Navigation – Plan du site
Zone libre

Quelle place pour les vertus dans l’administration publique ?

Le rôle de la formation dans le développement d’une culture éthique chez les hauts fonctionnaires
Fabrice Larat

Résumés

En se basant sur l’exemple des actions de sensibilisation aux questions d’éthique menées dans le cadre de la formation initiale des futurs hauts fonctionnaires français, cet article traite de l’intérêt qu’il y a à se référer aux vertus civiques telles qu’elles ont pu être conceptualisées dans l’Antiquité et à la Renaissance pour guider l’action publique en général et le comportement à la fois collectif et individuel de ses agents face aux défis que rencontre l’administration publique moderne. Toutefois, la présence de ces vertus ne pouvant pas toujours être considérée comme acquise, il convient de faire en sorte que les valeurs auxquelles elles renvoient soient transmises et qu’elles soient mises en avant dans la formation des futurs cadres de l’administration publique pour pouvoir être mises en pratique dans l’exercice de leurs fonctions.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Certains concepts présentent la particularité de paraître à la fois familiers et très éloignés de la réalité et des préoccupations actuelles. Alors que les notions de confiance, d’intégrité et de reddition de comptes paraissent évidentes, en particulier lorsqu’elles sont présentées comme étant des remèdes aux maux dont souffrent nombre d’institutions et d’administrations publiques, la notion de vertu semble renvoyer à une conception désuète, pour ne pas dire historiquement dépassée du fonctionnement des sociétés en général et des affaires publiques en particulier, et ce, bien plus que celle d’éthique qui, du fait de sa connotation philosophique, serait a priori plus intemporelle. Pourquoi alors s’interroger sur la place occupée de nos jours par les vertus dans l’administration publique et pourquoi le faire à partir de la question du rôle de la formation dans le développement d’une culture éthique chez les fonctionnaires exerçant des fonctions d’encadrement ?

2La réponse à cette question est à chercher dans le lien existant entre comportement individuel et comportement collectif et dans ce qui fait la jonction entre, d’une part, l’existence de règles et de principes nécessaires à la bonne gouvernance et, d’autre part, l’attachement des individus qui font fonctionner l’administration publique à ces mêmes valeurs et principes de manière à ce que ceux-ci ne restent pas des concepts abstraits et formels mais se traduisent par des comportements et attitudes correspondant aux exigences éthiques et déontologiques que l’on est en droit d’avoir envers les agents publics. Comme nous allons le montrer, le recours au concept de vertu permet en effet de comprendre comment s’articulent les différents facteurs contribuant à l’existence d’une dimension éthique dans l’administration publique et sur quelles bases ils se développent.

3Cet article a donc pour objectif d’analyser le rôle des vertus civiques telles qu’elles ont pu être thématisées dans le passé (à savoir les périodes de l’Antiquité et de la Renaissance) et d’étudier le rôle qu’elles peuvent jouer aujourd’hui dans le bon fonctionnement d’une administration publique à la fois intègre et fidèle à ses principes et missions. L’exemple présenté est celui de la formation des hauts fonctionnaires dans un système particulier – la France –, c’est-à-dire celui d’un pays développé où l’administration publique a une histoire ancienne et où l’État est traditionnellement très actif dans la formation de ses agents. Après avoir rappelé pourquoi et comment le concept de vertu a très tôt été associé à l’émergence de la chose publique en Europe et en quoi les vertus civiques sont nécessaires au bon fonctionnement des administrations et de l’action publique – même et surtout en liaison avec les pratiques actuelles découlant de la nouvelle gestion publique –, cet article s’attachera à montrer comment et pour quelles raisons les préoccupations touchant à l’éthique et la référence à certaines vertus civiques sont soumises à une attention particulière dans le cadre de la formation donnée en France aux futurs hauts fonctionnaires dans cet établissement singulier qu’est l’École nationale d’administration (ENA).

La place des vertus civiques dans un monde en transformation

4De manière générale, on s’accorde à dire que les vertus sont des attitudes fermes guidant la conduite individuelle qui se traduisent par une disposition stable à vouloir accomplir un type déterminé d’actes moraux. Du fait de sa polysémie, le concept de vertu peut renvoyer tout à la fois à la vertu de l’homme de bien ou à celle du citoyen, c’est-à-dire, d’après la distinction proposée par Aristote, à une vertu absolue ou à une vertu relative à une constitution (Labarrière, 1996 : 839). C’est pour cette raison que la théorie politique a mis l’accent sur l’importance des vertus et de leur diffusion pour la vie de la cité. Au xviiie siècle, Montesquieu déclare dans De l’esprit des lois, auchapitre III du Livre III consacré au principe de la démocratie, qu’il ne faut pas beaucoup de probité pour qu’un gouvernement monarchique ou un gouvernement despotique se maintienne ou se soutienne : « La force des lois dans l’un, le bras du prince toujours levé dans l’autre, règlent et contiennent tout. Mais dans un État populaire, il faut un ressort de plus qui est la vertu. » Plus loin, au chapitre XVIII du Livre V, il ajoute que dans une république où la vertu règne (motif qui se suffit à lui-même et qui exclut tous les autres), l’État ne récompense que par des témoignages de cette vertu.

  • 1 Elles renvoient aux vertus fondamentales évoquées par Platon (sagesse, courage, tempérance et justi (...)

5Cela étant, que recouvre exactement cette notion ? Dans le prolongement de la pensée antique, parmi les différentes vertus existantes, on peut en distinguer quatre ayant des qualités particulières et jouant pour cette raison un rôle charnière dans l’action humaine et que l’on qualifie pour cela de cardinales1.

6(1) La première, dite Prudentia, c’est-à-dire la prudence, allie force d’esprit et faculté de discernement permettant en toute circonstance de distinguer le véritable bien et de choisir les justes moyens de l’accomplir. À la fois intellectuelle et morale, la prudence désigne une sagesse pratique qui dispose la raison à la connaissance de la vérité dans la conduite de la vie ;

7(2) La deuxième appelée Temperentia, ou tempérance, assure la maîtrise de la volonté sur les instincts et permet de discipliner nos désirs et nos passions ;

8(3) La force, ou courage (Fortitude), permet de rester ferme dans l’adversité et constant dans la poursuite du bien, de résister aux tentations et de surmonter les obstacles dans la vie morale ;

9(4) Quant à la dernière de ces vertus cardinales, Iustitia, la justice, elle consiste en la constante et ferme volonté de donner moralement à chacun ce qui lui est universellement dû.

10Pour les philosophes néoplatoniciens, comme Plotin et Porphyre, la distinction traditionnelle entre différentes vertus ne fait que refléter les modes d’exercice différents que l’on peut observer selon le niveau où elles se manifestent et en fonction des différents domaines d’application possibles. Parmi les différentes formes de vertus, ils distinguent ainsi ce qu’ils appellent les vertus civiques, c’est-à-dire celles qui règlent les affections des êtres humains et leur conduite dans la vie sociale (Brisson, 1992 : 17). Ce sont ces vertus qui visent à permettre une vie en commun qui ne soit pas source de désavantages pour les membres du groupe, tout en assurant la cohésion de la communauté. Elles contribuent à la modération des passions des citoyens, et on peut les atteindre en obéissant à ce que le raisonnement fait considérer comme ses devoirs et en s’y conformant dans ses actions.

