Navigation – Plan du site

Texte intégral

1En choisissant de consacrer ce numéro aux enjeux éthiques et prati­ques déontologiques du 4e pouvoir, la revue Éthique publique poursuit l’am­bition d’offrir un état des lieux quant aux dilemmes contemporains rencontrés par les acteurs d’un territoire somme toute mal connu. Soit celui où se détermine l’essentiel du premier service public qui doit être assuré en démocratie : l’information en tant que bien public.

2Il convient de préciser d’entrée de jeu que dans la plupart des sociétés organisées selon les valeurs prônées par la doctrine du libéralisme politi­que, dans le sillage de laquelle est apparu le néologisme IVe pouvoir, les acteurs du monde médiatique chargés d’assurer la disponibilité et l’acces­sibilité à ce bien se réclament généralement des attributs d’une sorte de no man’s land professionnel, le travail de ses agents individuels ou corporatifs devant demeurer à l’abri d’interventions ou de contrôles externes, toujours suspectés d’être indus ou abusifs, surtout lorsqu’ils sortent du giron des institutions publiques.

3Dans un champ d’activité où les artisans doivent constamment s’ap­pliquer à rapporter de façon exhaustive faits et événements qui marquent l’actualité – notamment les rapports de force qui s’exercent au sein de la société –, s’astreindre à comprendre, décrire et concilier valeurs sociétales communes et leurs implications ou effets tangibles sur les affaires publiques et leur conduite, distinguer intérêt général et intérêts particuliers dans les informations et commentaires diffusés, respecter et expliquer, sans nécessairement les soutenir, les rétentions légitimes de renseignements détenus, dénoncer par contre les protections abusives… n’est-il pas justifié que des conditions exorbitantes du droit qui régit les autres professions distinguent les professionnels chargés de l’information publique ? La mis­sion inaliénable de défense et de promotion du droit fondamental à l’information que détient le « peuple souverain » ne s’accommode-t-elle pas de cette singularité réservée aux agents professionnels du 4e pouvoir ?

4En contrepartie, des interrogations tout aussi légitimes sont pré­sentes dans toutes les collectivités. Quelles conditions à caractère profes­sionnel doivent être respectées par les organisations et agents qui assument ce service d’intérêt public ? Quels standards professionnels fruits de quelles compétences maîtrisées doivent aujourd’hui être assurés dans la durée, notamment dans un contexte où les modes de collecte des données se diversifient et les plateformes de diffusion se multiplient, élargissant le rayonnement, voire la notoriété du moindre propos émis par leurs agents ? Par souci de transparence, est-il approprié que soient encadrées les pos­tures, interactions et conduites des diverses catégories d’acteurs (corpo­ratifs ou individuels) œuvrant dans ce milieu ? Par souci d’accès à la justice ne doit-on pas pouvoir recourir à une instance indépendante de sur­veillance spécialisée facilement accessible, plutôt qu’aux tribunaux de droit commun pour trancher un litige découlant d’une présomption de dérive professionnelle d’un agent de ce 4e pouvoir ?

5Questions classiques auxquelles chaque société a déjà répondu, diront certains. Interrogations qui exigent une remise en examen des voies et moyens convenus à une autre époque, diront experts et analystes sensi­bles aux impacts et effets induits des évolutions ou innovations contemporaines.

6Voilà la table mise pour s’assurer à nouveau du bon dosage entre auto­régulation, hétérorégulation et corégulation, diront les éthiciens, afin de garantir à chaque société démocratique – qui fondamentalement demeure une société de droit – qu’elle dispose de politiques publiques, de régulations et de mécanismes pour la mise en œuvre adaptés au temps présent et au futur prévisible dont les contours sont déjà reconnaissables.

7Pour traiter de ces questions délicates, la revue Éthique publique a fait appel à des contributeurs venant de divers milieux.

  • 1 Membres du comité scientifique :

8A d’abord été constitué un comité scientifique ad hoc composé notamment des responsables de programmes d’enseignement en journalisme offerts par une majorité des universités francophones nord-américaines. Parmi les attributions de cette instance de conseil, notons celle de guider le développement des thématiques des sections centrales1.

