Navigation – Plan du site
Débat. Journalisme et médias sociaux

Information et médias sociaux, les défis de la qualité

Lise Millette

Résumés

Résister à teinter l’information dans un monde polarisé, ainsi pourrait se résumer le principal défi des salles de presse contemporaines, soumises à la transmission rapide et à une circulation de l’information qui n’a pas toujours le luxe du temps et donc, du nécessaire recul pour bien témoigner des faits. Lise Millette, journaliste à la Presse Canadienne et rédactrice en chef de la revue Trente, croit que l’heure n’est plus à la hantise des médias sociaux, mais qu’en revanche, les journalistes doivent s’imposer eux-mêmes des normes d’utilisation et assumer leurs responsabilités professionnelles. Les débats polarisés de la der­nière année ont plus que jamais divisé le Québec. Ces scissions ont pris d’assaut les réseaux sociaux, qui sont devenus le carrefour et le nerf d’une guerre de mots. Les journalistes ont été sur les lignes de front que sont le terrain et la couverture quotidienne, mais ils ont aussi été confrontés à leurs propres réflexions. La profession journalistique exige de la rigueur. Les responsabilités de la presse sont grandes, comme le sont les attentes du public.

Haut de page

Texte intégral

Résister à l’envie de teinter l’information et surtout rester neutre dans un monde polarisé.

1L’heure n’est plus à la hantise des médias sociaux. Ces plateformes d’échanges, de discussions et de diffusion font partie, désormais, des nécessaires repères où puisent les journalistes. Si la menace a reculé par l’apprivoisement que plusieurs en ont fait, reste que le principal défi demeure la responsabilité professionnelle du journaliste et la définition de paramètres pour encadrer les interactions sur ces mêmes réseaux.

2Plusieurs entreprises de presse ont élaboré des normes et pratiques d’utilisation des réseaux sociaux. La plupart de ces règles visent à ne pas placer l’entreprise en situation délicate, mais aussi à faire prendre conscience de la portée des commentaires et surtout, de la nature de ceux-ci.

3Ces lignes-guides s’opposent toutefois au principe de la liberté d’ex­pression et des limites que peut imposer un employeur sur la vie privée de ses travailleurs. À ce droit, toutefois, se heurte aussi la responsabilité profession­nelle et, en bout de piste, la préservation de la crédibilité du journaliste.

4Cet enjeu est à ce point fondamental que la Fédération profession­nelle des journalistes du Québec (FPJQ) a aussi ajouté une section sur les réseaux sociaux à son Guide de déontologie :

Les journalistes exercent le même discernement dans l’utili­sation des médias sociaux que dans l’ensemble de leur pratique. La nature sociale de ces réseaux implique que chaque propos qui y est échangé peut devenir public, malgré la possibilité de paramétrer les réglages de confidentialité. En conséquence, les journalistes ne doivent pas tenir dans les médias sociaux des pro­pos qu’ils ne tiendraient pas en ondes ou dans leur publication.

5À la section « Responsabilité de la presse », le guide de déontologie du Conseil de presse du Québec fait aussi référence à cette question en délimitant la question du conflit d’intérêts :

Les entreprises de presse et les journalistes doivent éviter toute situation qui risque de les faire paraître en conflits d’intérêts ou donner l’impression qu’ils sont en partie liés à des intérêts particuliers ou à quelque pouvoir politique, financier ou autre. […] Tout laxisme à cet égard met en péril la crédibilité des organes de presse et des journalistes, tout autant que l’informa­tion qu’ils transmettent au public. Il est impérieux de préserver la confiance du public quant à l’indépendance et à l’intégrité de l’information qui lui est livrée et envers les médias et les professionnels de l’information qui la collectent, la traitent et la diffusent.

6La crédibilité est un élément précieux, mais encore plus fragile. Elle se bâtit au terme d’une feuille de route plus ou moins longue et d’une démonstration de rigueur. Laisser filer la crédibilité pour un coup de gueule bien placé ou un ironique commentaire relève d’une totale insou­ciance qui ne sert en rien l’intérêt du public à l’information, principe qui devrait servir de base à toute communication publique.

