Navigation – Plan du site
École et justice scolaire

La réforme du système éducatif et la démocratisation de l’éducation au Burkina Faso

Mathias Kyélem

Résumé

Le Burkina Faso est un pays dont le capital humain est la ressource essentielle et la force motrice du développement. Et la valorisation de ce capital est tributaire de l’éducation et de la formation à travers un système éducatif parfaitement adapté aux réalités économiques et sociales du pays pour être à même d’en assurer le développement. Atteindre les objectifs d’une éducation tournée vers le développement  exige de repenser le système éducatif tout entier ; les intellectuels, les acteurs et les spécialistes du milieu de l’éducation du Burkina Faso n’ont pas cessé d’en appeler à cette réflexion et à des choix éclairés aussi bien à travers leurs écrits qu’à travers plusieurs forums importants. Les diagnostics dressés par ces différentes instances ont conduit à l’adoption d’une première loi d’orientation en 1996, puis d’une deuxième en 2007 et lanceront le processus de la présente réforme du système éducatif dont l’appropriation par les différents acteurs du système éducatif est seulement amorcée.

Haut de page

Texte intégral

1Le Burkina Faso est un pays dont le capital humain est la ressource essentielle et la force motrice du développement. L’exploitation du capital humain a été source de tragédie dans l’histoire lorsque les colons, constatant que ce pays relativement pauvre en ressources naturelles était habité par des peuples hardis au labeur, s’évertuèrent à le vider systématiquement de ses hommes et de ses femmes en les faisant travailler dans les plantations de Côte-d’Ivoire. Ainsi le Burkina Faso (ex-Haute-Volta) fut divisé deux fois avec une visée essentielle de mettre la ressource humaine encore plus à la portée administrative des besoins du colon.

2Les différents dirigeants politiques qui se sont succédé depuis l’indépendance ont fait de la valorisation du capital humain un trait essentiel de leurs programmes de gouvernement avec plus ou moins d’engagements concrets et de succès. Le cadre stratégique de lutte contre la pauvreté adopté en 2000 comme tremplin politique et social du développement du Burkina Faso inscrit la valorisation du capital humain comme troisième axe stratégique de réduction de la pauvreté. Et la valorisation du capital humain est tributaire de l’éducation et de la formation à travers un système éducatif parfaitement adapté aux réalités économiques et sociales du pays pour être à même d’en assurer le développement.

3Cette dernière décennie, la stratégie nationale s’intègre dans un contexte international marqué par une option radicale de démocratiser l’éducation dans tous les pays et à l’endroit de tous les peuples. La déclaration de Jomtien en 1990, la déclaration de Dakar en 2000, les objectifs du Millénaire pour le développement sont entre autres des repères fondamentaux sur lesquels le Burkina Faso s’appuie pour l’élaboration d’une stratégie nationale de promotion d’une éducation de développement. Ce contexte international est aussi favorable à une mobilisation importante de ressources financières et les effets de ces investissements ont sensiblement amélioré les indicateurs de base de l’éducation du Burkina Faso.

  • 1  Fernand Sanou est professeur de sociologie de l’éducation, unité de formation et de recherches en (...)

4Atteindre les objectifs d’une éducation tournée vers le développement exige de repenser le système éducatif tout entier ; les intellectuels, les acteurs et les spécialistes en éducation du Burkina Faso n’ont pas cessé d’appeler à cette réflexion et à des choix éclairés aussi bien à travers leurs écrits (Fernand Sanou et Joseph Ki-Zerbo1, entre autres) qu’à travers plusieurs forums importants (états généraux de l’éducation, par exemple). Les diagnostics dressés par ces différentes instances ont conduit à l’adoption d’une première loi d’orientation en 1996, puis d’une deuxième en 2007, et lanceront le processus de la présente réforme du système éducatif dont l’appropriation par les différents acteurs du système éducatif est seulement amorcée.

Contexte de la réforme

5Il convient de commencer par deux questions qui ne tiennent pas seulement d’une nécessité de clarification conceptuelle, ce qui est important en soi, mais aussi d’une compréhension du processus dans l’appréhension que les différents acteurs peuvent en avoir.

  • 2  F. Sanou, « Pour une vision prospective de l’éducation en Afrique. Le système éducatif burkinabè à (...)
  • 3  É. Durkheim, Éducation et sociologie, Paris, puf, 1922.

