Navigation – Plan du site
Dossier : Enjeux éthiques de l'aide publique au développement

Le programme Québec sans frontières : pour un développement durable… des jeunes Québécois

Catherine Dorion

Résumés

L’article analyse le degré d’atteinte des objectifs déclarés du programme Québec sans frontières, le programme de solidarité le plus important du ministère des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur du Québec. L’auteure s’est livrée à une enquête auprès de 15 ex-participants au programme de stages Québec sans frontières ainsi qu’auprès de 5 intervenants professionnels travaillant ou ayant travaillé sur le programme à divers niveaux de sa hiérarchie. Elle en conclut qu’un seul des deux principaux objectifs déclarés est atteint par le programme et que, dans la pratique, ces deux objectifs entrent en contradiction l’un avec l’autre. Elle suggère de repenser le programme en fonction de l’objectif le mieux atteint de façon à ce que l’énergie et les fonds du programme ne s’éparpillent pas inutilement en dehors de cet objectif par ailleurs extrêmement pertinent.

Haut de page

Texte intégral

1À l’été 2011, je partais avec Oxfam-Québec pour un stage Québec sans frontières (QSF) d’initiation à la coopération internationale d’une durée de deux mois à Cotonou, au Bénin. Je venais de terminer ma maîtrise en études de la guerre au King’s College de Londres et j’avais déjà une expérience approfondie dans les pays en développement où j’avais déjà étudié, travaillé et évolué librement par moi-même. Un tel stage représentait pour moi, si je me fiais à la description du programme et de ses objectifs faite par Oxfam-Québec, une occasion intéressante d’acquérir une expérience pratique liée à mon cheminement professionnel. Le stage faisait partie de la quarantaine de projets retenus cette année-là par un comité de sélection indépendant composé de divers professionnels du milieu québécois de la coopération internationale, et bénéficiait donc d’une subvention du ministère des Relations internationales et de la Francophonie ; ce ministère finance les projets retenus à hauteur de 80 % (MRIFCE, 2012a).

2Sur le terrain, j’ai cependant constaté que les objectifs officiels du programme présentés par Oxfam-Québec ne trouvaient que très peu d’écho dans le déroulement de mon stage au Bénin. Comme le programme QSF est le plus important parmi ceux gérés par la Direction de la solidarité internationale du MRIFCE en ce qui a trait aux fonds investis, j’ai voulu comprendre si l’impression que j’avais eue de mon expérience représentait l’exception qui confirmait la règle ou si elle faisait plutôt partie de la norme des stages du programme. Je me suis donc livrée à une étude de la question au moyen d’entrevues réalisées auprès d’une quinzaine d’ex-stagiaires QSF et de cinq intervenants professionnels travaillant ou ayant travaillé sur le programme à divers niveaux de sa hiérarchie. En plus de vérifier ou d’infirmer mon impression, j’ai voulu, à l’aide de ces entrevues, dégager des avenues possibles d’amélioration du programme de manière à ce que l’énoncé de ses objectifs soit plus cohérent avec la réalité des stages sur le terrain.

3Je décrirai d’abord brièvement le programme QSF, son mode de fonctionnement et ses objectifs. Je comparerai ensuite ces objectifs à la réalité vécue sur le terrain par les témoins interrogés, qui ont presque tous demandé l’anonymat étant donné que le milieu québécois de la coopération est relativement petit et « tricoté serré ». Je conclurai sur des suggestions d’amélioration de la cohérence du programme au regard de ses objectifs déclarés.

Le programme de stages Québec sans frontières

  • 1 Les chiffres furent sensiblement les mêmes pour 2012-2013, mais des coupures de 550 000 $ sont anno (...)

4En 2011-2012, sur le budget total du MRIFCE qui s’élevait à 111,7 millions de dollars, 5,9 millions furent alloués à la cause de la solidarité internationale. De ce montant, versé directement aux organismes québécois de coopération internationale, une très grande part, 43 %, allait au financement des stages QSF1. Ainsi, entre 1995, année de naissance du programme, jusqu’à 2010, le Ministère a octroyé 30,5 millions de dollars au programme et permis à environ 5 000 jeunes Québécois de participer à un stage QSF d’initiation à la solidarité internationale dans près de 30 pays (MRIFCE, 2012d).

