Navigation – Plan du site
Réflexions sur des aspects transversaux des rapports entre éthique et politiques publiques en environnement

Adaptation et résilience : critique de la nouvelle éthique de la politique environnementale internationale

Romain Felli

Résumés

La présente contribution se propose de traiter de la possible émergence d’une nouvelle norme internationale en matière de politique environnementale qui viendrait renforcer la norme actuelle de l’environnementalisme libéral. Dans un contexte marqué par un pessimisme croissant quant à la possibilité pour nos sociétés d’éviter les effets les plus nuisibles du changement environnemental, et du changement climatique en particulier, le langage des organisations internationales chargées de la gouvernance de l’environnement marque un tournant « adaptatif ». Le but de la politique environnementale internationale serait désormais moins de lutter contre les changements environnementaux que de créer les conditions dans lesquelles les individus, les régions, les systèmes socioécologiques, voire les États, pourraient non seulement « vivre avec » ce changement, mais même en tirer profit. L’émergence de la « résilience » comme éthique est la condition de cette nouvelle manière productive de concevoir les rapports entre changement environnemental et société.

Haut de page

Texte intégral

Changer le monde ? Quelle drôle d’idée ! Il est très bien comme ça le monde. Pourquoi le changer ?

OSS 117, Rio ne répond plus, film français, 2009.

  • 1  Ce qu’avec Noel Castree nous avons appelé la « néolibéralisation de l’adaptation » (Felli et Castr (...)

1En faisant référence aux « enjeux éthiques » des politiques environne­mentales, on peut vouloir attirer l’attention sur l’évaluation normative qu’il est possible de faire du contenu de ces politiques, par exemple à partir d’une théorie de la justice. Mais le concept d’enjeux éthiques renvoie aussi aux « productions d’éthique » dont les politiques environnementales ont besoin pour remplir leur but. Dans le présent article, j’aimerais attirer l’attention sur une hypothèse qui, si elle se révélait correcte, pourrait avoir des conséquences importantes sur la compréhension de la manière dont les sociétés contemporaines organisent (consciemment ou non) leurs rapports au monde biophysique. Cette hypothèse est que l’orientation normative des politiques internationales en matière d’environnement se dirige vers des politiques d’« adaptation » au changement environnemental, et que la forme de cette adaptation est de plus en plus néolibérale1. Le type de sujet humain que ces politiques visent à susciter – un sujet « adaptable » au chan­gement environnemental – contient les qualités qui le rendent égale­ment productif dans un contexte capitaliste. L’éthique de la flexibilité, du rebond et de l’adaptation constante répond ainsi au double impératif de ré­soudre et déplacer les conséquences de la crise environnementale, d’une part, de poursuivre l’accumulation capitaliste, d’autre part (Taylor, 2009).

  • 2  C’est l’enjeu d’une recherche en cours (The political life of an idea : resilience to environmenta (...)

2Il s’agit là d’une hypothèse très générale et qu’il conviendra de décli­ner suivant les contextes et les niveaux d’analyse. Je m’en tiens ici à des indi­cations relatives aux discours sur l’adaptation au changement environ­nemental produits par des organisations internationales, même si les tendances relevées peuvent certainement être repérées ailleurs. Le présent article a une vocation prospective et je n’ai pas encore les moyens empiri­ques de vérifier mon hypothèse2. Il importe également de souligner que je m’intéresse ici aux discours uniquement sans définir les difficultés qu’ils rencontrent ni les résistances qu’ils peuvent susciter. Enfin, je suis conscient qu’il existe un décalage entre les discours que peuvent tenir les institutions et leurs pratiques effectives, même si la production de discours est en soi une pratique qui produit des effets concrets.

Normes de la politique environnementale internationale

3Avant que de déterminer le contenu de cette nouvelle norme, il convient de rappeler brièvement la situation actuelle des politiques environnemen­tales internationales. Dans son ouvrage classique, Steven F. Bernstein (2001) distingue trois phases de ces politiques. Comme constructiviste, il relève des ensembles de « normes » (quel est le but poursuivi par la politi­que internationale ? pourquoi ? avec quels moyens ? etc.) qui cadrent et informent les actions des États au cours de ces différentes périodes. Les normes définissent des identités, des types de comportement souhaitables ou attendus ; ce qui ne signifie pas que tous adoptent le même comporte­ment, mais que la justification des comportements se fait en référence à la norme dominante (y compris pour s’en démarquer). Ces normes ne relè­vent pas nécessairement du droit positif, mais peuvent aussi s’exprimer dans des institutions ou des discours.

4Leur compréhension permet d’analyser les transformations dans les politiques environnementales sans présupposer qu’elles répondent directe­ment à des impératifs techniques ou découlent de la nature des problèmes ciblés. La « politisation », ou la « dépolitisation », de certains sujets im­plique des différences de cadrageentre les périodes, c’est-à-dire des ma­nières différentes de choisir les sujets (donc d’en ignorer d’autres), de les aborder, d’en souligner certains aspects (donc d’en laisser d’autres dans l’ombre), et ultimement de proposer des solutions.

5Les trois grandes phases normatives de la politique environne­men­tale (Bernstein, 2001 : 109) sont la protection de l’environnement (1970-1980), la croissance durable gérée (1980-1990) et l’environnemen­talisme libéral(1990-2000). Pour illustrer ses analyses, Bernstein se concentre sur trois moments clés de chacune de ces normes : la Conférence de Stockholm en 1972, le rapport de la Commission sur l’environnement et le développement (rapport Brundtland) et finalement le Sommet de la Terre à Rio en 1992.

