnaître dans le groupe comme un sujet singulier.

  • 25  B. Ennuyer, « L’objet “ personne âgée ”», Autrement, no 124, 1991, p.14-28.
  • 26  Dans la première sphère, celle de l’amour, Honneth parle de « confiance en soi ».
  • 27  A. Honneth, La lutte pour la reconnaissance, op. cit., p.157.

28Cette idée est centrale en gérontologie sociale où plusieurs ont dénoncé le fait que les aînés sont souvent présentés, et par le fait même considérés, comme s’ils formaient un groupe uniforme. Passé l’âge de 65 ans, plus de sexe, plus d’âge, plus d’intérêts, plus de préférences individuelles ou de goûts particuliers. Comme le dit si bien Ennuyer, la personne âgée est une entité désincarnée pour qui l’on décide25. Le programme Villes amies des aînés vise à briser ce mouvement compresseur afin de laisser émerger les diverses adaptations et activités qui répondent à la pluralité des citoyens âgés. C’est là une condition essentielle de l’apparition de l’« estime de soi » dans la sphère du social qui correspond au « respect de soi » dans la sphère de la justice sociale26. « Dans la mesure où chaque membre d’une société est désormais capable de s’estimer lui-même de cette manière, on peut parler d’une solidarité sociale post-traditionnelle », écrit Honneth. Cette solidarité prend alors racine, les liens de ce type « constituent des relations de “ solidarité ”, parce qu’ils ne suscitent pas seulement une tolérance passive, mais un véritable sentiment de sympathie pour la particularité individuelle de l’autre personne : car c’est seulement dans la mesure où je veille activement à ce que ses qualités propres, en tant qu’elles ne sont pas les miennes, parviennent à se développer, que nos fins communes seront réalisées27 ».

  • 28  À cet égard, dans La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique (Paris, La Découverte, (...)

29Ainsi, selon Honneth, une société inclusive doit permettre la reconnaissance des qualités et aptitudes de tout un chacun qui en fait partie. Sans la reconnaissance, on ne saurait construire un univers social juste pour ses membres, mais aussi équitable dans ses finalités. Celles-ci ne sauraient d’ailleurs se réduire qu’à la seule perspective économique. Bien que cette lutte pour la reconnaissance passe aussi par celle de la répartition des revenus ou du surplus social, toute société ne saurait envisager son développement qu’en fonction de paramètres économiques28 ; le faire serait source de mépris social, l’antithèse de la reconnaissance.

30Honneth déduit donc de ces deux premières assertions que la société ou la communauté de valeurs s’appuie sur l’apport de l’ensemble de ses membres ; ces derniers acquièrent, en y participant, une forme de reconnaissance sociale appelée estime sociale. Il pose ainsi le social comme la résultante de cette intersubjectivité constitutive. Il n’y a pas de social qui peut s’imposer contre ou nier la subjectivité sans se nier soi-même. L’homme n’est pas un loup pour l’homme, pour prendre le contre-pied de Hobbes, bien au contraire, puisque nous sommes tous issus de ces liens sociaux qui, par l’émergence de sujets conscients, contribuent à leur tour au développement d’une société juste. Cette justice n’est pas posée à l’extérieur, portée par un absolu, mais intrinsèque à cette intersubjectivité, et la reconnaissance en serait le substrat qui la rend possible.

31Ce long détour par la théorie nous semblait important, sinon essentiel, dans la mesure où il permet de jeter un autre regard sur le programme Villes amies des aînés proposé par l’OMS, tout en donnant l’occasion de mettre en lumière les éléments constituants de la réflexion d’Honneth. En empruntant cette perspective, on comprend un peu mieux que les personnes âgées, au-delà de la réclamation ou de la défense de leurs droits, sont animées par la même nécessité de reconnaissance que les gens d’autres groupes d’âge. D’ailleurs, force est de constater que, dans nos rencontres avec les aînés, le plaidoyer s’appuyant sur la violation de droits a été quasi inexistant. Au contraire, la démarche de Villes amies des aînés a permis de rencontrer des personnes âgées qui continuent à être des sujets de leur vie et qui entrent en relation avec les autres, surtout dans des logiques intergénérationnelles. On est loin des discours cristallisés qui opposent les « jeunes » aux « vieux », qui prônent une gérontopole au détriment d’une société pour tous les âges. D’ailleurs, les aînés sont les premiers à condamner ces milieux qu’ils nomment eux-mêmes des ghettos et des « parcs à aînés ». La démarche fut tellement riche en interactions et en profondeur que – et pour ajouter à la polysémie du terme – des aînés nous ont exprimé leur reconnaissance d’avoir été entendus. Ils étaient reconnaissants d’avoir été reconnus : que dire de plus !

Haut de page

Notes

1  Statistique Canada, Portrait de la population canadienne en 2006 selon l’âge et le sexe. Recensement de 2006, no 97-551-XIF, 2008, p.16, < www.statcan.gc.ca >.

2  Statistique Canada, Un portrait des aînés au Canada, no 89-519, 2006, p.20, <www.statcan.gc.ca>.

3  Ibid.

4  Ressources humaines et développement social Canada, L’incapacité au Canada : un profil en 2001 (EPLA), 2003, p.38.

5  A. Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, 2002 ; A. Honneth, La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris, La Découverte, 2006.