11Parce qu’elles combinent les principaux aspects de l’action individuelle et collective, on peut dire que les vertus civiques permettent de remplir dans le domaine de l’administration publique les plus hautes exigences éthiques qui découlent des normes et principes fondateurs de l’action publique que sont la recherche et la préservation de l’intérêt général, l’impartialité, le désintéressement personnel, l’intégrité et la probité, de même que le dévouement à la cause publique.

Ce que nous enseignent les fresques d’Ambrogio Lorenzetti

  • 2 On songe notamment aux documents de référence duProgramme des Nations Unies pour le développement, (...)
  • 3 Voir les photos des fresques sur le site http://www.wga.hu/support/viewer/z.html.

12L’établissement d’un lien entre considérations éthiques et bonne gouvernance ne date pas seulement des rapports publiés par diverses organisations internationales au cours des dernières décennies2. Très tôt, la question de la vertu s’est trouvée liée à l’analyse du fonctionnement de la politique et de ses effets, bénéfiques ou nuisibles, notamment en ce qui a trait à la recherche du bien commun. La place des vertus dans la bonne administration de la cité a ainsi été thématisée et illustrée de manière magistrale par l’un des grands peintres de la Renaissance italienne, Ambrogio Lorenzetti, dans ce chef-d’œuvre de représentation artistique du politique que sont les fresques consacrées aux effets du bon gouvernement qui ornent le Palazzo Pubblico de Sienne en Italie. À la fois vision et autoreprésentation idéalisée d’une cité par et pour ses gouvernants, ces fresques peuvent être qualifiées à juste titre « d’utopie de la réalité », un oxymore volontairement assumé par l’anthropologue italienne Maria Luisa Meoni dans la passionnante étude qu’elle a consacrée à ces fresques3 peintes entre 1338 et 1339 (Meoni, 2005).

13Pour qui s’intéresse à la symbolique politique, l’étude de ces fresques est édifiante à plus d’un titre, notamment en ce qui concerne l’énumération des vertus participant, d’après Lorenzetti, au règne du bon gouvernement, et aussi pour la manière dont celles-ci s’articulent et se complètent les unes par rapport aux autres. Cela vaut autant pour les références aux principes centraux de cette allégorie du bon gouvernement que par rapport à leurs opposés qui figurent dans la fresque représentant les effets du mauvais gouvernement située sur le mur d’en face et offrant comme un négatif de ces vertus : tyrannie/justice, guerre/paix, discorde/concorde, etc.

Représentation graphique stylisée de la fresque d’Ambrogio Lorenzetti tirée de l’ouvrage de M. L Meoni. 2005

Représentation graphique stylisée de la fresque d’Ambrogio Lorenzetti tirée de l’ouvrage de M. L Meoni. 2005
  • 4 Pour une première analyse de la fresque sous l’angle des sciences administratives, voir également R (...)

14Que voit-on sur cette fresque4 ? Sur la droite, le bien commun (figure 8) trônant en majesté est représenté surmonté par les trois vertus théologales que sont la foi, l’espérance et la charité et se trouve encadré par les quatre vertus cardinales évoquées plus haut. Pour mieux souligner leur importance, elles portent toutes les quatre une couronne. La fortitude (figure 4) est armée d’une masse d’arme et d’un long bouclier, comme pour mieux pouvoir imposer sa volonté. La prudence est caractérisée par l’attitude critique de son visage (figure 5) tandis que la tempérance a la tête inclinée vers le sablier qu’elle tient dans la main, symbole de la mesure (figure 6). Sur la droite, la justice en tant que vertu est reconnaissable à son regard droit et impartial ainsi qu’au glaive qu’elle brandit (figure 9). Entre le bien commun et la tempérance, la magnanimité (figure 10) vient compléter la présentation des vertus civiques.

  • 5 Sur la relation entre éthique et bien commun, notamment dans la pensée de Machiavel, voir Rochet (2 (...)

15L’agencement des figures ainsi que leur positionnement les unes par rapport aux autres sont très révélateurs : c’est la combinaison de ces vertus se complétant et se renforçant mutuellement qui permet le bon gouvernement et l’atteinte des objectifs politiques enviables que sont la paix (figure 3), la concorde entre les citoyens (figure 2 armée d’un rabot pour aplanir les disputes) et le règne de la justice (figure 1 reconnaissable à sa balance), laquelle est survolée par la sagesse (figure 7) et est encadrée par la punition ainsi que la récompense. Plus que la simple vision de la place que les penseurs et artistes de la Renaissance italienne attribuaient aux vertus dans le gouvernement de la cité, cette représentation pose à travers les siècles la question de la transformation de l’idéal éthico-politique qu’est celui du bon gouvernement basé sur les vertus en une réalité sur le plan institutionnel et en un stimulant pour le fonctionnement et l’organisation de la chose publique, la respublica5.

L’apport des vertus civiques à l’administration publique contemporaine

16Les vertus civiques mises en scène dans les fresques de Lorenzetti peuvent être interprétées comme les principes et les valeurs éthiques qui doivent guider l’action publique en général et le comportement à la fois collectif et individuel de ses agents en particulier. Au-delà des particularismes nationaux et culturels, elles ont une portée universelle, et c’est ce qui les rend particulièrement pertinentes et utiles pour l’administration publique contemporaine.

17À l’heure où partout dans le monde l’état de droit ainsi que la présence d’une administration indépendante et intègre sont reconnus comme des éléments essentiels pour l’existence d’un État stable, démocratique et performant, et que parallèlement l’accent est mis sur l’utilisation de méthodes et d’outils de gestion modernes appliqués à la sphère publique, il est plus que jamais nécessaire de porter attention à la place des valeurs et des vertus en administration publique (de Vries et Suk Kim, 2011).

  • 6 D’après l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, c’est justement (...)

18L’accumulation de scandales et d’affaires, y compris dans des États ayant les institutions les plus performantes et contraignantes sur le plan de la démocratie et de la transparence, montre au contraire la pertinence de ces vertus civiques pour l’administration publique contemporaine (Boisvert, 2011). Jamais l’exigence éthique n’a été aussi présente dans les débats et les initiatives politiques qu’aujourd’hui. En effet, on ne pardonne plus aux politiques de transgresser les règles de la morale commune (Rémond, 2004). Par ailleurs, dans un monde en pleine évolution, marqué par des interdépendances et une complexité croissantes, les agents publics doivent faire face à de nombreux défis de nature politique, sociétale ou économique. Du fait des responsabilités sociales et juridiques qui sont les leurs, et compte tenu des attentes provenant des citoyens et administrés au chapitre de la transparence, de l’efficacité et de le reddition de comptes, ceux qui sont responsables de la gestion publique et de la mise en œuvre des politiques doivent pouvoir disposer non seulement des compétences techniques nécessaires, mais également des aptitudes et des réflexes leur permettant d’exercer leur mission de service public. Au-delà du légalisme et du respect formel du cadre juridique existant, la connaissance des – et l’adhésion aux – valeurs constituant le service public doit en effet se traduire en attitudes et autres comportements appropriés et pour cela s’accompagner de qualités morales et humaines indéniables6.

