Navigation – Plan du site
Zone libre

Pour un climat de clarté ? Usages et mésusages de la transparence sur l’expertise scientifique en situation de controverse

Pauline Huet

Résumés

Dans de nombreux domaines, la transparence s’est imposée comme un élément incontournable. Qu’en est-il de son application à la science, et plus particulièrement à l’expertise scientifique en tant que contexte paradigmatique des relations entre science et société ? En analysant le cas des controverses publiques sur le réchauffement climatique d’origine anthropique, cet article veut souligner les difficultés de mise en œuvre de la transparence pour formuler une éthique de l’expertise et proposer des pistes pour y remédier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Quinzième conférence des parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements clim (...)
  • 2  Pour un retour sur les événements : Schiermeier (2009a et 2009b), Heffernan (2009), Nature (2009).
  • 3  Jones dirige la CRU, dont les travaux se focalisent sur le recueil et l’analyse de données pour re (...)
  • 4  Il est important de différencier les débats publics des controverses scientifiques. Les enjeux et (...)
  • 5  L’auteure tient à remercier tout particulièrement Frédéric Bouchard et Yves Gingras pour leurs pré (...)

1Quelques semaines avant le sommet de Copenhague1, les courriels de la Climate Research Unit (CRU) de l’Université d’East Anglia ont été piratés et rendus accessibles sur Internet2. Le fichier était nommé « FOI2009 » en référence à la Freedom of Information Act en vertu de laquelle des climato-sceptiques réclamaient l’accès aux données de l’équipe de Phil Jones3. Cet événement (désormais connu sous le nom de Climategate) illustre l’importance cruciale des débats au sujet de l’expertise scientifique dans la prise de décision pour lutter contre le réchauffement climatique d’origine anthropique. En alimentant le débat public4, il témoi­gne d’un de ses enjeux majeurs : la transparence sur les données et les pro­cessus d’expertise scientifiques5.

  • 6  Notamment par l’application de lois telles que la Freedom of Information Act de 1966 aux États-Uni (...)

2La transparence s’est imposée comme un critère de bonne gouver­nance démocratique, s’appliquant aux États et administrations publiques6, aux organisations internationales et supranationales comme l’Union européenne (De Terwangne, 2004), aux entreprises, aux établissements bancaires… Elle profite aujourd’hui de l’essor des mouvements d’open data par lesquelles chacun pourrait juger de l’intégrité et de la fiabilité des indi­vidus et institutions sur la base des documents rendus accessibles. Cette forme de contrôle démocratique permettrait alors de (r)établir une relation de confiance.

  • 7  Les études des liens entre confiance et déférence sont présentées par Whyte et Crease (2010).
  • 8  Nous référons à Goldman pour définir l’expert scientifique : « […] un expert (au sens fort) dans u (...)
  • 9  Selon nous, la plupart des scientifiques qui nient les questions de changements climatiques ne fon (...)

3Nous trouvons une préoccupation du même type dans le cas des débats sur le réchauffement climatique : comment choisir les experts scien­tifiques et s’assurer que nous pouvons leur faire confiance7 ? Car l’expertise scientifique implique une forme de « dépendance épistémique » (Hardwig, 1985) qui oblige le profane à s’en remettre à l’expert pour com­prendre certains phénomènes et connaître les différentes actions possi­bles8. La transparence, puisqu’elle doit « empêcher la confiscation de l’infor­mation au profit du pouvoir de certains […] et réduire la fracture entre les “information have” et les “information have not” » (Comeau et Poullet, 2004 : 6), permet-elle de résoudre cette asymétrie épistémique de l’expertise ? Lors des débats publics sur le climat, fournit-elle au non-expert les éléments nécessaires pour choisir parmi les experts (ou groupes d’experts) désignés ou autoproclamés9 ?

4Pour répondre à ces questions, nous envisagerons l’application de la transparence selon deux modalités : en amont, comme un des éléments pertinents pour construire les règles du processus d’expertise et nous diriger vers une éthique de l’expertise ; ou en aval, pour évaluer la qualité et la fiabilité de l’expertise délivrée. En premier lieu, nous verrons que l’ou­verture et l’instauration de mécanismes de transparence peuvent être béné­fiques, à la fois aux citoyens et aux scientifiques, pour résoudre les pro­blèmes liés aux débats sur les changements climatiques. En deuxième lieu, nous comprendrons que dans ce cas précisément, elles peuvent s’avérer problématiques, voire contre-productives. Nous proposerons alors quel­ques pistes de réflexion pour résoudre ce problème.

  • 10  Dans Le Devoir du 16 février 2012, une lettre intitulée « Liberté pour les chercheurs canadiens », (...)

5Si la science entretient des relations ambiguës avec la transparence, celle-ci n’en demeure pas moins au centre de préoccupations croissantes. Les questionnements sur la publication des résultats de travaux sur une ver­sion mutante du virus H5N1, ou encore les appels contre le gouverne­ment fédéral canadien accusé de « bâillonnement de scientifiques pu­blics »10 en attestent. Ainsi, nous verrons que, selon à qui elle s’adresse et ce sur quoi elle porte, elle peut s’avérer un allié utile au non-expert pour choisir rationnellement à quel expert accorder sa confiance.

