Navigation – Plan du site
Débat : Le palmarès des écoles

Quelques réflexions autour d’un certain palmarès

Diane de Courcy

Résumé

Depuis l’an 2000, chaque automne ramène la publication du palmarès des écoles secondaires du Québec par le magazine L’actualité. Maintenant produit par l’Institut économique de Montréal, ce soi-disant « bulletin » est présenté comme l’outil de prédilection des parents en quête d’un bon établissement pour leur enfant qui s’apprête à quitter le primaire. Pour la commission scolaire de Montréal, il s’agit plutôt d’un exercice dangereux qui, sous le couvert de l’information neutre, génère un débat inéquitable et faussé.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis l’an 2000, chaque automne nous ramène la publication du palmarès des écoles secondaires du Québec par le magazine L’actualité. Maintenant produit par l’Institut économique de Montréal, ce soi-disant « bulletin » est présenté comme l’outil de prédilection des parents en quête d’un bon établissement pour leur enfant qui s’apprête à quitter le primaire. Pour la Commission scolaire de Montréal, dont j’ai l’honneur de présider le conseil des commissaires, il s’agit plutôt d’un exercice dangereux qui, sous le couvert de l’information neutre, génère un débat inéquitable et faussé.

À la base, une différence de mission

2Qui dit « école privée » devrait aussitôt penser « sélection », « excellence », « élite », c’est du moins sur ce clou que cogne avec insistance le palmarès de L’actualité. Et quelle meilleure façon de prouver ces dires que d’enfoncer ce clou dans l’école publique ? Les résultats ne sont-ils pas là pour le prouver : année après année, le privé l’emporte sur le public pour les résultats globaux obtenus aux examens du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport par les élèves de quatrième et cinquième secondaire de chaque école secondaire du Québec. Mais face à cette effarante simplicité des chiffres, la Commission scolaire de Montréal, la plus importante de la province, ne peut que réagir vivement : et si nous regardions de plus près une réalité autrement plus nuancée ?

3Dès la première publication du palmarès, la Commission scolaire a expliqué ses réserves : comment accorder du crédit à un exercice qui compare deux systèmes différents dans leur mission même ? Alors que le système privé recherche effectivement les meilleurs résultats, notamment en sélectionnant les meilleurs élèves – qui, à propos, proviennent presque tous d’écoles primaires publiques –, la Commission scolaire de Montréal assume une mission tout à fait différente. Elle est chargée par le ministère d’accueillir tous les jeunes qui se présentent. Peu importent leurs résultats scolaires, leur origine et leur cheminement, leurs possibilités, leurs difficultés et leurs handicaps, nous les accueillons tous, dans l’objectif de les faire réussir.

4Dans nos écoles secondaires, nous scolarisons des jeunes de milieux aisés, des élèves brillants, des immigrants récents, des filles enceintes, des adolescents épanouis et d’autres aux prises avec des problèmes d’adultes, d’éventuels décrocheurs et beaucoup, beaucoup de jeunes grandissant dans un milieu défavorisé. Notre but, je le répète, est de les faire réussir tous et chacun en fonction de leurs possibilités individuelles, et non de les faire paraître aux premiers rangs d’un palmarès. Notre objectif est de préparer nos élèves à bien s’intégrer dans la société à laquelle ils appartiennent, et c’est pourquoi nous avons établi des valeurs institutionnelles que nous cherchons à transmettre, notamment la rigueur et la solidarité. Cette mission n’exclut pas la formation de futurs leaders ; bien au contraire, par son implantation dans la communauté et sa compréhension des enjeux actuels et à venir, l’école publique est bien placée pour révéler les jeunes à eux-mêmes et les amener vers l’excellence. Ainsi, peu importe son milieu d’origine, l’élève de l’école publique voit s’ouvrir toutes les portes devant lui – universitaires, collégiales ou professionnelles –, et il nous revient de l’aider à fournir les meilleurs résultats dont il est capable.