19Cela est d’autant plus important que dans l’action publique contemporaines les lignes de démarcation sont mouvantes, tout comme le sont les points de référence nécessaires pour diriger l’action, et il est souvent difficile pour un fonctionnaire de trouver ses repères, tant sur le plan de la déontologie pratique que sur celui de l’éthique en général. Or les attentes des citoyens en ce qui a trait à l’efficience, à la transparence, à la justification mais aussi à la probité dans l’utilisation des deniers publics, au respect des droits et de la dignité individuelle posent de nombreux défis aux agents publics.

20Ainsi, le degré de corruption de l’administration publique étant l’un des indicateurs les plus pertinents de la santé de la démocratie dans un pays (ce qui justifie que l’exigence d’intégrité de la part des usagers à l’égard des fonctionnaires ne souffre aucune concession), le caractère irréprochable de l’action publique est d’autant plus nécessaire à l’obtention de la confiance des citoyens. Cela étant, la probité ne se limite pas aux aspects financiers ou à l’attitude à adopter par rapport à d’éventuels conflits d’intérêts. Elle doit également avoir une dimension morale et impose par exemple au fonctionnaire d’aborder les questions qu’il doit traiter avec honnêteté intellectuelle et sans se laisser guider par sa propre subjectivité (Silicani, 2008).

  • 7 Il s’agit là d’une constante dans l’histoire administrative. C’est ainsi que le dévouement des memb (...)

21Dans un pays comme la France, les prérogatives du droit commun dont disposent les services publics pour accomplir leurs missions ne sont tolérables par le corps social que dans la mesure où elles répondent à des fins d’ordre général et non à la poursuite d’objectifs de nature privée. Pour cette raison, en période de rupture technologique et de crise de transition, il est particulièrement utile d’effectuer un retour aux questions fondamentales de la philosophie politique : celles du bien commun et du rôle de la vertu civique (Rochet, 2010). Le sens de l’intérêt général et la pratique de ces vertus se doivent ainsi d’être l’une des qualités majeures caractérisant les fonctionnaires7.

  • 8 Cette contribution est parfaitement résumée par Patrick Dobel pour qui « [e]thics policy enables pu (...)
  • 9 Rosanvallon distingue deux dimensions de l’éthique qui peuvent être considérées comme complé-mentai (...)

22Il ressort de tout cela que l’éthique n’est pas seulement importante à l’échelle individuelle, mais qu’elle est constitutive de l’action collective parce qu’elle lui donne un sens et qu’elle contribue à légitimer l’autorité publique8. Or, à partir des années 1980 dans les pays développés, les techniques d’organisation des services publics liées à la nouvelle gestion publique ont introduit des méthodes qui ont conduit à dévaloriser la figure classique du fonctionnaire comme agent patenté de l’intérêt général. Comme le remarque Pierre Rosanvallon (2008), la reconnaissance d’une technocratie parée des vertus de la rationalité et du désintéressement a aussi perdu son évidence dans une société plus lucide et plus éduquée. Parallèlement à l’affaiblissement de la légitimité de la sphère électorale-représentative, cette situation a eu pour conséquence de déposséder le pouvoir administratif des éléments moraux et professionnels qui lui avaient autrefois permis de s’imposer (Rosanvallon, 2008 : 280-2819).

23Toujours dans cet esprit, on relève en effet que la première exigence que formulent les citoyens pour faire entrer une action gouvernementale en démocratie est qu’elle soit attentive à la diversité des situations et qu’elle ne sacrifie personne à l’abstraction d’un principe (Rosanvallon, 2008). La capacité des agents publics à reconnaître cela et à agir en conséquence représente un véritable défi qui renvoie à la question du rôle des vertus en général et de la sagesse pratique en particulier, puisque certaines valeurs ne se laissent pas enfermer dans les catégories abstraites du droit, « tant elles renvoient au comportement concret de chaque personne » (Silicani, 2008 : 65). De plus, comme le relève l’historien de l’administration Marc-Olivier Baruch (2006 : 13) lorsqu’il s’interroge sur la neutralité de l’État en république, même quand la loi dispose, que le règlement édicte, que la circulaire interprète et que le fonctionnaire applique, ces dispositions laissent toujours la place à la possibilité de biais et donc d’interprétation. Dans ces conditions d’incertitude, comment est-il alors possible pour les fonctionnaires de savoir ce qui est « bon », de manière à remplir leur mission correctement et en ayant un comportement qui soit éthiquement responsable ?

La place centrale de la responsabilité dans l’action publique, ou la raison d’être des vertus civiques

24L’idée de responsabilité est tout à fait centrale en matière d’éthique. Max Weber en distingue, on le sait, deux sortes. L’une, l’éthique de conviction, est qualifiée de stérile du point de vue politique car insoluble puisque ne se préoccupant jamais que de la culpabilité dans le passé. L’autre, celle de responsabilité, s’intéresse à l’affaire propre de l’homme politique, à savoir l’avenir et la responsabilité devant l’avenir. Celle-ci est particulièrement importante pour l’administration publique, car elle pose la question de la responsabilité et de la conséquence des actes individuels et collectifs. La difficulté en la matière réside dans le fait qu’« aucune éthique au monde ne peut nous dire non plus à quel moment et dans quelle mesure une fin moralement bonne justifie les moyens et les conséquences moralement dangereuses » (Weber, 2008 : 207).

25Comment alors pleinement prendre en compte cette responsabilité ainsi que les effets et conséquences de nos actes ? D’autant plus que, comme que le souligne également Weber, « [c]e que l’on dit à propos de la causalité en science s’applique également à l’éthique : elle n’est pas un fiacre que l’on peut faire arrêter à son gré pour y monter ou en descendre suivant le cas » (2008 : 203). L’attachement aux considérations éthiques impose, on le voit, une grande cohérence de comportement et nécessite la mobilisation de nombreuses vertus, tant sur le plan individuel que sur le plan collectif.

26De manière générale, le problème philosophique de la responsabilité a pour objet les conditions d’imputabilité de nos actes et omissions. Analysant les compétences et vertus qui doivent d’après lui caractériser les futurs hauts fonctionnaires français, le président d’un jury de recrutement à l’ENA estime qu’assumer une forte et souvent lourde responsabilité dans la fonction publique de l’État nécessite alors pour les fonctionnaires d’être en mesure de s’interroger sur les choix et devoirs que cette responsabilité implique (Schrameck, 2009). Cela suppose notamment d’avoir une sensibilité particulière aux questions d’éthique et de pouvoir développer une capacité de remise en cause.

  • 10 Weber remarquait à ce sujet que si ce sentiment d’honneur n’existait pas chez les fonctionnaires, « (...)

27Aussi, comme le décrivait Weber, le développement de la fonction publique moderne exige-t-il de nos jours un corps de travailleurs intellectuels non seulement spécialisés, hautement qualifiés et préparés à leur tâche professionnelle par une formation de plusieurs années mais également animés par un honneur organisationnel très développé sur le chapitre de l’intégrité (Weber, 2008 : 14310). La condition requise pour une administration vertueuse n’est donc pas seulement l’existence d’un cadre juridique contraignant et de mécanismes de gouvernance appropriés. Il faut également disposer de fonctionnaires qui soient portés par les vertus civiques, et qui incarnent et fassent vivre les valeurs inhérentes à l’administration et au service publics.

