Navigation – Plan du site
Débat : Le palmarès des écoles

Justice et équité, des valeurs qui ont préséance sur tout classement

Jean Duquette

Résumé

La publication du palmarès annuel des écoles secondaires par la revue L’actualité a peu influé sur le rôle des directions d’établissement d’enseignement. Les effets qu’escomptaient ses défenseurs tout comme ceux que redoutaient ses opposants ne s’y sont que peu manifestés. Les dirigeants des commissions scolaires, quant à eux, se sont efforcés d’en dénoncer l’impact démobilisant pour beaucoup d’écoles qui s’efforcent d’améliorer les conditions de réussite de leurs élèves peu importe leur contexte socioéconomique. Malgré les modifications apportées à ce classement au cours des ans, par l’ajout entre autres de certains critères d’évaluation et l’utilisation de méthodes de pondération ou d’analyse particulières, les directions d’établissement accordent peu de valeur à cet exercice de comptabilisation de la performance de l’école secondaire.

Haut de page

Texte intégral

1La publication du palmarès annuel des écoles secondaires par la revue L’actualité, depuis bientôt dix ans, a peu influé sur le rôle des directions d’établissement d’enseignement. Les effets qu’escomptaient ses défenseurs tout comme ceux que redoutaient ses opposants ne s’y sont que peu manifestés. Les dirigeants des commissions scolaires, quant à eux, se sont efforcés d’en dénoncer l’impact démobilisant pour beaucoup d’écoles qui s’efforcent d’améliorer les conditions de réussite de leurs élèves peu importe leur contexte socioéconomique. Malgré les modifications apportées à ce classement au cours des ans, par l’ajout entre autres de certains critères d’évaluation et l’utilisation de méthodes de pondération ou d’analyse particulières, les directions d’établissement accordent peu de valeur à cet exercice de comptabilisation de la performance de l’école secondaire.

2Les caractéristiques particulières (milieu socioéconomique, profil scolaire des élèves, personnel de l’école, etc.) de chaque école et les conditions (encadrement, organisation scolaire, pédagogie en vigueur, soutien pédagogique, services complémentaires, etc.) qui permettent la réussite des élèves, varient d’une école publique à une autre. Pour les directions d’établissement, cette réalité propre au milieu a toujours eu plus d’influence sur la perception du rendement des élèves que les résultats du palmarès. Elles se reconnaissent peu dans l’approche essentiellement quantitative de celui-ci puisque les efforts des écoles publiques sont centrés sur une approche qualitative de la réussite des élèves.

3Quelles sont les intentions véritables justifiant la publication annuelle d’un tel classement ? S’agit-il de permettre aux parents de choisir la « meilleure » école pour leur enfant ? En ce cas, nous pouvons nous interroger sur la réalisation de cet objectif. En effet, ce choix est fort variable d’une région à l’autre. Parfois, il n’y a qu’une école secondaire publique.

4Ailleurs, de multiples écoles privées sollicitent les parents. D’autres milieux encore offrent des programmes particuliers.

5Ce classement a tout de même contribué à éclairer les directions sur quelques aspects de l’organisation scolaire. D’abord, les écoles privées et publiques pratiquant la sélection des élèves sur la base de leur performance scolaire sont souvent en tête. Le classement révèle en outre que les écoles publiques à caractère particulier, comme les écoles internationales, qui procèdent à la sélection des élèves à l’entrée au secondaire, présentent des caractéristiques équivalentes à celles que l’on retrouve dans le secteur privé. Le classement laisse aussi sous-entendre qu’un investissement financier additionnel des parents permet à leurs enfants d’accéder à des établissements privés qui offrent des conditions optimales favorisant la réussite. Tous les autres éléments du classement ont eu peu d’impact sur l’intérêt que lui portent les directions d’établissement. Être au 127e rang une année et au 212e l’année suivante s’explique souvent par des caractéristiques et des conditions particulières de l’école, par des mesures ponctuelles de soutien à la réussite éducative et par le profil scolaire de la cohorte d’élèves. La réussite des élèves et les valeurs organisationnelles guidant l’action pour assurer le succès scolaire dans une école publique sont les véritables enjeux qui prévalent sur tout classement.

  • 1  P. Potvin, Quelques constats sur le décrochage scolaire au Québec, CTREQ, 2008.

6À cet égard, examinons de plus près la constance de la persévérance scolaire des élèves depuis trente ans au Québec. Monsieur Pierre Potvin, chercheur à l’université du Québec à Trois-Rivières, présentait lors de la récente assemblée générale du Centre de transfert pour la réussite éducative au Québec, l’évolution du taux de décrochage depuis trente ans1. Le chercheur utilise comme référence les jeunes ayant obtenu leur diplôme avant l’âge de vingt ans. De 1979 à 1999, nous remarquons une réduction de 40,5 % à 20 % du taux de décrochage. Les années subséquentes, 2000 à 2006, démontrent une stabilisation de ce taux à 19 %. Il semble donc exister, malgré les programmes en vigueur, les divers plans d’action et les énergies de tous, une difficulté pour réduire davantage ce taux et améliorer la réussite d’un plus grand nombre d’élèves.

7C’est dans le réseau des écoles qu’il faut agir en y insufflant un peu plus de justice et d’équité. Ces deux valeurs sont la source du réseau public d’éducation et de la quête des directions d’établissement. Ceux-ci sont à la poursuite de la réussite de l’élève et son corollaire, la persévérance scolaire.