6Premièrement, qu’est-ce que le système éducatif ? Selon Sanou, un système éducatif est un ensemble d’éléments interdépendants dont l’interaction permet ou empêche son bon fonctionnement et celui d’autres systèmes qui lui sont liés2. Durkheim le définit comme « un ensemble de pratiques et d’institutions qui se sont organisées lentement au cours du temps, qui sont solidaires de toutes les autres institutions sociales et qui les expriment, qui, par conséquent, ne peuvent pas plus être changées à volonté que la structure même de la société3 ».

7Ces définitions supposent : 1) le caractère congru entre la « réforme » de la société et la réforme de l’éducation. Un modèle éducatif ne peut être un greffon génétiquement incompatible avec la société dans laquelle il se met en œuvre et la réforme de l’éducation devrait être une résultante des aspirations de cette société ; sinon, comme ledit greffon, il s’en détachera et se sclérosera ; 2) le caractère lent de la mise en œuvre d’une réforme et du constat de ses effets, ce qui explique l’importance de l’évaluation diagnostique de la relation entre les aspirations de la société et les résultats attendus de la réforme au regard des conséquences catastrophiques de mauvais choix ; 3) le caractère itératif des interactions entre le processus de la réforme du système éducatif et la société ; autant une réforme de l’éducation est une réponse aux aspirations d’une société ayant fait le constat des limites de son système, autant le système éducatif participe à l’évolution de la société et, mieux, à son développement.

  • 4  S. Lewandowski, Politiques de mondialisation et savoirs éducatifs au Burkina Faso, 2005, <http ://www.lestamp.com/ publications_mondialisation/publication.lewandowski.htm>, consult</http> (...)

8Il convient ici de jeter un regard sur l’éducation traditionnelle, car à force d’écrire et de disserter sur le système éducatif, on en vient à réduire le concept de l’éducation à l’école dans sa forme occidentale (ou plus généralement importée) perdant ainsi de vue que toute société possède son système éducatif qui façonne l’enfant et contribue soit à son succès, soit à son échec à l’école moderne. En effet, comme le souligne Lewandowski, « l’apparition de l’école et l’évolution des politiques scolaires se conjuguent avec des stratégies très diversifiées, selon les groupes d’acteurs et les époques : résistance, acceptation réservée, identification, revendication d’identité. Ces disparités signalent les divergences d’intérêt que les acteurs ont dans l’utilisation de telle ou telle école mais aussi de tel ou tel aspect de l’éducation communautaire […]. Les familles, quant à elles, choisissent des stratégies différentes selon le sexe, la place de l’enfant dans la famille, la religion et la profession du chef de famille, les antécédents de scolarisation et de réussite dans la famille, l’histoire familiale, le contexte socio-économique et politique, etc.4. » Il est essentiel de toujours réfléchir à la compréhension de la vocation de cette école par les populations auxquelles la généralisation de l’éducation est plus souvent imposée qu’expliquée.

  • 5  Déclaration de Jomtien, article 1, alinéa 1.

9Deuxièmement, qu’est-ce que l’éducation de base ? La définition adoptée par la déclaration de Jomtien et reprise par la Conférence des ministres de l’éducation nationale d’expression française est celle retenue par la loi d’orientation de l’éducation de 2007. Elle stipule que « l’éducation de base est celle qui fait acquérir à l’individu dans un contexte historique, social et linguistique déterminé un minimum de connaissances, d’aptitudes et d’attitudes lui permettant de comprendre son environnement, d’interagir avec lui, de poursuivre son éducation et sa formation au sein de la société et de participer plus efficacement au développement économique, social et culturel de celle-ci5 ». Elle comprend donc, pour chaque individu, une dimension individuelle et une dimension sociale, conformément à l’esprit de ladite déclaration et se donne pour aspiration de former des personnes individuellement épanouies pour constituer une société culturellement et économiquement forte. La plupart des objectifs de l’éducation pour tous convergent vers le développement de l’éducation de base.

La réforme, un processus vécu dans tous les États

  • 6  Déclaration de Jomtien, article 1, alinéa 1.

10De ce qui précède, il convient de relever que, bien que ce soit un gigantesque ensemble d’actes de portée nationale, une réforme n’en est pas moins un choix ordinaire d’un pays ou d’une nation consciente de l’évolution de la société et du contexte international. En effet, « le champ des besoins éducatifs fondamentaux et la manière dont il convient d’y répondre varient selon les pays et les cultures et évoluent inévitablement au fil du temps6 ». Jetons un regard sur quelques exemples.

  • 7  E. Maurin, La nouvelle question scolaire, Paris, Seuil, 2007.