Apports de la transparence pour guider le non-expert

  • 11  Il la désigne ainsi : EoE-IC, en référence à : « ethics of expertise based on informed consent ».

6En s’appuyant sur le « consentement éclairé » dans les relations entre médecins et patients, Kevin Elliott a formulé une éthique de l’expertise scientifique intéressante pour penser la question de la transparence11. Il la décompose en deux parties :

a) la communauté scientifique a un devoir prima facie, dans les contextes où l’information scientifique pourrait être utilisée pour des décisions individuelles ou collectives, de disséminer cette information de façon à promouvoir la capacité de ceux affectés par ces décisions à fournir une forme de consentement éclairé à ces décisions. b) les scientifiques ont un devoir prima facie de ne pas compromettre (et dans certains cas de faciliter) la capacité de la communauté scientifique à remplir son devoir (2006 : 642).

  • 12  Cette présentation est simpliste parce que la nature de la relation entre expert et non-expert dan (...)

7Dans notre cas, la première partie implique que les climatologues doivent permettre aux citoyens d’accepter (ou de refuser) une politique climatique en leur fournissant l’information nécessaire12.

8Elliott approfondit en listant les informations qui doivent être divul­guées : les « incertitudes majeures », les « désaccords majeurs dans la com­munauté scientifique », les « conflits d’intérêts majeurs qui pourraient influencer le jugement des experts », les bénéfices et les risques des actions proposées et les alternatives possibles.

9Cet inventaire constitue un bon point de départ, mais il est nécessaire de le compléter, afin de déterminer sur quels éléments nous devrions faire porter la transparence. Car nous pourrions potentiellement l’appliquer à différents niveaux et différentes dimensions de l’expertise scientifique : les données empiriques brutes, leurs processus d’interprétation, les méthodes de formulation des connaissances, ou encore les caractéristiques indivi­duelles des experts.

  • 13  Voir entre autres Agrawala (1998a et 1998b), Dahan-Dalmedico et Guillemot (2006), Dahan-Dalmedico (...)
  • 14  Communication de R.K. Buter, 11e Science and Technology Indicators Conference, Centre for Science (...)

10Concernant les données empiriques, ou du contenu de la connais­sance scientifique, la transparence s’adresse surtout aux autres experts capables de les évaluer (puisque, par définition, le non-expert n’est pas en mesure de le faire). Les « pairs » doivent contrôler les modes d’acquisition et d’interprétation des données selon les canons de la méthode scientifique et les caractéristiques spécifiques à chaque discipline. Ils peuvent le faire lors du processus d’évaluation par les pairs qui préside aux publications dans les revues scientifiques. En dépit des limites de ce système, il s’agit du meilleur marqueur disponible pour le non-expert voulant s’assurer de la qualité des travaux auxquels s’en remettre. Les débats publics sur le climat ont souvent porté sur le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évo­lution du climat (GIEC). Certains l’accusant d’être un groupe de scientifi­ques dévoyés ayant instauré un « système mafieux » (Allègre, 2010 : 142) en prenant le contrôle des revues scientifiques et en filtrant celles figurant dans les milliers de pages des rapports des trois groupes de travail. Or, les règles de fonctionnement de l’organisation imposent une vigilance parti­culière sur l’utilisation de données et connaissances issues de la littérature scientifique. Si le GIEC est apparu suspect du fait de son caractère hybride entre science et politique13, différentes études ont néanmoins sou­ligné la solidité de ses processus d’expertise concernant la stricte obser­vance des règles de publication et de présentation d’un « état de l’art » de la connaissance14.

  • 15  Pour plus d’information sur ce point, nous renvoyons notamment aux articles sur le blogue de Sylve (...)

11Le cas du Climategate porte plus précisément sur les données. L’équipe de Jones était accusée de refuser de publiciser ses données météo­rologiques. Seule une petite partie n’était pas accessible, car ces données avaient été octroyées gratuitement par des services météorologiques sous réserve qu’elles ne tombent pas dans le domaine public, en raison de leur valeur commerciale15. Il n’y aurait donc pas de volonté de tromper de la part de Jones. En outre, l’analyse des courriels effectuée par Marianne Ryghaug et Tomas Moe Skjølsvold (2010) révèle que les scientifiques sont conscients de l’importance de la transmission d’une information com­préhensible par le public.

12Ainsi, lorsqu’elle atteste de l’adéquation d’une démarche avec les normes de la communauté scientifique, la transparence sur les données peut être utilisée par le non-expert pour juger de la qualité d’une expertise scientifique. Il peut se reposer sur la fonctionnalité de certains mécanismes sociaux pour choisir le meilleur expert reconnu par ses pairs.

  • 16  Un méta-expert est un expert de l’expertise scientifique. Il est capable de déterminer si un agent (...)