5L’école publique telle que la Commission scolaire de Montréal la pratique fait donc les choses autrement qu’au privé parce qu’elle le fait pour une population différente, beaucoup plus variée. En 2008, la moyenne des résultats pour l’ensemble des épreuves du secondaire était de 70,4 % pour la Commission scolaire de Montréal et de 80,4 % pour le secteur privé. Cet écart de 10 % est la démonstration de cette différence de population scolaire, rien de plus.

Pourquoi et pour qui un palmarès des écoles ?

  • 1  Communiqué de presse de l’Institut économique de Montréal, 2 novembre 2001.
  • 2  C. Beaulieu, « Le réveil des écoles publiques », L’actualité, édition spéciale, 15 novembre 2002.

6Voilà donc la principale raison pour laquelle nous ne reconnaissons pas la validité du palmarès de L’actualité. Mais il semble que notre argumentation n’est pas comprise, ni même entendue, puisque chaque année, nous devons répéter les motifs pour lesquels nous ne voulons pas participer à cet exercice. Pourquoi, en effet, prendre part à la publication d’une information travestie et, ainsi, la cautionner ? À cela, Peter Cowley, coauteur du Bulletin des écoles secondaires du Québec, a tôt fait de rétorquer, en 2001, que « la comparaison est au cœur de tout processus d’amélioration1 ». L’année suivante, L’actualité laissait même entendre que le palmarès faisait bouger l’école publique : « Cette troisième édition du palmarès des écoles secondaires du Québec témoigne du bouillonnement qui agite le secteur public. Dans tous les coins de la province, on voit germer une foule d’initiatives. Face à la concurrence des établissements privés […], les écoles publiques du Québec retroussent leurs manches. Nos reportages le montrent. Et L’actualité s’en félicite2

7Comme si nous, de l’école publique, avions besoin d’un palmarès pour nous apprendre nos faiblesses et lacunes et nous montrer les voies de l’amélioration ! Cette prétention élitiste révèle bien une autre différence entre l’école publique et l’école privée : celle-ci cherche à former les chefs de demain en sélectionnant les élèves les plus doués et, de prime abord, parmi les classes les plus aisées. Dès lors, pouvons-nous être surpris des bons résultats de ces établissements ? Le contraire serait inadmissible. Ainsi, quoi de surprenant dans ce que présente le palmarès : les écoles fréquentées par les meilleurs élèves l’emportent sur celles dont la population scolaire est hétérogène et, souvent, fortement défavorisée ? Le collège Jean-de-Brébeuf arrive au premier rang et l’école Pierre-Dupuy, à la queue ? Quelle surprise !

  • 3  Citation tirée de l’article « Ce n’est pas l’école qui est déterminante, c’est l’élève », de Paule (...)

8Du reste, le palmarès est non seulement injuste en comparant deux systèmes différents, mais il est méthodologiquement invalide, comme l’a affirmé en 2003 Jean-Guy Blais, professeur à la faculté des sciences de l’éducation de l’université de Montréal, dont la recherche a clairement démontré qu’il n’est pas possible d’établir scientifiquement une relation de cause à effet fiable entre la qualité des écoles et les résultats des élèves. Ce chercheur affirme que « ce ne sont pas les caractéristiques des écoles qui sont déterminantes pour les résultats des élèves mais plutôt les caractéristiques des élèves qui sont déterminantes pour les résultats des écoles qu’ils fréquentent3 ». En voici la preuve : à la Commission scolaire de Montréal, l’École internationale de Montréal, qui sélectionne ses élèves sur la base des meilleurs résultats scolaires, connaît au palmarès une aussi bonne « performance » que les établissements privés.

9Heureusement, les détracteurs du palmarès se font de plus en plus nombreux et critiques, ce qui, d’une année à l’autre, amène ses auteurs à lui apporter de légers ajustements. Mais, à nos yeux, ces modifications ne sont que des bémols ajoutés à un air qui sonne essentiellement faux, et nous refusons toujours d’entrer dans la danse.