5Le programme est géré par le MRIFCE en collaboration avec l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI), un regroupement de 65 organismes québécois de solidarité internationale.

  • 2 Composé de deux représentants du MRIFCE, de deux représentants d’organismes membres de l’AQOCI ains (...)

6Dans chaque stage QSF, un accompagnateur (qui a déjà participé à QSF en tant que stagiaire) et de 6 à 10 participants partent pour environ deux mois dans un pays en développement. Sur le terrain, ils sont accueillis par un organisme partenaire local. C’est un organisme de coopération basé au Québec et membre de l’AQOCI qui se charge de la mise en œuvre du projet, du recrutement des participants, de leur préparation au stage et de la réalisation concrète de celui-ci dans le pays d’accueil (MRIFCE, 2012e). Pour obtenir le financement du MRIFCE, cet organisme doit être sélectionné par un comité indépendant2 qui s’assure que le stage proposé correspond aux objectifs du programme. Une fois dans le pays d’accueil, l’organisme partenaire local reçoit les stagiaires, tente – souvent avec difficulté, nous le verrons – de leur assigner des tâches liées au mandat du stage et reçoit également des fonds substantiels qu’il gère lui-même dans le but de faciliter la réalisation de ce mandat.

7Les objectifs officiels du programme QSF sont multiples, mais je ne retiendrai pour cette étude que les deux objectifs les plus couramment cités par les principaux intervenants et qui, selon Mario Brière et Alain Scrosati, responsables du programme QSF au MRIFCE, en constituent l’ossature.

8Le premier est de « contribuer aux efforts de développement durable des collectivités des pays en développement et d’encourager les partenariats Nord-Sud ». C’est, selon Brière, l’objectif principal du programme : « QSF est avant tout un projet de solidarité internationale auquel les jeunes du Québec sont invités à participer, dans le sens de l’objectif 5 de la politique du MRIFCE qui est la solidarité internationale, et le programme a d’abord et avant tout cette vocation-là. » Cet objectif est directement lié au mandat de la branche « Solidarité » du MRIFCE dont il parle, qui est de « contribuer de façon tangible au progrès et à l’avancement des pays en développement » (MRIFCE, 2012f).

9Le second objectif central de QSF est d’« offrir aux jeunes Québécoises et Québécois de 18 à 35 ans la possibilité de mettre à profit et de développer leurs aptitudes personnelles et professionnelles pour la solidarité internationale, tout en assurant une relève québécoise dans ce domaine »(MRIFCE, 2012d). Cet objectif n’est lié ni au mandat de solidarité du MRIFCE ni à sa mission générale, qui est de « promouvoir et de défendre les intérêts du Québec au plan international » (MRIFCE, 2013). Cependant, comme me l’ont expliqué Scrosati et Brière, cette incompatibilité apparente de mandats est due au fait que le programme a été créé en 1995 par le Secrétariat à la jeunesse, dont la mission était infiniment plus cohérente avec ce deuxième objectif déclaré du programme QSF que celle du MRIFCE. C’est en 1997, lorsque fut créé le Secrétariat à l’aide internationale du ministère des Relations internationales, qu’on y transféra le programme QSF, sans en changer les objectifs ni la nature. On pourrait donc dire que le programme représente une espèce de compétence transversale entre deux organes du gouvernement mais que, puisque ceux-ci n’ont pas l’habitude des gestions conjointes, il a fallu que l’un de ces deux organes prenne la responsabilité complète du programme.

10Ce sont ces deux objectifs, considérés comme primordiaux par les principaux acteurs du programme, que je soumettrai au test de la réalité du terrain.