28Cela étant, les travaux menés en sciences sociales convergent pour montrer que les idées et croyances ne flottent pas « dans l’air » ni ne se reproduisent spontanément (Risse, 1994). L’existence de vecteurs et de mécanismes de diffusion, de transmission et de reproduction est essentielle. Si l’on souhaite disposer de fonctionnaires motivés par leur mission de service public et attachés à une certaine idée de l’intérêt général, il faut par conséquent s’assurer qu’ils présentent bien ces caractéristiques, c’est-à-dire qu’ils adhérent aux valeurs dont l’objectif premier est de donner du sens à l’action des services publics et de leurs agents. Le cas échéant, s’il s’avère que les vertus civiques sont insuffisamment répandues, il convient de les cultiver et de faire en sorte que les futurs fonctionnaires puissent s’approprier ces valeurs.

Les vertus civiques et la formation : l’exemple de l’ENA de France

  • 11 Cette nécessité a été reconnue très tôt par les spécialistes, même si elle n’a pas toujours et part (...)

29Se référant au lègue de Nicolas Machiavel, Claude Rochet (2008) constate qu’une des questions fondamentales à l’heure actuelle est de savoir comment introduire l’éthique et les valeurs civiques dans la gestion publique. Le meilleur moyen de cultiver les vertus civiques est de veiller à leur transmission et à leur diffusion chez ceux qui en auront directement besoin pour exercer leurs fonctions. À cet égard, la formation des futurs agents du service public, qu’elle soit donnée dans des écoles d’application comme c’est le cas en France ou assurée par les universités, constitue une étape aussi incontournable qu’indispensable11. Ce n’est donc pas un hasard si un rapport sur l’avenir de la fonction publique française préconisait d’intégrer la diffusion des valeurs dans la formation initiale et continue des fonctionnaires. Le rapport précise que cet enseignement, plutôt que d’être donné par des exposés théoriques, devrait s’appuyer sur des cas pratiques faisant apparaître à la fois l’intérêt concret des valeurs en question dans la marche quotidienne du service public ainsi que les moyens de résoudre d’éventuels conflits de valeurs (Silicani, 2008).

La mise en perspective des vertus civiques à l’ENA

30Pour les raisons évoquées dans la partie précédente, la nécessité d’intégrer une dimension éthique dans la formation des fonctionnaires est d’autant plus importante que le niveau de compétences et de responsabilités des personnes concernées sera élevé. Compte tenu de sa place dans la haute fonction publique en France, l’exemple de l’ENA prend une signification particulière, d’autant plus que sa fondation même répondait à des préoccupations d’ordre moral et éthique explicites. L’ENA fut en effet créée en 1945 par le général de Gaulle pour répondre à la nécessité du redressement moral et administratif de la nation au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui comme hier, sa mission est d’assurer le recrutement et la formation de la haute fonction publique de l’État. En tant qu’école d’application, l’ENA est chargée non seulement d’enseigner les techniques de la vie administrative et politique, mais aussi de s’efforcer de développer parmi ses élèves fonctionnaires « le sentiment des hauts devoirs que la fonction publique entraîne et les moyens de bien les remplir » (Ordonnance no 45-2283 du 9 octobre 1945). Toutefois, l’énonciation de ces devoirs ne suffit pas. Les auteurs de ce texte refondateur de l’administration publique française après le désastre de la défaite de 1940 et de la collaboration avec l’occupant nazi en étaient bien conscients.

31L’idée de base qui présida à la création de l’ENA est qu’un enseignement uniquement de type scolaire imposé à des esprits qui n’ont pas encore connu la réflexion personnelle (ou qui l’ont connue de manière insuffisante) aboutit à une formation uniforme et dangereuse pour l’homme comme pour l’État (Debré, 1946). Dans cette logique, il faut donc aller plus loin que les seuls enseignements des matières dont la connaissance est certes indispensable à tout fonctionnaire qui dans sa spécialité veut être digne de sa tâche, mais ne suffit pas au chapitre de la capacité étant donné qu’il s’agit également de pouvoir conduire ces tâches de manière appropriée (Debré, 1946).

32Le but fixé à l’origine est toujours valable : former des fonctionnaires de valeur. Pour cela, la formation qui est donnée à l’ENA doit également être d’ordre moral. Il s’agit là d’apprendre aux futurs fonctionnaires le sens de l’État et de leur faire comprendre les responsabilités de l’administration ou, pour reprendre les mots de Michel Debré, de « leur faire goûter les grandeurs et accepter les servitudes du métier » (1946 : 22). Concrètement, il s’agit de donner aux élèves le goût de quelques qualités qualifiées de maîtresses :

  • le sens de l’humain qui infuse la vie à tout travail ;

  • le sens de la décision qui permet, après avoir pesé le risque, de le prendre ;

  • le sens de l’imagination qui ne craint aucune audace, aucune grandeur.

  • 12 Même si la séparation entre ces trois concepts n’est pas toujours évidente, pour distinguer éthique (...)

33On retrouve là les principales vertus civiques mises en avant par Lorenzetti dans son chef-d’œuvre : un sens de la finalité de l’action publique au bénéfice de tous les citoyens qui doivent être considérés à la fois dans leur unité, c’est-à-dire comme des citoyens, mais aussi comme des personnes avec leur dignité et leurs particularités. Toute l’ambition et le caractère novateur de cet objectif pédagogique tiennent dans l’accent mis sur la valeur de la vertu morale à la fois enseignée et comprise (Debré, 1946). Dans la formation offerte à l’ENA se trouvent donc incluses à la fois des dimensions éthique, morale et déontologique, chacune de ses composantes ayant une fonction particulière12. L’importance des vertus civiques pour le bon fonctionnement de l’administration s’y trouve mise en perspective dans la formation donnée dans une approche combinant plusieurs aspects complémentaires et visant à développer une culture éthique chez les élèves.

Une approche systématique et complémentaire

34Parce que les qualités citées ci-dessus sont importantes et doivent tout d’abord préexister avant que d’être développées, approfondies et mises en pratique, les critères de sélection des futurs fonctionnaires sont indissociables du contenu de la formation proprement dite. Ainsi, dès son origine, le concours d’entrée à l’ENA prévoyait des épreuves capables d’établir les connaissances et notamment la culture générale des candidats, mais aussi leur personnalité, voire leur caractère. Par ailleurs, l’ENA étant une école d’application, c’est-à-dire résolument tournée vers la pratique pour pouvoir former de hauts fonctionnaires directement opérationnels, la prise en compte de la dimension éthique dans la formation prend différents aspects et formes en fonction des objectifs pédagogiques qui sont rattachés à la diffusion des principes, des normes et des valeurs du service public, ainsi que des étapes de la scolarité dans lesquelles ces objectifs s’inscrivent.

L’étape de la sélection des élèves

  • 13 « In the selection of new government officials not only (technical) expertise and merit should be t (...)

35La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 stipule que la force publique est instituée pour l’avantage de tous. Mais encore faut-il s’assurer que les personnes qui souhaitent l’intégrer en soient vraiment dignes. À côté des capacités intellectuelles, c’est bien là un des principaux défis qui se posent en ce qui a trait à la sélection13. S’il est en partie possible de vérifier que les candidats savent faire preuve de sagesse pratique dans la formulation de leur jugement exprimé en réponse aux questions posées, la nature des épreuves de sélection ne permet toutefois généralement pas de s’assurer de leur capacité à faire preuve de tempérance, de leur force de caractère ou de leur sens de la justice. Seule une mise en situation permet en effet de vérifier l’existence de telles vertus.