11Le système éducatif finlandais est considéré aujourd’hui comme le meilleur des pays membres de l’OCDE. On y voit un système égalitaire efficace ; la scolarité est obligatoire et gratuite jusqu’à l’âge de seize ans. Cette gratuité s’étend de la cantine aux fournitures scolaires et même jusqu’aux frais de transport, qui peuvent être remboursés si l’école est à plus de 5 km du lieu d’habitation. Pourtant, jusqu’aux années 1970, la Finlande opérait une sélection dès l’âge de onze ans et au moins la moitié des élèves ne faisaient pas d’études secondaires. Les enfants des familles modestes notamment travaillaient dès l’âge de treize ou quatorze ans ou suivaient une formation professionnelle. L’un des objectifs majeurs de la réforme de 1968 a été la réduction des inégalités, réduction qui a atteint un taux de 25 % au bout d’une dizaine d’années7.

  • 8  M. do R . Mendès, La stratégie des réformes au Portugal : processus et changements, 2001, <http ://www.see-educoop.net/ education_in/pdf/strat-08-oth-enl-t00.pdf>, consul</http> (...)

12Au Portugal, pays traditionnellement centralisé, la réforme globale du système éducatif consécutive à la loi-cadre de 1986 sur l’éducation avait pour intention une démocratisation et une décentralisation du système éducatif et des innovations en éducation8.

13La plupart des pays africains et tous ceux de l’Afrique de l’Ouest sont engagés dans des processus de réforme de l’éducation. À l’exception du Sénégal et de la Côte-d’Ivoire, dans le sillage d’une voie socialiste vers le développement empruntée par certains dès les indépendances et par d’autres dans les années 1980, les autres pays ont choisi des approches « révolutionnaires » de la réforme de l’éducation. Les réformes actuelles s’inscrivent dans de nouveaux choix politiques, tous les pays étant aujourd’hui engagés dans des processus démocratiques, certains parfois fort avancés. Toutefois, les réalités d’un pays comme le Nigeria sont aux antipodes de celles du Burkina Faso, du Niger ou du Bénin.

14Plusieurs réformes en Afrique de l’Ouest ont été influencées par la culture des projets pilotes, comme l’exemple de la télévision éducative en Côte-d’Ivoire dans les années 1970. Mais l’Afrique francophone est surtout caractérisée par les approches dites évolutionnaires dans lesquelles « les réformes suivent leur cours naturel » et évitent les changements radicaux. En général, les pays se contentent d’imiter les réformes déjà conduites par l’ancienne puissance coloniale (cas fréquents dans l’enseignement supérieur) ou introduisent des changements préconisés par la communauté internationale. Les pays sortis récemment de la guerre comme le Liberia ou la Sierra Leone sont engagés dans un chantier global de reconstruction où l’éducation reprend ses droits dans une ambiance générale de catharsis.

15Ainsi, « la réforme de l’éducation est toujours liée à une remise en question du rôle de l’éducation dans l’édification d’une nation ». Plus qu’ailleurs, en Afrique, les indicateurs de base reflètent avec acuité l’urgence de la réforme.

Quelques repères historiques

16En 1974, le ministère de l’Éducation nationale et de la Culture fait un diagnostic du dossier initial de la réforme de l’éducation et une analyse critique de la situation de l’éducation dans le contexte national. En 1986, la révolution démocratique et populaire marque l’éducation de son empreinte à travers l’« appel de Gaoua ». En 1994, les états généraux de l’éducation font un diagnostic du système éducatif à travers des débats sur le thème « consensus national pour une éducation efficiente ». En 2002, un nouveau diagnostic est établi par les assises nationales de l’éducation dans divers domaines touchant aussi bien les infrastructures, les équipements et l’accès que les programmes et le personnel. Ces assises nationales ont été suivies de deux séminaires gouvernementaux en 2004, qui ont finalisé le recensement des différents maux relevés par les assises nationales et engagé dans les faits les résultats de la réflexion sur la réforme globale du système éducatif burkinabé.

17Tout au long du cheminement du diagnostic sur le système éducatif, des projets et programmes ont accompagné des actes d’envergure nationale qui ont permis d’accompagner et d’améliorer le système dans le processus d’élaboration et de mise en œuvre de la réforme. Il s’agit entre autres de la création du conseil supérieur de l’éducation en 1993 ; de la loi d’orientation de 1996 ; du plan décennal de développement de l’éducation de base, 1996-2005 ; des projets d’enseignement postprimaire i et ii.

18Cependant, à l’examen de leurs processus d’élaboration et d’adoption, les réformes sont plus souvent conformes à une idée de la société que se construisent les autorités politiques qu’elles ne répondent aux aspirations de la société. La révolution démocratique et populaire des années 1980 concevait l’éducation dans l’optique d’une société anti-impérialiste et anti-capitaliste susceptible d’ancrer la révolution et de contribuer à la construction d’un modèle de société dite socialiste (voir l’appel de Gaoua, 1986). Elle mettait en même temps en avant les valeurs nationales et cultivait le sentiment de fierté d’être burkinabé.

