Navigation – Plan du site
Zone libre

Professionnalisme et identité : des enjeux pour la formation

Céline Bacon

Résumé

Le renouveau éthique actuel passe, semble-t-il, par une forme de professionnalisation ou de reprofessionnalisation des services. Qui dit professionnalisation dit habituellement aussi formation au professionnalisme. Quels sont les enjeux de telles formations à l’heure où les organisations y investissent des sommes importantes ? Les données d’une recherche où le professionnalisme est étudié sous l’angle de la relation qui se joue entre l’identité professionnelle et la posture éthique d’un praticien servent ici à mieux comprendre le phénomène et à identifier des enjeux pour la formation. Le portrait de quatre postures éthiques et, ensuite, un regard sur la forme de professionnalisme liée à la déontologie juridique contribuent à identifier des enjeux de formation. Il en ressort notamment l’importance de considérer la perspective identitaire que toute formation au professionnalisme implique lorsqu’on souhaite atteindre les cibles visées, voire entre autres celle de la motivation des personnes à s’investir éthiquement dans l’organisation.

Haut de page

Texte intégral

1Nul n’est besoin d’exposer ici ce que d’autres ont déjà bien su exprimer concernant la demande grandissante d’éthique. Nul n’est besoin non plus de documenter la sensibilité éthique croissante qui invite, entre autres, à signaler plus qu’avant les abus qui affectent la vie des personnes, des collectivités, des organisations, des institutions et de la société.

2Dans cette foulée, il appert que, dans diverses organisations, notamment dans la fonction publique, on exige de plus en plus des employés qu’ils agissent comme de « vrais » professionnels ou, pour le dire autrement, avec professionnalisme  – exigence qui peut également se traduire par des demandes reliées au développement d’habiletés et d’attitudes axées sur la qualité des services, ou encore la fameuse approche client.

  • 1 G.A. Legault (dir.), Crise d’identité professionnelle et professionnalisme, Sainte-Foy, Presses de (...)

3Loin d’être mort, on voit que le professionnalisme est en demande. Tout comme dans le système professionnel québécois, où le professionnalisme conserve un noyau de sens qui le situe toujours dans l’horizon d’attentes élevées face aux professionnels, on voit de plus en plus se dessiner un « professionnalisme sans profession » là où les attentes sont tout aussi élevées face aux différentes personnes qui offrent des services à autrui1. Il est d’ailleurs possible de penser que le renouveau éthique actuel passe par une forme de professionnalisation (ou de reprofessionnalisation) des services, où l’on exige des personnes de considérer leurs démarches comme une intervention professionnelle, c’est-à-dire en tenant compte de leurs impacts sur la vie des personnes, des collectivités et de la société.

  • 2 Voir notamment G . Giroux (dir.), La pratique sociale de l’éthique, Montréal, Bellarmin, 1997.

4Qui dit professionnalisation dit habituellement aussi formation au professionnalisme. Dans plusieurs lieux on note d’ailleurs les sommes importantes investies dans celle-ci. Quels éléments sont à considérer lorsque vient le temps de mettre sur pied ces formations ? Prend-on, par exemple, le temps de déterminer ce sur quoi on souhaite miser plus exactement ou si on s’en remet plutôt à un programme déjà établi ailleurs sans questionner sa pertinence par rapport aux cibles visées ? Considère-t-on des enjeux de formation qui ont été soulevés par le fort mouvement de professionnalisation des années 1960-1970 alors que celui-ci a soulevé des impacts négatifs au regard de la vitalité d’une culture particulière – culture dans laquelle s’ancrait pourtant le sens d’une pratique et, de là, s’ancrait aussi la régulation des conduites professionnelles ? Cherche-t-on à surmonter les obstacles inhérents à un professionnalisme transformé en donnée légale et aux approches juridiques alors que plusieurs ont soulevé les limites du droit à tout réguler2 ? Privilégie-t-on la conformité à un code de conduites parce que l’approche s’apparente à des mécanismes connus de contrôle et de surveillance ou si, en cohérence avec des préoccupations organisationnelles, privilégie-t-on plutôt une approche axée sur un horizon collectif et social et sur des éléments permettant de rejoindre la motivation des personnes  ? Peut-être s’agit-il parfois d’un choix difficile à faire alors que les modèles nous apparaissent insuffisants ou difficiles à interpréter, néanmoins, des questions se posent sur la formation au professionnalisme et sur les enjeux qu’elle soulève.

  • 3 C. Bacon, Explicitation de l’interrelation identité professionnelle-éthique professionnelle à parti (...)
  • 4 Les professionnels rencontrés sont conseillères et conseillers d’orientation. Formés dans six unive (...)
  • 5 Ces repères sont souvent ceux de l’article 25 du Code des professions – L . R . C., c. C-26.

5Afin de répondre à des questions de ce genre, nous avons mené une recherche dans le cadre de notre démarche doctorale3. L’objectif du présent article est d’apporter un éclairage à la compréhension du professionnalisme et de contribuer à l’identification d’enjeux pour la formation en puisant aux données de cette recherche. Bien que ces données s’appuient sur l’expérience de professionnels inscrits dans le système professionnel québécois, nous pensons qu’elles peuvent être utiles. En effet, il est possible d’envisager que, d’une part, l’expérience des personnes en organisation n’est pas tellement éloignée de l’expérience des professionnels rencontrés – d’autant que plusieurs exercent dans divers types d’organisations4. D’autre part, considérant que les exigences du système professionnel servent souvent de repères lorsqu’il s’agit de professionnalisation, il est vraisemblable d’envisager que des variables semblables jouent dans différents milieux5.

Le professionnalisme : un phénomène qui se concrétise dans la pratique

6Prendre appui sur cette recherche invite à noter que le professionnalisme n’est pas traité ici de façon abstraite. Il est traité en tant que phénomène qui, à la base, se concrétise par des décisions et des actions professionnelles quotidiennes. Il n’évacue pas la relation à autrui dans l’utilisation d’une expertise et ne se limite pas à une application technique talentueuse. Inscrit en contexte socioculturel, il prend en compte l’existence de critiques adressées aux professionnels, notamment face à des situations où un jugement technique crée plus de tort que de bien, à des situations qui évacuent une réalité singulière, à des décisions qui laissent dans l’ombre des conséquences négatives pour autrui et pour des collectivités entières, voire aussi à des situations où le rôle social d’une profession ou d’une organisation est négligé. Tout en considérant ces critiques, le professionnalisme n’est pas traité comme phénomène lié à la seule responsabilité d’une personne face à sa pratique. Sans nier cet aspect, il interpelle aussi la coresponsabilité des acteurs du monde du travail (groupes, instances de formation, organisations, institutions, société), qui véhiculent des discours sur le professionnalisme, discours qui affectent le développement et l’agir professionnels.