Les enseignements contextualisés

36Le deuxième volet de l’intégration d’une dimension éthique dans la formation initiale des élèves de l’ENA prend la forme d’enseignements offerts pendant la scolarité et portant sur les devoirs et obligations des agents de la fonction publique. Comme les autres cours, ces enseignements sont assurés en grande partie par des praticiens, généralement des hauts fonctionnaires qui ont eux-mêmes une expérience de la fonction publique et par conséquent des difficultés qui peuvent se poser en matière d’éthique.

37Les enseignements donnés à l’ENA dans le domaine de l’éthique sont complémentaires les uns des autres et couvrent tous les sujets importants en la matière. Ils comprennent par exemple une conférence sur les éléments fondamentaux de la déontologie du haut fonctionnaire, une intervention sur l’histoire de l’administration et la notion de service de l’État mettant en avant à partir de contre-exemples certains comportements problématiques, un cycle de conférences sur la relation entre éthique, expertise et décision publique, ou un enseignement portant sur la responsabilité pénale du haut fonctionnaire.

  • 14 La prise de conscience de cette nécessité est bien exprimée par la déclaration adoptée en avril 201 (...)

38Loin de rester théoriques, les questions éthiques et déontologiques sont ensuite régulièrement contextualisées, c’est-à-dire évoquées en relation avec des situations concrètes, tout au long de la scolarité. Ainsi, pendant le cours du module centré sur les questions européennes et internationales de même que pendant celui qui est consacré aux questions territoriales, des conférences traitent des risques liés aux lobbys et aux rapports entre l’action des groupes d’intérêts et la décision publique. L’impératif déontologique passe par un haut degré d’exigence sur des principes et des valeurs qui définissent les fonctions publiques en pays démocratiques. Pour les fonctionnaires, cela inclut la diversité des expériences à acquérir, chacun dans son domaine, mais comprend également la volonté d’exiger, au service des usagers et de la nation, la mise en œuvre des principes inhérents à l’action publique (Vigouroux, 2006). Il convient donc que l’importance de ces principes tout comme la manière de les mettre en pratique soient bien présentes dans les enseignements14.

Coupler le rappel solennel des devoirs et des obligations avec l’exemplarité du vécu

39Le rappel des devoirs et des obligations du fonctionnaire comme celui des valeurs et des principes du service public sur lequel repose son éthique ne sauraient se limiter à un enseignement académique malgré toute l’utilité de celui-ci. L’éthique passe en effet par la sagesse politique et l’intelligence pratique (Rochet, 2008 : 345). Compte tenu de son aspect normatif, il importe que le rappel des valeurs et des principes éthiques à la base de l’action administrative prenne notamment la forme de proclamations et d’injonctions solennelles pour en renforcer la portée aux différents moments de la formation. C’est ainsi que des références explicites à l’éthique et aux valeurs du service public sous-tendent nombre de discours officiels prononcés par des autorités morales devant les élèves, que cela soit à la proclamation des résultats du concours par le président du jury, au début de la scolarité ou pendant la cérémonie de sortie.

  • 15 L’intervention de Robert Badinter, ancien ministre français de la Justice et instigateur de l’aboli (...)

40En complément, l’effet de tels discours, du fait de leur aspect très général, gagne toutefois à être couplé à des témoignages pratiques et concrets de la part d’acteurs publics incarnant de manière exemplaire l’autorité, le caractère et le sens civique, et dont le témoignage et les retours d’expérience apportent une vision certes subjective des questions éthiques auxquelles ces personnes ont pu être confrontées, mais présentent en tout cas l’avantage d’être très concrets et pratiques puisqu’ils relèvent du « vécu » et qu’ils sont donc susceptibles de donner lieu à une identification15.

Les exercices pratiques et l’acquisition d’expérience

  • 16 Il s’agit là de ce que la psychologie sociale qualifie d’« experienced organisational members » (So (...)

41Par la place qu’ils occupent au sein du programme de formation (12 mois sur 24) et du fait de la position de responsabilité dans laquelle les élèves s’y trouvent placés (par exemple, dans une préfecture ou dans une ambassade), les stages fournissent de multiples occasions d’exercer et de mettre en pratique les vertus civiques que la formation à l’ENA cherche à promouvoir. Consistant en une confrontation directe avec la réalité administrative, les stages relèvent d’une transmission des valeurs qui n’est pas discursive mais plutôt comportementale et permettent de quitter le niveau d’abstraction théorique des enseignements sur l’éthique et de passer à la pratique des vertus civiques. Ils offrent également la possibilité d’observer des comportements exemplaires (ou non) in situ16. Par ailleurs, alors que les autres modes de transmission ont une dimension collective, la confrontation avec les questions éthiques dans les stages est essentiellement personnelle et survient dans les relations avec le tuteur ou les collègues de l’élève en stage, par l’observation de comportements, de modes de fonctionnement ou par les conseils prodigués. L’aspect non officiel de certaines discussions de même que les occasions d’imitation viennent utilement compléter les aspects plus officiels de la formation.

42De ce fait, les stages remplissent tout à fait la fonction qui leur est assignée depuis la fondation de l’ENA, à savoir donner aux élèves une maturité, ce que le fondateur de l’ENA appelait « une possibilité de jugement réfléchi » (Debré, 1946 : 26). Car la capacité de jugement n’est pas acquise, mais doit être développée, pratiquée, mise en situation. Ainsi que le souligne une personnalité ayant exercé de hautes responsabilités à la tête de l’État français, la qualité d’un fonctionnaire ne saurait se limiter à son niveau de connaissances techniques et à ses capacités intellectuelles, fussent-elles particulièrement brillantes, car « être intelligent n’est rien si l’on n’est pas compris, et il n’y a pas d’intelligence sans discernement des autres et de [son propre] positionnement par rapport à eux » (Schrameck, 2009 : 3).

43Ces qualités correspondent au type de vertu qu’Aristote mettait au-dessus de toutes les autres, à savoir la phronèsis, que l’on peut traduite par « prudence réfléchie » ou « sagesse pratique ». Il ne s’agit pas simplement d’une aptitude, car elle comprend non seulement l’aptitude à décider de la façon d’atteindre un objectif donné, mais aussi l’aptitude à réfléchir et à déterminer l’objectif souhaité, ce qui passe par une réflexion et un choix éthique (Aristote, Éthique à Nicomaque, 1142a). À cela s’ajoute la nécessité pour le futur haut fonctionnaire de pouvoir faire preuve de discernement et de prendre des décisions mûries.

Combiner différents modes de prise en compte de l’éthique

  • 17 En cela, la prise en compte des différents aspects liés à l’éthique dans la formation offerte à l’E (...)

44Comme le montrent les exemples présentés plus haut, la prise en compte des questions éthiques dans la formation offerte à l’ENA relève d’une approche systématique combinant plusieurs aspects et modes d’intervention en fonction des objectifs pédagogiques de la scolarité récapitulés dans le tableau suivant17.