19L’élan démocratique des années 1990 s’est exprimé sous la forme d’une animation politique importante entre plusieurs partis sans que cette vague n’émeuve profondément la société, notamment les masses paysannes, autrement que par l’exercice des urnes. Bien souvent, les masses paysannes ont été utilisées pour instrumentaliser une exacerbation des luttes partisanes ou comme « bétail électoral », pour reprendre une expression peu amène d’un homme politique de Côte-d’Ivoire. On peut se demander du reste pourquoi une si grande étape de l’histoire d’une société comme la réforme de l’éducation n’a pas fait l’objet de plus de débats, d’explications et d’appropriations au niveau des couches profondes de la société et en définitive de choix populaire à travers les urnes.

Généralités sur le contexte socioéconomique du Burkina Faso

20Situé au cœur de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso connaît un décollage économique difficile à l’instar des autres pays de cette sous-région. La faiblesse de ses ressources naturelles et les aléas climatiques sont les principales raisons de son faible niveau de développement, le plaçant régulièrement en queue de peloton des différents indicateurs de l’indice de développement humain.

21Le Burkina fait partie des pays les moins avancés du monde : près de 45 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, le taux d’alphabétisation est de moins de 20 %, l’espérance de vie moyenne est estimée à cinquante-deux ans et la croissance démographique est d’environ 2,4 % par an.

  • 9  INSD, Résultats provisoires du Recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) de 2 (...)

22Selon le recensement général de la population et de l’habitation de 2006, la population est estimée à 13 730 258 habitants9. Les femmes représentent 51,7 % de la population globale. Il ressort du rapport que 19,50 % des femmes et 21 % des hommes vivent en milieu urbain. Les deux grandes villes, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, enregistrent respectivement 42,7 % et 15,7 % de la population urbaine totale.

  • 10  Ministère de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation, Statistiques de l’éducation de base 2 (...)

23Selon les statistiques scolaires (2007 / 2008) du ministère de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation10, le taux brut de scolarisation serait de 72,5 % avec un taux net de scolarisation de 59,4 % et un taux d’achèvement du primaire de 40,7 % sur une population d’enfants de douze ans estimée à 347 659. La proportion de cette population qui s’oriente dans l’enseignement général, technique ou professionnel formel reste faible et la majorité des enfants se retrouve dans le secteur informel, l’artisanat, avec une hypothétique chance d’insertion sociale et économique.

Les grands traits de la réforme de l’éducation

D’une loi d’orientation à l’autre

24L’assemblée des députés du peuple a adopté, en sa séance du 9 mai 1996, la loi 013/1996/adp, dite loi d’orientation de l’éducation, qui a été promulguée le 24 juin 1996. Certes, cette première loi est en soi un acquis important pour le système éducatif ; elle affirme des principes fondamentaux, comme le droit à l’éducation pour tous sans discrimination avec une scolarité obligatoire jusqu’à l’âge de seize ans, fixe les obligations de l’État, des communautés et des apprenants, la structure du système et l’organisation des enseignements et de la formation. Elle a servi de document de référence à l’élaboration de la réforme de l’éducation. Mais cette loi n’a pas eu véritablement d’application en ses dispositions innovantes comme l’obligation de scolarisation jusqu’à l’âge de seize ans et la création d’un conseil supérieur de l’éducation, qui n’a jamais vu le jour.

25La loi d’orientation 013-2007/an, adoptée par l’Assemblée nationale le 31 juillet 2007 et promulguée le 5 septembre 2007, corrige les limites constatées dans celle de 1996 en donnant les conditions objectives de réduction de l’écart entre les réalités actuelles et les objectifs de l’éducation universelle dans un réel effort de prise en compte des obligations internationales contractées par le Burkina Faso. C’est ainsi que, stipulant en son article 4 que « l’enseignement de base est obligatoire pour tous les enfants de six à seize ans », elle en donne une contrainte objective à l’État en son article 6 : « l’enseignement de base public est gratuit ». La structuration de l’éducation est revue en conséquence et l’éducation de base va jusqu’à seize ans.

26L’affirmation du rôle des collectivités territoriales du secteur privé et des autres partenaires de l’éducation dans la réalisation de l’éducation de base obligatoire est aussi un moyen juridique essentiel consigné par la loi d’orientation.