Nuance, censure ou objectivité

7Le relatif anonymat de plusieurs plateformes permet de dire beaucoup et rapidement ; les teintes de gris s’estompent. Les débats polarisés de la dernière année, qui vont des grèves étudiantes aux élections, au discours de la droite contre celui de la gauche, aux divisions linguistiques et à la division entre centres urbains et régions ont révélé un Québec plus divisé que jamais.

8Ces scissions ont pris d’assaut les réseaux sociaux qui sont devenus le carrefour et le nerf d’une guerre de mots.

9Les journalistes ont été sur les lignes de front que sont le terrain et la couverture quotidienne, mais ils ont aussi été confrontés à leurs propres réflexions.

10Dans les salles de rédaction, quelques collègues ont porté le carré rouge. D’autres se sont glissés dans des manifestations. D’autres ont choisi d’afficher leurs couleurs sur leur babillard personnel, précisant que leurs commentaires n’engageaient qu’eux-mêmes. De ces faits dits « personnels et privés » est né un malaise : celui de voir la neutralité évacuée du discours public.

Distinguer sources et bruits

11À la base, il ne faut pas perdre de vue que ces plateformes sont d’abord un magma d’émetteurs et de récepteurs à l’origine d’intarissables bruits. Beaucoup de bruits. Des témoins, des sources qui s’expriment, la plupart du temps sans filtre, et qui livrent, à tous les vents, des bribes d’informa­tions. Ce sont aussi des coups de gueule, des vox populi à large spectre et des éléments d’informations officielles qui utilisent ces canaux comme des organes de transmission et des vecteurs publicitaires. Ce sont aussi des col­lègues qui relayent des fragments, des extraits et des mises à jour sur divers sujets et événements.

12De tout ce bruit émergent parfois des bribes pertinentes, qui mènent à des pistes, qui font office de divertissement par moments ou deviennent le filon recherché ou le début d’une véritable histoire.

13Dénicher le témoin d’un puissant glissement de terrain et obtenir ainsi une entrevue ne fait plus figure d’exception. Regarder des images du soulèvement de la place Tahrir avant l’arrivée des médias de masse, voir des photos du séisme en Haïti ou même suivre les manifestations étudiantes à la trace lorsque les télévisions en continu ont cessé de couvrir le terrain en direct sont autant de possibilités que permettent les médias sociaux.

14Ce sont, donc, de puissants émetteurs. D’imposants générateurs de contenu. Mais aussi beaucoup de bruits, de gazouillis et trop souvent, un manque de perspective. La perspective et la nuance, en 140 caractères – dans le cas de Twitter –, c’est au mieux un lien externe où poursuivre la piste.

Journaliste-acteur ou journaliste-témoin ?

15Évidemment, le journaliste demeure un citoyen, mais peut-il prétendre rapporter les faits tels qu’ils sont s’il se biaise lui-même ? La personnalité publique et privée s’entremêlent dans les réseaux sociaux, au même titre que la confusion des genres génère des réflexions dubitatives dans les médias traditionnels. En bout de piste, le public, lui, fait-il la différence entre le chroniqueur ou le journaliste qui signe un texte et ce même chroniqueur qui dit agir en son nom personnel sur Twitter ?

16Le journalisme engagé est une forme de journalisme, mais il ne peut constituer à lui seul la manière d’informer et ne peut prétendre être la seule offre au droit du public à l’information. Ce droit est d’ailleurs inscrit à l’article 44 de la Charte des droits et libertés du Québec.

17Le journaliste, pour décrire, ne doit pas être une partie prenante de l’action, mais bien celui qui, au cœur de l’action, arrive à faire un pas en arrière pour obtenir une véritable perspective sur ce qui se passe. Il fait office de témoin des faits et ne doit pas être un acteur-témoin. À défaut de quoi, il se place lui-même en situation de conflit d’intérêts.