Tableau 1 : récapitulatif des différentes formes d’intégration de l’éthique dans la formation initiale offerte à l’ENA

Étape de la scolarité

Objectif pédagogique

Résultat escompté

À la sélection des candidats

Définition de la vocation des candidats à la fonction publique

Certitude que les élèves entrant à l’ENA présentent bien des prédispositions nécessaires en matière d’éthique et du sens du service public

Au cours des enseignements donnés pendant la scolarité

Transfert de connaissances contextualisées

Connaissances des règles déontologiques et mise en relation des connaissances théoriques avec la complexité des situations particulières dans des jeux de rôles et autres simulations

Au moment des discours et des cérémonies officielles et solennelles, grâce au témoignage de praticiens

Sensibilisation aux questions éthiques et prise de conscience de leur pertinence ainsi que de leur complexité

Donner de la visibilité aux vertus civiques grâce à la mise en valeur de comportements exemplaires et à la portée aux injonctions officielles d’autorités morales

Pendant les stages en administration, sous la supervision d’un maître de stage

Exposition à la réalité administrative et acquisition d’expérience pratique

Pratique et internalisation des règles à suivre en cas de conflits d’intérêts, de résolution de problèmes et en matière de comportement approprié dans des situations délicates d’un point de vue éthique

Développement de réflexes éthiques qui guideront les élèves dans leurs fonctions futures

  • 18 Aristote, Éthique à Nicomaque, Livre II, chapitre 1.

45La prise en compte de l’éthique dans la formation offerte par cette école d’application permet, on le voit, d’appréhender les deux sortes de vertus distinguées en son temps par Aristote : la vertu intellectuelle et la vertu morale. La vertu intellectuelle dépend dans une large mesure de l’enseignement reçu, aussi bien pour sa production que pour son accroissement ; aussi a-t-elle besoin d’expérience et de temps. La vertu morale, au contraire, est le produit de l’habitude, d’où lui est venu aussi son nom, par une légère modification du mot ethos18.

  • 19 Aristote pensait que nul ne peut posséder une vertu véritable s’il n’est doué de la faculté normati (...)

46Ces exercices pratiques visant à nourrir l’expérience et à développer des réflexes éthiques et déontologiques sont d’autant plus nécessaires que les valeurs du service public se nourrissent des transformations de la société et que devant ces transformations, la question du sens ainsi que l’orientation prennent une place fondamentale19. Dans un monde en évolution rapide, des valeurs négligées à ce jour peuvent devenir indispensables à la bonne marche du service public et de la fonction publique dans quelques années (Silicani, 2008). Plus que les prescriptions figées, ce sont bien les réflexes éthiques et moraux qui apparaissent nécessaires dans une perspective dynamique, où comptent à la fois la continuité et la stabilité de normes stables et immanentes ainsi que l’adaptation des formes d’action basées sur la finalité et l’esprit de la mission de service public.

Les avantages et les limites de l’approche suivie

47L’avantage principal de la façon dont les questions d’éthique sont traitées dans une formation comme celle qui est offerte à l’ENA est qu’elle combine plusieurs méthodes pédagogiques, modes de transmission et d’acquisition des vertus permettant d’obtenir des effets complémentaires. La typologie suivante met en évidence les multiples facettes de ce processus de transmission-acquisition et les raisons pour lesquelles cette approche est adaptée aux différentes situations.

Tableau 2 : récapitulatif des caractéristiques liées aux différents modes de prise en compte de l’éthique dans la formation à l’ENA

481. Type de communication : explicite/implicite

492. Mode de communication : formel/informel

503. Style de communication : discursif/comportemental

514. Champ d’application : individuel/collectif

525. Niveau de référence : général/particulier

536. Degré d’abstraction : théorique/pratique

547. Posture intellectuelle adoptée : objectivité/subjectivité

55Sur le plan pédagogique, la combinaison de différentes approches permet donc d’allier les avantages des caractéristiques présentées ci-dessus. Les enseignements scolaires relèvent ainsi du mode discursif et sont avant tout d’ordre théorique, avec un niveau d’abstraction élevé, un caractère officiel s’appuyant sur la mise en avant d’une objectivité scientifique. Les discours officiels ont le mérite d’être tout à fait explicites, voire comminatoires, et de s’adresser au groupe en général et à chacun en particulier, tandis que leur caractère solennel renforce la portée des propos tenus. Toujours dans le domaine discursif, les récits que certains grands témoins peuvent faire de leur expérience relèvent clairement de la pratique et du vécu. Leur subjectivité et le fait qu’ils se réfèrent à des cas particuliers n’enlèvent rien à leur caractère exemplaire ni à la possibilité d’en tirer des enseignements généraux pour tous les auditeurs. Pendant les stages, les conseils personnels plus ou moins explicites offerts par des collègues ou des supérieurs hiérarchiques ont une dimension éminemment pratique et individuelle, et ont également le grand avantage de pouvoir se rapporter aussi bien à une situation particulière qu’à un trait de caractère plus général de la personne. Il en va de même de l’expérience directe d’un comportement exemplaire en matière de respect de la déontologie et de l’éthique du service public que les élèves de l’ENA ont pu observer personnellement au cours de leurs stages.

56On voit bien comment une telle approche peut enclencher un cercle vertueux dans la formation des élèves sur la base de dispositions déjà existantes et systématiquement cultivées et enrichies. Cela dit, une remarque de poids s’impose. Un tel mode de fonctionnement présuppose qu’il existe déjà suffisamment de personnes vertueuses pour servir de modèles, de témoins, d’enseignants et autres tuteurs. Pour qu’il y ait reproduction, il faut tout d’abord que les vertus soient assez développées et répandues dans la sphère publique en général et dans l’administration en particulier et qui plus est, qu’elles soient valorisées. Par ailleurs, malgré tous les efforts consentis dans la formation, il n’y a aucune garantie que ceux-ci soient suivis d’effet dans tous les cas. Dans l’optique d’un programme tel celui qui est mis en œuvre à l’ENA, il s’agit donc seulement d’inculquer à des individus libres des réflexes ainsi que des éléments d’appréciation et de développer leur capacité de discernement. Compte tenu de la variété des situations auxquelles ces personnes seront confrontées au cours de leur carrière, de l’évolution du cadre juridique, du fonctionnement des politiques publiques et des attentes de la société, la prise en considération des questions éthiques dans la formation représente avant tout la volonté de développer des attitudes communes qui transcendent les différences de caractère, de personnalité et la variété des rôles et des fonctions, tout en étant conscient de la nécessité de cette approche mais aussi de ses limites.

Conclusion : quel avenir pour les vertus civiques ?

57Certaines études ont montré que la motivation de service public, surtout sous la forme d’attachement à l’intérêt général, est positivement liée à la performance individuelle et organisationnelle, au moins de manière indirecte (RISA, 2009). L’initiation et la sensibilisation aux valeurs du service public et aux vertus qui y sont liées dans la formation initiale des futurs fonctionnaires contribuent de ce fait à réunir les conditions nécessaires à l’exercice d’une bonne gouvernance qui soit à la fois démocratique et efficace. Ainsi, les vertus publiques servent avant tout de boussole pour guider l’action et aider à se conformer aux valeurs du service public. Sur le plan déontologique, en tant que facteur influençant le comportement, la prise en compte de ces vertus est complémentaire de l’arsenal juridique garant des règles et des lois, puisqu’une administration vertueuse se devrait d’éviter les situations problématiques. Sur le plan de l’éthique en général et en l’absence la plupart du temps de législation appropriée, une telle formation est donc indispensable.

