Navigation – Plan du site
Débat : Le palmarès des écoles

Éthique de l’inconfort

Carole Beaulieu

Résumé

Le magazine L’actualité publie depuis bientôt dix ans le classement des écoles secondaires du Québec. Des centaines de rencontres, à diverses occasions, ont confirmé la pertinence de publier, chaque année, un classement des écoles. Éthique, ce classement ? Oui. Sans l’ombre d’un doute. Il vise le bien. Mais comme un médecin qui, pour faire le bien – remettre une épaule en place, par exemple –, doit parfois faire un peu mal, le palmarès n’est pas sans douleur. Le tout est de savoir si le bien qui en découle est plus important que le mal causé. Nous pensons que oui. Ce palmarès porte en lui, croyons-nous, l’espoir que des gens, face aux faits, se mobiliseront pour faire en sorte que tous les enfants du Québec aient les meilleures chances possibles de réussir dans la vie. Cela demeure notre objectif.

Haut de page

Texte intégral

1La quadragénaire que je croise dans un cinq à sept dit me détester. Pourtant, je ne la connais pas. Nous ne nous sommes jamais rencontrées avant cette soirée chez des amis communs. Mais puisque nous sommes là, entre deux verres de vin, elle veut bien me dire pourquoi elle lance des fléchettes, en pensée, sur une cible qui me ressemble.

2Depuis que L’actualité publie un classement des écoles secondaires, son directeur l’oblige – comme tous les autres professeurs de science de l’établissement – à dresser la liste, au milieu de l’année, des élèves qu’elle estime à risque d’échouer à l’examen officiel du ministère. Elle doit aussi préparer un plan d’action pour empêcher cet échec. J’attends la suite. Le coup de grâce. Ce qui va me faire comprendre sa colère. Mais, de suite, il n’y en a pas. L’histoire est terminée. L’enseignante m’exècre parce qu’elle doit rendre des comptes. Parce que son directeur l’oblige à se défoncer pour diplômer un élève de plus, un de ces jeunes qu’elle estime, à tort ou à raison, être des causes perdues.

3Depuis bientôt dix ans que L’actualité publie le classement des écoles secondaires, il y a eu des centaines de ces rencontres qui ont confirmé la pertinence d’une telle publication annuelle. Éthique, ce classement ? Oui. Sans l’ombre d’un doute. Il vise le bien. Mais comme un médecin, qui, pour faire le bien – remettre une épaule en place, par exemple –, doit parfois faire un peu de mal, le palmarès n’est pas sans causer un peu de douleur. Le tout est de savoir si le bien qui en découle est plus important que le mal causé. Nous croyons que oui.

Les objectifs d’origine

4Le magazine L’actualité a été fondé en 1976. (À ne pas confondre avec le magazine Actualité, qui a été son ancêtre.) Sa première couverture portait sur l’école ! L’éducation est un de ses champs d’intérêt principaux. Il publie d’ailleurs depuis vingt ans un programme pédagogique utilisé dans des écoles du Québec et de l’Ontario. Le magazine a notamment pour ambition de combattre l’ignorance. Sans un public instruit, il ne peut avoir de lecteurs. Sans des citoyens instruits, capables de s’informer et de prendre des décisions éclairées, la démocratie québécoise est fragilisée. Les archives du magazine témoignent de cet engagement. Les ministres de l’Éducation y ont droit à de longues entrevues. On peut y lire, en 1999, une série de reportages intitulée « Éducation 2000 », racontant une vingtaine d’initiatives prises par des écoles (primaires et secondaires) pour exceller, même s’il faut parfois aller à l’encontre des règles édictées par le ministère de l’Éducation, parfois enlisé dans un jargon indigeste. Perçu comme aride, ennuyeux, le secteur de l’éducation fait bien rarement la une du bulletin d’informations télévisées. Mais il a régulièrement sa place dans les pages de L’actualité.