Le professionnalisme : un angle particulier d’étude

  • 6 En tant que changement lié à un processus volontaire, la socialisation secondaire et professionnell (...)

7Cet horizon de coresponsabilité contribue à ré-ancrer le professionnalisme dans l’univers de l’éthique professionnelle en le traitant à la fois comme valeur première de l’éthique professionnelle et comme facette de l’identité professionnelle en considérant, notamment, la part de socialisation secondaire et professionnelle6 que jouent divers acteurs du monde du travail dans le développement professionnel. Cela aide alors à exploiter un angle qui considère qu’au quotidien se joue, sous différentes formes, une relation entre l’identité professionnelle (IP) et l’éthique professionnelle (EP), relation que nous nommons ici et pour la suite : interrelation IP-EP. Cet angle permet ainsi de traiter d’éléments qui, sans toujours le laisser paraître à première vue, façonnent le phénomène.

  • 7 Le lecteur intéressé à approfondir la notion identitaire peut notamment se référer au cadre de réfé (...)

8C’est donc sous l’angle de l’interrelation IP-EP que nous tentons ici d’identifier des enjeux pour la formation au professionnalisme. Pour atteindre cet objectif, nous traçons d’abord le portrait de l’éthique professionnelle en situant les grands traits de quatre postures éthiques qui cohabitent sur le terrain des pratiques. Il s’avère en effet difficile de mieux comprendre le professionnalisme sans saisir ces postures qui aident non seulement à se situer comme personne, mais aussi comme organisation et à faire ensuite les choix qui s’imposent. Des éléments tels que la transformation des appartenances (incluant l’accès difficile à un univers culturel et symbolique) ou le code de déontologie en tant que représentation juridique incontournable sont traités au passage alors que ceux-ci influent sur les postures éthiques et sur le professionnalisme. Bien qu’il serait intéressant de tracer aussi le portrait de l’identité professionnelle7, il nous faudra, faute d’espace, passer directement au traitement des formes que prend l’interrelation IP-EP dans des pratiques contemporaines. Néanmoins, des éléments traités touchent des aspects identitaires impliqués dans l’interrelation. Par la suite, tout en situant deux points communs à ces postures éthiques dans l’expression du professionnalisme au travers d’une forme particulière que prend l’interrelation IP-EP, l’accent est mis sur une posture éthique particulière : la déontologie juridique. Cela permet de mettre en lumière des limites du jugement et de la responsabilité, thèmes aussi traités en contexte organisationnel.

Portrait de postures éthiques coexistantes dans des pratiques professionnelles

  • 8 Voir entre autres G. Bourgeault, « Depuis le serment d’Hippocrate. Des codes, des modèles, des repè (...)

9Des écrits du domaine de l’éthique permettent d’envisager différentes postures éthiques : morale, déontologie et éthique8. Mais comment l’éthique professionnelle se vit-elle, se traduit-elle effectivement au quotidien ?

10L’étude réalisée permet de dégager quatre postures qui coexistent sur le terrain des pratiques. Tel qu’on le voit sur la première ligne horizontale du tableau 1 présenté ci-après, ces postures éthiques sont : morale professionnelle, déontologie professionnelle, déontologie juridique et éthique professionnelle. Situer chacune de ces postures dans ses particularités et mieux en comprendre les enjeux relatifs (notamment des enjeux de formation) invitent nécessairement à considérer plusieurs variables. Les huit grandes variables considérées pour l’analyse d’une expérience professionnelle sont présentées dans la colonne de gauche du tableau (fil conducteur). On remarque alors que les variables se déploient vers la droite, et donc sous chacune des quatre postures éthiques, en catégories qui permettent de situer les traits caractéristiques d’une posture particulière. Regroupées en quatre blocs (A, B, C et D), les variables contribuent notamment à cerner les éléments suivants de l’expérience éthique des professionnels rencontrés :

11A : Ce avec quoi une personne analyse une situation éthique et sa base de justifications ;

12B : Le statut qu’elle accorde aux valeurs et le rôle qu’elle leur fait jouer dans l’action ;

13C : La source des tensions qu’elle vit lorsqu’elle rencontre des situations éthiques dans sa pratique ainsi que le mode décisionnel qu’elle privilégie pour résoudre la situation ;

14D : Ce sur quoi repose le développement de sa posture éthique et sa position en tant que sujet dans la résolution de situations éthiques.

15Tableau 1 : Postures éthiques rencontrées sur le terrain de pratiques professionnelles contemporaines

Posture

Fil conducteur

Morale professionnelle

Déontologie professionnelle

Déontologie juridique

Éthique Professionnelle

A

Ce à quoi je participe

Vocation-mission

Appartenance à un groupe/autorité du groupe

Appartenance à une pratique réglementée/autorité externe

Différenciation de EP d’autres modes de régulation

Représentations liées à l’appartenance

Système de croyances

Ethos professionnel (ou organisationnel)

Ordre social – protection du public

Distanciation réflexive

B

Statut des valeurs

Valeurs morales

Valeurs professionnelles

Valeurs codifiées

Valeurs partagées

Type d’évaluation

Bien-mal

Se fait – ne se fait pas

Droit – pas le droit

Contextualisation ; Conséquences larges ; Je fais/je ne fais pas

C

Forme de conflit

Conflit moral

Conflit d’ethos

Conflit légal

Conflit de valeurs

Mode décisionnel

Exigence morale

Ethos professionnel

Normes juridiques

Délibération

D

Développement de l’EP

Former le caractère (savoir-être de l’être)

Intériorisation par l’ethos

Intériorisation non nécessaire

Pas d’intériorisation

Je face à :

Sa visée :

Ses représentations.

Contrôler et se contrôler pour prévenir

Son appartenance.

Contrôler pour assurer la conformité au groupe

Application de la règle.

Contrôler pour prévenir les manquements

Sa décision.

Autonomie décisionnelle et actualisation de valeurs partagées

  • 9 Pour une présentation détaillée de la grille et de ses catégories d’analyse, voir C. Bacon, op. cit(...)