  • 11  Loi 13-2007/an, article 55.
  • 12  Loi 13-2007/an, articles 62-64.

27Un conseil national est créé, qui a pour mission d’assister de ses avis le gouvernement dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique nationale de l’éducation11. Le système éducatif est soumis à l’obligation d’évaluation périodique avec désormais des objectifs affichés et un cadre défini12.

  • 13  F. Sanou, art. cité, p. 86.

28À travers cette loi, une volonté est aussi affichée d’améliorer la qualité et l’efficacité du système éducatif par l’amélioration des performances des différents niveaux et formules d’éducation, la cohérence et l’intégration entre ces différents niveaux. Le système ne saurait être efficace et de qualité que s’il est pertinent, notamment à travers ses réponses aux aspirations de la société, sa capacité à intégrer l’individu et la société dans une communauté internationale marquée par « la mondialisation, avec l’effacement des frontières nationales et le développement des technologies de l’information et de la communication13 » ; d’où l’importance accordée par la loi à l’appropriation de celles-ci.

Les principes de base et l’objectif général de la réforme

29C’est la loi d’orientation de 2007 qui fixe les grands principes de la réforme de l’éducation. Les principes de base de la réforme sont : l’obligation scolaire ; la gratuité progressive de l’éducation ; la cohérence du système ; l’établissement de passerelles entre le sous-système formel et le sous-système non formel à travers notamment l’introduction des langues nationales, entre l’enseignement général et la formation professionnelle ; la professionnalisation des filières d’apprentissage et de formation à tous les niveaux et particulièrement au niveau de l’enseignement supérieur dans le nouveau dispositif de certification qu’est le LMD (licence-master-doctorat).

30L’objectif général de la réforme est de « rendre le système éducatif plus cohérent, plus fonctionnel et plus adapté au besoin de développement socioéconomique et culturel du Burkina Faso ». La réforme du système éducatif est un outil de mise en œuvre de la loi d’orientation, qui stipule, en son article 13, que « le système éducatif burkinabé a pour finalité de faire du jeune burkinabé un citoyen responsable, producteur et créatif. Il vise essentiellement à assurer un développement intégral et harmonieux de l’individu. »

31La mise en œuvre de la réforme se fera en deux phases, la première de 2007 à 2011, et la seconde de 2011 à 2015. L’extension de la réforme à l’ensemble du pays est pour l’horizon 2015 avec un accès gratuit à la première année du cours préparatoire pour tous les enfants en âge d’y aller. L’enseignement de base public sera alors effectif sur toute l’étendue du territoire en même temps que le développement de l’enseignement secondaire et de la formation professionnelle, la mise en œuvre intégrale du système LMD dans l’enseignement supérieur.

Les mesures d’accompagnement de la réforme

32Le projet de réforme du système éducatif a prévu des dispositions transitoires et des mesures d’accompagnement devant permettre sa réussite. En termes de mesures transitoires, il s’agit essentiellement de l’élaboration et de l’adoption des textes législatifs et réglementaires nécessaires à la réalisation des objectifs de la réforme, notamment en ce qui concerne la réorganisation des cycles d’enseignement (rattachement de l’éducation préscolaire à l’éducation de base, transfert du premier cycle de l’enseignement secondaire actuel au département de l’éducation de base).

33Les mesures d’accompagnement sont : l’extension et la maintenance des infrastructures ; l’utilisation optimale des classes ; le recours à de nouveaux modes de recrutement des enseignants ; l’amélioration de l’environnement scolaire, notamment l’accès des filles et des groupes défavorisés ; l’implication des communautés et de tous les acteurs de l’éducation ; l’amélioration de la qualité et de la pertinence du système éducatif à travers notamment la réforme des curriculums et la valorisation du métier d’enseignant ; le soutien au processus de changement.

Réforme de l’éducation et éducation pour tous

  • 14  Déclaration de Jomtien, op. cit., article 3.

34La réforme de l’éducation et sa finalité sont la réalisation de l’éducation pour tous dans les délais les plus brefs tenant compte des réalités nationales et de la qualité de la mobilisation internationale dans l’accompagnement du système. La réforme de l’éducation vise donc la démocratisation de l’éducation par l’universalisation de l’accès et la promotion de l’équité14 ; cela se ferait à travers notamment : la réduction des disparités liées au sexe ; la réduction des disparités liées au pouvoir d’achat ; la réduction des disparités relatives aux régions ; la diversification des offres de formation.

La réduction des disparités liées au sexe

  • 15  Benoît Kaboré est enseignant-chercheur à l’université de Ouagadougou et l’auteur de plusieurs étud (...)