13La transparence peut également porter sur les caractéristiques indi­viduelles des experts. Explorant les moyens à disposition des non-experts pour évaluer des expertises rivales, Alvin Goldman écrit : « […] vos preuves sur les caractéristiques de l’orateur sont des preuves cruciales pour votre droit général à accepter ses assertions » (2001 : 88). Il nous livre quel­ques éléments constituant une base d’inférence à partir de laquelle le novice peut justifier sa confiance en un expert : le contenu des arguments, le ralliement d’experts indépendants, l’évaluation de la part de méta-experts16, les renseignements sur les intérêts, les biais et antécédents des experts.

14En outre, il soutient que « si N a d’excellentes preuves d’un biais pour un expert et pas de preuve d’un tel biais pour son rival, et si N n’a pas d’autres bases pour une confiance préférentielle, alors N est justifié de placer une plus grande confiance dans l’expert non biaisé » (2001 : 104). Il existe une pluralité des sources de biais qui pourraient détourner l’expert scientifique de l’éthique de Kevin Elliott ou de l’éthos de Robert Merton. Ils peuvent être financiers, mais également psychologiques et sociaux (recherche de reconnaissance, de réputation…). L’expertise collective, quant à elle, est parfois biaisée par un manque de pluralité épistémique en raison de la sous-représentation de certains points de vue ou encore par la nécessité d’être plus compétitif et donc plus laxiste sur le contrôle des biais. Dans les débats publics sur le réchauffement climatique, cette transpa­rence sur les intérêts des experts peut aider à identifier les chercheurs et climatologues intègres et mettre au jour les stratégies des « marchands de doute » (Oreskes et Conway, 2010). Naomi Oreskes et Erik Conway ont rendu publics les antécédents, les valeurs et les intérêts multiformes des climato-sceptiques au sein de la communauté scientifique américaine. Ils fournissent ainsi aux non-experts des éléments pour choisir raisonnable­ment parmi les acteurs des débats.

15Cependant, l’argument de Goldman ne semble pas totalement convaincant lorsqu’il suppose l’existence d’une expertise non biaisée. Lors­que le scientifique diffuse une connaissance en situation d’expertise, la perméabilité entre science, société et politique s’intensifie. Parce qu’elle est orientée vers la prise de décision, Philippe Roqueplo en déduit que « la logique de l’expertise la prédispose donc à être spontanément biaisée » (1997 : 46). Une expertise totalement neutre et objective devient illusoire. Dès lors, la transparence de Elliott s’avère utile. Celui-ci exhorte les scientifiques à œuvrer pour que les citoyens puissent prendre des décisions autonomes en adéquation avec leurs valeurs. En reconnaissant l’influence des valeurs sur l’expertise, les mettre en lumière permettrait au non-expert de choisir l’expert dont les valeurs correspondent aux siennes. Nous ne supposons pas une surdétermination sociale de la connaissance scientifi­que, ou une absence de différence avec d’autres formes de croyances du fait de l’influence de certaines valeurs. Mais du point de vue de la prise de décision démocratique, il existe un éventail de choix plus ou moins valo­risés par les agents. Si, démocratiquement, ils choisissent de favoriser les générations présentes, les populations des pays industrialisés, ou de suivre l’idéologie du laisser-faire des marchés, ils s’en remettront aux experts potentiels qui endossent ces échelles de valeurs. Nous devons donc distin­guer les considérations qui nous guident pour reconnaître une autorité épistémique et celles qui orientent notre choix vers celui ou celle que nous voulons ou préférons croire.

16Nous constatons donc que la divulgation d’informations peut aider le non-expert à faire un choix rationnel entre des expertises rivales et contradictoires. Elle confère une forme d’autonomie aux citoyens face aux scientifiques et peut permettre de rétablir la confiance entre eux. Cette der­nière étant essentielle, comme le font remarquer Kyle White et Robert Crease : « […] nous devons nous fier à ce que les experts et les autres autorités épistémiques disent, ou être incapables d’agir » (2010 : 413).

Face à ses risques, comment repenser la transparence ?

17Malgré les apports de la transparence, sa pertinence est discutable dans les débats sur le réchauffement climatique. Elle peut être instrumentalisée et contre-productive pour les profanes en quête d’un expert intègre, fiable et crédible.

18Dans leurs revendications lors du Climategate, les climato-sceptiques ont détourné une norme valorisée socialement, politiquement et scientifi­quement pour servir une stratégie particulière : la construction et la mani­pulation du doute et de l’incertitude à des fins politiques, économiques et sociales (Michaels, 2008) ; (Oreskes et Conway, 2008 et 2010) ; (Oreskes, Conway et Shindell, 2008).

19Sur les experts eux-mêmes, les bénéfices tirés de la divulgation d’informations les touchant ne vont pas de soi, notamment concernant leurs antécédents. Goldman soulignait déjà les limites des non-experts pour savoir si les prévisions qu’ils ont faites par le passé se sont révélées vraies. Dans le cas du climat, la contrainte majeure pour le non-expert qui se penche sur le passé des experts potentiels tient à l’objet même du débat. Les changements climatiques sont des phénomènes très complexes aux incertitudes majeures, marquées par l’inertie des systèmes climatiques et la longue durée de vie des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. L’évaluation des travaux passés des experts est d’autant plus délicate que simulations et prévisions sont des exercices difficiles.

  • 17  Géochimiste français, Allègre a dirigé l’Institut de physique du globe de Paris pendant dix ans, i (...)