La réalité du terrain

11Fait intéressant, tous les participants interrogés m’ont précisé que « contribuer aux efforts de développement durable des pays en développement » ne faisait pas partie de leurs motivations lorsqu’ils ont choisi de vivre l’expérience QSF. Environ la moitié des répondants ont affirmé qu’une motivation de ce type aurait relevé d’une certaine naïveté. D’autres se disaient passablement désillusionnés quant à leurs chances d’apporter quelque contribution que ce soit à l’organisme d’accueil. « On n’avait pas d’attentes naïves du genre : on va changer le monde », m’a confié une ex-stagiaire. Les motivations les plus fréquemment citées étaient de nature personnelle (tous les témoins) et professionnelle (un peu plus de la moitié des témoins). Sur le plan personnel, on voulait vivre une expérience humaine et interculturelle originale, se déstabiliser, connaître la pauvreté et voyager à peu de frais en dehors des sentiers battus. Sur le plan professionnel, on voulait parfois mettre à profit des connaissances acquises à l’université ou acquérir une expérience pratique en coopération, mais la motivation professionnelle la plus fréquente se résumait à peu près, comme l’a illustré un témoin, à « rajouter une ligne à [son] CV ».

12En ce qui a trait à l’objectif principal, celui de contribuer aux efforts de développement durable des pays en développement et d’encourager les partenariats Nord-Sud, tous les témoins interviewés sauf un étaient d’avis que leur projet de stage y avait failli. L’une des principales critiques en ce sens, partagée par la majorité des témoins, est que les stages étaient trop courts : les stagiaires n’avaient pas le temps de comprendre suffisamment leur environnement de travail pour pouvoir y apporter quelque chose. De l’avis de la majorité des personnes interviewées, l’organisme d’accueil était heureux de bénéficier de l’argent versé par le programme QSF pour réaliser ses activités, mais vivait la gestion des stagiaires QSF plus comme une source de travail supplémentaire que comme un partenariat utile d’un point de vue pratique. Selon une ex-participante, l’emploi de professionnels locaux, plus économique que l’envoi de stagiaires québécois, aurait été cent fois plus pertinent pour mener à bien les projets de l’organisme local, peu importe la spécialisation ou le niveau d’éducation des stagiaires. Elle ajoute, en faisant référence aux difficultés du décalage culturel : « On est des vrais mésadaptés sociaux là-bas. » Un autre mentionne : « Nous autres, on est bien plus de trouble qu’autre chose pour eux. Il faut qu’ils nous trouvent quelque chose à faire… » Un autre encore laisse tomber à la blague : « Pour eux, on est un sous-produit indésirable ! » La remarque selon laquelle les stagiaires apprenaient beaucoup plus qu’ils contribuaient au développement est revenue souvent pendant les entrevues. Un ex-stagiaire raconte : « Nous, qui sortions tout droit du pavillon Comtois de l’Université Laval, nous devions préparer et animer des ateliers en agroforesterie à l’attention d’agriculteurs qui cultivaient leurs terres depuis des générations… À la fin, c’est eux qui nous apprenaient des affaires. »

13La seule personne interrogée qui était d’avis contraire participait à un stage spécialisé en technologies de la communication. Elle m’a dit avoir observé les répercussions tangibles de l’action des stagiaires QSF sur la communauté d’accueil lorsqu’elle revint dans cette même communauté l’année d’après pour un second stage : la salle de technologies de la communication qu’ils avaient montée l’année précédente était toujours utilisée par les professeurs formés dans le cadre du stage et le projet était en très bonne santé organisationnelle.

14Finalement, les ex-stagiaires ayant participé à plus d’un stage QSF jugeaient que les répercussions de leur action sur la communauté d’accueil variaient en fonction des projets, mais que celles-ci n’étaient généralement pas considérables. La plupart des témoins étaient d’avis que l’objectif de contribuer au développement durable du pays hôte, bien qu’il soit très difficile à mesurer, était le moins bien rempli des objectifs du programme.

15Une ex-stagiaire a toutefois mentionné un point intéressant : la rencontre interculturelle favorisée par les stages QSF n’est pas à sens unique. Alors que les Québécois, comme nous le verrons dans la prochaine partie du présent article, vivent grâce aux stages QSF une expérience intéressante en ce qui a trait à l’aventure humaine et à la rencontre interculturelle, les communautés d’accueil, en côtoyant pendant deux mois une dizaine de personnes venues d’ailleurs, se frottent également à une culture différente de la leur, élargissent leurs conceptions et se défont souvent de plusieurs clichés.

