Navigation – Plan du site
Débat. Journalisme et médias sociaux

Les journalistes, des super citoyens qui s’abstiennent ?

Chantal Francoeur

Résumés

Comment adapter l’éthique journalistique aux réseaux sociaux ? Comment respecter son devoir de réserve sur les réseaux sociaux ? Faut-il respecter ce devoir de réserve même sur les réseaux sociaux ? Quelle transparence les journalistes doivent afficher sur les réseaux sociaux ? Cet article suggère des pistes de réflexion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le Guide déontologique de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), le guid (...)
  • 2  Réseaux sociaux signifie Twitter, Facebook, Flickr. Ce sont les trois réseaux cités en exemple par (...)

1Le journaliste présent sur les médias sociaux veut éviter les pièges. Il ne veut pas être leurré par des informations fausses ou des sources non crédibles. Cela crée déjà de l’anxiété. L’autre tension est liée à la partici­pation du journaliste aux médias sociaux : « Qu’est-ce que je fais ici ? Que puis-je dire, partager, échanger ? » Si le journaliste se réfère aux différents guides de déontologie journalistique1 pour répondre à ses questions sur la marche à suivre sur les réseaux sociaux2, il va constater que son devoir de réserve s’impose. Pour ne pas « miner la crédibilité du journalisme » (SRC, 2010), « discréditer l’impartialité professionnelle » (NPR, 2012) ni « éroder la confiance du public » (SRC, 2010), le journaliste est invité à se rappeler que chaque propos « peut devenir public malgré la possibilité de paramé­trer les réglages de confidentialité » (FPJQ, 2010 : article 10 ; AP, 2012). La règle est la suivante : « Nous ne diffusons pas sur des réseaux sociaux des informations que nous ne diffuserions pas à l’antenne ou sur notre site Internet » (SRC, 2010 ; NPR, 2012). Les principes et valeurs journalisti­ques d’indépendance et d’absence d’apparence de conflits d’intérêts s’appliquent aux réseaux sociaux. Le défi, pour le journaliste, est de rester sur son quant-à-soi dans un univers où la collaboration et la transparence sont les mots-clés.

2Des journalistes, appliquant une des qualités fondamentales du journalisme qui est « l’esprit critique faisant douter méthodiquement de tout » (FPJQ, 1996 : article 2), se demandent si la réserve distante est la bonne attitude face aux réseaux sociaux. Ils proposent plutôt d’embrasser la transparence. De faire de la transparence une nouvelle exigence déon­tologique : transparence sur ses convictions politiques, ses intérêts person­nels, ses valeurs. « C’est plus honnête » est l’argument principal invoqué. « L’auditoire sait à quelle enseigne je loge et peut mieux apprécier le repor­tage », selon cette approche (Gillmor, cité dans Gleason, 2009). Le raisonnement se résume ainsi : le journaliste est un citoyen, qui vote et a des opinions, il devrait les exposer et s’exposer, au lieu de prétendre à la neutralité.

3Le journaliste, un citoyen transparent. La proposition s’inspire no­tam­ment des blogues, dont les règles d’éthique mettent l’accent sur la transparence (Blood, 2002). Transparence de la démarche, des corrections, des sources, des conflits d’intérêts et du « qui suis-je ? ». L’« à propos de moi » devient crucial, ce sur quoi repose la crédibilité de l’ensemble des pu­blications. Face aux accusations possibles de partialité, le journaliste prend les devants et rend sa partialité visible par tous. La transparence libère le journaliste du stress lié à l’idéal impossible à atteindre qu’est l’objectivité. Elle lui permet aussi de participer plus et mieux aux médias sociaux, où il peut faire valoir ses opinions en toute candeur et sans crainte de repré­sailles – perte d’emploi par exemple. La transparence serait la nouvelle objectivité et la nouvelle norme s’appliquant au journalisme en ligne et sur les médias sociaux (Friend et Singer, 2007).