10Une autre question se pose alors : à qui profite le palmarès ? Si la Commission scolaire de Montréal et, avec elle, des chercheurs ainsi que de nombreuses autres commissions scolaires et organisations le dénoncent dans sa validité et sa pertinence, pourquoi continuer à le faire et à le publier ? Poser la question revient pratiquement à y répondre : le bulletin des écoles secondaires constitue un outil de promotion pour le secteur privé et un bon vendeur pour son éditeur. Point à la ligne. Que des parents y trouvent un outil d’information, fort bien. Mais que les responsables de sa préparation et de sa publication refusent de voir ses failles fondamentales, il y a de quoi s’interroger sérieusement sur leurs motifs.

11En attendant, tous ceux qui préfèrent l’école privée voient dans le palmarès un argument des plus réconfortants. Ce classement leur laisse croire que le système privé est le meilleur et que l’école publique, pour s’améliorer, devrait le prendre pour modèle. Mais c’est oublier que notre belle société québécoise, dynamique, ouverte et pacifiste, est en majeure partie formée à l’école publique. C’est oublier aussi que l’école publique est le fruit d’une volonté sociale et une assise de notre système démocratique. Ce que même le gouvernement oublie parfois…

Un système inéquitable

12En effet, quand il s’agit de prendre position sur le fonctionnement du réseau de l’éducation, le gouvernement du Québec semble s’inspirer de Janus, cette divinité romaine à deux visages. D’un côté, il encourage le réseau public à poursuivre ses efforts, comme si ce dernier était le porteur d’une politique d’éducation nationale qui n’existe pas ; de l’autre, il est la principale source de financement du réseau des écoles privées. Depuis des dizaines d’années, ce comportement paradoxal encourage un système d’éducation à deux vitesses.

  • 4  Ce regroupement était formé des onze organisations suivantes : Fédération des commissions scolaire (...)

13Satisfaites de si bien paraître au palmarès de L’actualité, les écoles privées ont dû, tout de même, faire face au retour du balancier quand, en 2005, le Regroupement pour la défense et la promotion de l’école publique4 a demandé au gouvernement du Québec de mettre fin à leur financement public. À juste titre, ce regroupement a fait valoir que les écoles publiques manquent de financement pour relever leurs nombreux défis et que le gouvernement doit investir davantage dans le réseau public plutôt que de financer des établissements privés qui n’ont pas les mêmes obligations. À ce sujet, la position de la Commission scolaire de Montréal est sans équivoque : elle n’est pas contre l’école privée, mais contre son financement public. Il faut bien reconnaître que, grâce au soutien de Québec, les écoles privées jouissent depuis longtemps d’un avantage financier qui leur permet de s’enrichir, de tenir leurs installations à jour et même, pour plusieurs, de devenir plus accessibles en diminuant leurs frais de scolarité !

14Parallèlement à tous ces atouts, l’école privée – que j’appelle plutôt semi-privée – bénéficie d’une formidable immunité qui lui évite de rendre des comptes. Elle est si autonome et indépendante que, même dans les vastes débats éducationnels, elle n’est jamais remise en question, jamais examinée de près. Combien de journalistes se sont rendus dans une école privée pour voir comment progresse l’implantation de la réforme ? L’école privée semble protégée par une aura toute particulière, conférée par les frais de scolarité élevés. Telle une montre de luxe payée une fortune, l’école privée serait un « produit de consommation » de premier choix, inattaquable et incontestable. Comme si le fait de payer plus était nécessairement gage de qualité ! J’irai plus loin encore : cette autonomie et cette indépendance – qui reposent sur un financement public s’élevant à 60 %, je le rappelle – sont implicitement avalisées par ceux qui produisent et publient le palmarès, par les médias qui en font l’annonce et le commentaire et par le ministère qui n’y trouve rien à redire, laissant les parents se débrouiller seuls avec cette mode du temps.