6La norme de la protection de l’environnement (Bernstein, 2001 : 31-49) se cristallise lors de la Conférence de Stockholm, dans le contexte d’une forte tension entre les objectifs de protection et de conservation de l’environnement défendus par les pays industrialisés et ceux du développement économique appuyés par les pays du Sud. À un point de vue strictement « conservationniste » est substituée une perspective plus large qui juxtapose les questions d’environnement et de développement, tout en continuant à les considérer comme parfois contradictoires. Le but de la politique consiste à gérer les équilibres entre ces différents objectifs. Cette norme suppose qu’il est généralement nécessaire de faire un choix entre le développement ou l’environnement, et donc que ces deux objectifs sont en large partie incompatibles.

  • 3  Bernstein (2001 : 69) qualifie ainsi (managed sustainable growth) la norme qui est connue en génér (...)
  • 4  La modernisation écologique est « le discours qui reconnaît le caractère structurel de la crise éc (...)

7La norme de la croissance durable gérée3 vient proposer une pre­mière résolution de l’opposition entre environnement et développement (qui est lui-même de plus en plus réduit à la notion de croissance). Elle résulte d’un compromis entre les positions des pays du Nord et du Sud après la Conférence de Stockholm. Les pays industrialisés capitalistes, au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) notamment, promeuvent la possibilité d’internaliser la contrainte environnementale dans le fonctionnement d’une économie de marché, en particulier grâce au principe du pollueur-payeur qui doit se concevoir comme une manière de limiter, voire d’éviter les régulations environnementales qui iraient à l’encontre du libre marché et du libre-échange international. Le système de prix doit refléter de manière correcte les coûts environnementaux des produits, afin de permettre aux consom­mateurs d’arbitrer eux-mêmes entre différents produits. Ce principe per­met de maximiser la croissance économique sous contrainte environne­men­tale. La Conférence de l’OCDE de 1984, « Environnement et économie » (voir Bernstein, 2001 : 52), promeut l’idée que croissance et environ­nement peuvent se renforcer mutuellement. Au sein des pays indus­tria­lisés, la théorie de la modernisation écologique achève la construction théorique de cette idée (Hajer, 1995)4. Pour les pays en déve­loppement, la suite de Stockholm est plutôt marquée par la volonté de développer un nouvel ordre économique mondial (Conférence de Cocoyoc, 1974) qui ne reposerait pas sur le libre fonctionnement du marché (Bernstein, 2001 : 54-56). Pour ces pays, la politique internationale devrait viser à satisfaire les besoins de base des plus démunis, partager les ressources et respecter la souveraineté des États sur leurs ressources.

8La commission Brundtland, qui publie en 1987 le rapport Notre avenir à tous, reprend la perspective des pays industrialisés capitalistes sur la compatibilité entre croissance économique et environnement, mais intègre également les demandes du Sud visant à faire en sorte que cette internalisation soit gérée en vue d’objectifs de développement (Bernstein, 2001 : 60-69). Ce rapport recadre la politique internationale en matière d’environnement autour de la croissance économique. La croissance de­vient le but fondamental, mais cette croissance doit être gérée et orga­nisée pour produire les effets escomptés ; elle ne peut pas être laissée à la libre opération des marchés.

  • 5  Par exemple, pour la Suisse, voir Ingold (2010).

9Finalement, la norme de l’environnementalisme libéral se cristallise au Sommet de Rio en 1992 et devient le paradigme dominant de la politique environnementale telle qu’elle s’exprime dans la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et son protocole de Kyoto. Cet environnementalisme libéral est la traduction dans les politiques environnementales de l’offensive néolibérale, dont on peut constater les manifestations depuis les années 1970 (Bernstein, 2001 : 70-121 ; Castree, 2008 ; Newell, 2012 ; Paterson, 2000 ; Saurin, 2001). Au sein de cette norme, la croissance économique et la protection de l’environnement sont pensées comme étant pleinement compatibles, à condition de laisser s’opérer la logique du marché. L’internalisation de l’environnement dans le marché devient un moteur de croissance écono­mique. Il s’agit dès lors de définir des droits de propriété clairs sur les ressources, y compris communes, de supprimer les barrières au bon fonc­tionnement des marchés (subventions, barrières protectionnistes au commerce international…) et là où des régulations s’avèrent nécessaires, celles-ci doivent prendre la forme d’outils de marché (comme le font les mécanismes de flexibilité du protocole de Kyoto). Cette norme cadre les débats sur les rapports socioécologiques selon des termes strictement éco­nomiques et axés sur un objectif de croissance (autrement dit, d’accumula­tion du capital). Ainsi, les discussions sur la régulation du changement climatique opposent les partisans d’une taxe carbone à ceux d’un marché de permis de polluer ; deux options qui s’inscrivent tout de même dans la régulation par des outils de marché5.

10Tel est le constat posé par Bernstein au début des années 2000. Dix ans plus tard, environ, peut-on encore tenir la norme de l’environne­mentalisme libéral pour dominante dans la sphère de la politique environ­nementale internationale ?

De la reconquête au déploiement néolibéral

11Je souhaite ici émettre l’hypothèse que, depuis le début des années 2000, la politique environnementale internationale s’oriente vers une nouvelle norme. L’interaction entre la croissance et l’environnement est de plus en plus cadrée comme devant être productive économiquement, y compris dans ses aspects défaillants. Le développement des instruments de marché dans tous les domaines des politiques environnementales (comme le climat ou la biodiversité.) ainsi que la thématique de l’« économie verte » qui a dominé le Sommet de Rio+20 en 2012 témoignent de la radicali­sation de la norme libérale (Brand, 2012 ; Duterme, 2013 ; Tordjman et Boisvert, 2012).