8À défaut de soumettre le réseau des écoles privées aux mêmes obligations et aux mêmes contraintes que les écoles du réseau public, il est nécessaire en toute justice de créer le même environnement propice au succès pour ces dernières. À l’heure des difficultés économiques et sans réclamer la fin du financement du réseau privé, l’État pourrait revoir la hauteur du financement du réseau privé en faveur du réseau public. L’école publique ne peut pas offrir des conditions d’apprentissage et de développement personnel équivalentes à celles de l’école privée si elle n’a pas accès à un financement comparable. De nombreuses contraintes, notamment l’organisation du travail, balisent fortement son action. L’éducation doit demeurer un bien public qui permet de former des citoyens actifs et responsables qui participent à l’épanouissement et à l’amélioration des conditions de l’ensemble de la société. La capacité de payer ou la volonté d’investissement des parents ne doivent pas être les seuls facteurs déterminant l’accès à des conditions différenciées de scolarisation.

  • 2  P. D’Amours, Analyse de la performance de l’école primaire et secondaire dans un contexte internat (...)

9L’analyse du chercheur Pierre D’Amours sur la performance de l’école primaire et secondaire dans un contexte international présente les facteurs associés à la performance scolaire selon l’étude PISA 2006 de l’OCDE2. L’étude démontre que l’admission des élèves sur la base d’une haute performance scolaire est un facteur important de la performance des élèves d’une école (14,4 %). Mais, plus important encore, le degré d’autonomie, c’est-à-dire la marge de manœuvre financière et institutionnelle de l’établissement, est le premier facteur du succès d’un établissement (25,7 %). L’école privée au Québec bénéficie de ces deux avantages contrairement aux écoles du secteur public. Cela explique en bonne partie les résultats qu’obtiennent leurs élèves.

  • 3  Conseil supérieur de l’éducation, Les projets pédagogiques particuliers : diversifier en toute équ (...)

10Les directions d’établissement ne réclament aucunement d’élargir l’accès aux écoles dont les élèves sont sélectionnés. Elles partagent l’avis émis par le Conseil supérieur de l’éducation en 2007, Les projets pédagogiques particuliers : diversifier en toute équité, qui recommande l’ouverture des projets pédagogiques particuliers à un plus grand nombre d’élèves. Le conseil souligne tous les avantages de ces projets pédagogiques, mais en reconnaît aussi les risques. « Un consensus assez large se dessine autour de l’intérêt de l’élève comme premier critère de sélection dans un projet pédagogique particulier3

11On a constaté que, lorsqu’une marge de manœuvre institutionnelle et financière importante était accordée à un établissement scolaire, les chances d’amélioration de la performance de l’élève augmentaient sensiblement. Cette marge de manœuvre l’emporte comme facteur de réussite scolaire sur le fait d’admettre des élèves en fonction de leurs compétences ou sur celui d’une concurrence entre établissements au sein d’une même communauté ou encore sur celui, pour l’élève, de faire partie d’une strate socioéconomique élevée. Pour assurer la réussite de tous les élèves, il doit aussi y avoir équité des moyens entre les institutions. L’exemple du réseau finlandais des écoles publiques (sans institutions intermédiaires comme nos commissions scolaires) fait l’envie à cet égard de beaucoup d’États.

12Il existe aussi au Canada un réseau d’écoles publiques qui illustre la possibilité d’obtenir des résultats similaires. La province de l’Alberta a créé au début des années 1990, parallèlement à son réseau de commissions scolaires, un réseau public d’écoles autonomes. Ces écoles répondent directement de leurs projets éducatifs et de leurs résultats au ministère de l’Éducation. Elles ont obtenu, au cours des cinq dernières années, des taux de réussite pour le cycle secondaire de 13 % à 15 % supérieurs à ceux des écoles secondaires des commissions scolaires de la province. Le succès de ces écoles sans processus de sélection des élèves a créé un engouement tel que des listes d’attente à l’entrée présentent un nombre d’élèves dépassant le nombre d’élèves fréquentant actuellement ces écoles.

13Le succès scolaire obtenu dans ces autres réseaux publics incite les directions d’établissement à favoriser des avenues qui accorderont une véritable priorité à l’élève. À cet égard, les directions d’établissement de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement sont d’avis que l’orientation à privilégier devrait être celle de l’autonomie de l’école sur le plan des services éducatifs et des services complémentaires. Une telle autonomie, on l’a dit, offre de meilleures chances de réussite aux élèves et une plus grande équité dans le service à l’élève, ce qui rapproche ainsi du réseau privé.

14Les directions d’établissement doutent que l’orientation ministérielle actuelle permettant de définir des cibles de réussite, d’exercer un plus grand contrôle sur les commissions scolaires et d’accentuer les étapes de reddition de comptes puisse améliorer la réussite des élèves. Dans la réalité, l’orientation choisie par le ministère ne vient qu’ajouter au réseau public des étapes bureaucratiques fastidieuses qui causeront, par leurs multiples contrôles, plus de perturbations dans un réseau qui réclame de la stabilité, de l’ouverture, de la responsabilisation et de l’autonomie.

Haut de page

Notes

1  P. Potvin, Quelques constats sur le décrochage scolaire au Québec, CTREQ, 2008.

2  P. D’Amours, Analyse de la performance de l’école primaire et secondaire dans un contexte international, Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement, 2008.

3  Conseil supérieur de l’éducation, Les projets pédagogiques particuliers : diversifier en toute équité, avis au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Duquette , « Justice et équité, des valeurs qui ont préséance sur tout classement », Éthique publique [En ligne], vol. 11, n° 1 | 2009, mis en ligne le 06 août 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1344 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1344

Haut de page

Auteur

Jean Duquette

Jean Duquette est chargé de projet au développement professionnel à la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org