15À court ou moyen terme, la concurrence inéquitable entre deux réseaux d’éducation mènera à une question fondamentale pour notre société : jusqu’où devons-nous soutenir l’école publique ? Depuis la publication du rapport Parent, au début des années 1960, et des états généraux sur l’éducation, en 1996, il est socialement accepté et entendu que chaque enfant a droit à une éducation accessible, de qualité et complète. Et c’est l’école publique qui est chargée de cette mission. Sans un soutien financier adéquat, sans même l’appui moral de sa communauté, l’école publique ne pourra avancer que bien difficilement. Évidemment, il est toujours possible de modifier la mission. Nous pourrions, par exemple, confier aux écoles « privées » l’éducation des élèves les plus doués et laisser l’école publique se charger des élèves moins talentueux, qui ont des problèmes d’apprentissage, des handicaps ou des comportements à risque… Ce type de fonctionnement aurait l’avantage d’être clair. Mais est-ce bien la société que nous voulons ?

Des effets ? Bien sûr !

  • 5  P. Bourgault, « Maudit palmarès », Le Journal de Montréal, 4 novembre 2001.

16Depuis toujours, la Commission scolaire de Montréal poursuit sa route. On nous a souvent demandé, et on nous demande encore, si le palmarès a des effets sur nous. Bien qu’elle suscite toujours un peu de perplexité, notre réponse n’est nullement exagérée : chaque automne, nous nous préparons à remonter le moral des troupes ; chaque automne, le nouveau palmarès de L’actualité démobilise le personnel et perturbe les élèves de plusieurs écoles et leurs parents pendant au moins un mois. Comment pourrait-il en être autrement ? Comment un enseignant ou un élève de l’école secondaire Pierre-Dupuy peut-il réagir favorablement en lisant que, encore cette année, il se trouve dans l’une des écoles qui réussit le moins bien au Québec ? Quelle valeur peut-il donner à son enseignement, à son apprentissage ? Quel goût peut-il avoir, sur le moment, de continuer ? Ce que Pierre Bourgault appelait, en 2001, le « maudit palmarès », parce qu’il y voyait lui aussi une « promotion de l’école privée au détriment de l’école publique5 », crée dans nos murs un dérangement annuel. Bref, sous tous ses angles, cet exercice est loin d’être aussi neutre que ses apôtres le décrivent.

17Pour ces raisons et bien d’autres, le portrait que nous renvoie le palmarès nous a forcés, dans les premières années, à nous replier sur nous-mêmes. Sommes-nous si vilains que cela ? Nous nous sommes sérieusement posé la question et, comme le petit canard de l’histoire, la vue de notre image réelle nous a beaucoup consolés. Eh quoi ! Nos écoles se préoccupent des besoins de chaque enfant et, pour cela, doivent démontrer beaucoup de créativité et d’innovation. Évoluant dans une communauté diversifiée, multiethnique et en rapide évolution, elles doivent très bien connaître ceux et celles qui les fréquentent, faire preuve d’un grand sens d’adaptation et être à l’écoute de tous. Chaque école développe une compétence propre et met sur pied un projet éducatif unique qui répond aux besoins et aux désirs exprimés par les élèves et leurs parents. Tous les ans, le personnel réalise des projets imaginatifs qui motivent les jeunes et les font cheminer de manière remarquable… Rapidement, nous avons remplacé le voile de honte dont certains tentaient de nous recouvrir par une fierté légitime. Cette fierté, nous nous sommes attardés à la communiquer à l’ensemble des employés, et nous attendons encore que les médias s’y intéressent.