58Pour reprendre l’analyse pertinente de l’auteur du livre blanc sur l’avenir de la fonction publique en France, en plus de la connaissance des règles déontologiques nécessaire à l’exercice du métier de fonctionnnaire, l’enjeu n’est donc pas de bannir toute contradiction du référentiel des valeurs de service public et de la fonction publique, mais de mettre en place les outils permettant aux fonctionnaires confrontés à des conflits de valeurs de savoir quelle ligne de conduite adopter (Silicani, 2008 : 78). L’accent mis durant la formation des fonctionnaires sur les qualités morales, de même que la référence à l’existence de vertus civiques solidement ancrées sur les plans individuel et collectif, tout cela permet aux agents publics de reconnaître les obstacles à l’application effective des valeurs du service public et du bien public dans la pratique administrative mais aussi de trouver des solutions pour surmonter ces obstacles.

59Une telle formation participe enfin à la production de sens si nécessaire à la conduite de l’action collective, à sa cohérence et à son unité. La fonction publique est en effet une voie étroite où la conscience personnelle affronte sans cesse la facilité. Le sentiment de la tâche et du devoir accomplis ne se mesure pas aux satisfactions immédiates, mais se pèse à l’estime de soi et des autres (Schrameck, 2009). Cette remarque renvoie aux observations faites en son temps par Weber, qui constatait que toute entreprise de domination a besoin d’un état-major administratif et de moyens matériels de gestion. L’obéissance des membres de cet état-major se fonde sur deux sortes de motifs qui en appellent à l’intérêt personnel : la rétribution matérielle et l’honneur social. Pour ce qui est du fonctionnaire, sa dignité constitue sa récompense (Weber, 2008). Postmodernité oblige, nous ne sommes plus aujourd’hui dans la logique des membres du Conseil d’État au siècle passé, selon laquelle il ne devait pas y avoir de frontière entre les vertus privées et les vertus publiques, une confusion dont le devoir de réserve est l’une des conséquences et qui entraîne l’obligation d’être intègre et sans tâche (Vanneuville, 2000 : 99).

60À l’heure actuelle, l’image d’excellence morale se limite à la personne publique plutôt qu’à la personne privée. Cela étant, il faut bien être conscient que la place des vertus dans l’administration publique représente un enjeu au chapitre de la légitimation. Particulièrement en ce qui a trait aux discours sur l’éthique, nous avons affaire à des enjeux d’autoreprésentation véhiculés par les membres d’un corps, la haute fonction publique, laquelle repose sur des stratégies de légitimation politique et sociale et éventuellement d’autonomisation par rapport à la sphère politique. L’objectif est également de garantir la cohésion des membres de ce corps autour de principes communs et de donner de la cohérence aux idéaux et pratiques en vigueur. On a donc également affaire à une question d’identité qui fait écho aux qualités des individus qui composent cette communauté, aux valeurs auxquelles ils se réfèrent, ainsi qu’aux mécanismes de reproduction (recrutement, formation) qui contribuent à affermir ce corps et l’image qu’il donne de lui-même, à l’intérieur comme à l’extérieur. Au-delà de la nécessité politique, il s’agit donc de la conformité à un idéal qui conserve toute sa pertinence.

Haut de page

Bibliographie

Avril, Pierre (2004), « Politique – déontologie », dans Monique Canto-Sperber (dir.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, tome 2, Paris, Presses universitaires de France, p. 2019-2024.

Boisvert, Yves (2011), « Éthique et gestion publique : apprendre des scandales », Revue française d’administration publique, n140, p. 641-659.

Brisson, Luc (1992), « Plotin, une biographie », dans Luc Brisson, Jean-Louis Cherlonneix et al., Porphyre. La Vie de Plotin, t. II, Paris, Vrin.

Debré, Michel (1946), « La réforme de la fonction publique », Revue de l’École nationale d’administration, n1, p. 5-48.

Dent, Nicholas (2004), « Vertu », dans Monique Canto-Sperber (dir.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, tome 2, Paris, Presses universitaires de France, p. 2011-2019.

De Vries, Michiel S., et Pan Suk Kim (dir.) (2011), Value and Virtue in Public Administration, Basingstoke/New York, Palgrave MacMillan.

Dobel, Patrick J. (2005), « Public management as ethic », dans E. Ferlie, L. Lynn et Ch. Pollitt, The Oxford Handbook of Public Management, Oxford, Oxford University Press, p. 156-181.

Dwivedi, O. P. (1978), « La déontologie dans l’administration publique ». Rapport rédigé pour l’Association internationale des écoles et instituts d’administration, Bruxelles.

Gugliemi, Gilles (s.d.), « Mérites, vertus et talents : quelques constantes argumentatives au fondement du droit », [En ligne], [http://www.guglielmi.fr/IMG/pdf/MERITES.VERTUS.TALENTS.pdf], (14 juillet 2013).

Labarrière, Jean-Louis (1996), « Vertu », dans Ph. Raynaud et S. Rials (dir.), Dictionnaire de philosophie politique, Paris, Presses universitaires de France, p. 839-844.

Meoni, Maria Luisa (2005), Utopia and Reality. Ambrogio Lorenzetti’s Good Government, Florence, Éditions IFI.

Montesquieu, Charles Secondat, marquis de (1863), De l’esprit des lois, Paris, Imprimerie Firmin Didot.

Rémond, René (2004), « Politique », Monique Canto-Sperber (dir.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, tome 2, Paris, Presses universitaires de France, p. 1494-1500.

Revue internationale des sciences administratives (RISA) (2009), « La motivation de service public et performance », vol. 75 (mars).

Risse, Thomas (1994), « Ideas do not float freely : transnational coalitions, domestic structures, and the end of the cold war », International Organization, vol. 48, n2, p. 185-214.

Rochet, Claude (2008), « The common good as an invisible hand : Machiavelli’s legacy to public management », International Review of Administrative Sciences, vol. 4, n3, p. 487-521.

Rochet, Claude (2010), « Pas de philosophie svp, nous sommes des managers. Management public et bien commun : convergence euro-atlantiques », Revue internationale des sciences administratives, vol. 76, n2, p. 303-335.

Rosanvallon, Pierre (2008), La légitimité démocratique, Paris, Seuil Point essai.

Schrameck, Olivier (2009), Rapport sur les concours externes, concours interne, troisième concours, Paris, École nationale d’administration.

Silicani, Jean-Ludovic (2008), Livre blanc sur l’avenir de la fonction publique, Paris, La Documentation française.

Sobis, Iwona, et Michiel de Vries (2011), « The social psychologit perspective on values and virtues », dans Michiel de Vries et Pan Suk Kim (dir.), Value and Virtue in Public Administration. A Comparative Perspective, London, Palgrave MacMillan, Governance and Public Management Series, p. 98-114.

Tholen, Berry (2011), « Public virtue approaches », dans Michiel de Vries et Pan Suk Kim (dir.), Value and Virtue in Public Administration. A Comparative Perspective, London, Palgrave MacMillan, Governance and Public Management Series, p. 33-46.

Vanneuville, Rachelle (2000), « Le Conseil d’État au tournant du siècle, raison politique et conscience légale de la république », dans M.O. Baruch et V. Duclert (dir.), Serviteurs de l’État. Une histoire politique de l’administration française, 1875-1945, Paris, La Découverte.