20En outre, l’analyse des profils et personnalités des climato-sceptiques qui s’engagent publiquement révèle qu’il est dangereux de préjuger de leur expertise et de leur fiabilité en tant que scientifiques. Dans le cas français, l’attitude de Claude Allègre a ébranlé l’ensemble de la communauté scien­ti­fique. Celle-ci l’avait reconnu comme un de ses membres les plus éminents17. Ce chercheur engagé politiquement et comme vulgarisateur a « usurpé l’autorité de la science sans en respecter aucune des règles » en publiant un livre « truffé d’erreurs et d’affabulations » (Godard, 2010 : 187). Aux États-Unis, des scientifiques reconnus ont été les premiers fers de lance du climato-scepticisme (Lahsen, 2008).

21Ainsi, la vigilance s’impose dans la prise en compte des caractéristi­ques personnelles et des antécédents des experts scientifiques. Les débats publics sur le climat sont alimentés par des agents qui utilisent à des fins personnelles un capital symbolique accumulé au sein de la communauté scientifique. Ils le transforment et l’exportent en dehors du champ scienti­fique pour renforcer l’autorité de leur discours à destination des non-experts. Mais contrairement aux vulgarisateurs tels que Boltanski et Maldidier (1970) les ont étudiés, ils ne se contentent pas d’intervenir dans leur domaine d’expertise propre. En tant que membres de la communauté scientifique, ils revendiquent une légitimité à s’exprimer à propos d’un sous-champ de recherche auquel ils n’appartiennent pas (la grande majo­rité des climato-sceptiques scientifiques n’ont jamais publié d’article ou d’ouvrage scientifique sur les sciences du climat et de l’atmosphère). En ce sens, ils ne remplissent pas leur devoir moral envers la société, tel que Elliott le décrit, mais le profane n’est pas toujours en mesure de compren­dre ce changement. La transparence exige donc d’être prudent dans l’iden­tification des experts membres d’un sous-champ de recherche (mais aussi pour désigner les méta-experts) qui statueront sur l’honnêteté et l’adéqua­tion d’une démarche avec les normes de la communauté scientifique.

22Lorsqu’elle concerne le contenu de la connaissance, l’ouverture doit également être mise en question. Elliott souligne que

les lignes directrices pour permettre aux médecins de retenir l’in­formation sur la base du privilège thérapeutique devraient être aussi applicables aux scientifiques qui doivent décider s’ils doivent retenir (ou éviter de récolter) une information qui pourrait être socialement néfaste […] le principe de l’EoE-IC suggère que les experts devraient aussi considérer retenir (ou au moins être très circonspects à propos de sa dissémination) une information qui pourrait remettre en cause l’autonomie de membres particuliers de la société (2006 : 646).

23La rétention de l’information par les scientifiques est donc justifiée dans certains cas lorsqu’elle s’avère socialement nuisible ou qu’elle pourrait com­promettre l’autonomie des non-experts. Mais Elliott ne nous éclaire pas plus sur le type de connaissances qui devrait être caché au public. Il se contente de fournir aux scientifiques quelques indications sur les façons de délivrer l’information. Et l’exhaustivité de sa liste d’éléments sur lesquels doit porter la transparence ne permet pas de déterminer lesquels devraient être dissimulés.

24Pour sa part, John Beatty (2006) affirme qu’il est préférable que les experts taisent leurs désaccords. Si une telle attitude peut être éthiquement contestable, elle s’avère efficace dans notre cas. Au cours des débats sur le climat, les mots consensus, controverse, accord et désaccord sont tellement gal­vaudés et manipulés qu’il est nécessaire de reconsidérer ce qu’il convient de révéler au profane. Stephen John (2011) offre d’autres arguments en défaveur d’une ouverture totale en identifiant les conséquences néfastes du free-riding épistémique des agents. Cette expression décrit une attitude du non-expert qui consiste à nier la pertinence de l’avis des experts, ou la supériorité de son statut épistémique. Il refuse alors de le prendre en compte dans sa prise de décision.

25L’autonomie des non-experts dans leur prise de décision est l’ambi­tion de Elliott pour développer son éthique de l’expertise. Mais le non-expert peut avoir l’illusion d’une autonomie épistémique et croire maîtriser des connaissances. Or, tout comme l’assimilation et la compréhension de toutes les connaissances, la transparence totale est chimérique. L’informa­tion accessible au non-expert fait l’objet de filtres et de processus de sélec­tion sous des formes multiples qui ébranlent son autonomie.

26De plus, John souligne qu’il devient difficile de déterminer les connaissances auxquelles les agents s’en remettent finalement. Dans le cas des changements climatiques, cela peut nuire à la prise de décision. Les connais­sances scientifiques, notamment celles présentées dans les rapports du GIEC, sont censées constituer les fondements de la discussion internationale et fournir un langage de négociation. Les discussions lors des réunions de la CCNUCC seront compromises si chacun se réfère à d’autres expertises ou à ses connaissances propres.