12Cette radicalisation doit être replacée dans une transformation importante des stratégies néolibérales. On peut renvoyer à la distinction opérée par Jamie Peck et Adam Tickell (2002) entre deux phases du néo­libéralisme qu’ils nomment « roll-backneoliberalism » et « roll-out neoli­beralism » (et que nous pourrions traduire par « reconquête néo­libérale » et « déploiement néolibéral »).

13Durant la phase de reconquête néolibérale, les tenants d’un ordre favorable aux intérêts du capital ont cherché à détruire les gains, avancées et protections obtenus par la classe ouvrière dans la période d’après-guerre, que ce soit sous la forme de socialisation de la production de biens et ser­vices (éducation, santé, transports, énergie, infrastructures de réseau, loge­ment, culture…), d’un État social redistributif, d’organisations syn­dicales relativement puissantes, de barrières à la mobilité internationale du capital, d’un État « développementaliste » dans le Sud, etc. (voir en particulier Clarke, 2005 ; Gough, 2002 ; Gindin et Panitch, 2012 ; Radice, 2008).

14La stratégie du déploiement néolibéral ne vise plus tant à effacer les traces d’une socialisation passée qu’à inscrire de manière prospective dans les institutions, les pratiques et les normes des conceptions et des types de comportement conformes au fonctionnement du marché (un point que Michel Foucault avait particulièrement bien pressenti : Lemke, 2001). Cette stratégie est parfois connue dans le domaine des politiques du développement sous le nom de post-Washington consensus. Ce déploiement néolibéral, dans sa dimension institutionnelle, n’a pas été remis en cause à la suite de la crise économique mondiale dans laquelle nous nous trouvons encore (Crouch, 2011 ; Saad-Filho, 2010).

15La norme de l’environnementalisme libéraltelle qu’analysée par Bernstein au début des années 2000 est une forme de la reconquête néo­libérale, en ce sens que ses promoteurs visaient à marginaliser ou à détruire les conceptions précédentes faisant reposer la protection de l’environne­ment sur des outils de régulation administratifs, et en vue d’objectifs répondant à une pluralité de valeurs normatives. L’opération de l’envi­ronnementalisme libéral a consisté à réduire le cadre normatif autour de l’enjeu exclusif de croissance économique et d’y subordonner les demandes écologiques et sociales. Par exemple, la destruction de ressources ou la pol­lution environnementale ne sont pas critiquées au nom d’une conception normative qui attribuerait une valeur morale ou esthétique à la nature, mais en tant que ces destructions et pollutions risquent d’obérer la crois­sance future.

16Précisons que le néolibéralisme n’a jamais été une théorie de la disparition de l’État. Elle est tout au plus une théorie de la reconfiguration des fonctions étatiques, impliquant une décroissance de ses fonctions redistributives et sociales au profit d’une croissance de ses fonctions sécuritaires et de maintien de l’ordre. Le néolibéralisme est une théorie de l’utilisation de la puissance de l’État mise au service de l’accumulation du capital, notamment au moyen de l’inculcation d’une morale de l’effort et de l’indépendance, et d’une attitude appropriée au fonctionnement du marché, en particulier du marché du travail (Bonefeld, 2012 ; Peck, 2010 ; Wacquant, 1999).

De la lutte contre la dégradation environnementale à l’adaptation à cette condition

17Mon hypothèse est que la norme de l’environnementalisme libéral serait entrée dans cette seconde phase du néolibéralisme. Elle serait passée de la reconquête au déploiement néolibéral. Bien sûr, le développement des ins­truments de marché, d’une « économie verte », participe d’un tel déploie­ment. Mais c’est surtout dans la prééminence des politiques d’adaptation au changement environnemental que l’on peut voir cette nouvelle norme se cristalliser.

18Comme le note Lisa Schipper (2006), la thématique de l’adaptation au changement environnemental est aussi ancienne que la formulation de politiques internationales en matière d’environnement. Néanmoins, la volonté de formuler des politiquesparticulières en vue de favoriser cette adaptation (plutôt que de s’en remettre à la capacité humaine de s’adapter) est assez tardive, et surtout conflictuelle. La question de savoir qui doit s’adapter, à quoi et comment reste fortement débattue. Dans les années 1990, de nombreux scientifiques font remarquer que l’adaptation est le parent pauvre des politiques climatiques internationales (à la différence des stratégies d’atténuation). C’est surtout sous la pression exercée par des pays du Sud (en particulier insulaires), « vulnérables » aux changements climatiques, qui demandent l’adoption et le financement de politiques d’adaptation, que la thématique commence à s’établir. Depuis le milieu des années 2000, on peut constater que l’adaptation au changement environ­ne­mental, en particulier climatique, occupe une place importante dans la politique environnementale internationale (Livermann et Billett, 2010 ; O’Brien, 2012 ; Pelling, 2011 ; Schipper, 2006 ; Taylor, 2013 ; Verschuuren, 2013). Or cette politisation de l’adaptation, au sein de la CCNUCC, a été surtout associée à des problématiques de pays du Sud (concernant en parti­culier les transferts financiers ou de technologie). Comme le note Schipper, « alors que l’adaptation avait commencé sa carrière au sein du processus de la CCNUCC comme un concept écologique, elle a plus ré­cemment été utilisée comme un synonyme de développement » (2006 : 91. Je traduis).