35Différentes études menées sur la scolarisation des filles au Burkina Faso par de nombreux chercheurs comme Fernand Sanou, Benoît Kaboré, Afsata Paré-Kaboré, Lagi Zoundi15, etc., font ressortir que les sources de discrimination à l’encontre de la fille tiennent plus à des facteurs historico-politiques, économiques et socioculturels qu’à des facteurs pédagogiques.

36La nécessité affirmée dans la réforme de 2007 d’adopter des mesures spécifiques pour renforcer leur scolarisation pour « une amélioration des conditions générales des femmes de façon à libérer les jeunes filles des tâches qui les empêchent de fréquenter l’école » est une mesure d’accompagnement importante pour la réussite du processus. De même, la promotion de l’éducation intégratrice et l’aménagement des infrastructures de manière à faciliter l’accès des locaux aux personnes à autonomie réduite sont des mesures essentielles à une réelle extension de l’éducation à tous les groupes sociaux.

La réduction des disparités liées au pouvoir d’achat

37Une innovation essentielle de la loi d’orientation de 2007 est d’avoir levé toute limite à l’obligation de la scolarisation à travers l’affirmation du devoir de l’État de donner une éducation de base gratuite à tous les enfants vivant au Burkina Faso. Cette affirmation s’accompagne de mesures efficaces comme l’exonération des frais d’inscription et la mise à disposition gratuite des manuels scolaires. Elle se traduit aussi par la réduction de la distance entre les lieux d’habitation et l’école et la participation de l’ensemble de la communauté éducative à la mise en place et à la gestion de cantines scolaires, facteurs déterminants dans le maintien à l’école de plusieurs couches sociales aux conditions de vie très difficiles.

La réduction des disparités relatives aux régions

38Toutes les statistiques montrent que les villes, notamment Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, connaissent des taux de scolarisation proches des objectifs visés. Le contraste avec les résultats observés en milieu rural est saisissant.

39L’effort de l’État n’est pas toujours mis en cause et les disparités entre régions tiennent aussi souvent à des contextes socioculturels particuliers. C’est pourquoi les mesures de décentralisation et de communalisation des structures et des instances d’administration et de gestion du système éducatif devraient permettre de résoudre ces inégalités. Une réflexion plus adaptée sur les conditions de réussite de l’éducation pour tous, parce que conduite au niveau le plus proche, sinon directement par les populations concernées, est à même de lever des pesanteurs à la base des disparités. La participation effective des populations à la communauté éducative, la mise en place des infrastructures éducatives dans les villages, communes et départements, et la participation des enseignants à la vie communautaire sont des facteurs objectifs de réduction des disparités entre les régions.

La diversification des offres de formation

40L’une des tares du système éducatif burkinabè est son inadéquation avec les structures de production et de développement du pays. La réforme du système éducatif, en promouvant le développement de l’enseignement technique, le développement de la formation professionnelle, la création de passerelles entre les différents ordres et niveaux d’enseignement, la mise en place du système LMD et l’approche par les compétences, donne un creuset pour des offres de formation plus pertinentes avec un meilleur gage de réalisation du couplage formation emploi.

41La mise en place du système LMD répond certes à une exigence d’intégration dans le contexte international afin de permettre aussi bien une mobilité physique accrue des enseignants et des apprenants qu’une mobilité virtuelle favorisée par le décloisonnement des espaces et des domaines d’apprentissage, du fait de l’intégration des technologies de l’information et de la communication en éducation. Elle est aussi une réponse pertinente à la faiblesse de l’efficacité interne et externe du système.

42L’approche par les compétences fait suite à plusieurs approches pédagogiques qui ont montré leurs limites et devrait permettre aux sortants de chaque cycle terminal d’avoir les outils intellectuels et les aptitudes nécessaires à une insertion sociale et économique.

La réforme : un enjeu, des défis

  • 16  P. Obanya, « Caractéristiques de la réforme de l’éducation en Afrique », Perspectives (Unesco), vo (...)

43Le succès de toute réforme, et de celle de l’éducation en particulier, est tributaire de l’adhésion des populations concernées aux principes et conditions de mise en œuvre de cette réforme. Cette adhésion est d’autant plus facilement acquise que ces populations sont associées à la conception de la réforme, au moins dans l’expression des préoccupations essentielles de développement et de culture, de finalité même de l’éducation. « Comme moyen de mobiliser tous les Africains dans la mise en œuvre des réformes de l’éducation, la participation populaire doit devenir la norme16 », dira Obanya. Or, dans le cas du Burkina Faso, il ressort des rencontres d’explication tenues avec les populations et les différents groupes sociaux un déficit dans la participation de ces acteurs dans la conception de la réforme. Le premier écueil rencontré à ce niveau aura été la différence de compréhension de la notion de gratuité. Les populations ont a priori compris que leur obligation désormais revenait à conduire les enfants aux maîtres et qu’elles étaient désormais exemptées de toute participation financière et matérielle.