27La divulgation et la diffusion de l’information ne semblent donc pas aussi profitables que nous pourrions le penser et peuvent susciter la confu­sion pour le non-expert. Néanmoins, au regard de ses bénéfices potentiels, nous proposons des pistes pour améliorer la mise en œuvre de la trans­parence. Nous verrons qu’elle impose parfois de s’interroger sur le statut de l’expert scientifique en démocratie.

28Il apparaît nécessaire de dévoiler les antécédents, les intérêts, les valeurs ou autres biais qui influencent les discours des experts potentiels en­gagés dans les débats. La transparence permet alors de savoir si les débats persistent parce que les questions ne sont effectivement pas résolues ou parce que les acteurs sont intéressés. Elle livrera au non-expert les clés pour déterminer si les arguments invoqués sont de bonne foi ou non. La protection de la vie privée impose cependant que seuls soient retenus les éléments pertinents pour comprendre les positionnements des acteurs et aller au-delà des arguments ad hominem. Il ne s’agit pas de se contenter de dire qu’un énoncé est faux parce que le locuteur n’est pas crédible. Il est nécessaire d’objectiver ce manque de crédibilité en dévoilant sur quoi il repose, relativement à la situation. Cela implique de faire, en retour, le même exercice pour attester la crédibilité de l’expert auquel nous déférons.

29Concernant les désaccords entre experts, le fait de dévoiler les différentes positions peut minimiser la portée prescriptive d’un discours et infléchir le poids des recommandations des experts. Et les climato-sceptiques ont profité de cette brèche pour faire valoir leurs positions. Mais il demeure nécessaire de réaffirmer ces différences et sur quoi elles portent précisément si nous voulons que les non-experts soient en mesure de prendre une décision autonome. C’est aux experts scientifiques d’ex­primer leurs incertitudes et leurs désaccords, mais aussi, et surtout, sur quoi reposent ces divergences. Il revient ensuite aux citoyens et décideurs d’agir en fonction de leur échelle de valeurs. En outre, nous apprenons à l’étude des débats sur les changements climatiques que la pluralité des positions présentées est le plus souvent l’indice d’une crédibilité et d’une intégrité sur lequel le non-expert peut se reposer pour choisir ses experts. Mais cela nécessite de sa part de ne pas tomber dans le piège de la rhétorique climato-sceptique qui prétend être du côté du pluralisme. Cette démarche requiert une éducation et une culture scientifique minimale du non-expert et pose la question de la vulgarisation.

30En effet, l’asymétrie épistémique des relations d’expertise confère son ambiguïté à la diffusion des connaissances par les experts auprès des non-experts. Dès lors, comment différencier la transparence et la divulgation des données et des informations, de la vulgarisation ? Est-il envisageable de les découpler ? S’il est du devoir moral des scientifiques de transmettre leurs savoirs utiles dans la société, comment s’opère cette percolation ? Quels agents ou institutions en sont les filtres ?

  • 18  Cette question renvoie à celle plus large du statut de l’expert scientifique et d’un éventuel déco (...)

31En vertu de leur expertise, les scientifiques détiennent une connais­sance, ils en sont donc a priori les premiers transmetteurs. Mais les talents de vulgarisateurs ne sont pas également distribués parmi les membres de la communauté. Comment choisir lesquels sont les mieux placés pour s’adresser aux non-experts ? Devrait-on privilégier ceux reconnus comme les meilleurs de leur domaine pour transmettre la meilleure connaissance disponible, mais au risque de limiter le temps imparti à leurs recherches ? Ou bien désigner ceux dont les recherches sont considérées par leurs pairs comme moins pertinentes au risque de transmettre une connaissance de moindre qualité ? L’équilibre à trouver n’est pas simple et univoque, et la meilleure solution à l’heure actuelle serait que chacun s’acquitte d’un mini­mum de la tâche. D’autant qu’un minimum d’engagement des experts scientifiques dans les débats publics permettrait d’accroître le pluralisme nécessaire à l’amélioration de la qualité de l’expertise18.

32Dans notre cas, l’engagement des experts scientifiques sur la scène publique doit être repensé, de même que le rôle des autres médiums de transmission, quelle que soit leur nature (les journalistes, les enseignants, les associations et organisations non gouvernementales, l’administration publique, les politiques…). Dans un éditorial, la revue Nature (2010) en­courageait les climatologues à s’engager dans un « combat de rue » contre les climato-sceptiques, les incitant à une meilleure communication avec les médias pour rétablir la confiance du public. Si cette attitude pouvait s’avé­rer utile, la plus grande prudence nous semble indispensable. Car en s’en­ga­geant publiquement dans les débats avec les climato-sceptiques, les climatologues contribuent à brouiller les frontières entre ce qui relève de la controverse scientifique et du débat public. Ils légitiment donc, contre leur gré, la posture de leurs opposants qui se revendiquent de la science et de la communauté scientifique. En parallèle, l’autonomie de la science est menacée. Sheila Jasanoff (2006) souligne cette tension dans laquelle se trouvent les scientifiques lorsqu’ils sont pris dans de telles situations : ils voudront assurer leur responsabilité morale à servir le public, mais dès lors que leur engagement se fait trop prégnant, leurs détracteurs dénonceront une politisation de la science, nuisant à sa crédibilité. Oreskes parle de « double bind » à propos des experts du climat (2007 : 78).