Vigouroux, Christian (2006), Déontologie des fonctions publiques, Paris, Dalloz.

Weber, Max (2008), Le savant et le politique, Paris, Point Seuil.

Williams, Bernard (2004), « Vertus et vices », dansMonique Canto-Sperber(dir.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, tome 2, Paris, Presses universitaires de France, p. 2019-2024.

Haut de page

Notes

1 Elles renvoient aux vertus fondamentales évoquées par Platon (sagesse, courage, tempérance et justice) et complètent dans la théologie morale chrétienne les trois vertus théologales que sont la foi, l’espérance et la charité.

2 On songe notamment aux documents de référence duProgramme des Nations Unies pour le développement, à celui du Fonds monétaire international (« Good governance – The IMF’s role », publié en février 2001) ou à celui de l’OCDE (« Recommendation of the Council on OECD guidelines for managing conflict of interest in the public service », publié en avril 2010).

3 Voir les photos des fresques sur le site http://www.wga.hu/support/viewer/z.html.

4 Pour une première analyse de la fresque sous l’angle des sciences administratives, voir également Rochet (2010).

5 Sur la relation entre éthique et bien commun, notamment dans la pensée de Machiavel, voir Rochet (2008).

6 D’après l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, c’est justement sur ces qualités que doit se faire la sélection de ceux qui sont appelés à exercer des fonctions publiques : « Tous les Citoyens étant égaux [devant la loi], sont également admissibles à toutes dignités, toutes places ou emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents. » Les vertus et talents dont l’appréciation sert de base à l’accès aux fonctions publiques doivent être les capacités nécessaires à l’exercice futur de ces fonctions (Gugliemi, [s.d.]).

7 Il s’agit là d’une constante dans l’histoire administrative. C’est ainsi que le dévouement des membres du Conseil d’État français au tournant du siècle peut être caractérisé comme étant marqué par un attachement au bien public qui en faisait une question de vertu tout autant que de capacité intellectuelle (Vanneuville, 2000 : 99).

8 Cette contribution est parfaitement résumée par Patrick Dobel pour qui « [e]thics policy enables public employees and managers to unite personal commitment andpublic task. High integrity and ethics build legitimacy for the political order. Public ethics harneless internal managerial practice to public accountability. Finally ethical public administrators and managers build community and social capital for a regime » (2005 : 170).

9 Rosanvallon distingue deux dimensions de l’éthique qui peuvent être considérées comme complé-mentaires : la discussion des règles justes d’une part (ce qu’il appelle le pôle de généralité) et la détermination des comportements d’attention d’autre part (le pôle de la particularité).

10 Weber remarquait à ce sujet que si ce sentiment d’honneur n’existait pas chez les fonctionnaires, « nous serions menacés d’une effroyable corruption et nous n’échapperions pas à la domination des cuistres » (2008).

11 Cette nécessité a été reconnue très tôt par les spécialistes, même si elle n’a pas toujours et partout été suivie d’effets (Dwivedi, 1978).

12 Même si la séparation entre ces trois concepts n’est pas toujours évidente, pour distinguer éthique et morale par rapport à la déontologie, l’on peut soutenir que l’éthique est interrogation, la morale est définition, tandis que la déontologie est à la fois pratique et sanction. L’éthique est personnelle. Elle est d’ordre facultatif, relève de l’autonomie de la volonté, exprime une recherche permanente alors que la déontologie est fixée et obligatoire et fait partie de ce que l’on adopte nécessairement en choisissant un métier et une fonction publique (Vigouroux, 2006 : 12). Pour utile qu’elle soit, la déontologie ne saurait suppléer au rôle des vertus dans le sens où elle prescrit simplement d’éviter de faire ce que l’on devrait spontanément s’abstenir de faire si l’on avait du jugement (Avril, 2004 : 1501). En tant que science de ce qu’il convient de faire, elle définit des devoirs ainsi que des interdits, mais ne remplace pas la capacité de discernement, la prudence ou le courage.

13 « In the selection of new government officials not only (technical) expertise and merit should be taken into account, but also morality. The latter is not to be misunderstood. It is not simply a matter of having a clean slate, but of showing a level of excellence in moral judgement » (Tholen, 2011 : 43).

14 La prise de conscience de cette nécessité est bien exprimée par la déclaration adoptée en avril 2012 par le réseau des écoles de service public en France, laquelle énonce que « [l]e sens de l’intérêt général qui doit nous guider au quotidien dans chacune de nos tâches se traduit aussi par la mise en exergue et la transmission d’un certain nombre de valeurs professionnelles liées à la nature du service public, ses missions et sa raison d’être » (http://www.resp-fr.org/images/Accueil/declaration%20 commune.pdf).

15 L’intervention de Robert Badinter, ancien ministre français de la Justice et instigateur de l’abolition de la peine de mort en France, devant les élèves de la promotion de l’ENA l’ayant choisi comme parrain en 2009 est paradigmatique de l’apport de ce genre de témoignages.

16 Il s’agit là de ce que la psychologie sociale qualifie d’« experienced organisational members » (Sobis et de Vries, 2011 : 106), ou des personnes données en exemple et qui renvoient au phronimoi évoqués par Aristote dans son Éthique à Nicomaque (Livre II, 6, 1107 a 1-05). En éthique de la vertu, il est en effet plus approprié de demander non ce qu’une certaine règle morale prescrit ou exige, mais ce qu’une personne dotée d’un certain caractère et d’un certain point de vue choisirait et ferait, lorsque nous cherchons un guide pour nos propres décisions et actions (Dent, 2004 : 2016).

17 En cela, la prise en compte des différents aspects liés à l’éthique dans la formation offerte à l’ENA correspond bien aux dimensions distinguées par l’approche développée par la psychologie sociale en matière de valeurs et de vertus. Celle-ci met l’accent sur le processus de socialisation des entrants, la confrontation avec des situations éthiquement et moralement problématiques, le recours à certains acteurs de référence pour s’orienter dans leur comportement ainsi que dans un processus d’apprentissage et d’adaptation (Sobis et de Vries, 2011 : 113).

18 Aristote, Éthique à Nicomaque, Livre II, chapitre 1.

19 Aristote pensait que nul ne peut posséder une vertu véritable s’il n’est doué de la faculté normative, cette capacité essentielle de donner un sens à ce que l’on fait (Williams, 2004).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Représentation graphique stylisée de la fresque d’Ambrogio Lorenzetti tirée de l’ouvrage de M. L Meoni. 2005
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/1301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Larat , « Quelle place pour les vertus dans l’administration publique ? », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 2 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1301 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1301

Haut de page

Auteur

Fabrice Larat

Fabrice Larat dirige le Centre d’expertise et de recherche de l’École nationale d’administration de France. Après des études de science politique en France (Institut d’études politiques de Lyon) et en Suisse (Institut universitaire des hautes études européennes de Genève), il a obtenu un doctorat de l’Institut d’études politiques de Paris avant d’enseigner pendant plusieurs années en Allemagne aux universités de Heidelberg puis de Mannheim. Actuellement, ses travaux portent sur les questions d’éthique dans l’administration publique et la transmission des valeurs, sur la question de l’égalité des chances ainsi que sur la transformation des cultures administratives en cas de coopération transnationale. Il est par ailleurs l’auteur de plusieurs ouvrages et de très nombreux articles consacrés à l’intégration européenne.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org