16C’est donc en prenant appui sur cette grille d’analyse des postures éthiques que nous traiterons ci-après d’éléments liés au professionnalisme étudié via l’interrelation IP-EP9. Afin de traiter d’enjeux liés à la formation et à l’actualisation du professionnalisme, deux questions se posent. Qu’est-ce qui caractérise l’expérience des personnes qui se situent dans une même posture éthique ? Qu’est-ce qui ressort de l’ensemble des postures éthiques analysées ? Dans les prochaines sections, nous répondons à ces questions en survolant l’expérience de professionnels qui se situent dans chacune des quatre postures éthiques.

Posture éthique : morale professionnelle

17Avec quoi les professionnels qui se situent dans une posture morale analysent-ils les situations, sur quoi reposent leurs justifications et que nous apprennent leurs expériences ? Leurs expériences éthiques soulèvent fréquemment la référence à des croyances, à des valeurs, à des exigences morales. Toutefois, ces références dénotent une posture personnelle. En effet, même si, à l’instar de la morale professionnelle, il existe toujours pour eux une forme d’adhésion à des croyances organisées en système (conception individuelle de ce que signifie « être professionnel »), leurs propos n’évoquent pas l’idée d’une appartenance reliée à la reconnaissance d’une autorité suprême qui légitime les obligations qu’ils s’imposent pourtant systématiquement dans leur agir professionnel. Ainsi, à l’instar de ce qui ressort d’écrits sur la morale professionnelle, cette posture n’apparaît pas vécue avec l’idée de transposition d’une morale sociale, religieuse ou autre, en morale professionnelle. Cette posture éthique semble donc se modifier ou présenter une variante par rapport aux repères qu’on lui attribue plus couramment.

  • 10 Par exemple : S. Larochelle et T. Fink, Précis de morale médicale pour infirmières, médecins et prê (...)
  • 11 Songeons notamment au pluralisme social, qui invite à considérer la réalité de personnes de culture (...)

18Historiquement parlant, cette posture a sans doute été vécue telle qu’elle est conceptualisée dans les écrits. Nous n’avons qu’à nous référer à des ouvrages sur les principes de la morale professionnelle pour le voir10. Sans nullement nier qu’une telle posture puisse s’exprimer dans des pratiques contemporaines11, il semble important de situer cette posture dans sa réalité actuelle. Celle-ci laisse supposer l’existence d’une variante sous les traits d’une morale individuelle, là où n’existe pas de système de croyances largement partagées en tant que professionnels. Les expériences analysées invitent toutefois à envisager l’idée d’une cause à défendre, même si, pour divers motifs, la cause pourrait n’être que temporaire – invitant à songer à la réalité d’appartenances contractées ou qui ne durent que le temps que dure la défense d’une cause particulière. Néanmoins, au regard des autres catégories d’analyse, cette posture conserve les mêmes traits que la morale professionnelle. En ce sens, l’éthique fait toujours partie du soi et forme leur être moral, de par leur conception de l’éthique professionnelle et de leurs responsabilités, l’éthique convoque assurément un contrôle de soi pour ne pas dévier d’exigences morales et l’évaluation des situations éthiques continue de s’exprimer sous forme de type bien-mal.

Posture éthique : déontologie professionnelle

19Dans notre échantillon de recherche, il s’avère qu’une seule personne actualise une posture en déontologie professionnelle. Que nous apprend son expérience, notamment quant à sa manière d’analyser les situations éthiques rencontrées et quant à la base de ses justifications  ? Une composante polarisante ressort tout spécialement de son expérience. En contraste avec la posture morale, cette composante est sans nul doute possible l’appartenance à un groupe particulier – groupe par rapport auquel ce professionnel se sent partie prenante et groupe porteur d’un ethos professionnel qui l’inspire, le motive. L’ethos est le guide premier de ses réflexions et de ses décisions. Dans le même sens, plusieurs aspects de son expérience visent à optimiser la qualité de sa profession. C’est l’ethos qui donne sens à ses devoirs en tant que membre de la profession x et l’engage à rendre sa pratique conforme aux attentes collectives, à reconnaître le lien social qui existe entre sa profession et la société. Pour celui-ci, manquer d’éthique, c’est s’inscrire en marge d’un code commun et des valeurs professionnelles de son groupe de pairs. Son mode décisionnel se fonde sur cet ethos et les situations qui soulèvent pour lui des enjeux éthiques s’expriment sous la forme de conflits d’ethos, voire des enjeux identitaires.

Posture éthique : déontologie juridique

20Qu’est-ce qui émerge de l’expérience de professionnels qui se situent dans une posture en déontologie juridique ? Ces professionnels reconnaissent clairement leur ordre professionnel en tant qu’autorité externe légitimée pour édicter les conduites attendues dans la profession ainsi que pour surveiller et contrôler leur pratique et celle de leurs pairs. Ce n’est donc plus, comme dans la posture précédente, le groupe qui a autorité. Ces éléments seront donc aussi à la base de l’analyse des situations rencontrées et serviront de justification. En ce sens, le mandat de protection du public de leur ordre est très présent dans leurs propos et un souci de mettre en œuvre ce qu’il faut pour répondre à l’encadrement prévu est un souci commun. Le rapport à leur ordre s’inscrit lui aussi dans l’idée de conformité. À cet effet, il peut être question, par exemple, d’obtenir de l’information de l’ordre pour se sortir d’une impasse qu’on n’arrive pas dépasser avec ce qu’on connaît du code ou autres règlements – certains espérant qu’on leur dise quoi faire ou la bonne conduite à adopter. Les dilemmes éthiques prennent donc usuellement la forme d’un conflit légal qui prend sa source dans un écart possible à la règle. La règle est aussi ce qui permet de trancher une décision ou de la justifier. Rien n’invite à penser qu’une forme ou l’autre d’intériorisation existe pour eux.

Posture éthique : éthique professionnelle

  • 12 Notons que cette posture qui, par certains aspects, peut paraître plus récente que les autres, semb (...)

21Qu’est-ce qui ressort de l’expérience de ceux qui se situent dans une posture en éthique professionnelle12 ? Pour ces professionnels, il est clair que l’éthique professionnelle se distingue des autres modes de régulation des conduites professionnelles. Est-ce en réaction à un système imposé qui éloigne du sens de l’exercice d’une profession singulière ? Il est vraisemblable d’y croire dans leur cas.