  • 6  Ces débats ne sont pas nouveaux, même si la forme qu’ils prennent peut varier. Voir en particulier (...)

19Ainsi comprises, les demandes issues des politiques d’adaptation comportent deux désavantages majeurs à l’aune de la norme de l’environ­nementalisme libéral. Premièrement, elles impliquent des transferts finan­ciers et technologiques importants de la part des pays riches vers ceux du Sud. Deuxièmement, en acceptant de tels transferts, les pays du Nord pourraient donner l’impression qu’ils se reconnaissent une part de responsabilité (au sens de culpabilité) dans la situation des pays du Sud, et dans la dégradation environnementale en général ; et que ces transferts correspondraient en quelque sorte à une compensation pour un tort causé (Schipper, 2006 : 84-85)6. Il n’est ainsi guère étonnant de constater que malgré les progrès des débats sur l’adaptation au sein des négociations internationales, les transferts financiers sont à peu près inexistants ou correspondent au mieux à des réorientations de financements déjà engagés pour l’aide au développement (Liverman et Billett, 2010).

20Mais à y regarder de plus près, c’est moins l’avènement de l’« adapta­tion » qui est frappant que la manière dont la notion d’adaptation est désor­mais comprise. La thématique de l’adaptation est en effet reprise par différentes organisations internationales (voir notamment WRI, 2008 ; World Bank, 2009) et sa signification ne relève plus d’une volonté de trans­fert de compétences et de financements, d’une organisation par les au­­torités publiques de mesures matérielles ou de développement d’in­frastructures (digues, etc.) pour faire face aux dégradations environnementales.

21Dans son fondement, la promotion de l’adaptation correspond désor­mais essentiellement à la production d’une éthique nouvelle centrée sur la transformation des perceptions, des attitudes et des comportements des populations considérées comme vulnérables au changement environ­nemental. Cette gouvernementalité qui s’étend par l’intermédiaire des politiques d’adaptation est pleinement cohérente avec des développements semblables observés dans les domaines des politiques en matière de développement ou de sécurité (par exemple, Chandler, 2013 ; Duffield, 2012 ; Lentzos et Rose, 2009 ; Reid, 2012 ; Taylor, 2009).

Ethique de résilience plutôt que politique de transformation

22Le concept au centre de cette conception de l’adaptation est celui de rési­lience, que l’on retrouve tant dans les rapports du Groupe d’experts inter­gouvernemental sur l’évolution du climat, dans les stratégies climatiques de la Banque mondiale, que dans celles du Programme des Nations Unies pour le développement. D’une manière générale, selon ses propres promo­teurs dans le cadre du changement climatique,

la résilience est la capacité d’un système d’absorber le change­ment tout en conservant ses fonctions essentielles, d’arriver à s’auto-organiser, d’avoir la capacité de s’adapter et d’apprendre. La résilience peut s’appliquer à des gens, des lieux, des écosystèmes (Adger, Brown et Waters, 2013 : 696. Je traduis).

23Il ne saurait ici être question d’offrir un panorama général de la notion de résilience si étendue aujourd’hui ni d’ailleurs d’en fournir une généalogie, particulièrement complexe dans sa filiation avec l’étude des sys­tèmes socioécologiques (Nadasdy, 2007 ; Walker et Cooper, 2009). D’une notion descriptive à l’origine et appliquée à des propriétés physiques ou biologiques, la résilience est de plus en plus utilisée pour qualifier et orienter des systèmes socioécologiques, des systèmes sociaux et terri­toriaux, voire des « communautés » ou des individus. La résilience est non seulement constatée, mais elle peut également être produite. C’est une qua­lité essentielle qui, lorsqu’elle devient une éthique sur le plan indivi­duel, est censée permettre l’adaptation. Ce point est particulièrement clair dans l’introduction d’un des rapports influents qui ont fait émerger la rési­lience comme référence dans les politiques d’adaptation au changement environnemental :

La résilience est la capacité de s’adapter et de prospérer face aux défis. Ce rapport soutient que lorsque les pauvres réussissent (de manière durable) à agrandir leurs entreprises basées sur des écosystèmes, leur résilience peut s’accroître dans trois direc­tions. Ils peuvent devenir plus économiquement résilients – plus à même de faire face aux risques économiques. Eux, et leurs communautés, peuvent devenir plus socialement rési­lients – plus aptes à travailler ensemble pour un bénéfice com­mun. Et les écosystèmes au sein desquels ils vivent peuvent devenir plus biologiquement résilients – plus productifs et plus stables (WRI, 2008 : ix. Je traduis).

24Des chercheurs en géographie, en études du développement, en science politique, etc., débattent du degré auquel il faut orienter les politiques d’adaptation vers une transformation sociale plutôt que de concevoir l’adaptation comme une simple perpétuation de la situation actuelle (par exemple, Hornborg, 2009 ; O’Brien, 2012 ; MacKinnon et Driscoll Derickson, 2013 ; Pelling, 2011). Au-delà de leurs divergences, tous soulignent que l’impératif de résilience correspond à la forme la moins « ambitieuse » de l’adaptation, celle qui vise à perpétuer les rapports de force existants plutôt que de s’y opposer ou de les transformer. Un peu comme le développement durable en son temps, la résilience serait favo­risée au sein des organisations internationales, du fait de sa capacité à pro­poser une apparente solution aux problèmes environnementaux, sans que cette solution remette fondamentalement en cause les rapports sociaux existants, notamment les rapports de propriété, la manière de produire ou de consommer. La résilience offrirait ainsi une porte de sortie « positive » à la crise écologique, en faisant appel à des capacités que l’on pourrait trouver, ou tout du moins produire, chez chacun d’entre nous. Comme le souligne Mark Duffield, « […] la résilience n’est pas un trait de caractère naturel ou fixé. Elle est une technique de soi qui peut être apprise et ensei­gnée. Avec un entraînement approprié et la volonté d’apprendre, quiconque peut devenir résilient » (Duffield, 2012 : 487. Je traduis, l’auteur souligne).