16En ce qui a trait au second objectif principal, celui de développer les aptitudes personnelles et professionnelles des jeunes Québécois pour la solidarité internationale tout en assurant une relève québécoise dans ce domaine, je l’ai divisé en deux parties pour bien saisir de quelle manière il était atteint : le développement d’aptitudes professionnelles et le développement d’aptitudes personnelles.

17Cinq ex-participants ont affirmé que le stage n’avait pas concrètement développé leurs aptitudes professionnelles, mais que le fait de pouvoir inscrire QSF sur la liste de leurs réalisations avait été utile à leur cheminement professionnel subséquent.

18Dans la perspective où l’objectif avoué n’est pas seulement de développer des aptitudes professionnelles pour la solidarité, mais aussi d’assurer une relève québécoise dans le domaine, on pourrait dire que l’objectif professionnel est rempli en partie puisqu’au moins six personnes interviewées m’ont indiqué que le milieu de la solidarité au Québec avait sa logique professionnelle interne et qu’il était payant, pour un Québécois voulant s’assurer une carrière en coopération, de commencer par un stage QSF. « C’est comme la première étape », me dit l’une d’entre elles. Un autre a mentionné : « Le monde du milieu commence avec ça, ensuite ils sont accompagnateurs, ensuite ils font un stage dans une ONG québécoise, et après ils ont du travail dans le milieu. » Les deux répondants qui occupent aujourd’hui des postes rémunérés dans le milieu de la coopération avaient tous deux participé à QSF dans une optique d’abord professionnelle, dans le but avoué de pénétrer le milieu de la coopération. À l’inverse, la grande majorité des répondants disaient que le stage les avait découragés de faire de la coopération. On pourrait donc dire que les stages participent effectivement à assurer une relève québécoise dans le domaine, tout en « écrémant » énormément au passage la masse des candidats…

19Quant au développement effectif des aptitudes professionnelles, cinq des personnes interrogées ont jugé qu’il était nul et quatre autres m’ont confié avoir été déçues de cet aspect du stage. Ces dernières avaient participé à des stages « spécialisés » (nécessitant des connaissances dans un domaine particulier d’expertise, contrairement aux stages « universels », ouverts à tous). On m’a expliqué que la façon dont le programme décrivait et promouvait ses stages spécialisés créait dans l’esprit des futurs stagiaires de fortes attentes d’un réel développement professionnel, la plupart du temps déçues. (Dans le but de baisser les attentes des candidats, le programme a décidé, à la suite d’une évaluation participative en 2009-2011, de changer le terme spécialisé pour celui de public cible.) C’est ce qu’a vécu l’une des personnes que j’ai interrogées. Croyant que le stage contribuerait à la professionnaliser, elle fut dépitée lorsque l’organisation chambranlante de l’organisme d’accueil fit en sorte qu’elle passa deux mois « à tourner en rond dans le local » et à « aller boire du thé chez les gens ». D’après plusieurs répondants ayant participé à plus d’un stage QSF en tant que stagiaires ou en tant qu’accompagnateurs, il arrive souvent que des projets de stage tombent à l’eau une fois les stagiaires arrivés sur place et que des stages qui avaient été présentés comme « spécialisés » dans un domaine soient remplacés au pied levé par un stage improvisé sans lien avec la spécialisation des stagiaires. Cela dépendrait cependant d’une culture organisationnelle plus lâche dans les pays hôtes et non d’un déficit d’organisation du côté québécois.

20J’en conclus donc que QSF est utile en tant que premier plongeon dans le milieu de la coopération et comme premier pas dans le milieu québécois de la solidarité internationale, mais que l’expérience professionnelle concrète est loin d’être assurée, au point où le programme a jugé bon de chercher à diminuer les attentes des stagiaires pour éviter les déceptions.

