Navigation – Plan du site
Débat. Journalisme et médias sociaux

Le journalisme québécois : l’éthique du ventre ?

Richard E. Langelier

Résumés

Dans ce texte, l’auteur montre que les normes éthiques des journalistes québécois sont fortement corrélées aux conditions matérielles qui prévalent en regard de l’exercice des fonctions journalistiques. De fait, l’organisation oligo­polis­tique des médias d’information, la politique néolibérale qui y domine, la dualisation des emplois qui résulte de l’affaiblissement des syndicats de journa­listes et la diversité des instances normatives rendent problématique le dévelop­pement d’une véritable éthique journalistique. Ces contradictions ne sont pas résolues par le développement des médias sociaux où le flou des normes déonto­logiques, sinon leur inexistence persistent.

Haut de page

Texte intégral

Voilà que la philosophie des avocats, si longtemps régnante, m’entraîne par son prestige propre. Ce que je voulais dire, c’est que nous pensons communément maintenant sous un autre régime, que nos arrière-neveux devront définir aussi et juger et surmonter. Ce n’est pas l’éloquence ; ce n’est pas tout à fait le livre, et c’est plutôt le journal. La presse typographique a changé profondément la manière de persuader ; mais l’éloquence, commune, d’un instant, d’une occasion, est mieux représentée par le journal que par le livre, ce que le mot presse, en son sens principal, exprime irré­sistiblement. Nous ne sommes pas bien placés pour mettre en forme cette logique de la presse, qui est la nouvelle rhétorique. […] Ce n’est pas parce qu’on se défie du journal que l’on échappe au journal ; je ne puis que le nier énergiquement, ce qui est pensé, sinon comme lui, du moins par lui.

Alain, Préliminaires à l’esthétique.

1Voilà comment un philosophe français du début du xxe siècle articu­lait le rapport éthique de la presse et de la société. Mais ce rapport est aujourd’hui impensable ou plutôt ne peut plus se penser dans ces termes.

2Les dérives de la presse et des médias d’information dans la récente période, et dont les médias britanniques nous ont donné récemment un exemple saisissant et archétypal, interdisent de le faire.

  • 1  Voir Vincent, Turbide et Laforest (2008).

3Mais comment se posent ces rapports dans la société québécoise, eu égard à la configuration singulière que prend l’organisation de la constel­lation de l’information et de la communication dans notre société ? Les sta­tions de radio dites « de poubelle » sont-elles les seules en cause ou ne révèlent-elles pas plutôt un phénomène plus global et plus inquiétant1 ? Voilà ce que le présent texte tentera d’explorer.

Conditions matérielles et prescriptions éthiques

4Toute tentative d’analyser et de comprendre l’éthique journalistique à partir de ses seules normes est d’avance condamnée à l’échec. C’est essen­tiellement dans l’interaction des conditions objectives, structurales, maté­rielles et des actions des acteurs que ce décodage peut se réaliser. C’est donc dans les rapports dialectiques de la contingence des structures et de la liberté et de la volonté des protagonistes que se trouvent les clés du déchiffrement de l’état actuel des rapports de l’éthique journalistique et de la société québécoise.

5Or, la structure objective de la constellation médiatique se décline selon quatre caractéristiques ou axes fondamentaux : une structure écono­mique oligopolistique, une orientation politique et idéologique néo­libérale, une structure d’emploi duale découlant d’un affaiblissement important des syndicats et l’existence d’un archipel de normes éthiques résultant d’une pluralité d’acteurs aux intérêts autant divergents que convergents.

a) l’organisation oligopolistique des médias et ses conséquences

6C’est l’État québécois et la politique nationaliste d’un segment de ses élites dirigeantes, tout autant que la complaisante volonté du CRTC, récupéré par les milieux d’affaires, qui ont permis l’émergence de ces oligopoles qui dominent la constellation médiatique québécoise.