22L’idée de « concept abstrait » formulée par l’un d’eux aide à rendre compte de leur conception semblable de l’éthique. Pour eux, l’éthique professionnelle est un « construit » et, tout en reconnaissant l’existence d’un code et tout en lui accordant une certaine valeur, reste que pour eux, l’éthique professionnelle n’est pas un mode préexistant à intérioriser, à appliquer ou un mode imposé auquel se conformer. Leur expérience permet de voir une distanciation réflexive qui peut se concrétiser, par exemple, par la prise régulière de temps de réflexion et d’évaluation de leur pratique, par des questionnements face à que pourrait susciter une situation vécue ou anticipée pour des parties impliquées. De plus, leur manière d’analyser les situations permet aisément de voir la distinction finalité/moyens et le partage de leur décision donne accès aux raisons d’agir. Dans certains cas, cette analyse se situe face à une philosophie d’intervention centrée sur l’autre, pour d’autres, elle se situe face à une visée plus générale de non-malfaisance ou de bienfaisance. Leurs expériences pointent aussi vers un horizon de valeurs qui seraient partagées par tous les professionnels – horizon qui semble pointer vers un idéal commun à atteindre pour toute personne qui intervient dans la vie d’autrui ou qui entre en relation professionnelle avec d’autres personnes. L’horizon de valeurs partagées ressort parfois, quoique différemment, de l’expérience de ceux qui se situent en morale et de celui qui se situe en déontologie professionnelle mais ne ressort pas de l’expérience de ceux qui se situent en déontologie juridique.

23Notons également que les propos des professionnels qui se situent dans la présente posture ainsi que ceux qui se situent dans une posture morale ou en déontologie professionnelle renvoient plus explicitement que ceux en déontologie juridique à l’impact qu’ils peuvent avoir sur les personnes aidées, leurs démarches, une collectivité, un milieu, etc.

24Pour en revenir aux professionnels qui se situent dans une posture en éthique professionnelle, notons que s’ajoutent à la considération de leurs impacts et de la prise en compte de conséquences élargies l’idée de délibération éthique, voire d’une coélaboration de la décision, incluant alors aussi des échanges intersubjectifs pour y parvenir.

Postures éthiques : des enjeux pour la formation

25Au terme du regard posé sur les traits qui s’expriment dans chacune de ces postures éthiques, que nous apprennent les expériences de ces professionnels sur la formation ? L’expérience de ceux qui se situent en morale pointe dans la direction d’une perspective individuelle développée et intériorisée bien avant la formation professionnelle initiale ou d’autres types de formation. L’éthique faisant partie du soi et formant leur être moral, ils diront qu’une fois rendu à l’université, il peut être trop tard pour apprendre l’éthique professionnelle – ce qui ne les empêchera pas de dire que des activités de formation puissent êtres profitables à la transposition du soi personnel au soi professionnel.

26Pour celui qui se situe en déontologie professionnelle, il s’avère que, dans la continuité d’une appartenance vécue au sens fort du terme, la formation a un rôle à jouer dans le développement de l’éthique professionnelle. La formation est conçue comme partenaire de l’intériorisation de la culture professionnelle, du développement de la capacité à réfléchir et à questionner cette culture, en interrogeant, par exemple, l’expertise du groupe en lien avec la responsabilité sociale de la profession exercée. Il est pertinent de préciser ici un aspect contextuel. Le professionnel en question exerce dans un milieu qui regroupe plusieurs de ses pairs, pairs qui se sont donné des espaces hebdomadaires d’échanges sur leur pratique. Ayant exercé dans divers milieux, il tiendra à souligner combien il est difficile de mettre en place des espaces d’échange et de développement professionnel dans les organisations où le type de gestion insiste sur la rentabilité à court terme plutôt que sur la qualité des services.

27En ce qui concerne les professionnels qui se situent en déontologie juridique, la formation n’est pas vue comme partenaire du développement de l’éthique professionnelle. À ce sujet, l’un d’eux dira ne pas avoir accepté de mettre du temps sur cet aspect de l’exercice de sa profession, se disant, entre autres, tout à fait capable de lire un code par lui-même, un autre ajoutant avoir plus besoin d’information que d’un cours sur le sujet.

28Pour ceux dont l’expérience les situe en éthique professionnelle, il s’avère que l’éthique professionnelle fait partie intégrante de la compétence professionnelle, et, à ce titre, elle s’apprend et se développe. En effet, qu’il s’agisse de dire que la formation a favorisé la capacité à exercer un jugement éthique, a su susciter des échanges qui aident à valider que leurs préoccupations constituaient des questionnements éthiques et à accentuer ainsi leur sensibilité éthique, ou en contraste, qu’il s’agisse de dire qu’elle fut intéressante mais insuffisamment approfondie, pour ces professionnels, la formation a eu et a un rôle à jouer dans leur façon de vivre et de concevoir l’éthique professionnelle aujourd’hui.

29Ainsi, pour une majorité des professionnels rencontrés, la formation joue un rôle dans le développement ou dans l’amélioration de l’éthique professionnelle. Leur expérience nous dit aussi qu’une telle formation peut difficilement se faire sans considérer le fait que des composantes identitaires seront interpellées et touchées. Un regard transversal posé sur ces différentes expériences éthiques permet d’ailleurs de ressortir des constats qui touchent par exemple l’appartenance et le sens d’une pratique – constats qui soulignent, à leur façon, comment la demande de professionnalisme invite à considérer aussi des éléments liés à l’identité professionnelle. Regardons brièvement ces éléments identitaires afin de mieux comprendre ensuite le professionnalisme vu sous l’angle de l’interrelation IP-EP.

Professionnalisme et éléments identitaires

  • 13 Tout en s’approchant de collaboration avec des collectifs, l’expression « collaboration à des Nous  (...)

30Il s’avère que la majorité des professionnels rencontrés n’expriment pas l’idée d’une appartenance comprise au sens fort du terme. En effet, en morale, l’appartenance n’est pas ce qui légitime les exigences exprimées. Si, dans ce cas, nous pouvions par certains aspects parler d’appartenance à soi-même, celle-ci semble s’apparenter à une forme de repli sur soi ou, du moins dans un cas, à une posture réactive – réaction liée, tour à tour, à la déception de l’absence d’une réelle vie associative dans sa profession et à la déception vécue ensuite en milieu de travail face à l’absence de représentation professionnelle – amenant la personne à dire qu’elle préfère miser sur sa propre conception de l’exercice professionnel que sur l’absence de conception commune. En éthique professionnelle, ressort l’idée d’une appartenance à soi-même, appartenance qui, en contraste avec la posture morale, met en lumière une ouverture et la perspective d’une collaboration avec des Nous13 qui partagent une même philosophie de l’intervention professionnelle plutôt que celle d’un groupe particulier (perspective qui s’apparente à l’idée de recréer des espaces de partage du sens, voire ici un sens coélaboré par divers Nous). En déontologie juridique, au-delà d’une appartenance à une pratique réglementée qui n’indique en rien ce qui donne sens aux obligations auxquelles on se conforme, rien ne va dans le sens d’une appartenance vécue. Dès lors, mis à part le professionnel qui se situe en déontologie professionnelle, il appert que, pour ces professionnels exerçant aujourd’hui, l’appartenance n’est pas le lieu à partir duquel émerge le sens de leur profession ou un idéal lié à la profession exercée.