21La grande majorité des personnes interrogées s’entendaient pour dire que l’objectif lié au développement des aptitudes personnelles représentait la grande force du programme et qu’il était bien rempli. Selon elles, l’expérience personnelle offerte par le stage est profondément humaine, ouvre l’esprit, développe l’empathie et la curiosité pour d’autres réalités et améliore l’adaptabilité générale des participants. Beaucoup ont expérimenté, pendant leur stage, de longues discussions interculturelles approfondies, par exemple, sur le rôle des femmes, la vie, la politique, etc. Ces discussions ont eu un effet marquant sur les participants, qui ont senti leurs horizons s’élargir. « C’est sûr qu’on peut apprendre ça à l’université, mais humainement, il n’y a rien qui vaut un séjour les deux pieds dedans », me dit un ex-stagiaire. Une autre ajoute : « Juste le fait de se lancer à l’autre bout du monde, de dire “débrouille-toi”, c’est très bénéfique. » Les répondants étaient tous d’accord pour dire que le programme bénéficiait avant tout aux Québécois et au Québec puisqu’il avait participé à ouvrir l’esprit de 5 000 jeunes qui ramenaient ensuite chez eux et dans leur entourage un regard différent sur le monde. « Le programme fait bien sa job du point de vue de l’ouverture d’esprit des Québécois, conclut un répondant. C’est sûr que j’aurais pu faire ça par moi-même, mais vraiment moins bien : c’est beaucoup plus intéressant de s’ancrer en profondeur dans une communauté que de faire du backpacking. »

22Un bémol, cependant : selon la majorité des ex-stagiaires, la rigidité des règles de conduite morale et de sécurité nuit au succès de l’expérience personnelle. Interdiction de boire de l’alcool, de quitter le groupe même dans les temps libres et de façon sécuritaire, interdiction formelle de vivre des expériences amoureuses. Ces règles sont imposées, pour la majeure partie d’entre elles, par les organismes québécois de coopération internationale qui gèrent les stages. Les seules règles de ce genre qui émanent directement du MRIFCE sont l’interdiction de conduire des véhicules motorisés et l’interdiction de participer à des travaux de construction (ces deux interdictions précises sont liées à deux cas où des stagiaires sont morts, l’un durant des travaux de réfection d’un bâtiment et l’autre dans un accident de moto). Les témoins ont généralement affirmé que ces règles limitaient la portée de l’expérience humaine et interculturelle et que l’encadrement rigide des stagiaires ne laissait que peu de place à l’autonomie et, par là même, à toute cette part d’apprentissage qui est indissociable de l’initiative individuelle. Un ex-stagiaire maintenant employé d’un organisme québécois de coopération internationale expliquait la rigidité de ces règlements par la nécessité, pour ces organismes qui survivent avant tout grâce à une image de vertu consciencieusement entretenue, de conserver une réputation morale irréprochable, même si tout cela équivaut selon lui à « jouer à l’autruche ». Une autre ex-stagiaire a conclu à ce propos : « On veut faire des omelettes sans casser des œufs. »

23Mentionnons également qu’environ 10 000 $ par projet de stage sont consacrés aux formations pré-départ, qui doivent durer minimalement 60 heures et s’étaler sur 5 ou 6 fins de semaine complètes (MRIFCE, 2012b). La majorité des personnes interrogées ont trouvé les formations soit « bon enfant », soit « infantilisantes », soit « faites pour des personnes plus jeunes, pas assez poussées ». La déception était générale, même parmi les professionnels qui travaillent sur le programme à des niveaux plus élevés. On jugeait les formations comme n’étant pas d’un bon niveau et ne comportant pas cette nécessaire dimension politique liée aux enjeux du développement. On disait également qu’elles étaient trop nombreuses pour le peu d’information qu’on y transmettait finalement. On peut donc douter que ces formations pré-départ, qui grugent une portion appréciable des budgets de stage et qui devraient participer à l’atteinte de cet objectif global de développement des aptitudes des participants, remplissent leur mandat.