7La logique de la convergence entrepreneuriale qui les anime non seu­lement modifie la configuration de l’espace public québécois, mais entraîne aussi des conséquences négatives très importantes du point de vue du respect des normes déontologiques. Comme l’expérience internationale en la matière le montre, de tels ensembles corporatifs minent la capacité de résistance des journalistes en regard du respect des normes déontologiques et entraînent une réduction des engagements déontologiques de l’ensem­ble des médias d’information actifs dans un tel contexte.

B) la politique néolibérale des médias

8Cette forme structurelle d’organisation de la constellation médiatique s’accompagne actuellement de l’adoption d’une orientation néolibérale qui réduit comme une peau de chagrin les exigences déontologiques.

9Dans le cas de l’empire Québecor, cette orientation idéologique se double d’un néo-populisme de droite qui fait du bien commun et du res­pect des valeurs progressistes sa principale cible au point de se transformer en véritable machine de propagande politique.

  • 2 Pour un examen plus poussé de cette question, consulter, entre plusieurs autres : Bourdieu (1996 et (...)

10Ces questions ont été trop bien étudiées pour qu’il soit nécessaire de s’étendre longuement sur le sujet2.

C) l’affaiblissement des syndicats et la dualisation des fonctions journalistiques

11Cette organisation oligopolistique de la constellation médiatique québé­coise a aussi eu comme conséquence d’affaiblir les syndicats de journalistes qui, pendant longtemps, par le biais des conventions collectives, avaient réussi à imposer des normes déontologiques visant à protéger le public et les journalistes des ingérences en matière de contenu.

12Mais, comme l’ont révélé les conflits récents au Journal de Québec et au Journal de Montréal et certaines études en voie d’être complétées, cette réalité n’est plus, les syndicats de journalistes sortant très affaiblis de ces confrontations. En plus de la crise des modèles d’affaires qu’a généré la numérisation des contenus, les syndicats ont été incapables de résister aux pressions patronales en faveur de la flexibilité des emplois, avec la consé­quence dramatique d’une dualisation des emplois et la naissance d’un véritable prolétariat de l’information composé d’un nombre important et grandissant de pigistes et de journalistes dits indépendants, sous-payés, mal protégés et surtout incapables de résister aux pressions en matière de respect des normes déontologiques.

D) l’archipel des normes

13Le journalisme québécois est encadré par une multitude de normes déon­tologiques. Ce véritable « archipel de normes » (Timsit, 1997), générale­ment concordantes mais parfois contradictoires, rend également difficile le respect d’une éthique journalistique digne de ce nom.

14Nous allons présenter rapidement ces diverses normes et leur source respective.

15La Fédération professionnelle des journalistes du Québec

16La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) s’est certes donné un ensemble de normes déontologiques, mais seulement après un long et épineux processus qui a duré plusieurs années, plusieurs journalistes s’opposant de façon véhémente à cette approche.

17Toutefois, au-delà de cette proclamation esthétisante, la FPJQ s’est, de facto, opposée à toute initiative sérieuse en matière d’éthique professionnelle.

18D’abord, par simple corporatisme et par pur opportunisme, les diri­geants actuels de la FPJQ ont torpillé le processus visant à doter les jour­nalistes québécois d’un statut professionnel, tel que l’avait suggéré le Groupe de travail sur l’avenir de l’information au Québec présidé par Dominique Payette, multipliant les faux-fuyants et les déclarations alambiquées.

19Ensuite, la FPJQ a abandonné le projet de doter les journalistes qué­bécois d’un authentique code de déontologie, même si les travaux menés en commun avec le Conseil de presse du Québec (CPQ), au printemps 2012, avaient été complétés et que la fusion/consolidation des normes de la FPJQ et du CPQ avait abouti à un consensus entre les deux organismes.