18Cet effort de recul est peut-être le pas vers l’objectivité que plusieurs jugent impossible à atteindre. Cette distanciation n’en est pas moins essentielle pour éviter d’être à ce point engagé avec son sujet pour ne plus être en mesure de s’en dissocier.

19Une certaine frange de la profession a abdiqué cette recherche fon­da­mentale de l’objectivité, se réclamant plutôt du principe de la trans­parence. Ceux-ci, et le débat n’est pas propre au Québec, mais figure également dans les cercles de presse américains et européens, vont jusqu’à suggérer une déclaration d’intérêts pour exposer, comme une profession de foi, quels sont les combats propres à chacun. Il s’agit d’un leurre, qui ne garantit pas un meilleur service au public, mais qui sert uniquement à donner bonne conscience à celui qui ne veut pas rester neutre.

20En France, la Charte d’éthique professionnelle des journalistes précise en préambule :

Le droit du public à une information de qualité, complète, hon­nête, libre, indépendante et pluraliste, rappelé dans la Décla­ration des droits de l’homme et la Constitution française, guide le journaliste dans l’exercice de sa mission. Cette responsabilité vis-à-vis du citoyen prime sur toute autre.

21Ainsi, la recherche de la vérité par une nécessaire neutralité mène forcément à une exposition des forces en présence. La présentation objec­tive et critique des faits, avec les tenants et aboutissants de même que les contradictions, demeure la manière la plus honnête de respecter le public. Ultimement, c’est à ce public à qui il revient de former son propre juge­ment. Et non pas au journaliste, tout aussi noble soit la cause qu’il épouse, à influencer ou à jouer un rôle de lobby.

Et la vie privée ?

22En ce qui a trait à la notion de plaisir, de divertissement ou de conversation privée, tous ces éléments ne riment pas forcément avec une multitude de contacts, « d’amis virtuels » ou d’un tweet qui pourra être reproduit, avec ou sans contexte par n’importe qui.

23En septembre 2011, pour ses propos formulés à la suite d’un com­mentaire Facebook, l’ancien directeur du module d’enquête de Radio-Canada s’est vu poursuivi par un chroniqueur vedette de la télévision. Les phrases, qui n’ont été affichées que quelques heures sur le Net, ont été reprises par des tiers sur Twitter, des captures d’écran ont été effectuées par d’autres collègues et en bout de piste ce qui devait être « relativement privé » a été propagé à tous les vents. Au terme du procès, la Cour a auto­risé le versement de dommages de 22 000 $ à l’animateur cité dans le commentaire.

24En décembre 2011, la méprise d’une journaliste de LCN quant à la prononciation du nom de Kim Jong-Il, prononcé « Kim Jong Deux », avait été largement reprise sur les réseaux sociaux et s’est traduite par une rétrogradation de la journaliste.

25En mai 2012, une journaliste de The Gazette qui couvrait une mani­festation étudiante a été prise à partie sur Twitter après avoir émis quel­ques commentaires sur le physique de certains manifestants qui avaient décidé de se dénuder pour contester la hausse des frais de scolarité. Ce qui se voulait des remarques teintées d’humour a soulevé l’ire des internautes. Dans les heures et les jours qui ont suivi, le compte Twitter de la jour­naliste a été désactivé et le journal a présenté des excuses.

26Ces faits sont indubitables et démontrent que les côtés « ludique » et « léger » des réseaux sociaux peuvent aussi entraîner des conséquences réelles pour les journalistes.

27Une publication par un journaliste ne doit pas être reléguée à une simple question de liberté d’expression ou de « transparence ». La même rigueur incombe aux politiciens, aux magistrats et autres personnalités publiques. Ce qui s’écrit pourra toujours être retenu, repris et cité. Ce qui s’écrit doit pouvoir s’assumer.