4La transparence est déjà présente dans la déontologie des journa­listes. « Les journalistes exercent leur métier à visage découvert, en s’iden­tifiant comme journaliste » (FPJQ, 1996 : article 4), sauf exception quand l’information ne peut être obtenue autrement que par des procédés clan­destins. Les journalistes doivent aussi être transparents sur leurs erreurs, les corriger avec diligence (FPJQ, 1996 : article 3). Ils sont aussi transparents sur le type de journalisme pratiqué : militant, opinion, ana­lyse, éditorial, reportage. D’autres transparences informelles, variant selon les entreprises de presse, incluent la publicité sur la présence ou non d’un code de déontologie maison, sur l’adhésion ou non au Conseil de presse et la diffu­sion d’une décision de l’ombudsman ou du Conseil de presse : « L’entre­prise visée par la décision a l’obligation morale de la publier ou de la diffuser » (Conseil de presse du Québec, 2012). La transparence sur les convictions politiques, les intérêts personnels et les valeurs personnelles du journaliste ne fait pas – pas encore – partie de la culture journalistique.

5Les médias sociaux forcent les journalistes à revisiter l’identité de journaliste et à réfléchir à la déontologie journalistique. Des réflexions liant journalisme et médias sociaux suggèrent qu’en journalisme il faut non seulement s’intéresser aux faits, mais il faut aussi insister sur qui rapporte les faits et les interprète. Le journaliste ne peut plus s’effacer derrière ses reportages. Il doit faire partie des informations fournies à l’auditoire. Pour être au service de l’intérêt public, il faut dévoiler ses intérêts.

6Est-ce vraiment la voie à suivre ? Au-delà des bonnes intentions, on peut déjà prédire que la transparence des journalistes entraînera plus de scepticisme de la part d’un auditoire déjà sceptique. La transparence jour­nalistique donne plus de matériel à ceux qui veulent contester l’autorité des textes journalistiques. La transparence ouvre la porte à plus de criti­ques des journalistes. Elle accentue la surveillance dont les journalistes font l’objet (Allen, 2008). Elle peut mener à de l’autocensure. Par ailleurs, la transparence a ses limites. Est-ce qu’on peut vraiment dire : « Tout est sur la table » ? Il y a une tyrannie de la transparence qui peut devenir inte­na­ble. Et que penser de la transparence quand elle devient marketing de soi ?

7Ces dangers n’échappent pas aux journalistes qui ont un enthou­siasme modéré face aux médias sociaux. Des journalistes d’une salle de nou­velles montréalaise, interviewés à l’hiver 2012 (pour une recherche sur la convergence), réagissaient ainsi : « [Les médias sociaux] seraient intéres­sants si les gens m’envoyaient des histoires. Mais c’est surtout un instrument de promotion », remarquait un reporter (12 janvier 2012). Promotion de ses reportages, promotion du média, promotion de soi. Un autre journaliste disait, moqueur, à propos de ses confrères actifs sur les réseaux sociaux : « On a tous besoin d’amour ! » Et il constatait : « J’ai des collègues qui sont super forts là-dessus [les réseaux sociaux]. Mais ils ne sortent pas plus de scoops pour autant… » (12 janvier 2012). Ces remarques ironiques rappellent le but du journaliste : sortir des scoops, trouver des histoires, fournir de l’information essentielle à la vie en commun. Donner du sens à cette information. Pour les journalistes circonspects face aux médias sociaux, la réponse aux questions « qu’est-ce que je fais ici, sur les réseaux sociaux ? » et « que puis-je dire, partager, échanger ? » est une évidence : ici comme ailleurs, je fais du journalisme.

8La réponse courte, qui pourrait être twittée ainsi, « je fais du journa­lisme # questcequejefaisici », sous-entend la mission à accomplir : « Rap­porter fidèlement les faits qui permettent aux citoyens de mieux connaître et de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent » (FPJQ, 1996 : préambule). C’est beaucoup de travail. Beaucoup d’engagement. Beaucoup d’abnégation. Dans ce contexte, le journaliste ne cherche pas de nouvelles obligations, comme l’obligation de la transparence par exemple. L’image ou le mirage du citoyen transparent n’aide en rien le journaliste dans la réa­lisation de sa tâche titanesque. L’alternative au « journaliste citoyen transparent » serait plutôt : le journaliste, un super citoyen qui s’abstient.