  • 14 Ce système d’interprétation renvoie à la notion de représentation professionnelle. Elle correspond (...)

31Les résultats invitent en effet à penser que cet idéal n’est plus ancré dans une vision de la profession, idéal entendu au sens où il pourrait s’associer à une vision commune du rôle social élaboré par le groupe lui-même ou à des éléments qui font partie d’un système commun d’interprétation d’un groupe singulier14 ou encore d’une organisation particulière au sens d’un ethos organisationnel. Lorsqu’un idéal professionnel existe, par exemple à travers l’idée d’intervention professionnelle, c’est pour l’ensemble des personnes qui interviennent professionnellement qu’il prend sens, rejoignant ainsi, sous certains traits, l’idée d’un professionnalisme sans profession auquel nous avons déjà fait référence.

  • 15 Sur ce thème, des professionnels rencontrés dans le cadre de cette étude, mais aussi d’autres perso (...)

32Il est cependant fort pertinent d’ajouter que, pour la majorité d’entre eux, l’absence d’appartenance vécue ne signifie nullement un non-désir d’appartenance. En effet, les professionnels rencontrés expriment fréquemment un manque, voire un besoin à ce sujet. Ce manque s’énonce de différentes manières, par exemple, par l’expression d’une distance qui se crée lorsqu’un ordre accentue son mandat de protection du public au détriment de la vie du groupe – parallèle que certains établissent avec une organisation qui met l’accent sur la conformité au détriment de la vie organisationnelle – ; par l’expression de frustrations vécues lorsque la majorité des personnes ayant charge de la formation ne démontrent pas une connaissance adéquate de la profession ou sont loin des pratiques – parallèle aussi établit avec une organisation qui omet l’aspect identitaire, de la culture et de la réalité quotidienne dans ses formations – ; et aussi par l’expression de difficultés vécues à mettre en place des espaces d’échange et de développement professionnelle dans les milieux de pratique – parallèle déjà soulevé15.

  • 16 Aux personnes aussi intéressées par la formation initiale, soulignons que pour tous les professionn (...)

33Le portrait d’ensemble de l’identité professionnelle qui émerge de notre étude souligne d’ailleurs, au-delà de l’attachement de plusieurs à leur profession, la faible expansion de l’univers culturel et symbolique d’une profession ou d’un groupe dans la réalité vécue. En effet, au-delà de références au même désir d’aider, cet univers est souvent limité à ce qui est formalisé dans la profession au regard d’exigences posées par le système professionnel plutôt que par ce qui émerge du groupe lui-même. Ce qui n’empêche que si, pour plusieurs, une appartenance a été marquante (de manière positive ou négative), c’est celle liée à l’université d’origine16. Ressort alors aussi des expériences analysées, l’importance que la majorité des professionnels accorde au maintien de leur compétence, chose qui n’est selon eux pas toujours aisée à réaliser en contexte organisationnel.

34Par ailleurs, notons que tous ces professionnels reconnaissent l’existence de leur ordre et du code de déontologie. De plus, peu importe la posture éthique, la majorité accorde une forme ou l’autre de pouvoir à cette institution et accordent une valeur à leur code. Il n’est donc pas question de dire que les encadrements et l’institution n’ont pas d’importance pour eux. D’ailleurs, même si selon la posture cette reconnaissance a une couleur différente, le code de déontologie constitue une représentation juridique incontournable à partir de laquelle tous expriment une part de leur expérience. Notons que, pour la majorité, même si le code constitue un incontournable, il n’est pas pour autant l’unique représentation en action.

35Enfin, il importe d’insister sur le fait que, au-delà des mots utilisés, et qui sont souvent les mêmes dans tous les discours d’expérience, c’est dans la façon qu’ont ces professionnels de se positionner et de composer avec les enjeux éthiques de leur pratique que les plus grandes différences entre les quatre postures éthiques existent. Dès lors, penser que parce que les mots sont les mêmes, tous expérimentent l’éthique professionnelle de la même manière serait réducteur de la réalité des pratiques aujourd’hui et, sans doute aussi, des conceptions véhiculées à l’égard du professionnalisme.

Différentes manières de concevoir et de vivre le professionnalisme

  • 17 La thèse précitée donne accès à une illustration détaillée de la typologie dont il est question ici (...)

36Après avoir brossé les distinctions entre les quatre postures éthiques et regardé certains des éléments identitaires impliqués, il est aisé d’envisager qu’il n’existe pas une seule manière de concevoir et de vivre l’interrelation IP-EP – interrelation qui sert ici d’angle pour étudier le professionnalisme. L’étude a conduit à articuler une typologie des formes que prend l’interrelation IP-EP, voire la forme que prend la relation entre la posture éthique d’un praticien et son identité professionnelle17. Cette typologie comporte les formes suivantes : 1) relation de coexistence-concomitance ; 2) relation d’influence – cette forme comporte deux variantes : une relation d’influence de l’identité professionnelle sur l’éthique professionnelle et une relation d’influence de l’éthique (prise au sens large) sur l’identité professionnelle. Ces deux variantes se conjuguent ensuite ensemble pour former une relation d’interinfluence ; 3) relation d’intégration.

37Dans la prochaine partie, nous mettrons l’accent sur la première forme de cette typologie soit sur la relation de coexistence-concomitance. Soulignons expressément que cette forme correspond à celle où s’arrêtent l’explicitation et le déploiement de l’interrelation IP-EP pour les professionnels qui se situent en déontologie juridique. Tel que nous le verrons plus loin, cette forme témoigne de limites liées à une posture juridique, notamment quant à la capacité à reconnaître les enjeux éthiques de la pratique et à composer avec ce type d’enjeux, à donner sens aux pratiques, tout comme aux décisions professionnelles. Mais auparavant, et afin de mieux situer la suite, notons d’abord des éléments qui sont communs à toutes les postures éthiques en lien avec cette première forme de l’interrelation IP-EP.