24À la défense du programme, la majorité des répondants ont jugé qu’il y avait un réel suivi et de sincères efforts de bonification des stages en fonction des objectifs. Selon les dires de tous ceux qui ont travaillé pour les stages QSF, que ce soit à titre d’accompagnateurs ou de chargés du programme QSF au sein d’une organisation de coopération internationale, l’AQOCI et le MRIFCE ont à cœur le programme QSF. Les efforts de ceux-ci pour l’améliorer en tenant compte des expériences passées sont évidents : sondages post-stages, évaluations des stages sur le terrain, focus groups, etc. Plusieurs améliorations ont été faites tout au long de l’existence du programme, dont un changement important, en 2011, dans ce que Brière appelle les « axes de communication » et qui visait à faire en sorte que les attentes des stagiaires soient moins élevées, notamment au moyen d’une plus grande insistance sur la notion d’initiation ou le changement, comme je l’ai mentionné plus haut, de l’appellation « stage spécialisé » pour « stage public cible ». (On peut toutefois s’interroger sur cette attitude des artisans du programme qui, s’apercevant de la déception de plusieurs stagiaires devant les résultats de leur projet de stage, cherchent à faire baisser les attentes des futurs stagiaires plutôt que de faire en sorte que les stages soient à la hauteur de ces attentes.)

25Quant à l’aspect lié à la sécurité et aux règles morales, les responsables du programme au MRIFCE ont cautionné cette façon de faire en citant l’inexpérience et la jeunesse des stagiaires QSF (moyenne d’âge : 23 ans) ainsi que la liberté laissée à chaque organisme d’établir ses règlements. Il faut se rappeler l’histoire de François-Jacques Roussin, souvent citée par les personnes interrogées lorsqu’il a été question de la rigidité des règles, pour comprendre la complexité du problème. François-Jacques Roussin a participé en 2004 à un stage d’initiation à la coopération internationale avec l’organisme Plan Nagua. Il travaillait à la réfection d’un bâtiment de béton lorsqu’une partie de celui-ci s’est écroulée, tuant le jeune homme de 18 ans. Les parents de François-Jacques ont poursuivi le collège St. Lawrence et Plan Nagua, co-organisateurs du stage, et ont eu gain de cause. Plan Nagua, étouffé par le jugement et les frais judiciaires, a dû fermer ses portes et mettre à pied sa trentaine d’employés. Il est donc bien compréhensible, lorsqu’il est question de la sauvegarde des emplois des personnes mêmes qui déterminent les règles de sécurité des stages QSF, que l’on décide, dans les circonstances, de ne pas lésiner sur la sécurité…

26Deux des personnes interrogées suggéraient, pour atténuer les craintes liées aux poursuites judiciaires, que les organismes responsables d’un stage QSF fassent signer une décharge aux stagiaires. Il ne s’agirait toutefois là que d’une demi-solution puisque le problème de la réputation des ONG demeurerait entier. Il n’est bon pour l’image de vertu d’aucun organisme de solidarité qu’un jeune Québécois dans la fleur de l’âge meure dans le cadre d’un de ses projets…

Des avenues d’amélioration du programme pour plus de cohérence au regard de ses objectifs

27Je conclus de cette modeste enquête qu’il y a un certain consensus autour du succès de l’objectif de développement des aptitudes personnelles pour la solidarité internationale, si l’on accepte que cet objectif soit compris comme la richesse de l’expérience humaine vécue par les stagiaires QSF. Sur le plan professionnel, l’objectif semble avoir été bien rempli pour une minorité de répondants, et plutôt pour assurer une relève québécoise dans le domaine que pour permettre un véritable apprentissage pratique. Cependant, comme le milieu québécois de la coopération n’a pas besoin de 300 nouveaux professionnels chaque année, l’« écrémage » effectué par les stages peut être considéré comme bénéfique, pourvu que la relève québécoise soit assurée – et elle l’est. Quant à l’objectif de participer au développement des collectivités des pays en développement, tous les répondants sauf un considéraient qu’il n’était pas rempli par les projets QSF auxquels ils avaient participé.