18Toutefois, pendant ce temps, la campagne de promotion de L’actualité a marqué des points. Quand, d’une manière générale, la population scolaire diminuait au Québec, les écoles secondaires privées ont, pour leur part, vu leurs effectifs augmenter année après année, passant de 72 635 en 1999-2000 à 81 102 en 2003-2004, ce qui représente une augmentation de 11,7 % en cinq ans. Cette tendance s’est poursuivie par la suite, ce qui se voit dans la baisse du taux de rétention entre le primaire et le secondaire du réseau public. Ainsi, en 2005-2006, 81 % des élèves de la Commission scolaire de Montréal passant de la sixième année à la première secondaire continuaient leurs études dans le réseau public ; en 2007-2008, ce taux était de 69 %, c’est-à-dire une diminution de 12 % en trois ans.

Nous faisons nos devoirs…

19Je ne voudrais pas induire le lecteur en erreur. La Commission scolaire de Montréal n’a jamais prétendu être parfaite. Elle connaît ses problèmes et les attaque de front. Notre plus grand défi consiste à aider tous ceux qui franchissent nos portes à réussir leurs études. Si le palmarès de L’actualité ne tient pas compte des abandons dans sa comptabilisation, à la Commission scolaire de Montréal, nous nous soucions grandement du fort taux de décrochage scolaire dans nos écoles. Qui décroche ? Qui poursuit ses études ? Pour quelles raisons abandonne-t-on l’école ? C’est pourquoi de nombreux changements ont été apportés, de nombreux autres viendront bientôt. Nous faisons les devoirs qui nous incombent et, n’en déplaise à M. Peter Cowley, le bulletin des écoles n’a rien à y voir.

20Il y a une exception, une seule. Le palmarès nous a apporté un élément positif et non négligeable : il nous a montré l’importance de mieux informer les parents. Dans un monde hautement concurrentiel qui n’épargne pas le domaine de l’éducation, les parents veulent en savoir plus : à bon droit, ils veulent connaître ce que les écoles proposent et en quoi elles se distinguent. Le palmarès leur offre ce genre d’information, répondant du coup à un besoin réel, ce qui explique en partie son accueil favorable. Par ailleurs, en 2002, un sondage Léger Marketing nous a appris que plus les Québécois étaient renseignés sur l’école publique, plus ils en étaient satisfaits.

21À la Commission scolaire de Montréal, nous avons convenu que nous avions un retard à rattraper sur ce nouveau terrain. Les parents de nos élèves eux-mêmes nous ont fait part de leur manque d’information sur ce que nous faisons et ce que nous offrons. Nous avons donc entrepris des campagnes de communication, d’abord par souci d’exactitude, puis pour établir de nouveaux liens avec les élèves et leurs parents. À ce sujet, je veux préciser que la Commission scolaire de Montréal ne dispose d’aucun budget destiné aux communications et que chaque précieux sou investi dans ce domaine doit servir à nous rapprocher de la communauté que nous desservons. Depuis 2001, nous avons fait d’immenses progrès en ce sens.

22Tout d’abord, nous avons dépoussiéré l’image de l’école publique qui, dans les vingt dernières années, a beaucoup changé. Nous avons fait ressortir une liste de mythes et préjugés tenaces à l’égard de l’école publique, question de remettre les pendules à l’heure. Outre la publicité dans les médias, nous avons instauré des journées portes ouvertes dans tous nos établissements, une mesure qui connaît un grand succès : en 2005, plus de 4 300 personnes ont répondu à l’invitation des écoles, en 2007, elles étaient près de 12 000 – manifestement, les gens veulent en savoir davantage sur leur école publique !

23L’an dernier, nous avons mis en place une ligne téléphonique à l’intention des parents ayant des questions et produit la trousse d’information générale et pédagogique Réussir, que chaque parent du primaire et du secondaire a ensuite reçue.

