Navigation – Plan du site
Voies pour affronter les enjeux éthiques et déontologiques contemporains?

La montée en puissance d’un « 5e pouvoir » : les citoyens comme acteurs de la corégulation des médias ?

Marc-François Bernier

Résumés

Les médias ont longtemps exercé un contrôle (gatekeeping) sur le discours public pouvant les concerner. Cela n’est plus le cas. Elle est révolue l’époque où la critique des médias pouvait très difficilement se faire entendre sur la place publi­que, dont les journalistes étaient les gardiens incontournables. Jusqu’à récem­ment, les médias dominaient le jeu et sélectionnaient les sources qui les criti­quaient publiquement. Ils pouvaient exercer une sorte de monopole de l’autocritique en se dotant de dispositifs d’autorégulation (conseils de presse, ombudsmans, média­teurs de presse), dont l’efficacité, l’indépendance et la crédi­bilité sont mises en cause dans plusieurs pays. Avec Internet et l’interactivité pro­pre aux médias sociaux, plus rien ne peut endiguer le flot de critiques. Les médias ne peuvent plus prétendre que l’autorégulation suffit à assurer la qualité et l’inté­grité de l’infor­mation, puisque leur production souffre de carences rapide­ment décelées par les citoyens, que l’on doit désormais considérer comme des agents de la corégulation.

Haut de page

Texte intégral

1Le 25 septembre 2012, la chroniqueuse Margaret Wente, du quoti­dien torontois The Globe and Mail, adû se défendre des accusations de plagiat qui l’accablaient depuis plusieurs jours. Alors que la public editor du journal, Sylvia Stead, avait passé l’éponge quelques jours auparavant (Stead, 2012), les critiques se multipliaient dans les médias sociaux et trou­vaient un écho dans certains médias traditionnels.

2La veille, son rédacteur en chef avait reconnu que Wente n’avait pas respecté les règles d’attribution selon lesquelles on doit identifier la provenance d’une information. Il a aussi pris des mesures disciplinaires, sans toutefois en révéler la teneur, tout en confirmant que la journaliste Wente demeurait en fonction. On apprenait aussi que Sylvia Stead, qui se rapportait alors à la salle de rédaction, allait dorénavant relever de l’éditeur, comme c’est le cas dans de nombreux médias, afin d’éviter la perception de partialité (Ladurantaye, 2012). On peut voir dans cette décision la reconnaissance d’un problème pouvant miner la crédibilité de ce dispositif d’autorégulation du journalisme.

3Dans ses archives électroniques, le Globe and Mail a ajouté une note du rédacteur en chef selon laquelle la chronique de Wente a paraphrasé des idées et des affirmations d’un autre auteur sans clairement l’indiquer (Stead, 2012). La journaliste Wente soutient avoir plutôt commis une erreur en reproduisant un extrait qu’elle avait noté depuis longtemps. Elle en profite aussi pour déplorer que la vigilance du public s’est accrue depuis quelques années et que les journalistes, comme les médias, se retrouvent sous un microscope. Elle s’en prend également à une professeure de l’Uni­versité d’Ottawa, Carol Wainio, qui anime le blogue Media Culpa, consacré à la critique de ce qu’elle considère comme des erreurs ou des fautes des journalistes et des médias. Wente se dit persécutée par ce blogue qui serait une liste « obsessive » d’accusations de plagiat et d’erreurs factuelles (Wente, 2012).

  • 1 En septembre 2004, en pleine campagne présidentielle américaine, CBS a diffusé un reportage dans le (...)

4Il n’est pas nécessaire d’analyser dans le détail cette affaire, que cer­tains ont qualifiée de Wentegate (Alzner, 2012), pour saisir l’ampleur de la vigilance des citoyens actifs dans les médias sociaux, les blogues, Internet, etc. On pourrait évoquer de nombreux autres cas similaires, tel le Rathergate qui fut probablement le premier coup de semonce de la vigie citoyenne par l’intermédiaire de médias sociaux alors en émergence1. Ou encore le cas du journaliste du Chicago Tribune qui a été congédié pour avoir inventé une source d’information dans le cadre d’un reportage, une faute professionnelle vite dépistée par la blogosphère (Levy, 2012).

5Ces cas ne peuvent être ramenés à de simples anecdotes. Ils révèlent un phénomène reconnu et observé dans plusieurs pays ; la critique des médias et des pratiques journalistiques ne peut plus être maintenue en marge du débat public. Si la presse a pu longtemps exercer un contrôle (gatekeeping) sur le discours public, surtout celui pouvant la concerner, cela n’est plus le cas. Elle est révolue l’époque où la critique des médias, de la part des publics, ne pouvait que très difficilement se faire entendre sur la place publique, dont les journalistes étaient les gardiens incontournables. Jusqu’à ces dernières années, les médias qui dominaient le jeu pouvaient toujours sélectionner les enjeux et les sources qui les critiquaient publique­ment. Ils pouvaient aussi exercer une sorte de monopole de l’autocritique en se dotant de dispositifs d’autorégulation (conseils de presse, om­budsmans, médiateurs de presse), dont l’efficacité, l’indépen­dance et la crédibilité sont régulièrement mises en cause dans plusieurs pays.