5Au début de l’année 2000, deux instituts de recherche privés, l’Institut Fraser de Vancouver et l’Institut économique de Montréal (IEDM), offrent à L’actualité de lui livrer, sans frais, les données d’une étude sur les résultats de toutes les écoles secondaires, privées et publiques, du Québec. Le magazine accepte. Et se fixe alors des objectifs : 1) remplir sa mission d’organe d’information en donnant aux Québécois des renseignements recueillis partiellement grâce à leurs impôts, mais qui ne leur sont pas accessibles facilement ; 2) susciter le débat public sur la qualité de l’éducation offerte au Québec, aussi bien dans le réseau public que privé ; 3) faire connaître les meilleures pratiques des établissements pour susciter l’émulation ; 4) inciter parents, enseignants et pouvoirs publics à s’engager pour améliorer les services.

L’école compte

6En neuf ans, l’étude a connu quelques changements. Des variables ont été ajoutées au fil des années. Une toute nouvelle formule est née, en 2008, à la suite du divorce des deux instituts auteurs, qui ont opté pour des classements différents – l’un tenant davantage compte que l’autre de l’incidence du milieu socioéconomique sur la réussite des élèves. L’an dernier, le palmarès de l’Institut Fraser a été publié par Le Journal de Montréal. Celui de l’IEDM, par L’actualité.

7En neuf ans, qu’avons-nous appris ? Que l’école compte. Que des villages entiers peuvent se mobiliser en faveur de leurs écoles si on fait appel à eux. Mais aussi que l’establishment scolaire ne pense pas toujours qu’aux enfants.

8L’école peut jouer un rôle important dans la vie des enfants. Évident ? Non. Chaque année, lors de la parution du classement, des critiques affirment que l’établissement en soi ne change rien. Que seules la qualité des élèves et surtout la richesse de leurs parents comptent. Un chef syndical a même dit sur les ondes que les profs ne changeaient rien. Nous savons tous qu’un bon prof – qui vous fait confiance, qui vous incite à vous dépasser – peut changer une vie.

9Ce que nous ne savions pas, mais que ces années de palmarès nous ont appris, c’est qu’une école bien organisée, c’est-à-dire organisée pour répondre aux besoins des élèves, de ses élèves à elle, peut changer la vie de milliers de jeunes. Qu’est-ce qu’une école bien organisée ? Il suffit de relire la soixantaine de reportages que nous avons consacrés à des écoles, dans le cadre de ces neuf éditions, pour trouver un certain nombre de réponses. Nos journalistes ont parcouru tous les coins du Québec, plusieurs provinces canadiennes, des pays d’Europe, des États américains, pour voir en action des équipes-écoles qui avaient réussi à transformer des établissements en difficulté – qui diplômaient trop peu d’élèves — pour en faire des lieux de réussite.

10Les recettes se ressemblent assez souvent : un lieu sécuritaire (tolérance zéro aux gangs dans le coin des casiers), des activités parascolaires qui permettent aux jeunes de se réaliser au moyen de leurs passions (théâtre, sports, musique, radio scolaire, etc.), une autorité ferme et cohérente de la part des adultes, qu’ils soient enseignants ou concierges, des services adaptés aux besoins des jeunes et, parfois, des services spécialisés pour tisser des liens avec les familles, surtout en milieu défavorisé.

11Une école où les parents peuvent faire leur lessive la fin de semaine peut parfois apprivoiser un parent illettré qui ne comprend pas pourquoi il devrait encourager son fils à étudier. Une école ouverte le week-end pour des activités parascolaires peut offrir un lieu sécuritaire quand la maison ne l’est pas. Une école qui arrive à offrir aux enfants d’immigrants des modèles d’adultes bien intégrés – de la même origine ethnique qu’eux, par exemple – peut marquer des points. Encore faut-il en trouver, de ces modèles, surtout s’ils ne sont pas sur la liste d’ancienneté agréée par la convention collective ! Tout cela est compliqué, certes. Mais si la volonté est là, cela devrait être possible.

12Derrière chaque remontée au classement, nous avons toujours trouvé une équipe-école forte et solidaire. Un nouveau directeur, des enseignants plus dévoués que d’autres, un nouveau programme. Du temps, des idées, de la sueur, de la détermination. Des hommes et des femmes. Et un même entêtement à faire ce qu’il faut en dépit des règles administratives, syndicales ou bureaucratiques. Avec un seul objectif en tête : aider des enfants à se construire, à devenir de jeunes adultes et à obtenir un diplôme qui leur permettra de gagner leur vie.