28Devant ces conclusions, je me suis demandé s’il ne serait pas plus cohérent de redéfinir les objectifs des stages QSF de façon à mieux dépenser les fonds investis dans le programme. Pour améliorer la cohérence du programme au regard de ses objectifs, je dégage deux avenues possibles. La première : le programme investit des ressources supplémentaires dans la réalisation de l’objectif de développement des collectivités des pays hôtes – en ce cas, comme l’ont suggéré plusieurs témoins, il faudrait que les stages soient plus longs, que les stagiaires soient plus qualifiés, plus expérimentés et moins nombreux, et que les formations pré-départ soient nettement plus pertinentes. La seconde : le programme abandonne cet objectif (ou le relègue au rang de possible externalité bénéfique du stage) et concentre ses ressources à optimiser celui qu’il atteint le mieux : le développement d’aptitudes personnelles et professionnelles à la solidarité internationale et l’initiation au milieu de la coopération.

29Les suggestions d’améliorations au programme faites par les personnes interrogées vont d’ailleurs toutes dans l’un ou l’autre de ces deux sens qui, nous le verrons, s’opposent relativement. Certains considèrent que le stage conviendrait mieux à des étudiants du secondaire ou du cégep qu’à des adultes, que les participants ayant déjà une expérience des pays en développement ou une éducation universitaire dans le domaine ne devraient pas être acceptés au stage et que l’aspect « initiation » des stages devrait être mis en avant beaucoup plus qu’il ne l’a été lorsqu’ils se sont eux-mêmes inscrits. D’autres, à l’inverse, suggèrent que les stagiaires choisis aient de meilleures compétences professionnelles et qu’ils demeurent plus longtemps sur le terrain, quitte à partir moins nombreux.

30Dans le premier cas, le but est le développement effectif d’aptitudes chez les stagiaires ; dans le second, le but est l’efficacité de l’action des stagiaires en ce qui a trait au développement de la collectivité du pays d’accueil. On constate ici qu’il y a, dans les faits, une certaine opposition entre les deux principaux objectifs des stages QSF. Un ex-stagiaire travaillant activement dans le milieu de la coopération concluait à ce propos : « Ça dépend de ce qu’on veut. Si on veut avoir un impact sur la société d’accueil, il faut décidément que les stages soient plus longs et, donc, qu’on envoie moins de stagiaires mais des stagiaires plus qualifiés. Mais ce n’est pas ça, le rôle de QSF. Le rôle de QSF, c’est d’avoir un impact sur la société québécoise, sur les jeunes qui partent. »

31Si nous admettons, comme la plupart des témoins interrogés, que le public québécois est bien servi par le programme QSF – parce que ces 5 000 jeunes qui ont participé à QSF depuis sa fondation ont eu ou vont éventuellement avoir une bonne influence sur leur société –, il pourrait être bénéfique pour le programme d’assumer que c’est là son terrain d’action et que les fonds et l’énergie investis pour d’autres objectifs représentent dans les faits un éparpillement des ressources.

32Dans un cas comme dans l’autre, cependant, les formations pré-départ gagneraient à être repensées en profondeur. Les répondants ont jugé que les formations pré-départ devraient être beaucoup plus pertinentes et « considérer les stagiaires comme des gens capables de s’intéresser à autre chose qu’à ce qu’ils vont manger là-bas ». Un autre témoin ayant participé à plusieurs stages en tant qu’accompagnateur expliquait que les jeunes en savent beaucoup plus sur l’international et l’interculturel qu’en 1995, année de la fondation du programme, et que les formations « sentent un peu le réchauffé, sont un peu passées date ». Les mettre à jour pourrait participer à l’amélioration du programme et à une meilleure atteinte de l’objectif du développement des aptitudes. Si le problème des formations est lié au manque de ressources financières, il pourrait être intéressant de les étaler sur un plus petit nombre de fins de semaine pour concentrer les ressources et profiter uniquement des meilleurs formateurs dans le domaine.