9Un super citoyen. Entendu non pas dans un sens élitiste, mais dans le sens de « au service des citoyens ». Le journaliste exerce sa citoyenneté en fournissant des outils à ses concitoyens pour qu’ils puissent exercer la leur. Le journaliste est un super citoyen qui s’abstient : il « évite tout comportement, engagement ou fonction qui pourrait le détourner de son devoir d’indépendance, ou semer le doute dans le public » (FPJQ, 1996 : article 9). « C’est comme entrer en religion ? » demanderont les aspirants journalistes. Oui, être journaliste, c’est comme entrer en religion.

10Cette façon de voir va décevoir les partisans de l’éthique de la trans­parence. Le devoir d’indépendance est une « utopie », « une vision positi­viste du journaliste et du journalisme », « une mission impossible » peuvent-ils arguer. Mais si on revient, à nouveau, au reportage, qui est la matière première produite par le journaliste super citoyen qui s’abstient, on peut y voir deux formes de transparence plus fertiles que le je-me-moi-je : en produisant un reportage, le journaliste s’efface derrière les faits, derrière la nouvelle. Il s’efface et laisse les acteurs ou les personnes touchées prendre toute la place. Son reportage est une transparence : il rend les faits visibles par tous, non dissimulés. Ce faisant, le journaliste est aussi transparent sur ce qu’il est, ce qu’il fait, comment il voit les faits, ce qu’il juge important. Dans son reportage, le journaliste raconte une histoire, mais il raconte aussi son histoire. Il dit : « Voici ce que j’ai trouvé », « Voici comment je l’ai vu ». C’est une transparence aussi limpide et aussi compromettante que le dévoilement de ses opinions politiques ou de ses intérêts. Mais c’est une transparence qui met l’accent sur la mission centrale du journalisme.

11En effet, les étapes de la démarche journalistique ouvrent un espace décisionnel où chaque fois le reporter se dévoile. Choisir un sujet d’intérêt public, nouveau et intéressant. Faire une recherche, dans des documents et auprès de sources diversifiées. Aller voir, sentir, tâter le pouls. Décider d’un angle solide : les journalistes de l’environnement auront un parti pris « en faveur de ce qui est écologique » ; les journalistes en éducation auront l’in­térêt de l’enfant à cœur et entretiendront « un sain scepticisme à l’endroit des bureaucrates qui gèrent le système » ; d’autres auront un « parti pris pour le respect des droits fondamentaux » (Pépin, 1999). Faire un plan. Écrire. Réviser : est-ce que tout est vrai, vérifié deux fois ? Est-ce cohé­rent ? Est-ce équitable ? Comment réagiront les gens qui ne seront pas d’accord avec mon angle : suis-je blindé contre les critiques possibles ? Modifier, améliorer, corriger, vérifier à nouveau. Soumettre l’article ou le reportage, le défendre ou admettre qu’il faut revoir une phrase ou une affirmation. Refaire. Publier. Que ce soit un reportage court, un reportage long, une manchette, une conversation, le processus est le même, en version abrégée ou en version longue. Le journaliste signe, et dans sa signature il y a ce sous-entendu : « Ce reportage est le mieux que j’aie pu faire dans les circonstances. »

12C’est tellement périlleux, ça demande tellement de courage, de tra­vail, de présence, d’engagement, que certains journalistes préfèrent couvrir des conférences de presse et se transformer en sténographes. Cela devient plus tolérable de rapporter ce que d’autres suggèrent que de s’investir dans un reportage original où le journaliste, sans le vouloir, se révèle. Un jour­naliste senior conseillait d’ailleurs à de jeunes journalistes, intimidés par l’ampleur de la tâche et la vulnérabilité qu’ils ressentaient, de se déta­cher du reportage final. Il suggérait de présenter le reportage en se disant intérieurement : « Moi, c’est comme ça que je l’ai vu. Si vous n’êtes pas contents, allez voir ailleurs. » C’était sa façon de faire baisser la pression.