20De même, passée à des positions néolibérales, la FPJQ s’est ferme­ment opposée aux demandes du CPQ de forcer les entreprises du groupe Québecor à rejoindre le CPQ, même si plusieurs juristes avaient émis l’opinion que cette obligation ne violerait en rien les garanties constitu­tionnelles en matière de liberté d’association et d’expression.

21Finalement, les dirigeants et animateurs de la FPJQ ont multiplié
les attaques contre le CPQ et son secrétaire général, M. Guy Amyot, tentant ainsi de contrer toute tentative sérieuse en matière d’éthique journalistique.

22Le Conseil de presse du Québec

23Le CPQ rencontre des difficultés structurelles de plus en plus importantes qui l’empêchent de jouer pleinement son rôle.

24D’abord, le retrait de toutes les entreprises de l’empire Québecor l’am­pute d’une partie de ses revenus, hypothéquant ainsi sa capacité fonc­tionnelle. Mais, pire encore, le retrait de près de 40 % des médias qué­bécois le prive d’une partie de sa légitimité. Que vaut un processus d’auto­régulation quand le plus important joueur du secteur refuse de discuter avec les autres entreprises médiatiques, les journalistes et les repré­sentants de la population des normes déontologiques devant régir le travail des médias d’information ?

25Ensuite, le consensus en son sein est miné par des divergences idéo­logiques profondes entre les opposants à toute initiative étatique de s’im­miscer dans un processus visant le respect de normes déontologiques et les partisans d’une approche moins dogmatique et plus nuancée en ces matières.

26De surcroît, le refus opposé par son actuel conseil d’administration de permettre l’autosaisie en matière de plainte déontologique et la mise à l’écart de son magazine électronique consacré à l’examen de certains com­portements déontologiquement discutables hypothèquent grandement sa capacité d’agir efficacement en ces matières.

27Finalement, l’incapacité du CPQ de mener des études systémiques en regard du comportement de certains médias d’information et son obli­gation de s’en tenir à des plaintes individuelles rendent difficile sinon im­possible l’identification de biais idéologiques et éthiques majeurs. Ainsi, les plaintes pour partialité sont généralement rejetées, les plaignants ne disposant pas des ressources suffisantes pour mener les études longitu­dinales nécessaires pour établir cette réalité, alors que la propagande néolibérale pourtant incompatible avec une information équilibrée et de qualité devient pourtant dominante, particulièrement dans le cas des entre­prises du groupe Québecor.

28L’entreprise médiatique

29Mais les journalistes sont généralement aussi des salariés. Comme tels, ils sont subordonnés ou soumis juridiquement à leur employeur qui dispose de l’autorité requise pour imposer sa vision des choses. Dans le cas d’un vaste conglomérat, cette autorité peut devenir rapidement tyrannique, l’em­ployeur étant en mesure de ruiner la carrière du journaliste récalci­trant. Les exemples dévoilés durant le récent conflit au Journal de Montréal sont suffisamment éloquents et témoignent d’un pourrissement évident de la situation.

30Le syndicalisme

31Les reculs récents du syndicalisme ont généré une dualisation accélérée des emplois et, malgré des efforts louables, les associations de journalistes dits indépendants ne peuvent suffire à contrer les dérives journalistiques qui se sont multipliées récemment. David ne peut plus affronter Goliath sans s’exclure définitivement du jeu.

32Cette dualisation des conditions objectives de l’exercice de la fonc­tion journalistique dans le champ médiatique se double d’une polarisation idéologique, les « sommets » de la profession, gagnés par le vedettariat et acquis à l’ultralibéralisme, s’opposant à l’imposition de règles déontolo­giques plus contraignantes.

33La société

34Certes, la société dispose aussi de mécanismes pour tenter de normaliser les comportements journalistiques. C’est le rôle dévolu aux règles juridi­ques. Mais leur application exige des ressources importantes dont ne dis­po­­sent généralement pas les plaignants. Et une juridisation des débats déontologiques présente des inconvénients majeurs, les tribunaux se mon­trant souvent incapables ou rébarbatifs à user de telles normes en res­­pec­tant les équilibres délicats que suggèrent les normes déontologiques.