6Avec Internet et l’interactivité propre aux médias sociaux, plus rien ne peut endiguer le flot de critiques. Sans se prononcer quant à leur per­tinence, leur compétence ou leur validité, il faut prendre acte du fait que le rôle de prescripteurs normatifs des citoyens est appelé à prendre une impor­tance inédite. Les médias ne peuvent plus prétendre que l’autorégu­lation suffit à assurer la qualité et l’intégrité de l’information, puisque leur production souffre de carences rapidement décelées par les citoyens. On doit désormais considérer les citoyens comme des agents de la corégu­lation des médias.

De l’imputabilité

7Les médias et leurs journalistes soutiennent servir le droit du public à l’in­formation et revendiquent donc la plus grande liberté qui soit à cette fin. La légitimité sociale des journalistes repose sur un contrat social implicite entre eux et la société civile, ce qui confère à la fois des droits et responsa­bilités, et justifie la création de dispositifs d’imputabilité afin de s’assurer que les responsabilités sont assumées en conformité avec les termes de ce contrat social (Bernier, 1995).

8Ce contrat social repose sur les trois éléments que sont la repré­sentativité des citoyens (les journalistes représentent les citoyens et posent des questions en leur nom, cherchent de l’information en leur nom, etc.), l’usage responsable de leurs libertés et privilèges (l’éthique et la déonto­logie prescrivent les devoirs et obligations des journalistes pour assurer la qualité de l’information nécessaire aux citoyens) et leur obligation de rendre des comptes de la façon dont ils se sont comportés (l’imputabilité devant les tribunaux, les conseils de presse, le public, la profession, etc.). L’éthique et la déontologie du journalisme font référence à des valeurs pro­fessionnelles comme le service de l’intérêt public (par opposition aux intérêts particuliers), la recherche rigoureuse et la diffusion de la vérité, l’équité dans les procédés utilisés et dans le traitement de l’information, l’impartialité dans la façon de rendre compte des événements et l’intégrité qui doit tenir les journalistes à l’abri du plagiat et des conflits d’intérêts pouvant les éloigner du service désintéressé de la vérité d’intérêt public (Bernier, 2004).

9Pour ce qui est de l’imputabilité, on verra plus loin que les médias ont misé largement sur l’autorégulation pour démontrer aussi bien au public qu’au législateur qu’ils étaient en mesure d’assumer leurs responsabilités sociales, mais que ce pari a été perdu et qu’il y a lieu de considérer diverses formes de corégulation. Pour l’instant, il est approprié d’approfondir cette fameuse notion d’imputabilité qui mobilise les travaux et les réflexions de nombreux auteurs.

10De façon générale, l’imputabilité est une reddition de comptes (accountability en anglais), c’est le moment où un acteur fait état de la façon dont il a assumé, ou non, ses diverses responsabilités. En économie, c’est l’agent qui se rapporte à son principal, comme le note Richard Mulgan (2003) qui considère l’imputabilité comme la conséquence de la délégation de pouvoirs à des gens et institutions qui doivent œuvrer à notre service. D’une certaine façon, cela rejoint la notion de représentativité dans le cadre d’un contrat social implicite entre médias et citoyens. Mais Mulgan ajoute que la nature humaine étant ce qu’elle est, il arrive que le pouvoir concédé soit utilisé au détriment des citoyens, comme en économie l’agent peut agir à l’encontre des intérêts du principal. Il affirme que la demande pour l’imputabilité a augmenté à la suite des mouvements sociaux des années 1970 (protection du consommateur et de l’environnement, fémi­nisme, etc.). Cette demande croissante serait un symptôme du méconten­tement du public à l’endroit des individus et des institutions (gouverne­ments, entreprises, religions, etc.) censés servir l’intérêt public, mais qui refusent de répondre aux questions du public ou de se conformer à ses demandes. Les citoyens perçoivent un gouffre entre eux-mêmes et ces institutions. Son diagnostic vise les institutions politiques et démocra­tiques, mais on peut tout aussi bien l’appliquer aux médias d’information, ce qui explique que ces derniers soient de plus en plus critiqués.

11Pour divers auteurs, l’imputabilité du journalisme passe notamment par la transparence de ses procédures et de ses objectifs. Elle se réaliserait en trois temps : avant la production de l’information, elle porte alors sur la transparence des acteurs que sont les journalistes et les entreprises de presse (divulgation de leurs intérêts et de leurs normes déontologiques par exemple) ; pendant la production, elle porte sur la transparence des procédures de production (identification des sources, acceptabilité des méthodes utilisées pour obtenir l’information, etc.) ; après la production, elle concerne l’ouverture aux commentaires (responsiveness) et peut porter sur les corrections, précisions, compléments, commentaires des usagers, etc. (Domingo et Heikkila, 2011).