  • 19  L’avis et les recommandations ont été rendus publics le 25 novembre 2011 sur le site Internet du C (...)

33C’est donc aux intermédiaires entre les scientifiques et le public qu’il incomberait de diffuser les informations émanant des centres de recher­che. Il semblerait utile de s’interroger sur ces acteurs (journalistes, ensei­gnants, militants, vulgarisateur des organismes publics comme les musées…) si nous voulons fournir une éthique ou une théorie normative de l’expertise scientifique utile pour les débats publics. Le COMETS (Comité d’éthique du Centre national de la recherche scientifique), saisi par le président du CNRS pour se pencher sur les aspects éthiques des controverses sur les changements climatiques, a rendu un avis allant dans ce sens19. Comme le rapport de l’InterAcademy Council Comitee sur le GIEC, il réaffirme la nécessité de la transparence, tout en soulignant l’importance d’une réflexion sur le rôle des médias et des espaces de com­munication pour favoriser une prise de décision démocratique éclairée et l’approfondissement des connaissances.

34In fine, il en va de la transparence dans les débats publics sur le climat comme de l’effet de serre : un équilibre précaire et difficile à négocier entre ce qui traverse et ce qui est absorbé et retenu. La diffusion des données et informations constitue un élément incontournable de la formulation d’une éthique de l’expertise scientifique. Dans un contexte général de succès des open data, elle invite à réfléchir aux moyens de remédier aux asymétries épistémiques entre individus. Elle offre aux non-experts des solutions pour dépasser l’antagonisme entre une déférence totale et la préservation d’une prise de décision autonome et rationnelle. Néanmoins, les limites aux bénéfices potentiels des open data demeurent en raison des compétences nécessaires à la compréhension et à l’analyse des données. Cette problématique trouve une résonance particulière dans le cas des connaissances scientifiques. Il convient alors de différencier la transparence telle qu’elle s’applique au sein du champ scientifique et celle à destination du public et des non-experts. Lorsqu’elle porte sur les données empiriques brutes, il importe surtout qu’elle soit dirigée vers les membres du sous-champ en question, les experts du « noyau central » capables de les analyser et de les interpréter. En revanche, dès lors qu’elle concerne les caractéristiques personnelles des individus, elle peut s’avérer utile pour le non-expert. Mais ce dernier ne peut faire l’économie d’une connaissance du fonctionnement d’un domaine de recherche et de ses mécanismes de certification des connaissances s’il veut pouvoir choisir de la façon la plus autonome et rationnelle possible. Une vigilance particulière s’impose également quant aux intermédiaires et méta-experts auxquels il s’en remet pour l’aider dans sa démarche.

Haut de page

Bibliographie

Agrawala, S. (1998a), « Context and early origins of the Intergovernmental Panel on Climate Change », Climatic Change, vol. 39, no 4, p. 605-602.

Agrawala, S. (1998b), « Structural and process history of the Intergovern­mental Panel on Climate Change », Climatic Change, vol. 39, no 4, p. 621-642.

Allègre, C. (2010), L’imposture climatique ou la fausse écologie. Conversations avec Dominique de Montvalon, Paris, Plon.

Beatty, J. (2006), « Masking disagreement among Experts », Episteme : A Journal of Social Epistemology, vol. 3, nos 1-2, p. 52-67.

Boltanski, L., et P. Maldidier (1970), « Carrière scientifique, morale scienti­fique et vulgarisation », Social Science Information, vol. 9, no 3, p. 99-118.

Collins, H. M., et R. Evans (2002), « The third wave of science studies. Studies of expertise and experience », Social Studies of Science, vol. 32, no 2, p. 235-296.

Comeau, P.-A., et Y. Poullet (2004), « Présentation. Dossier “Accès à l’infor­mation, transparence et régulation” », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociale et gouvernementale, vol. 6, no 2, p. 5-7.

Dahan-Dalmedico, A. (2008), « Climate expertise : between scientific credibility and geopolitical imperatives », Interdisciplinary Science Reviews, vol. 33, no 1, p. 71-81.

Dahan-Dalmedico, A., et H. Guillemot (2006), « Changement climatique : dynamiques scientifiques, expertise, enjeux géopolitiques », Sociologie du travail, vol. 48, no 3, p. 412-432.

De Terwangne, C. (2004), « Accès à l’information et organisation internatio­nales : le cas de l’Union européenne », Éthique publique. Revue internationale d’éthique sociale et gouvernementale, vol. 6, no 4, p. 9-22.

Elliott, K.C. (2006), « An ethics of expertise based on informed consent », Science and Engineering Ethics, vol. 12, no 4, p. 637-661.

Godard, O. (2010), « Le climat, l’imposteur et le sophiste », Natures Sciences Sociétés, vol. 18, no 2, p. 187-189.

Goldman, A.I. (2001), « Experts : which ones should you trust ? », Philosophy and Phenomenological Research, vol. 63, no 1, p. 85-110.

Hardwig, J. (1985), « Epistemic Dependence », The Journal of Philosophy, vol. 82, no 7, p. 335-349.