33Nous l’avons vu, une initiative récente du MRIFCE et des organismes de l’AQOCI concernait la baisse des attentes des stagiaires par rapport à leurs réalisations dans le pays d’accueil. Une façon cohérente de limiter ces attentes serait peut-être d’assumer pleinement que certains objectifs seront toujours très mal remplis et qu’il ne vaut peut-être plus la peine de les mettre en avant, encore moins de considérer qu’ils sont à la base du programme. Si l’objectif de développement des collectivités des pays hôtes doit absolument demeurer dans les lignes du programme pour des raisons structurelles (dans le but, par exemple, de correspondre à l’objectif de solidarité du MRIFCE), peut-être ce programme devrait-il retourner là d’où il vient, au Secrétariat à la jeunesse, et apporter avec lui les fonds qui lui étaient alloués. Cela permettrait en tous cas au programme de se concentrer sur la chose qu’il réussit le mieux : ouvrir l’esprit des jeunes Québécois et leur offrir un développement personnel et professionnel qui, de toute façon, correspondrait mieux aux motivations de la grande majorité des stagiaires QSF. Les façons pratiques de le faire resteraient à élaborer. Mais, pour reprendre l’exemple du finissant en agroforesterie de l’Université Laval qui devait donner un cours à des cultivateurs pratiquant leur métier depuis toujours, il serait peut-être plus judicieux qu’il soit assumé dès le départ que les apprenants, ce sont les stagiaires québécois, et que ceux-ci n’ont pas grand-chose à apporter aux professionnels de l’ONG locale, outre leur curiosité et leur bonne volonté.

34Cela servirait non seulement à diminuer les attentes des stagiaires, mais constituerait également une reconnaissance avouée de l’expertise des organismes locaux : si ceux-ci reçoivent un montant d’argent dans le cadre des stages QSF, ce ne serait plus pour travailler à donner l’impression à une dizaine de jeunes Québécois qu’ils sont utiles, mais bien pour les initier à quelque chose ou leur enseigner quelque chose. Il y aurait ainsi une reconnaissance de la charge de travail que représente, pour l’organisme local, l’intégration des stagiaires, en plus d’une reconnaissance de la valeur financière de cet effort d’intégration. Le rapport psychologique humain et interculturel entre les organismes québécois et local serait infiniment plus sain si QSF « payait » les professionnels des ONG locales pour qu’ils transmettent leur expertise aux stagiaires plutôt que s’il « faisait un don » à ces ONG locales en leur mettant sur les bras des stagiaires qui leur « viendront en aide » (alors que c’est tout l’inverse).

35De cette façon, et contre toute attente, l’objectif de développement des collectivités des pays en voie de développement serait peut-être mieux rempli. Le message que QSF enverrait aux organismes locaux de solidarité serait en tous cas autrement plus positif et valorisant, en plus de correspondre davantage à la réalité, s’il était clairement avoué que le programme a besoin, au bénéfice des jeunes Québécois, de leurs connaissances, de leur expertise, bref, de leurs services, et que ces services méritent rétribution, comme tout service utile sollicité par un gouvernement.

Haut de page

Notes

1 Les chiffres furent sensiblement les mêmes pour 2012-2013, mais des coupures de 550 000 $ sont annoncées pour 2013-2014 pour le programme QSF, soit un effort de 1 %, plus élevé que la moyenne du MRIFCE (14 %). Voir Portail Québec/Actualité gouvernementale/Fil de presse (2012).

2 Composé de deux représentants du MRIFCE, de deux représentants d’organismes membres de l’AQOCI ainsi que d’une personne externe, choisie en alternance par le MRIFCE et l’AQOCI.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Dorion , « Le programme Québec sans frontières : pour un développement durable… des jeunes Québécois », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 2 | 2013, mis en ligne le 28 avril 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1246 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1246

Haut de page

Auteur

Catherine Dorion

Catherine Dorion est diplômée en art dramatique (Conservatoire de Québec), en relations internationales (Université du Québec à Montréal) et en War Studies (King’s College London). Auteure, artiste et politicienne, elle travaille comme assistante à la mise en scène pour Robert Lepage, est chroniqueuse au journal Le Carrefour de Québec et comédienne notamment dans L’auberge du chien noir. Elle a blogué à L’Actualité en tant que candidate d’Option nationale aux élections provinciales québécoises en 2012. Ses textes ont été publiés dans Le Devoir, La Presse, Voir, Liberté, Relations, L’Action nationale et Qui vive, dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans La Revue québécoise de droit international.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org