13Ce qui est suggéré ici, c’est de s’ajuster au paysage médiatique en mouvance en revenant au cœur du mandat des journalistes. Intégrer les réseaux sociaux à sa pratique journalistique en les abordant comme un super citoyen qui s’abstient. Qui s’abstient d’aller trop loin dans le « qui suis-je », que « pensé-je », qui refuse de discréditer l’impartialité profes­sionnelle. Qui ne se laisse pas détourner de sa tâche. Être présent sur les réseaux sociaux comme journaliste, pratiquant le journalisme. Profiter de la collaboration possible que les médias sociaux offrent pour faire du meil­leur journalisme. Chercher des réponses avec tous les moyens mis à sa disposition. Autrement dit, être présent sur les médias sociaux pour ampli­fier, accélérer ce qui se fait de mieux.

Haut de page

Bibliographie

Allen, Stuart D. (2008), « The trouble with transparency : The challenge of doing journalism ethics in a surveillance society », Journalism Studies, vol. 9, no 3, p. 323-340.

Associated Press (AP) (2012), Social Media Guidelines for AP Employees, [En ligne], [http://www.ap.org/images/socialmediaguidelinesforapemployees-revisedjanuary2012_tcm28-4699.pdf] (26 novembre 2012).

Blood, Rebecca (2002), The Weblog Handbook, Cambridge, MA, Perseus Publishing.

Conseil de presse du Québec (n.d.), Porter plainte, [En ligne], [http://conseil depresse.qc.ca/porter-plainte/processus-de-plainte/] (26 novembre 2012).

Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) (1996), Guide de déontologie des journalistes du Québec, [En ligne], [http://www. fpjq.org/index.php?id=82] (26 novembre 2012).

Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) (2010), Les médias sociaux. Annexe au Guide de déontologie des journalistes du Québec, [En ligne], [http://www.fpjq.org/index.php?id=82] (26 novembre 2012).

Friend, Cecilia, et Jane Singer (2007), Online Journalism Ethics : Traditions and Transitions, Armonk, N.Y., M. E. Sharpe.

Gleason, Stephanie (2009), « Going public », American Journalism Review, vol. 31, no 5, p. 6-7.

National Public Radio (NPR) (n.d.), NPR Ethics Handbook, [En ligne], [http://ethics.npr.org/] (26 novembre 2012).

Pépin, Marcel (1999), Réponse à la plainte de M. Peter Donolo concernant la cou­verture des événements entourant le Sommet de l’APEC par la CBC et son jour­naliste, M. Terry Milewski, Ombudsman des services français, SRC, Montréal.

Société Radio-Canada (SRC) (2010), Normes et pratiques journalistiques, [En ligne], [http://cbc.radio-canada.ca/fr/rendre-des-comptes-aux-canadiens/ lois-et-politiques/programmation/journalistique/] (26 novembre 2012).

Ward, Stephen J.A., Digital Media Ethics, [En ligne], [http://ethics.journalism.wisc.edu/resources/digital-media-ethics/] (26 novembre 2012).

Haut de page

Notes

1  Le Guide déontologique de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), le guide des Normes et pratiques journalistiques de la Société Radio-Canada (SRC), les Social Media Guidelines d’Associated Press (AP) et le Ethics Handbook de la National Public Radio (NPR) sont les sources utilisées ici.

2  Réseaux sociaux signifie Twitter, Facebook, Flickr. Ce sont les trois réseaux cités en exemple par la SRC (2010). AP et NPR mentionnent Facebook et Twitter (2012). La FPJQ utilise le terme générique « médias sociaux » (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Francoeur , « Les journalistes, des super citoyens qui s’abstiennent ? », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 02 septembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1083 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1083

Haut de page

Auteur

Chantal Francoeur

Chantal Francoeur enseigne le journalisme à l’École des médias de l’Uni­versité du Québec à Montréal. Elle a été reporter à Radio-Canada pen­dant plus de quinze ans. Elle s’intéresse à l’éthique journalistique, à la convergence, à la radiodiffusion publique et aux nouveaux formats journa­listiques. Sa thèse de doctorat (avril 2011) porte sur l’intégration des équipes journalistiques à Radio-Canada.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org