Heffernan, O. (2009), « Climate data spat intensifies », Nature, vol. 460, no 7257, p. 787.

Jasanoff, S. (2006), « Transparency in public science : purposes, reasons, limits », Law and Contemporary Problems, vol. 69, p. 21-45.

John, S. (2011), « Expert testimony and epistemological free-riding : the MMR controversy », The Philosophical Quarterly, vol. 61, no 244, p. 496-517.

Lahsen, M. (2008), « Experiences of modernity in the greenhouse : A cultural analysis of a physicist “trio” supporting the backlash against global war­ming », Global Environmental Change, vol. 18, no 1, p. 204-219.

Michaels, D. (2008), Doubt Is Their Product : How Industry’s Assault on Science Threatens Your Health, Oxford, New York, Oxford University Press.

Nature (2009), « Éditorial. Climatologist under pressure », Nature, vol. 462, no 7273, p. 545.

Nature (2010), « Climate of fear », Nature, vol. 464, no 7286, p. 141.

Oreskes, N. (2004), « Beyond the ivory tower. The scientific consensus on climate change », Science, vol. 306, no 5702, p. 1686.

Oreskes, N. (2007), « The scientific consensus on climate change : How do we know we’re not wrong ? », dans J.F.C. DiMento et P. Doughman (dir.), Climate Change : What it Means for Us, Our Children, and Our Grandc­hildren, Cambridge, MIT Press, p. 65-99.

Oreskes, N., et E.M. Conway (2008), « Challenging knowledge : How climate science became a victim of the cold War », dans R. Proctor et L.L. Schiebinger (dir.), Agnotology : The Making and Unmaking of Ignorance, Stanford, California, Stanford University Press, p. 55-89.

Oreskes, N., et E.M. Conway (2010), Merchants of Doubt. How a Handful of Scientists Obscured the Truth on Issues from Tobacco Smoke to Global Warming, New York, Bloomsbury Press.

Oreskes, N., E.M. Conway et M. Shindell (2008), « From chicken little to Dr. Pangloss : William Nierenberg, global warming, and the social decons­truction of scientific knowledge », Historical Studies in the Natural Sciences, vol. 38, no 1, p. 109-152.

Roqueplo, P. (1997), Entre savoir et décision, l’expertise scientifique, Paris, INRA éditions. (Coll. « Sciences en question ».)

Ryghaug, M., et T.M. Skjølsvold (2010), « The global warming of climate science : Climategate and the construction of scientific facts », International Studies in the Philosophy of Science, vol. 24, no 3, p. 287-307.

Schiermeier, Q. (2009a), « Battle lines drawn over e-mail leak », Nature, vol. 462, no 7372, p. 551.

Schiermeier, Q. (2009b), « Storm clouds gather over leaked climate e-mails », Nature, vol. 462, no 7272, p. 397.

Skodvin, T. (2000), Structure and agent in the scientific diplomacy of climate change : an empirical case study of science-policy interaction in the Inter­governmental Panel on Climate Change, Dordrecht/Boston/London, Kluwer Academic Publishers. (Coll. « Advances in global change research ».)

Whyte, K., et R. Crease (2010), « Trust, expertise, and the philosophy of science », Synthese, vol. 177, no 3, p. 411-425.

Haut de page

Notes

1  Quinzième conférence des parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui s’est tenue du 7 au 18 décembre 2009 à Copenhague pour négocier les suites à donner au protocole de Kyoto.

2  Pour un retour sur les événements : Schiermeier (2009a et 2009b), Heffernan (2009), Nature (2009).

3  Jones dirige la CRU, dont les travaux se focalisent sur le recueil et l’analyse de données pour retracer l’évolution de la température moyenne mondiale et suivre l’évolution des systèmes climatiques.

4  Il est important de différencier les débats publics des controverses scientifiques. Les enjeux et les acteurs sont différents (prendre une décision qui satisfasse le plus grand nombre pour les premières ou décider de quelle connaissance du réel est la meilleure disponible pour la seconde ; avec uniquement des scientifiques reconnus par leurs pairs disciplinaires pour les controverses scientifiques alors que différentes catégories d’acteurs interviennent dans les débats publics).

5  L’auteure tient à remercier tout particulièrement Frédéric Bouchard et Yves Gingras pour leurs pré­cieux conseils.

Quinzième conférence des parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui s’est tenue du 7 au 18 décembre 2009 à Copenhague pour négocier les suites à donner au protocole de Kyoto.

6  Notamment par l’application de lois telles que la Freedom of Information Act de 1966 aux États-Unis, celle du même nom au Royaume-Uni en 2000, ou encore la pionnière suédoise de 1776. Mais aussi par la mise en place d’institutions comme la Commission d’accès à l’information du Québec.

7  Les études des liens entre confiance et déférence sont présentées par Whyte et Crease (2010).

8  Nous référons à Goldman pour définir l’expert scientifique : « […] un expert (au sens fort) dans un domaine D est quelqu’un qui possède un important capital de connaissances (croyance vraie) et un ensemble de savoir-faire et de méthodes pour une application pertinente de cette connaissance à de nouvelles questions dans ce domaine » (2001 : 92).