Regard sur la première forme que prend l’interrelation IP-EP

38Pour l’ensemble des professionnels rencontrés, il va de soi, lorsqu’on se dit professionnel, qu’une relation entre identité professionnelle et éthique professionnelle existe. Leur poser la question suscite une réaction du genre : « évidemment qu’il y a un lien entre les deux ». On note alors que « se dire professionnel » constitue en quelque sorte pour eux la porte d’entrée d’une interrelation IP-EP. Cette porte représente une condition même de l’existence du professionnalisme. Alors que certains insisteront sur leur titre, d’autres insisteront sur le statut de professionnel auquel certains ajouteront la distinction professionnel-exécutant pour accentuer des exigences de ce statut.

39Cette évidence pour eux d’une interrelation IP-EP a conduit à désigner la première forme sous le nom de « relation de coexistence-concomitance ». Ce nom souligne que, pour eux, expliciter l’interrelation IP-EP c’est dire que, dans la pratique, identité professionnelle et éthique professionnelle existent en même temps, sont présentes dans un même espace-temps. En tant que manifestation du professionnalisme, cette forme contribue à nommer deux éléments communs pour tous ces professionnels.

40Nous désignons le premier élément par l’expression « aire de jeu de la pratique ». Alors que pour la majorité, cette aire de jeu est associée à l’idée de balise ou de guide, il s’avère que pour ceux qui se situent en déontologie juridique, cette aire de jeu fait plutôt référence à l’idée d’un espace bien circonscrit, à des lignes de conduite à respecter scrupuleusement. Au-delà de la différence entre postures, ce que cela soulève pour la compréhension du professionnalisme est que, pour tous, l’interrelation IP-EP et, de là, le professionnalisme, s’actualise en considérant une aire de jeu particulière qui, comme bien des aires de jeu, a ses repères. Dans leur expérience et pour la majorité d’entre eux, ces repères s’ancrent dans une identité professionnelle solide ou, à tout le moins, dans un champ d’exercice particulier. Le deuxième élément découle du premier. En ce sens, pour plusieurs, il s’avère que l’explicitation de l’interrelation se fait plus aisément en s’appuyant sur des thèmes, tels que champ de pratique délimité par des connaissances spécialisées, compétence professionnelle et ses exigences, titre professionnel spécifique, etc.

41Ces deux éléments invitent à insister sur le fait qu’il serait illusoire d’envisager surmonter des obstacles à l’actualisation du professionnalisme en le traitant de manière désincarnée d’une identité professionnelle, d’une pratique singulière ou d’un statut particulier. Cela ressort d’autant plus lorsque cette exigence (qui transparaît pourtant de l’ensemble des discours) amène à constater des limites de l’exercice du jugement professionnel lorsque l’identité professionnelle n’entre pas en relation réelle et dynamique avec la conception et la posture éthique du praticien. Ce qui, comme nous le verrons ci-après, est le cas des professionnels qui se situent dans une posture en déontologie juridique.

Limites de la relation de coexistence-concomitance pour le professionnalisme

42Tel que mentionné précédemment, seuls les professionnels qui se situent dans une posture en déontologie juridique ne poursuivent pas l’explicitation de l’interrelation au-delà d’une relation de coexistence-concomitance. Mis à part le fait qu’il serait impensable pour eux d’envisager leur pratique sans identité et éthique professionnelles, leurs propos ne donnent pas accès à la nature du lien entre les deux composantes de cette relation. Chez ces professionnels, on ne retrouve pas, comme dans les autres formes de l’interrelation IP-EP l’idée, par exemple, d’une identité professionnelle qui structure ou donne corps à l’éthique professionnelle. Rien n’indique non plus que l’identité serve, entre autres, à baliser l’éthique, à lui donner une directionalité qui contribue, notamment, à reconnaître les enjeux éthiques de la pratique. Pour les professionnels en déontologie juridique, les enjeux éthiques s’inscrivent dans un écart possible à la règle et malgré leur insistance sur la coexistence identité et éthique, leurs expériences soulignent une éthique professionnelle qui, par exemple, se superpose tel un cadre à leur identité professionnelle sans que l’une n’agisse sur l’autre ou n’indique une autre forme d’interaction entre les deux. Identité et éthique professionnelles tendent à êtres disjointes.

43En reprenant des propos de l’un d’eux, notons que l’éthique professionnelle est conçue au même titre que le sont les règles de sécurité pour un machiniste. Au-delà de cette comparaison, il s’avère que ce professionnel ne saura pas comment composer avec les enjeux éthiques de sa pratique lorsque, par exemple, des conditions d’exercice l’entraîneront dans des dilemmes éthiques. Dans de telles situations, les propos de ces professionnels souligneront comment, pour se sortir d’une impasse, ils peuvent être appelés à trouver des moyens pour contourner la règle dont ils n’évoquent nullement le sens. Les dilemmes éthiques ne sont pas vus sous l’angle de l’éthique professionnelle, mais qualifiés de « gestion de cas difficiles » – illustrant une éthique correspondant à ce qui est écrit dans le code de déontologie ou autres règlements. L’un dira d’ailleurs que l’éthique professionnelle peut devenir encombrante lorsque, par exemple, des situations mettent en tension des conditions de la pratique (exemple nécessaire partage d’informations/règle de confidentialité) et sa « mission première qui est d’aider ». Relater de telles situations amènera d’ailleurs l’un d’eux à dire que parfois il aimerait bien « envoyer l’éthique à la poubelle » afin de répondre au besoin d’aide ou de service exprimé par un client. Et ce professionnel d’ajouter que, quand bien même il lirait dix fois son code, il ne saura pas plus ce qu’il a le droit et n’a pas le droit de faire ou de dire, se demandant alors comment concilier ce qui le motive fondamentalement dans l’exercice de sa profession et ses obligations déontologiques.

44Pour ces professionnels, dont les propos situent pourtant souvent le client au centre de leur pratique et qui accordent une grande importance au droit de chacun à l’autodétermination, il peut paraître surprenant qu’ils ne leur viennent pas à l’esprit qu’en interprétant la règle du seul lieu de la conformité (exemple celle relative à la confidentialité), ils évacuent de leurs décisions ce client qui pourrait pourtant exprimer ce qui lui convient quant au partage d’informations qui le concernent et qui pourrait participer à la décision.

45Quel éclairage ces données apportent-elles sur les enjeux de la formation au professionnalisme dans les organisations, particulièrement dans un contexte où l’approche juridique ou déontologique est retenue comme modèle de référence pour la formation ?