13Car, faut-il le rappeler, en 2004, plus de 65 % des jeunes de moins de trente ans qui ont eu recours à l’aide sociale n’avaient pas de diplôme de cinquième secondaire. Encore aujourd’hui, 15 % des jeunes Québécois de moins de trente ans n’ont pas ce diplôme. Le combat contre le décrochage n’est pas vain. Dans cette bagarre pour diplômer, les petites écoles semblent avoir un avantage. Les grands établissements peinent plus, surtout en milieu défavorisé, surtout à Montréal, à contrer les effets de la pauvreté et à donner à chacun l’attention dont il a besoin.

14Ce classement pourrait nous apprendre pas mal de choses si seulement on acceptait de le regarder un peu plus sereinement, en dépit de ses limites, qui sont bien réelles. L’actualité en a toujours convenu. Le classement est un outil. Ce n’est pas le seul. Mais pourquoi refuser de se servir de celui-là ?

Attention : classement méchant

15Ce classement n’offre rien de bon, affirment chaque année des critiques. Il faut cesser sa publication. Tant pis pour les vérités troublantes qu’il révèle, comme le fait que certaines écoles ne diplôment pas un tiers de leurs élèves. Et qu’elles lancent ces jeunes dans la vie avec bien peu d’outils pour devenir les hommes et les femmes dont notre société a besoin.

16Comme m’a déjà dit en privé un directeur d’école, les enseignants et la bureaucratie scolaire connaissent ces données, rien ne sert de les rendre accessibles aux parents. Et si, au contraire, cela pouvait servir à mobiliser plus de gens, plus de cerveaux, une plus grande volonté commune ? Ce classement, disent aussi ses critiques, décourage les enseignants et les enfants des écoles qui ne réussissent pas bien.

17Chaque année, les Nations unies et l’Unicef, pour ne citer que ces deux organisations, publient des classements des pays qui offrent à leurs habitants les meilleures conditions de vie ou à leurs enfants les meilleures chances de grandir en bonne santé. Les syndicats ne dénoncent pas ces classements, ne disent pas qu’ils démotivent les habitants de la Sierra Leone. Ils comprennent très bien l’objectif : obtenir un polaroïd – imparfait, incomplet, mais utile – qui met en lumière des iniquités et cible les endroits où il faut agir. Car si on ne sait pas où agir, comment agirons-nous ? Lors d’une rencontre de l’Association francophone pour le savoir, à Rimouski, en 2003, des experts venus de l’étranger ont été surpris de voir leurs collègues québécois trébucher allégrement sur leurs grilles idéologiques et être incapables de discuter, posément, de la pertinence et de la validité des classements.

18Le classement a le mérite de sonner le réveil des troupes. Ainsi, comme nous l’a raconté Luc Chevrier, directeur de l’école Natagan, à Barraute, en Abitibi, tout a commencé pour lui un matin de 2003. Un journaliste de la station Radio-Nord lui a téléphoné pour lui demander pourquoi son école était 466e sur 472 au Québec. Des écoles de milieux plus pauvres faisaient beaucoup mieux !

19Chevrier a réuni son équipe. Et, avec l’aide de la commission scolaire, a amorcé un virage. Quatre ans plus tard, l’école Natagan était au 116e rang. Tout un village s’était mobilisé. Et bien des jeunes avaient profité d’une expérience scolaire plus stimulante !

20Le classement fait mal à ceux qui se retrouvent au fond. D’accord. Mais il peut inciter à l’action, mobiliser directions d’école, parents, enseignants.

Le faux débat public-privé

21Les critiques du classement affirment souvent que L’actualité fait la promotion du privé. C’est faux. Dans plusieurs reportages, le magazine a critiqué vertement les pratiques des écoles privées qui, après la troisième secondaire, écrèment leur cohorte, pour ne garder que les jeunes susceptibles de bien réussir aux examens officiels. L’actualité n’a pas de parti pris en faveur d’un réseau ou d’un autre. Près de la moitié des lecteurs de L’actualité vivent dans des régions où le choix du privé n’est pas offert. Leur seule option, c’est de travailler à améliorer leur école !