25Néanmoins, cette utilisation intensive de la résilience ne la distingue­rait guère parmi les dizaines d’autres buzzwords qui peuplent l’univers des politiques internationales. Si la résilience connaît désormais une telle diffusion, c’est qu’elle exprime particulièrement bien l’état d’esprit de déploiement néolibéral qui informe les politiques environnementales internationales (Joseph, 2013). En suivant plusieurs spécialistes de l’étude de la résilience, il ne semble pas inutile de situer l’émergence de ce concept en relation avec des transformations des manières de concevoir le monde et d’y agir, autrement dit dans les théories sociales et politiques.

26Tant David Chandler (2013) que Jonathan Joseph (2013) insistent sur l’affinité profonde de la résilience avec le développement d’une gouver­nementalité néolibérale (pour Joseph) ou « post-libérale » (pour Chandler). Au-delà de leurs divergences (et j’adhère à l’analyse de Joseph), les deux soulignent le rôle des théories sociales contemporaines dans l’avè­nement d’un tel mode de pensée : la focalisation croissante de celles-ci sur les individus, sur leur « capacité d’agir » (agency) et plus généralement sur l’abandon des catégories fondamentales, comme celle de structure, au profit d’une conception volontariste et idéaliste du monde social. Or le pro­­blème ne tient pas tant aux erreurs scientifiques de ces théories qu’au fait qu’elles sont reprises, amplifiées et justifiées en retour par les institu­tions politiques qu’elles sont censées décrire. De surcroît, ces théories « ne peuvent pas être considérées comme politiques à proprement parler. Il s’agit de projets éthiques en ce sens que leur but est le travail sur “l’âme” ou plutôt sur les cadres cognitifs internes et les capacités du sujet » (Chandler, 2013 : 141-142. Je traduis).

  • 7  C’est d’ailleurs ainsi que l’on peut comprendre le succès récent de l’économie expérimentale du dé (...)

27Cette réorientation des théories sociales implique la réinternalisation de la responsabilité de leur propre situation dans les acteurs eux-mêmes. L’insécurité des populations pauvres devant le changement climatique est présentée non pas comme étant le résultat d’un legs colonial, d’une insertion périphérique dans l’économie capitaliste mondiale, de la persis­tance du racisme et de l’impérialisme (Hornborg, 2009 ; Nixon, 2011 ; Roberts et Parks, 2006), mais comme le fait de mauvaises institutions nationales, d’un État « en faillite », d’une attitude et de choix stratégiques erronés (Chandler, 2013 ; Taylor, 2009). Dans le même ordre d’idées, Jacqueline Best (2013) observe que les organisations internationales cherchent à redéfinir la pauvreté dans les pays du Sud non plus comme un effet structurel de l’insertion périphérique dans une économie mondiale, mais comme le signe de la « vulnérabilité » des populations concernées. Là encore, l’effet produit par ce déplacement consiste à réinternaliser au sein des individus (plutôt que dans le monde qui les entoure et les rapports sociaux dans lesquels ils sont pris) la responsabilité de leur situation, et donc à modifier le lieu et les moyens d’intervention7.

28Mais la résilience ne permet pas seulement cette réinternalisation, elle participe également d’une compréhension relativement nouvelle du monde social, pleinement congruente avec les fondements de l’économie politique néolibérale. Jeremy Walker et Melinda Cooper (2011), dans un article très important, montrent en détail ce que la perspective de la rési­lience, en particulier dans sa filiation au sein de l’écologie des systèmes et de sa réinterprétation économique, doit à la conception libérale autri­chienne, surtout à celle du philosophe et économiste Friedrich von Hayek. Ils interprètent le succès récent de la résilience comme un résultat « de son adéquation idéologique intuitive avec une philosophie néolibérale des systèmes complexes adaptatifs » (Walker et Cooper, 2011 : 144. Je traduis).

29En effet, la résilience ne prend tout son sens que comme réponse à un environnement qui est perçu comme en constant changement. Là où les théories sociales classiques postulaient une forme de permanence du monde environnant (que celui-ci soit social ou naturel) et la capacité des acteurs de le comprendre et d’agir pour le transformer, les théories fondées sur la capacité d’agir, dont la résilience serait un avatar (Chandler, 2013), supposent au contraire un environnement fluide, instable, insaisissable, un « état de nature » permanent. Selon ces théories, les agents sociaux font alors preuve de rationalité non pas en tentant de changer les structures dans lesquelles ils se trouvent, mais au contraire en embrassant cette onto­logie du mouvement et en développant une éthique de l’action stratégique. Font ainsi preuve de résilience les individus, ou les systèmes, qui témoi­gnent de leur capacité de s’auto-organiser, c’est-à-dire de faire face à l’ad­versité en l’absence d’institutions politiques de coordination. Il est évident que les qualités attendues de l’individu résilient (autonomie, sens de l’ini­tia­tive, mobilité, flexibilité) correspondent directement à l’éthique produc­tive de l’individu du néolibéralisme. Mais la conséquence en est qu’en faisant de la capacité de s’adapter une caractéristique propre au système ou à l’individu considéré, la conception de la résilience hypostasie les inéga­lités de ressources et de pouvoir, et explique par ce biais l’inadaptation de certains individus au monde en changement. Comme le soulignent Walker et Cooper,