Enjeux pour la formation au professionnalisme

46Lorsque l’ensemble des résultats de l’étude confirment que la manière de concevoir et de vivre l’interrelation IP-EP influe sur la façon d’aborder la pratique et sur l’agir professionnel, l’expression d’un professionnalisme s’arrêtant à la relation de coexistence-concomitance interpelle particulièrement, notamment sur la question du sens de la pratique et de la motivation des personnes à s’investir éthiquement dans l’organisation.

  • 18 J. Patenaude et G. A. Legault (dir.), Enjeux de l’éthique professionnelle, t. 1, Codes et comités d (...)

47Sur la base de l’expérience des personnes qui se situent en déontologie juridique, on peut envisager qu’en éloignant la régulation des conduites de sa dimension identitaire pour miser sur la conformité à un code de conduites sous peine de sanction, le professionnalisme soit effectivement déraciné de sa visée relative à des pratiques autonomes et responsables18. On peut également imaginer que le tout puisse entraîner la recherche de moyens pour contourner la règle alors que celle-ci peut être vue, par exemple, comme un obstacle à ce qui les motive fondamentalement dans l’exercice de leur profession. Dans le même sens, entendre ces professionnels dire que, dans la vie, on préfère avoir du plaisir plutôt que d’avoir des problèmes, alors autant se conformer pour acheter la paix plutôt que de voir son ordre ou tout autre instance débarquer pour venir fouiller chez soi, est quelque chose qui peut en dire long sur ces obligations qu’on impose sans offrir l’accès au sens sur lequel ces obligations s’appuient et sur ces règles qu’on demande de connaître et d’appliquer sans que la perspective d’un jugement responsable ne soit évoquée et sollicitée.

48L’approche juridique tend à séparer la question identitaire de l’éthique professionnelle, écartant alors une source importante de motivation, telle que celle relative à l’idée de s’investir éthiquement parlant. En effet, que ce soit par la distanciation réflexive qu’il soulève ou le questionnement des représentations en action qu’il peut occasionner, l’investissement éthique exige un minimum de sécurité, sécurité qui peut être difficile à cerner lorsque sanction et blâme sont à l’avant-scène des propos tenus ou des formations offertes, invitant notamment à la conformité pour éviter d’avoir des problèmes. On peut alors se demander : à quel prix cela se produit-il pour l’organisation qui investit en formation ?

49En conséquence, si le choix organisationnel est que la formation au professionnalisme rejoigne la motivation des personnes et si l’approche privilégiée est de type juridique, force est de s’attendre à des résultats semblables à ceux de l’expérience des professionnels qui se situent en déontologie juridique. Force est alors aussi de s’attendre à ce qu’il soit difficile d’atteindre la cible au regard de la qualité des services ou au regard d’exigences professionnelles que requiert une approche client.

  • 19 J. Patenaude, « L’éthique en médecine : les principales orientations éducatives », Ethica, vol. 9, (...)

50Pourtant, à l’instar du modèle professionnel dominant, il appert que peu d’approches de formation retenues s’attardent au développement d’habiletés décisionnelles nécessaires à une pratique autonome et responsable. Plusieurs privilégient plutôt un raisonnement déductif ou principiciel qui risque pourtant d’annihiler l’enrichissement d’une sensibilité éthique et le développement d’habiletés inhérentes à une compétence éthique ainsi qu’à l’exercice d’une autonomie responsable19.

51Tout comme d’autres l’ont soulevé en exposant les limites du droit à tout réguler, la déontologie de type juridique peut aisément conduire à une impasse pour la formation au professionnalisme. En effet, les expériences exposées confirment, à leur façon, des limites du juridique quant à sa capacité à donner sens à ce qui se vit dans la pratique, à supporter l’exercice d’un jugement professionnel ou à soutenir le déploiement d’une sensibilité et d’une compétence éthiques. Les expériences exposées questionnent d’autant plus lorsque, dans les propos des professionnels rencontrés, il n’est nullement question de dire qu’on se fout d’autrui, mais plutôt qu’on lui accorde une grande importance. Néanmoins, il s’avère que cette importance n’est pas ou est peu reprise pour situer des dilemmes éthiques de la pratique. On peut se demander si, en formation initiale ou continue, on a su accompagner, questionner ou susciter cet aspect de l’exercice professionnel.

52Les données recueillies invitent aussi à s’arrêter au fait que l’approche juridique tend à écarter la place et le rôle de la culture d’un groupe ou le sens d’une profession singulière dans les formations. On peut cependant se demander comment cette singularité est traitée ou reconnue dans les milieux de pratique et dans la formation. D’ailleurs, à moins de nier la part de socialisation qui se joue dans les milieux de pratique et dans les organisations – socialisation qui intègre divers discours sur le professionnalisme –, cela questionne d’autant plus lorsqu’on considère que plusieurs des professionnels qu’on engage sont aussi régis par des exigences d’un système professionnel qui compressent déjà la culture professionnelle.

53Rappelons alors que ces professionnels ne nient nullement leur besoin d’appartenance et l’importance de points de repères communs. Néanmoins, qui dit communs, dit aussi points qui ne peuvent s’articuler seuls. Instances professionnelle, de formation, organisationnelle et institutionnelle véhiculent toutes des discours sur l’exercice professionnel et participent aux conceptions du professionnalisme. Dès lors, penser que la forme de l’interrelation IP-EP exposée ici ne parle que des professionnels concernés serait, nous semble-t-il, se raconter une bien belle histoire !

54Pour conclure, ajoutons que, peu importe la posture éthique dans laquelle se reconnaît une organisation, la cohérence posture/approche de formation revêt de l’importance tout comme elle en revêt dans toute démarche organisationnelle. En ce sens, retenir une formation parce qu’elle fonctionne bien ailleurs ou parce que l’éthique est à la mode n’est pas garant de la réalisation des objectifs de l’organisation en matière de formation au professionnalisme.

55D’autres postures éthiques existent et au moins deux autres formes de l’interrelation IP-EP sont aussi vécues sur le terrain des pratiques. Elles offrent l’opportunité de traiter d’autres enjeux et de ressources potentielles pour la formation au professionnalisme.

Haut de page

Notes

1 G.A. Legault (dir.), Crise d’identité professionnelle et professionnalisme, Sainte-Foy, Presses de l’université Laval, 2003.

2 Voir notamment G . Giroux (dir.), La pratique sociale de l’éthique, Montréal, Bellarmin, 1997.

3 C. Bacon, Explicitation de l’interrelation identité professionnelle-éthique professionnelle à partir de savoirs théoriques et de savoirs pratiques : la situation de conseillères et de conseillers d’orientation exerçant au Québec, thèse de doctorat, université de Sherbrooke, 2007.