24Au-delà de ces actions de communication, nous visons la réussite scolaire, comme je l’ai déjà dit. Avec les associations syndicales, nous avons élaboré et adopté une vision de l’école publique qui a pour principal objectif la réussite de chaque élève. Nous avons réalisé un diagnostic organisationnel qui nous a éclairés sur ce qui se passe dans nos établissements. Par la suite, nous avons entrepris d’établir un plan à partir d’un large travail de consultation auquel ont pris part plus de dix mille personnes, enseignants, professionnels, directions et parents. Lorsqu’il sera adopté à la rentrée 2009, le plan Réussir se déclinera en deux grandes orientations : améliorer la réussite par la maîtrise du français et soutenir les élèves qui présentent des besoins particuliers. Chaque école pourra y puiser le nécessaire pour améliorer le taux de réussite de ses élèves, en fonction de ses réalités, besoins et attentes. Ainsi, à la Commission scolaire de Montréal, nous pensons qu’une école est unique et qu’elle peut effectivement s’améliorer.

25Nous travaillons également à ancrer l’école au sein de sa communauté, en tant qu’entité indissociable et indispensable. En effet, nous sommes d’avis que chaque enfant a besoin de sa communauté pour s’épanouir et que, pour atteindre ce but, une école et sa communauté s’appartiennent et peuvent se soutenir réciproquement. Croyant en cette idée d’école communautaire, nous avons proposé la création de comités de quartier qui permettent de coordonner les besoins scolaires d’une ou de plusieurs écoles d’un même quartier avec les ressources locales.

Et nous irons loin !

26Nous sommes très satisfaits du chemin parcouru dans les dernières années. Notre campagne « Ils iront loin » témoigne de notre nouvelle assurance. Nonobstant les questions qui circulent au sujet de l’école publique, nous savons ce que nous valons, nous n’avons nul besoin d’un palmarès ou d’une quelconque compétition pour nous révéler à nous-mêmes. Pour ce qui est de nous faire connaître au grand public, nous savons maintenant que nous ne serons jamais si bien servis que par nous-mêmes. Aujourd’hui, si le palmarès demeure, il ne nous empêche pas d’avancer. Nous comptons de très nombreux partenaires qui appuient nos démarches ; les parents viennent par milliers à nos portes ouvertes et apprennent que toutes nos écoles secondaires ont leur charme et leurs forces ; après être descendu à 69 % en 2007-2008, le taux de rétention des élèves passant du primaire au secondaire est remonté à 71 % en 2008-2009 ; basé sur l’immense compétence de notre personnel, le plan Réussir est imaginatif et solide. Nous avançons de façon dynamique et positive.

27Cela, par ailleurs, ne nous empêche pas d’avoir notre avis sur le palmarès de L’actualité et d’en tirer nos propres conclusions : il est grand temps pour le Québec de se munir d’une politique nationale de l’éducation clarifiant une fois pour toutes les rôles et les formes de financement des systèmes public et privé. Pour le plus grand respect de tous les parents, de leurs enfants et de la société.

Haut de page

Notes

1  Communiqué de presse de l’Institut économique de Montréal, 2 novembre 2001.

2  C. Beaulieu, « Le réveil des écoles publiques », L’actualité, édition spéciale, 15 novembre 2002.

3  Citation tirée de l’article « Ce n’est pas l’école qui est déterminante, c’est l’élève », de Paule des Rivières, paru dans la revue Forum, vol. 38, no 9, 27 octobre 2003.

4  Ce regroupement était formé des onze organisations suivantes : Fédération des commissions scolaires du Québec, Centrale des syndicats du Québec, Fédération des comités de parents du Québec, Fédération des syndicats de l’enseignement, Commission scolaire de Montréal, Alliance des professeures et professeurs de Montréal, Association des directeurs généraux de commissions scolaires, Association des cadres scolaires du Québec, Association montréalaise des directions d’établissement scolaire, Association québécoise du personnel de direction des écoles et Fédération québécoise des directeurs et directrices d’établissement d’enseignement.

5  P. Bourgault, « Maudit palmarès », Le Journal de Montréal, 4 novembre 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane de Courcy , « Quelques réflexions autour d’un certain palmarès », Éthique publique [En ligne], vol. 11, n° 1 | 2009, mis en ligne le 06 août 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1342 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1342

Haut de page

Auteur

Diane de Courcy

Diane de Courcy est présidente de la Commission scolaire de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org