la perspective de la résilience n’exige pas tant une adaptation progressive à une norme constamment réinventée qu’une adap­tabilité permanente aux extrêmes de la turbulence. Dans ce contexte, l’appel à la sécurité écologique est souvent opéré comme une manière de distinguer ceux qui sont suffisamment résilients pour survivre comme dignes participants dans un monde globalement intégré, de ceux qui ne sont pas assez, ou trop, résilients (Walker et Cooper, 2011 : 156. Je traduis).

30Par exemple, dans des recherches récentes (Felli, 2013 ; Felli et Castree, 2012), j’ai cherché à montrer comment les discours autour desdits « réfugiés climatiques » produits au sein des organisations internationales s’étaient transformés en des discours sur les « migrations climatiques » (ou environnementales) et comment, en conséquence, le statut de « victime » associé à des réfugiés qui cherchent protection a été transformé en « solution », la migration étant comprise comme une stratégie d’adaptation efficace au changement environnemental. Les « migrants environnemen­taux » sont alors présentés comme des individus entrepreneuriaux et mobiles, dont la circulation à l’échelle de la planète doit être encouragée précisément afin de produire de la « résilience » dans leur territoire d’origine, au moyen des transferts financiers (remittances) et du développe­ment des capacités que cette mobilité est censée favoriser. Ainsi, cette stra­tégie d’adaptation non seulement permet de répondre aux conséquences de la dégradation de l’environnement (sans contester cette dégradation ni ses causes), mais également elle se révèle bénéfique pour l’économie politique mondiale, permettant la perpétuation, voire l’accroissement de l’accumulation du capital. Au contraire, les populations qui demeureraient immobiles face à cette dégradation, « piégées » dans le territoire, seraient en manque de résilience et pourraient devenir des objets d’intervention (Felli et Castree, 2012).

31Le point sur lequel il me paraît important d’insister ici est le recadrage de l’adaptation, qui est de moins en moins perçue comme une nécessité imposée par la dégradation de l’environnement, et de plus en plus comme une activité productrice au sein d’un environnement structu­rellement changeant et imprévisible. Ainsi non seulement s’agit-il de faire face à un changement, mais encore (et surtout) vise-t-on d’une part à constituer ce changement en horizon ontologique, d’autre part à perpétuer l’accumulation (Taylor, 2009). Julian Reid résume parfaitement cet aspect lorsqu’il écrit que

le sujet résilient est un sujet qui doit en permanence s’efforcer de s’adapter au monde. Il n’est pas un sujet politique qui pour­rait penser à changer le monde, sa structure et ses conditions de possibilités, afin de se protéger de ce monde. Mais il est un sujet qui accepte l’état désastreux du monde dans lequel il vit comme condition nécessaire pour pouvoir y participer, et qui accepte l’injonction à se changer lui-même du fait des menaces et dangers qui sont désormais posés comme endémiques (Reid, 2012 : 74. Je traduis).

32La contrepartie de cette éthique de l’adaptabilité permanente, c’est la promesse de la possibilité de se réinventer comme un sujet flexible et autonome, « comme une forme nouvelle, meilleure et plus agile de son ancien être » (Duffield, 2012 : 486. Je traduis). À l’inverse, l’aspiration à la stabilité, à la sécurité sociale et environnementale, entre en contradiction avec les attitudes désormais nécessaires au sujet résilient.

Conclusion

33Dans un monde grevé par les inégalités sociales, économiques, environne­mentales, la dégradation de l’environnement n’est pas un processus indé­pendant des logiques de domination et d’exploitation qui structurent les rapports sociaux contemporains (Newell, 2012 ; Horborg, 2009). La dyna­mique du capitalisme, du sexisme, du racisme et des héritages coloniaux structure les flux de matière, d’énergie, de pollutions à l’échelle de la planète. Face à cette dégradation croissante, plusieurs théories ont cherché, et continuent de chercher, à rendre invisible le problème de la rupture métabolique (notamment en déplaçant ses conséquences dans le temps et dans l’espace) et à proposer des solutions qui visent à perpétuer les rapports de force existants plutôt qu’à les transformer.

34L’hypothèse du passage à une nouvelle norme de la politique envi­ronnementale internationale structurée autour de l’adaptation et promou­vant une éthique de la résilience, si elle peut être confirmée, introduit une inflexion dans ces théories. La promotion de la résilience comme capacité d’effectuer ses propres choix, de s’auto-organiser, de mettre en œuvre des stratégies (individuelles ou communautaires) en dehors d’une structure politique et hors de toute sécurité sociale, et de prospérer sans le soutien d’investissements infrastructurels publics, radicalise la norme de l’en­vironnementalisme libéral dans le sens d’un déploiement néolibéral. Dans ce discours, les victimes de la dégradation environnementale sont posées comme les acteurs de leur propre changement, et comme les agents possibles non seulement de la perpétuation, mais potentiellement de l’intensification de l’accumulation économique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Adger, W. Neil, Katrina Brown et James Waters (2011), « Resilience », dans J. Dryzek, R. Norgaard et D. Schlosberg (dir.), Oxford Handbook of Climate Change and Society, Oxford, Oxford University Press, p. 696-709.