4 Les professionnels rencontrés sont conseillères et conseillers d’orientation. Formés dans six universités, ils exercent dans neuf régions du Québec et, au-delà d’une vision populaire qui les voit uniquement en éducation, il s’avère qu’ils exercent dans une diversité de secteurs de pratique, voire plus d’une douzaine.

5 Ces repères sont souvent ceux de l’article 25 du Code des professions – L . R . C., c. C-26.

6 En tant que changement lié à un processus volontaire, la socialisation secondaire et professionnelle dont il est question ici renvoie au développement d’une « certaine représentation du monde, notamment des mondes spécialisés », qui, en tant que « système de référence et d’évaluation du réel », permet aux individus d’acquérir « des savoirs spécifiques », des représentations « de rôles directement ou indirectement enracinés dans la division du travail » et des savoirs « définis et construits en référence à un champ spécialisé d’activités et qui sont donc situés diversement à l’intérieur de l’univers symbolique en tant que totalité » (C. Dubar, La socialisation : construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, 2000, p. 15 et 99).

7 Le lecteur intéressé à approfondir la notion identitaire peut notamment se référer au cadre de référence de la thèse précitée et au portrait de l’identité professionnelle à quatre dimensions qui émerge des données présentées.

8 Voir entre autres G. Bourgeault, « Depuis le serment d’Hippocrate. Des codes, des modèles, des repères », Cahiers de recherche éthique, no 13, 1989, p. 46-63 ; Y. Boisvert et al., Raisonnement éthique dans un contexte de marge de manœuvre accrue, Québec, Secrétariat du conseil du trésor, 2003.

9 Pour une présentation détaillée de la grille et de ses catégories d’analyse, voir C. Bacon, op. cit. Notons néanmoins un aspect important. L’idée n’est pas de voir dans ces postures une étanchéité. Dans les expériences analysées, il arrive, comme dans toute expérience humaine, surtout lorsque la personne est en processus de changement, que des éléments d’une autre posture participent à son expérience. Toutefois, une posture de base marque l’expérience professionnelle. En situation d’enjeux éthiques réels relatés par la personne, la posture de base oriente de manière significative la préhension des situations éthiques rencontrées et la manière de composer avec elles.

10 Par exemple : S. Larochelle et T. Fink, Précis de morale médicale pour infirmières, médecins et prêtres, Montréal, Beauchemin, 1951 ; R . Duval, Principes de morale professionnelle à l’usage des conseillers d’orientation, des psychologues cliniciens, des éducateurs de carrière, Québec, Presses de l’université Laval, 1951.

11 Songeons notamment au pluralisme social, qui invite à considérer la réalité de personnes de cultures différentes et pour qui, par exemple, les exigences d’une morale religieuse peuvent inviter à formuler des exigences professionnelles d’un type connu auparavant, c’est-à-dire là où un impératif de type « tu ne tueras point » devient refus de l’avortement dans une société qui en reconnaît pourtant le droit. Ou encore, à l’instar d’un courant social où, par exemple, une conception de la santé est érigée en dogme, des impératifs peuvent se traduire dans des discours professionnels du type : « Prends soin de ta santé sinon je ne te soignerai pas ! »

12 Notons que cette posture qui, par certains aspects, peut paraître plus récente que les autres, semble aussi être, à une exception près, une posture moins consolidée que ne le sont les autres. En effet, mis à part une professionnelle qui, dans le partage de son expérience, actualise l’ensemble des composantes présentées dans la grille opératoire, les autres professionnels actualisent plusieurs composantes sans que celles-ci ne soient toujours aussi explicites. Il serait fort intéressant que d’autres chercheurs utilisent cette grille dans différentes pratiques et continuent à en documenter les postures.

13 Tout en s’approchant de collaboration avec des collectifs, l’expression « collaboration à des Nous » accentue l’idée que les personnes peuvent s’y exprimer en termes de « Nous les intervenants, Nous les x, ou y ».

14 Ce système d’interprétation renvoie à la notion de représentation professionnelle. Elle correspond notamment à un lieu d’incorporation de la culture professionnelle, là où les représentations « se construisent en fonction d’un référentiel commun » et où « l’ensemble des représentations professionnelles correspond à un modèle professionnel ». « Chaque modèle se caractérise par des finalités, des croyances, des conceptions, des valeurs, des schèmes d’action, des attitudes qui fondent l’approche professionnelle privilégiée » (J.-F. Blin, Représentations, pratiques et identité professionnelles, Paris, Harmattan, 1951, p. 79).

15 Sur ce thème, des professionnels rencontrés dans le cadre de cette étude, mais aussi d’autres personnes rencontrées dans des formations que nous offrons, souligneront une des difficultés qu’ils rencontrent pour le maintien de leur compétence. Ils diront notamment combien on exige que les formations auxquelles ils s’inscrivent doivent s’arrimer à un besoin pointu de l’organisation, voire souvent à des formations axées sur l’acquisition d’outils, pour ne pas dire de recettes applicables dans l’organisation, plutôt que des formations qui nourrissent plus largement leur compétence professionnelle.

16 Aux personnes aussi intéressées par la formation initiale, soulignons que pour tous les professionnels rencontrés dans l’étude et dont le nombre d’années d’expérience variait entre 3 ans et plus de 25 ans, il s’avère que des éléments de l’IP et de l’EP s’ancrent toujours dans la formation initiale.

17 La thèse précitée donne accès à une illustration détaillée de la typologie dont il est question ici. Elle donne également accès aux conceptions individuelles de même qu’au dessin ou à la schématisation que chaque professionnel rencontré a faite de l’interrelation IP-EP.

18 J. Patenaude et G. A. Legault (dir.), Enjeux de l’éthique professionnelle, t. 1, Codes et comités d’éthique, Sainte-Foy, Presse de l’université du Québec, 1996.

19 J. Patenaude, « L’éthique en médecine : les principales orientations éducatives », Ethica, vol. 9, no 2, 1997, p. 97-116.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Bacon , « Professionnalisme et identité : des enjeux pour la formation », Éthique publique [En ligne], vol. 11, n° 1 | 2009, mis en ligne le 05 avril 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1334 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1334

Haut de page

Auteur

Céline Bacon

Céline Bacon est conseillère en éthique et en déontologie à la Fédération des caisses Desjardins du Québec et consultante auprès d’organisations dans les domaines de l’éthique et de l’identité professionnelles.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org