6  Organisation mondiale de la santé, Guide mondial des villes-amies des aînés, Genève, 2007, p.5.

7  Organisation mondiale de la santé, Vieillir en restant actif. Un cadre d’orientation, version finale adoptée lors des travaux de Madrid, 2002, <http://whqlibdoc.who.int/hq/2002/WHO_ NMH_NPH_02.8_fre.pdf>.

8  Statistique Canada, Un portrait des aînés au Canada, op. cit., p.8.

9  Ministère de la Famille et des Aînés, Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés. Préparons l’avenir avec nos aînés, Québec, 2008, <www.mfa.gouv.qc.ca>.

10  L. Syme, « Social Determinants of Health : The Community as an Empowered Partner », Preventing Chronic Disease, <http://www.cdc.gov/PCD/issues/2004/jan/03_0001.html>, 2004.

11  D. Bourque et L. Favreau, « Le développement des communautés et la santé publique au Québec », Revue service social, vol. 50, no 1, 2005, p.295-308 ; J. Caillouette et P. Morin, « Organisation communautaire et territoire : l’expérience du quartier Ascot à Sherbrooke », dans D. Bourque, Y. Comeau et L. Favreau (dir.), L’organisation communautaire : fondements, approches et champs de pratique, Québec, Presses de l’université du Québec, 2007.

12  R. J. Chaskin, P. Brown, V. Sudhir et A. Vidal, Building Community Capacity, New York, Aldine De Gruyter, 2001.

13  Pour un rapport plus détaillé sur la démarche menée à Sherbrooke, voir M. Beaulieu, S. Garon et J. Vincelette, Villes amies des aînés. Rapport final de la ville de Sherbrooke, Québec, Canada, rapport de recherche présenté à l’Organisation mondiale de la santé, document inédit, université de Sherbrooke et centre de recherche sur le vieillissement du CSSS-IUGS, 2007.

14  Le nombre de participants par groupe : 60-74 ans, faible revenu (5), 60-74 ans, revenu moyen (15), 75 ans et plus, faible revenu (12), 75 ans et plus, revenu moyen (9), proches aidants (5), services publics (8), services privés (4), services communautaires et d’économie sociale (5).

15  E. Renault, « Reconnaissance ou validation ? La reconnaissance entre critique et idéologie », dans F. Neyrat (dir.), La validation des acquis de l’expérience. La reconnaissance d’un nouveau droit, Bellecombe-en-Bauges, Croquant, « Champ social », 2007, p.279-294.

16  S. de Beauvoir, La vieillesse, Paris, Gallimard, 1970, quatrième de couverture.

17  G. H. Mead, Mind, Self and Society, Chicago, University of Chicago Press, 1934. Le lien entre Hegel et Mead n’est pas inusité. D’autres avaient vu de nombreuses similitudes entre ces deux auteurs, dont S. Garon dans Der Einfluss der deutschen Idealisten auf den Bereich der Soziologie : der Einfluss von Fichte und Hegel auf Mead, thèse de doctorat en sociologie à la Johann Wolfgang Goethe-Universität, Francfort, 1992.

18  Voir « Penser la justice sociale : questions de théorie morale et de théorie de la société », dans N. Fraser, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte, 2005, p.43-46.

19  Le courant rationaliste renvoie souvent à la pensée de Descartes, mais aussi à celle de Kant. Il y a pourtant une autre lecture possible de Kant qui fait voir une implication différente du social. On peut ici penser à la lecture qu’en fait Habermas.

20  J. Rawls, Théorie de la justice, Paris, Seuil, 1997.

21  Il ne sera pas ici question du débat entre Fraser et Honneth sur la justice distributive ou de reconnaissance.

22  G. W. F. Hegel, Phaenomenologie des Geistes, Hambourg, Verlag von Felix Meiner, 1952 (1807).

23  A. Honneth, La lutte pour la reconnaissance, op. cit., p.147.

24  Ibid., p.146.

25  B. Ennuyer, « L’objet “ personne âgée ”», Autrement, no 124, 1991, p.14-28.

26  Dans la première sphère, celle de l’amour, Honneth parle de « confiance en soi ».

27  A. Honneth, La lutte pour la reconnaissance, op. cit., p.157.

28  À cet égard, dans La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique (Paris, La Découverte, 2006), Honneth critique le capitalisme contemporain comme générateur de mépris social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzanne Garon, Marie Beaulieu et Anne Veil , « Le programme Villes amies des aînés de l’Organisation mondiale de la santé : une occasion de reconnaissance pour les aînés », Éthique publique [En ligne], vol. 10, n° 2 | 2008, mis en ligne le 07 janvier 2015, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1471 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1471

Haut de page

Auteurs

Suzanne Garon

Suzanne Garon est professeur au département de service social de l’université de Sherbrooke et chercheur dans l’équipe de recherche sur les transitions et l’apprentissage (ERTA).

Marie Beaulieu

Marie Beaulieu est professeur titulaire au département de service social de l’université de Sherbrooke et chercheur au centre de recherche sur le vieillissement du CSSS-IUGS.

Articles du même auteur

Anne Veil

Anne Veil est professionnelle de recherche au centre de recherche sur le vieillissement du centre de santé et de services sociaux – Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke (CDRV-CSSS-IUGS).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org