35Par ailleurs, le législateur se montre pour le moins timoré par rapport à toute réforme dans ce domaine, les parlementaires étant mal à l’aise, voire intimidés face à une possible réaction négative des conglomérats média­tiques capables ou présumés en mesure d’influencer l’électorat.

36Du point de vue de la société dite civile, la méfiance générée par les dérives déontologiques de la constellation médiatique s’exprime par la recherche de moyens d’information échappant à l’emprise des médias de masse. C’est dans ce contexte qu’il faut sans doute analyser la prégnance de plus en plus significative des médias sociaux perçus, à tort ou à raison, comme instrument non seulement des mobilisations sociales (l’expérience historique montre l’efficacité de ces médias dans un tel contexte), mais aussi comme alternative à titre de moyen d’information. Mais les risques de manipulation, souvent relevés dans le cas de l’information diffusée sur la Toile, sont aussi présents avec ce type de médias de plus en plus utilisés par tous les groupes d’intérêts. Et nous entrons avec les médias sociaux dans un univers où les normes déontologiques sont floues sinon inexistantes.

Une éthique impossible ?

37Ces conditions objectives et subjectives rendent fort problématique le déve­loppement d’une éthique journalistique dynamique et en résonnance avec les valeurs progressistes de la société québécoise.

38Au final, c’est la logique du ventre, portée par une supposée postmo­dernité où les « sommets » de la profession sont en mesure d’imposer leurs conceptions individualistes de l’éthique professionnelle, qui domine.

39Mais suffit-il de se contenter de seriner les quelques mythes profes­sionnels du journalisme libéral pour être en écho et en synergie avec la société qu’on prétend servir ? Rien n’est moins sûr, si l’on se fie à la dégra­dation graduelle du degré de sympathie de la population envers ses journalistes, comme le montrent régulièrement les sondages d’opinion défavorables aux journalistes et les réactions d’exaspération de la jeunesse québécoise à l’égard des médias d’information lors du Printemps érable.

Haut de page

Bibliographie

Alain (1951), Préliminaires à l’esthétique, Paris, Gallimard, p. 183-184. (Coll. « NRF ».)

Bourdieu, Pierre (1996), Sur la télévision. L’emprise des journalistes, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Bourdieu, Pierre (1998), Contre-feux, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Bouveresse, Jacques (2001), Schmock ou le triomphe du journalisme, Paris, Seuil.

Heinderyckx, François (2003), La malinformation, Bruxelles, Labor.

Ramonet, Ignacio (2011), L’explosion du journalisme, Paris, Galilée.

Timsit, Gérard (1997), L’archipel de la norme, Paris, Presses universitaires de France.

Vincent, Diane, Olivier Turbide et Marty Laforest (2008), La radio X, les médias et les citoyens, Québec, Éditions Nota bene.

Haut de page

Notes

1  Voir Vincent, Turbide et Laforest (2008).

2 Pour un examen plus poussé de cette question, consulter, entre plusieurs autres : Bourdieu (1996 et 1998), Bouveresse (2001), Heinderyckx (2003) et Ramonet (2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard E. Langelier , « Le journalisme québécois : l’éthique du ventre ? », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 22 août 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1079 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1079

Haut de page

Auteur

Richard E. Langelier

Richard E. Langelierest docteur en droit et doctorant en sociologie. Spé­cialiste de la liberté d’expression et des médias d’information, l’auteur a travaillé longtemps au Centre de recherche en droit public (CRDP) de l’Université de Montréal comme agent de recherche avant d’agir comme expert dans diverses recherches pour le Groupe de travail sur l’avenir de l’information au Québec, le Conseil de presse du Québec et les tribunaux. Il est actuellement chargé de cours en sociologie à l’Université du Québec à Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org