28Le premier syndicat de journalistes français, le Syndicat national des journalistes (SNJ), a publié en mai 2012 un document intitulé Journalistes : tous les conflits d’intérêts doivent être proscrits. On y indique :

Pour ne pas être soupçonnés de conflits d’intérêts, confrères et consœurs doivent, même provisoirement, prendre de la dis­tance avec la couverture des événements dans lesquels risquent d’intervenir leurs relations devenues publiques. Une telle proximité ne manquerait pas de détruire leur crédibilité et, par extension, celle de leur rédaction. Non, leur demander cela n’est pas mettre en doute leur intégrité professionnelle. Oui, c’est un sacrifice, mais exercer notre profession en réclame parfois.

Et la qualité pérenne ?

29La profession journalistique exige de la rigueur. Les responsabilités de la presse sont grandes, comme le sont les attentes du public. Entrer dans la communication est une chose, s’y mêler en est une autre.

30Le journaliste sert le public en l’alimentant par des faits, en vulga­risant des sujets complexes, en exposant des contradictions, en mettant en exergue des situations qui doivent être dénoncées et en révélant des strata­gèmes qui nuisent à l’intérêt public. Il s’agit d’un mandat fondé sur de grandes responsabilités puisque l’information peut mener à des décisions capitales.

31La seule condition à ne pas perdre de vue pour assurer que l’apport journalistique dans l’aire publique et sur les médias dits sociaux se traduise par des gains pour la qualité de l’information est de faire en sorte que cet apport repose sur une démarche journalistique et non sur une appréciation personnelle des faits.

Haut de page

Bibliographie

Charte des droits et libertés du Québec, Article 44, [En ligne], [http://
www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=/C_12/C12.HTM] (12 décembre 2012).

Conseil de presse du Québec, Les exigences à l’égard du respect du droit à l’in­for­mation : les conflits d’intérêts, [En ligne], [http://conseildepresse. qc.ca/code/responsabilites-de-la-presse/les-exigences-a-legard-du-respect-du-droit-a-linformation/] (12 décembre 2012).

Fédération professionnelle des journalistes du Québec, Guide de déontologiedes journalistes du Québec, [En ligne], [http://www.fpjq.org/index.php?id=82#reseaux] (12 décembre 2012).

Mediamosaique.com, TVA dans l’eau chaude après avoir rétrogradé Mélissa François, [En ligne], [http://www.mediamosaique.com/Showbiz/tva-dans-leau-chaude-apres-avoir-retrograde-melissa-francois.html] (12 décembre 2012).

Syndicat national des journalistes, Charte d’éthique professionnelle des jour­nalistes, [En ligne], [http://www.snj.fr/spip.php ?article1032] (12 décembre 2012).

Syndicat national des journalistes (2012), Journalistes : tous les conflits d’in­té­rêts doivent être proscrits, [En ligne], [http//www.snj.fr/spip.php? article4356] (12 décembre 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Millette , « Information et médias sociaux, les défis de la qualité », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 24 septembre 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1081 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1081

Haut de page

Auteur

Lise Millette

« Ce métier nous donne l’occasion de pouvoir toucher tant de gens, écouter tant d’histoires, apprendre sans cesse, entrer en contact avec des personnes qui nous offrent, comme ça, pour rien, leur confiance », écrit Lise Millette, journaliste qui n’a jamais perdu l’idéal qui l’habitait à la sortie de son bac­calauréat en journalisme de l’Université du Québec à Montréal en 1999.

Convaincue qu’être journaliste demeure un privilège, elle s’est impliquée auprès de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec depuis 1997. Outre son rôle au conseil d’administration où elle a été trésorière, elle dirige depuis 2011, à titre de rédactrice en chef, le magazine Trente.

Le métier, elle l’a décliné sur toutes les plateformes et plus particuliè­rement à la radio, tant sur les ondes de CIBL qu’au FM 103,3 où elle a été directrice de l’information. Depuis 2008, elle travaille au service radio de La Presse Canadienne, ce qui ne l’empêche pas de signer plusieurs textes à l’écrit.

Elle est également journaliste indépendante tant pour le Web que pour les magazines ou encore à la barre de l’émission Mise à jour Rive-Sud, sur les ondes de TVRS.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org