9  Selon nous, la plupart des scientifiques qui nient les questions de changements climatiques ne font pas partie de ce qui serait défini comme le « noyau central » par Harry Collins et Robert Evans (2002) et ne devraient pas être considérés comme des experts scientifiques sur le réchauffement climatique (voir Oreskes (2004, 2007) sur l’analyse du consensus scientifique). Mais à des fins heuristiques et pour comprendre les dilemmes que se posent les agents dans les situations de débats publics, nous adopterons la posture d’Alvin Goldman (2001) : en se plaçant du point de vue du non-expert qui perçoit ceux qui s’adressent à lui comme des experts potentiels.

10  Dans Le Devoir du 16 février 2012, une lettre intitulée « Liberté pour les chercheurs canadiens », signée par Mathieu-Robert Sauvé (président de l’Association des communicateurs scientifiques du Québec), Florence Piron (présidente de l’Association science et bien commun), Arnold Amber (président de la Canadian journalists for free expression), Peter McMahon (président de l’organisation Canadian Science Writers’ Association), Jean-Marc Fleury (directeur général de la Fédération mondiale des journalistes scientifiques), Gary Corbett (président de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada).

11  Il la désigne ainsi : EoE-IC, en référence à : « ethics of expertise based on informed consent ».

12  Cette présentation est simpliste parce que la nature de la relation entre expert et non-expert dans notre cas diffère fortement de celle utilisée par Elliott. Pour les politiques climatiques, de nombreux scientifiques de disciplines variées peuvent fournir des informations nécessaires à leur élaboration ou bien y contribuer aux côtés des décideurs, des citoyens et différents groupes de la société civile. Même si la décision s’appuie sur leur expertise, ce n’est pas uniquement à eux qu’il revient de fixer les objectifs en termes de température, de réduction d’émission ou de formuler précisément les priorités et les méthodes d’implémentation.

13  Voir entre autres Agrawala (1998a et 1998b), Dahan-Dalmedico et Guillemot (2006), Dahan-Dalmedico (2008), Skodvin (2000).

14  Communication de R.K. Buter, 11e Science and Technology Indicators Conference, Centre for Science and Technology Studies (Leiden University), septembre 2010 : « The scientific basis of the IPCC fourth assessment report, exploring a pinnacle of climate research from the perspective of its knowledge base » ; il conclut que le rapport de 2007 du GIEC représente la science du moment.

Le rapport de l’InterAcademy Council Committee to Review the IPCC en 2010, Climate Change Assessments, Review of the Processes and Procedures of the IPCC, a reconnu la qualité du processus de révision par les pairs en suggérant des pistes pour son amélioration.

En outre, le prix Nobel de la Paix de 2007 lui a été attribué, conjointement à Al Gore, « pour leurs efforts pour construire et disséminer une meilleure connaissance sur le changement climatique anthro­pique », ce qui correspond à la responsabilité morale des scientifiques identifiée par Elliott.

15  Pour plus d’information sur ce point, nous renvoyons notamment aux articles sur le blogue de Sylvestre Huet {Sciences}² : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/08/climat-jones-publie-toutes-ses-données-brutes.html.

16  Un méta-expert est un expert de l’expertise scientifique. Il est capable de déterminer si un agent peut être désigné expert scientifique selon son appartenance à la communauté scientifique, sa reconnaissance par ses pairs et sa pratique de la science.

17  Géochimiste français, Allègre a dirigé l’Institut de physique du globe de Paris pendant dix ans, il est membre de l’Académie des sciences française et de la National Academy of Sciences des États-Unis, il a obtenu le prix Crafoord (prix remis par l’Académie royale des sciences de Suède pour des disciplines qui ne sont pas concernées par le prix Nobel et de façon rotative : astronomie, mathémati­ques, biologie, géologie), ainsi que la médaille d’or du CNRS et a exercé de nombreuses fonctions politiques, notamment en tant que ministre de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie.

18  Cette question renvoie à celle plus large du statut de l’expert scientifique et d’un éventuel décou­plage pour savoir quand le scientifique devient expert, et analyser les conséquences de cette transfor­mation. Bien que très intéressante pour éclairer les problèmes de l’expertise dans les situations de controverse et de prise de décision démocratique, elle ne sera pas abordée ici, car elle nécessiterait de plus longs développements.

19  L’avis et les recommandations ont été rendus publics le 25 novembre 2011 sur le site Internet du CNRS: http://www.cnrs.fr/fr/organisme/ethique/comets/docs/avis_Ethique-controverse-climat.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Huet , « Pour un climat de clarté ? Usages et mésusages de la transparence sur l’expertise scientifique en situation de controverse », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 23 août 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1090 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1090

Haut de page

Auteur

Pauline Huet

Pauline Huet est doctorante en science, technologie et société au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) à l’Université du Québec à Montréal, en cotutelle avec le Centre interna­tional de recherche sur l’environnement et le développement (CIRED) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris. Elle est membre de l’équipe de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences (titulaire : Yves Gingras). Elle s’est intéressée au Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ses travaux de recherche actuels portent sur les controverses publiques et scientifiques sur le réchauffement climatique, ainsi que sur l’économie des changements climatiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org