Bernstein, Steven F. (2001), The Compromise of Liberal Environmentalism, New York, Columbia University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Best, Jacqueline (2013), « Redefining poverty as risk and vulnerability : shifting strategies of liberal economic governance », Third World Quarterly, vol. 34, no 1, p. 109-129.
DOI : 10.1080/01436597.2013.755356

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bonefeld, Werner (2012), « Freedom and the strong State : On German ordoliberalism », New Political Economy, vol. 17, no 5, p. 633-656.
DOI : 10.1080/13563467.2012.656082

Brand, Ulrich (2012), « Green economy – the next oxymoron ? No lessons learned from failures of implementing sustainable development », GAIA, vol. 21, no 1, p. 28-35.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Castree, Noel (2008), « Neoliberalising nature : the logics of deregulation and reregulation », Environment and Planning A, vol. 40, no 1, p. 131-152.
DOI : 10.1068/a3999

Chandler, David (2013), Freedom vs Necessity in International Relations. Human-Centred Approaches to Security and Development, London, Zed Books.

Clarke, Simon (2005), « The neoliberal theory of society », dans Alfredo Saad-Filho et Deborah Johnson (dir.), Neoliberalism : A Critical Reader, Londres, Pluto Press, p. 50-59.

Crouch, Colin (2011), The Strange Non-Death of Neoliberalism, Cambridge, Polity.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Duffield, Mark (2012), « Challenging environments : Danger, resilience and the aid industry », Security Dialogue, vol. 43, no 5, p. 475-492.
DOI : 10.1177/0967010612457975

Duterme, Bernard (2013), « Économie verte : marchandiser la planète pour la sauver ? », Alternatives Sud, vol. 20, no 1, p. 7-20.

Felli, Romain (2008), Les deux âmes de l’écologie. Une critique du développement durable, Paris, L’Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Felli, Romain (2013), « Managing climate insecurity by ensuring continuous capital accumulation : “climate refugees” and “climate migrants” », New Poli­­tical Economy, vol. 18, no 3, p. 337-363.
DOI : 10.1080/13563467.2012.687716

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Felli, Romain, et Noel Castree (2012), « Neoliberalising adaptation to environmental change : foresight or foreclosure ? », Environment and Planning A, vol. 44, no 1, p. 1-4.
DOI : 10.1068/a44680

Gindin, Sam, et Leo Panitch (2012), The Making of Global Capitalism : The Political Economy of American Empire, Londres, Verso.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Gough, Jamie (2002), « Neoliberalism and socialisation in the contemporary city : opposites, complements and instabilities », Antipode, vol. 34, no 3, p. 405-426.
DOI : 10.1111/1467-8330.00248

Hajer, Maarten A. (1995), The Politics of Environmental Discourse : Ecological Modernization and the Policy Process, Oxford, Clarendon Press of Oxford University Press.

Hornborg, Alf (2009), « Challenges in conceptualizing environmental load displacement and ecological unequal exchange in the world-system », International Journal of Comparative Sociology, vol. 50, nos 3-4, p. 237-262.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Ingold, Karin (2010), « Apprendre pour le futur : une analyse de la politique climatique suisse », Swiss Political Science Review, vol. 16, no 1, p. 43-76.
DOI : 10.1002/j.1662-6370.2010.tb00152.x

Joseph, Jonathan (2013), « Resilience as embedded neoliberalism : a governmen­tality approach », Resilience, vol. 1, no 1, p. 38-52.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Lemke, Thomas (2001), « “The birth of bio-politics” : Michel Foucault’s lecture at the Collège de France on neo-liberal governmentality », Economy and Society, vol. 30, no 2, p. 190-207.
DOI : 10.1080/03085140120042271

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Lentzos, Filippa, et Nikolas Rose (2009), « Governing insecurity : contingency planning, protection, resilience », Economy and Society, vol. 38, no 2, p. 230-254.
DOI : 10.1080/03085140902786611

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Liverman, Diana, et Simon Billett (2010), « Copenhagen and the governance of adaptation », Environment, vol. 52, no 3, p. 28-36.
DOI : 10.1080/00139151003761579

MacKinnon, Danny, et Kate Driscoll Derickson (2013), « From resilience to resourcefulness : A critique of resilience policy and activism », Progress in Human Geography, vol. 37, no 2, p. 253-270.

Nadasdy, Paul (2005), « Adaptive co-management and the gospel of resilience », dans Fikret Berkes, Derek Armitage et Nancy Doubleday (dir.), Adap­tive Co-Management : Collaboration, Learning, and Multi-Level Governance, Vancouver, UBC Press, p. 208-226.

Newell, Peter (2012), Globalization and the Environment : Capitalism, Ecology and Power, Cambridge, Polity Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Nixon, Rob (2011), Slow Violence and the Environmentalism of the Poor, Cambridge, Harvard University Press.
DOI : 10.4159/harvard.9780674061194

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

O’Brien, Karen (2012), « Global environmental change II : From adaptation to deliberate transformation », Progress in Human Geography, vol. 36, no 5, p. 667-676.
DOI : 10.1177/0309132511425767

Paterson, Matthew (2000), Understanding Global Environmental Politics : Domination, Accumulation, Resistance, Londres, Macmillan Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Peck, Jamie (2010), Constructions of Neoliberal Reason, Oxford, Oxford Uni­versity Press.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780199580576.001.0001

Peck, Jamie, et Adam Tickell (2002), « Neoliberalizing space », Antipode, vol. 34, no 3, p. 380-404.