9Par la suite, la rédaction de la revue a demandé à des auteurs reconnus pour leurs connaissances et leur rigueur intellectuelle d’accepter de produire un texte inédit (monographie, analyse ou essai). Une réponse favorable est venue de spécialistes universitaires, praticiens et analystes issus des divers horizons de la francophonie.

10Les dix textes retenus sont présentés dans la section Dossier et regrou­pés en deux pôles :

  • Partie I : Socles de l’éthique de l’information publique ;

  • Partie II : Regards analytiques sur l’épaisseur du réel.

  • Cette deuxième partie favorise un regard croisé sur les pratiques déontologiques :

  • Encadrements déontologiques : convergences et divergences ;

  • Voies nouvelles pour affronter les enjeux éthiques et déontolo­giques contemporains ?

11Cette structuration a pour but de faciliter la consultation en permet­tant aux lecteurs d’accéder à une vision élargie des assises théoriques et pratiques de l’information publique. Cette présentation met en lumière les problématiques éthiques et déontologiques rencontrées dans divers pays, permet de déterminer les tenants et aboutissants en cause et supporte la définition des voies de solutions prescrites ou déjà expérimentées pour neutraliser des écueils devenus plus que jamais communs.

12La section Débat est, quant à elle, composée de quatre contributions. La confrontation des points de vue porte sur la pratique du journalisme au Québec, particulièrement sur les rapports entretenus par les agents des médias classiques avec les médias sociaux. Derrière les propos tenus, on retrouve aisément l’éventail des thèses ou préconisations qui marquent les milieux journalistiques d’ici et d’ailleurs.

13La section Zone libre clôt ce numéro avec un texte portant sur la transparence de l’expertise scientifique dans les situations de controverse, comme celle entourant la question du réchauffement climatique.

Haut de page

Notes

1 Membres du comité scientifique :

Eugénie R. Aw, professeure en journalisme, ancienne directrice du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI), Dakar.

Marc-François Bernier, professeur titulaire, Chaire de recherche sur la francophonie canadienne, spécialisée en éthique du journalisme (CREJ), Université d’Ottawa.

Paul-André Comeau, professeur invité, directeur du Laboratoire d’étude sur les politiques publiques et la mondialisation, École nationale d’administration publique, Québec.

Daniel Cornu, ancien professeur de l’éthique de l’information aux universités de Neuchâtel, de Genève et de Zurich, médiateur de l’ensemble des titres du groupe Tamedia, Genève.

François Giroux, professeur, directeur du programme en information-communication, Université de Moncton.

Benoit Grevisse, professeur, directeur de l’École de journalisme à l’Université catholique de Louvain.

Robert Maltais, ancien secrétaire général du Conseil de presse du Québec, directeur des programmes de journalisme, Université de Montréal.

Lise Millette, journaliste professionnelle (la Presse Canadienne), rédactrice en chef de la revue Trente, le magazine des journalistes du Québec.

Dominique Payette, professeure agrégée, directrice du programme en journalisme de deuxième cycle, Université Laval, Québec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bernier , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 24 septembre 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1097

Haut de page

Auteur

Pierre Bernier

Pierre Bernier est actuellement professeur associé à l’École nationale d’ad­ministration publique du Québec et chercheur à l’Observatoire de l’administration publique. Antérieurement haut fonctionnaire, il a occupé la charge de sous-ministre dans divers ministères de l’État québécois. Il a notamment été responsable au ministère du Conseil exécutif de diverses questions relatives à la structuration et au fonctionnement de l’organi­sation gouvernementale, dont, à titre de secrétaire général associé, la dotation en personnel d’emplois supérieurs de l’administration publique québécoise faite à la prérogative du gouvernement. Familier avec les enjeux de la recherche et de l’enseignement en administration publique, il a notamment dirigé la mission gouvernementale auprès de l’ENAP et a été membre durant plusieurs années du conseil d’administration de cette école. Dans le cadre de ses activités actuelles, il donne les cours Principes et enjeux de l’administration publique et Analyse comparée des réformes adminis­tratives à la maîtrise en administration publique. En matière de recherche, il a coordonné les travaux pour les séries Le Québec dans le monde et Les régions du Québec dans le monde publiées par l’Observatoire et diffusées dans divers médias. Il est membre du comité de rédaction de la revue Télescope et de celui de la revue Éthique publique. On trouvera une liste abrégée de ses publications sur le site de la bibliothèque de l’ENAP.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org