44Un autre exemple est la place des langues nationales dans les programmes : langues d’enseignement à terme ou discipline d’enseignement, bilinguisme de transfert à côté du français ? De ce débat sortiront des attitudes contrastées avec le risque de voir les populations rurales intérioriser le sentiment d’une école à deux vitesses quand bien même, en ville, les langues nationales bénéficieraient de considérations identiques.

45La nouvelle structure de l’éducation qui rattache l’éducation préscolaire et le premier cycle actuel de l’enseignement secondaire à l’éducation de base, tout en étant cohérente avec les termes des deux lois d’orientation, induit une grande réorganisation administrative dont la redéfinition des attributions ministérielles est la tâche la moins ardue. La redistribution et la gestion du personnel d’enseignement et d’encadrement sont un facteur important de la réussite du processus. Les réserves émises par les organisations syndicales, tout en traduisant leurs inquiétudes, devraient être versées dans la somme des préoccupations à prendre en compte.

46La contribution des collectivités territoriales se traduit par un transfert de responsabilités de l’État vers ces collectivités ; ce qui, dans un contexte de ressources limitées, pourrait très vite entraîner une pression fiscale insoutenable sur les populations. Un transfert conséquent de ressources devrait accompagner le processus de la réforme.

  • 17  Réforme du système éducatif du Burkina Faso, mai 2006 (document inédit).

47Cela pose la question globale et essentielle des ressources financières dans un contexte marqué par la faible valeur ajoutée des productions du pays, la réduction de l’aide publique au développement que la crise financière actuelle aggravera certainement. Une première évaluation du coût de la réforme faite en mai 2006 donnait un montant de près de mille sept cents milliards de FCFA17, et l’on s’accorde à reconnaître qu’il s’agit d’une estimation fort optimiste. La résolution de la question financière est certainement un déficit majeur que devront relever les autorités du Burkina Faso pour faire face aux grands chantiers indispensables (réalisation des infrastructures, acquisition des équipements et de la logistique, élaboration et réforme des curriculums, amélioration des salaires, etc.).

48Enfin, le creuset de la réforme est la poursuite de la démocratisation par le renforcement de la liberté d’action des organisations politiques et de la société civile, et par l’exercice effectif d’une liberté citoyenne. C’est aussi à ce prix que se construira une société de paix.

  • 18  C . Dalbéra, « Critique du concept de “ droit à l’éducation ” au regard de pratiques d’acteurs et (...)

49Dans une communication présentée lors d’un colloque international, Dalbéra pose cette pertinente question : « [L]e concept de droit à l’éducation est-il donc réductible aux seuls droits de l’enfant d’âge scolaire […] sauf à vider les principes fondamentaux et l’universalité du droit international de tout caractère réel, en termes notamment de normes juridiques qui s’imposent normalement à tous18 ?» Au Burkina Faso, la loi d’orientation de l’éducation de 2007 donne un cadre juridique à une réforme susceptible de prendre en compte les besoins éducatifs de tous, tout en prescrivant des dispositions touchant l’éducation aussi bien de la prime enfance, des jeunes que des adultes dans des cadres spécifiques. Les statistiques nationales montrent une nette amélioration des indicateurs. Mais force est de reconnaître que l’essentiel des efforts porte sur l’éducation de base des jeunes et leur maintien dans le système scolaire, ce qui est déjà en soi un effort louable dans un pays aux ressources si limitées. Mais l’éducation permanente, l’alphabétisation, la re-scolarisation des illettrés devraient faire l’objet d’autant d’efforts que l’éducation fondamentale afin de permettre un fonctionnement harmonieux du système et éviter que certaines couches de la population ne jouissent des savoirs acquis pour maintenir les autres dans un état de soumission intellectuelle, voire de servitude. Dans cette optique, une prise en compte effective de tous les ordres d’enseignement est indispensable. En définitive, il s’agit de donner, selon Dalbéra, « un contenu raisonné à un élargissement du concept de droit à l’éducation vers les réponses aux besoins éducatifs fondamentaux de tous les citoyens ».

  • 19  P. Obanaya, art. cité, p.66.

50On peut cependant convenir avec Obanya que« la remise en question permanente de la pertinence de l’éducation en Afrique a conduit à des débats continuels dans différents cercles sur la nécessité pour l’éducation en Afrique de répondre aux besoins de la société19 ».