Pelling, Mark (2011), Adaptation to Climate Change. From Resilience to Trans­formation, Londres, Routledge.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Radice, Hugo (2008), « The developmental state under global neoliberalism », Third World Quarterly, vol. 29, no 6, p. 1153-1174.
DOI : 10.1080/01436590802201121

Reddy, Sanjay G. (2012), « Randomise this ! : On poor economics », Review of Agrarian Studies, vol. 2, no 2, p. 60-73.

Reid, Julian (2012), « The disastrous and politically debased subject of resi­lience », Development Dialogue, vol. 58, p. 67-79.

Roberts, J. Timmons,et Bradley Parks (2006), A Climate of Injustice. Global Inequality, North-South Politics, and Climate Policy, Cambridge, MIT Press.

Saad-Filho, Alfredo (2010), « Crisis in neoliberalism or crisis of neolibe­ralism ? », dans Leo Panitch, Greg Albo et Vivek Chibber (dir.), The Crisis this Time, Londres, Merlin Press, p. 242-259.

Saurin, Julian (2001), « Global environmental crisis as the “disaster trium­phant” : The private capture of public goods », Environmental Politics, vol. 10, no 4, p. 63-84.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Schipper, Lisa (2006), « Conceptual history of adaptation in the UNFCCC Process », Review of European Community & International Environmental Law, vol. 15, no 1, p. 82-92.
DOI : 10.1111/j.1467-9388.2006.00501.x

Taylor, Marcus (2009), « Displacing insecurity in a divided world : global secu­rity, international development and the endless accumulation of capital », Third World Quarterly, vol. 30, no 1, p. 147-162.

Taylor, Marcus (2013), « Climate change, relational vulnerability and human security : rethinking adaptation in agrarian developments », Climate and Development, vol. 5, no 4, p. 318-327.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Tordjman, Hélène, et Valérie Boisvert (2012), « L’idéologie marchande au service de la biodiversité ? », Mouvements, no 70, p. 31-42.
DOI : 10.3917/mouv.070.0031

Verschuuren, Jonathan (2013), « Legal aspects of climate change adaptation »,dans Erkki Hollo, Kati Kulovesi et Michael Mehling (dir.), Climate Change and the Law, Dordrecht, Springer, p. 257-285.

Wacquant, Loïc J. D. (1999), Les prisons de la misère, Paris, Raisons d’agir.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Walker, Jeremy, et Melinda Cooper (2011), « Genealogies of resilience : From systems ecology to the political economy of crisis adaptation », Security Dialogue, vol. 42, no 2, p. 143-160.
DOI : 10.1177/0967010611399616

World Bank (2009), World Development Report 2010 : Development and Climate Change, Washington, World Bank.

World Resources Institute en collaboration avec United Nations Deve­lopment Programme, United Nations Environment Programme, et World Bank (WRI) (2008), World Resources 2008 : Roots of Resilience – Growing the Wealth of the Poor, Washington, WRI.

Haut de page

Notes

1  Ce qu’avec Noel Castree nous avons appelé la « néolibéralisation de l’adaptation » (Felli et Castree, 2012).

2  C’est l’enjeu d’une recherche en cours (The political life of an idea : resilience to environmental change in international organisations) pour laquelle j’ai obtenu un financement du Fonds national suisse de la recherche scientifique (subside Ambizione, no 148071 ; 2013-2016), que je souhaite remercier ici.

3  Bernstein (2001 : 69) qualifie ainsi (managed sustainable growth) la norme qui est connue en général sous le nom de « développement durable », à raison à notre sens (Felli, 2008) puisqu’il cherche à souligner la prééminence de l’objectif de croissance économique au sein du « développement durable ».

4  La modernisation écologique est « le discours qui reconnaît le caractère structurel de la crise écologique, mais suppose néanmoins que les institutions politiques, économiques et sociales existantes peuvent internaliser le besoin de se soucier de l’environnement » (Hajer, 1995 : 25).

5  Par exemple, pour la Suisse, voir Ingold (2010).

6  Ces débats ne sont pas nouveaux, même si la forme qu’ils prennent peut varier. Voir en particulier à ce propos les interprétations divergentes du principe de « responsabilité commune mais différenciée » inscrit notamment dans la CCNUCC. Voir Bernstein (2001 : 105-106).

7  C’est d’ailleurs ainsi que l’on peut comprendre le succès récent de l’économie expérimentale du développement, à la Esther Duflo, qui vise à modifier la structure des incitations auxquelles doivent faire face les populations pauvres des pays du Sud. Pour une critique, voir Reddy (2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Felli , « Adaptation et résilience : critique de la nouvelle éthique de la politique environnementale internationale », Éthique publique [En ligne], vol. 16, n° 1 | 2014, mis en ligne le 16 août 2014, consulté le 31 mai 2016. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1371 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1371

Haut de page

Auteur

Romain Felli

Romain Felli est collaborateur scientifique au Département de sciences politiques et relations internationales de l’Université de Genève et cher­cheur boursier du Fonds national suisse de la recherche scientifique (sub­side Ambizione, no148071). Il enseigne le développement durable à l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Ses intérêts de recherche por­tent sur la théorie sociale et politique, l’économie politique, la gouvernance de l’environnement, l’adaptation au changement climatique et les syndicats.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org