22Ce n’est pas le magazine L’actualité qui a décidé que l’État québécois financerait à plus de 60 % les institutions privées. Si la société québécoise souhaite changer cet état de fait, elle peut s’y atteler. Plusieurs gouvernements, libéraux comme péquistes, ont indiqué leur refus de modifier ce niveau de financement. C’est à Montréal que le gros de l’exode vers le privé se concentre. Il avait commencé bien avant la publication du palmarès, qui l’a probablement accéléré.

23Le fait est que la société québécoise a bien changé depuis la réforme Parent. Les parents ont moins d’enfants et souhaitent leur donner ce qu’il y a de mieux. Pourtant habitués à comparer les différents modèles lorsque vient le temps d’acheter un téléviseur ou une voiture, ils ne comprennent pas pourquoi ils ne pourraient pas faire de même avec l’école, la visiter tout au moins avant d’y envoyer leur enfant. Le retour des journées portes ouvertes dans les écoles publiques est un pas dans cette direction. Peut-on aller plus loin ? Il est frappant de constater qu’à Edmonton, par exemple, une école publique située en milieu défavorisé offre un programme d’immersion en espagnol. Une autre, un programme en arts fort réputé. Des enfants des beaux quartiers s’y pressent, assurant cette mixité sociale que nos syndicats d’enseignants disent vouloir préserver pour le bien de notre démocratie. La mixité sociale est importante, c’est vrai. Mais pourquoi ne pas utiliser la carotte plutôt que le bâton pour la préserver ?

24Au Québec, des syndicats et des universitaires militent contre les programmes particuliers ou s’opposent aux programmes d’éducation internationale, qu’ils jugent élitistes. Pourquoi ne pas plutôt militer pour que tous les enfants du Québec aient accès à un programme particulier qui leur permette de se réaliser ? Le classement donne des outils aux parents, aux enseignants, aux politiciens. Avec ces outils, ils peuvent agir. Ils peuvent s’impliquer pour changer leur école. Ils peuvent aussi simplement voter avec leurs pieds et changer leur enfant d’établissement. Le monde de l’action leur appartient.

25L’actualité, lui, fait son travail. Il décrit la capacité d’une école de diplômer ses élèves – ce qui est la mission d’une école, après tout – et tente d’expliquer à ses lecteurs, en toute humilité, pourquoi certaines réussissent mieux que d’autres. Apprendre que certains établissements du Québec ne diplôment pas le tiers de leurs élèves a quelque chose d’inquiétant. Qu’attendons-nous pour changer les règles du jeu et bâtir le genre d’écoles où ces enfants pourront apprendre, devenir les hommes et les femmes dont notre société a besoin ? Sans le classement des écoles, nous ne serions pas mis, chaque année, devant cette réalité dérangeante qui nous aiguillonne et nous pousse à l’action.

26Depuis le premier palmarès, l’objectif de L’actualité n’a pas changé : diffuser de l’information compilée à l’aide de deniers publics, permettre aux gens de poser des questions, faire connaître les meilleures pratiques en milieu scolaire, susciter l’émulation, mettre l’éducation à l’avant-plan du débat public au moins une fois par année. En neuf ans, notre équipe de rédaction a vécu d’innombrables expériences qui confirment que ces objectifs sont atteints en bonne partie. Des parents, des enseignants, des directions d’école nous ont dit, en privé, que la publication du classement avait été un électrochoc. Dans plusieurs régions, des changements ont été apportés à l’organisation scolaire à la suite de la publication du palmarès. Année après année, entre 60 % et 75 % des Québécois sondés par CROP nous disent que le classement est utile et intéressant, même s’ils le savent incomplet. Je répète : ils le savent incomplet.

27Éthique, la publication de ce classement ? Oui. Ce palmarès porte en lui, croyons-nous, l’espoir que des gens, en présence des faits, se mobiliseront pour faire en sorte que tous les enfants du Québec aient les meilleures chances possible de réussir dans la vie. Cela demeure notre objectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Beaulieu , « Éthique de l’inconfort », Éthique publique [En ligne], vol. 11, n° 1 | 2009, mis en ligne le 06 août 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1340 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1340

Haut de page

Auteur

Carole Beaulieu

Carole Beaulieu est rédactrice en chef du magazine L’actualité.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org