Haut de page

Notes

1  Fernand Sanou est professeur de sociologie de l’éducation, unité de formation et de recherches en lettres et sciences humaines, université de Ouagadougou. Il est l’auteur de nombreuses publications et membre de l’équipe d’experts pour l’étude nationale prospective « Burkina 2025». Joseph Ki-Zerbo, historien, est auteur de nombreux ouvrages dont Éduquer ou périr : impasses et perspectives africaines (Paris, L’Harmattan, 1992) et directeur de recherches de Histoire générale de l’Afrique, en huit tomes, dont le premier en 1980, Paris, Présence africaine-Edicef-Unesco, 2004.

2  F. Sanou, « Pour une vision prospective de l’éducation en Afrique. Le système éducatif burkinabè à l’horizon 2025. Étude nationale prospective “Burkina 2025 ”», Connaissances pour le développement, 2006, p 81-108, disponible dans internet : < http ://www.rgcb.org/IMG/pdf/chap4-2.pdf >, consulté en février 2009.

3  É. Durkheim, Éducation et sociologie, Paris, puf, 1922.

4  S. Lewandowski, Politiques de mondialisation et savoirs éducatifs au Burkina Faso, 2005, <http ://www.lestamp.com/ publications_mondialisation/publication.lewandowski.htm>, consulté en février 2009.

5  Déclaration de Jomtien, article 1, alinéa 1.

6  Déclaration de Jomtien, article 1, alinéa 1.

7  E. Maurin, La nouvelle question scolaire, Paris, Seuil, 2007.

8  M. do R . Mendès, La stratégie des réformes au Portugal : processus et changements, 2001, <http ://www.see-educoop.net/ education_in/pdf/strat-08-oth-enl-t00.pdf>, consulté le 30 mai 2009.

9  INSD, Résultats provisoires du Recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) de 2006, renduspublic le 23 juillet 2007.

10  Ministère de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation, Statistiques de l’éducation de base 2007/2008, Direction des études et de la planification, 2008.

11  Loi 13-2007/an, article 55.

12  Loi 13-2007/an, articles 62-64.

13  F. Sanou, art. cité, p. 86.

14  Déclaration de Jomtien, op. cit., article 3.

15  Benoît Kaboré est enseignant-chercheur à l’université de Ouagadougou et l’auteur de plusieurs études dont « Études de cas détaillées de trois expériences novatrices en matière d’éducation des filles et des femmes en Afrique de l’Ouest et du Centre et leur mise en échelle dans cinq pays africains », Cieffa, mars 2004, <http ://www.cieffa.org/spip.php ?article>. Afsata Paré-Kaboré est maître de conférences à l’université de Koudougou et auteur de plusieurs publications dont « La problématique de l’éducation des filles au Burkina Faso », février 2003, <http ://kibare.club.fr/doc_pdf/doc_afsata.pdf>, et « Éducation islamique entre non formel et formel : insertion pédagogique et sociale dans le contexte burkinabé », colloque international d’éducation comparée « Éducation, Religion, Laïcité. Quels enjeux pour les politiques éducatives ? Quels enjeux pour l’éducation comparée ? », du 19 au 21 octobre 2005 à Sèvres (France), afec-ciep. <http ://afecinfo.free.fr/ ERL05/index.html>. Lagi Zoundi est chercheur à l’université Laval (Canada) et l’auteur notamment de « Analyse des écarts entre filles et garçons dans l’accès et dans la réussite à l’école au Burkina Faso », Les Cahiers de recherches du GREMF, no 92, 2006.

16  P. Obanya, « Caractéristiques de la réforme de l’éducation en Afrique », Perspectives (Unesco), vol. 28, no 4, 1998, p. 68.

17  Réforme du système éducatif du Burkina Faso, mai 2006 (document inédit).

18  C . Dalbéra, « Critique du concept de “ droit à l’éducation ” au regard de pratiques d’acteurs et d’attentes des publics concernés », colloque international « Le droit à l’éducation, quelle effectivité au nord et au sud ? », mars 2004, Ouagadougou.

19  P. Obanaya, art. cité, p.66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathias Kyélem , « La réforme du système éducatif et la démocratisation de l’éducation au Burkina Faso », Éthique publique [En ligne], vol. 11, n° 1 | 2009, mis en ligne le 06 août 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1324 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1324

Haut de page

Auteur

Mathias Kyélem

Mathias Kyélem est enseignant-chercheur à l’École normale supérieure de l’université de Koudougou (Burkina Faso).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org