12D’autres, comme Claude-Jean Bertrand, ont une acception élargie de ce que serait l’imputabilité des médias qui vise à améliorer le service rendu au public. Il évalue à plus de 110 le nombre et la diversité des moyens d’as­surer la responsabilité sociale des médias : l’évaluation critique des médias ouverte à tous, l’éducation des professionnels comme du public (écoles, séminaires, publications, etc.), la veille (monitoring) assurée par des cher­cheurs indépendants qui produisent des analyses approfondies et des études sur les effets des médias, les interventions publiques (lettres ouvertes, débats, etc.) (Bertrand, 2008a). On pourrait les regrouper en dis­positifs internes (code de déontologie, médiateur, ombudsman d’un média, etc.), externes (formation, recherche, etc.) ou coopératifs (conseil de presse, ombudsman national), comme le suggère Torbjörn von Krogh (2008).

Le pari perdu de l’autorégulation

13Ce bref survol de la notion d’imputabilité, loin d’être exhaustif, nous renvoie à certaines dimensions de cette reddition de comptes : imputable de quoi, imputable envers qui, imputable de quelle façon (Mulgan, 2003).

14L’imputabilité des médias est étroitement liée à des obligations légales, certes, mais aussi à un ensemble de responsabilités sociales qui se déclinent en principes éthiques et en règles déontologiques. Ces normes se déclinent en guides, codes ou chartes déontologiques, en fonction des tra­di­tions propres à chaque société. Ces textes expriment à leur façon des responsabilités sociales qui peuvent rejoindre celles identifiées par la commission Hutchins (imputables de quoi ?) : fournir un compte rendu véridique et complet des événements de la journée ainsi que du contexte qui leur donne sens ; servir de lieu d’échange pour les commentaires et les criti­ques ; présenter et expliquer les objectifs et les valeurs de la société et, fina­lement, permettre au public de bien comprendre ce qui se passe (Lambeth, 1986).

15La plupart des auteurs s’entendent pour souligner le rôle déterminant de la commission Hutchins qui s’est penchée, dès 1948, sur la question de la liberté responsable de la presse. Certes, cette commission n’a pas inventé la théorie de la responsabilité sociale de la presse, car des écrits antérieurs y faisaient référence, mais elle l’a légitimée et rendue incontournable. À certaines reprises, dans ses jugements, la Cour suprême des États-Unis a implicitement ou explicitement fait référence à cette théorie selon laquelle la presse a des obligations éthiques de faire ce qui est bien, approprié et bon pour la société (Watson, 2008).

16Par ailleurs, les médias et les journalistes ont décidé qu’ils seraient redevables envers le public (envers qui ?), bien que de nombreux observa­teurs considèrent que, dans bien des cas, les actionnaires et propriétaires sont réellement les premiers destinataires de cette reddition de comptes. Dans un contexte d’économie de marché qui privilégie le rendement maximal, il n’est pas surprenant de percevoir une forme de conflit entre les intérêts du public et ceux des actionnaires et propriétaires, ce qui conduit à un journalisme de marché (market driven journalism) plutôt que d’intérêt public, comme l’a bien mis en évidence John H. McManus (1992 et 2008).

17Quant aux moyens retenus (de quelle façon ?), les médias comme les journalistes ont presque toujours opté pour l’autorégulation libre et volontaire, bien que ce choix soit de plus en plus remis en question comme on le verra plus loin. L’autorégulation renvoie le plus souvent à des dispo­sitifs tels les conseils de presse, les ombudsmans et médiateurs de presse, l’élaboration de textes normatifs, etc. Presque toujours, il s’agit de dispo­sitifs sans pouvoir de sanction autre que l’opprobre morale. À ce sujet, il y a lieu de souligner la confusion qui peut être générée par l’amalgame associant autorégulation et autodiscipline. En effet, si les journalistes et les médias s’entendent sur les valeurs morales, les principes éthiques et les règles déontologiques qui gouvernent leurs pratiques, ils ne peuvent plei­nement assurer le respect de ces normes que l’on peut qualifier de règles de l’art. Il est encore plus difficile, voire impossible à ce jour, pour les journa­listes et les entreprises de presse de se doter de mécanismes de sanction pour compenser les dommages des victimes en cas de transgression des normes (Bernier, 2009).

18Ajoutons que le choix de l’autorégulation n’a jamais été spontané, ou rarement. Dans la plupart des cas, les médias ont été poussés à créer de tels dispositifs (conseils de presse, ombudsmans, médiateurs) pour se protéger contre des interventions gouvernementales, souvent souhaitées par un public outré de certaines pratiques (Bernier, 2005 ; Media Standard Trust, 2008 ; O’Malley et Soley, 2000 ; Husselbee, 1999 ; Prichard, 1991 ; Ugland, 2008 ; Unesco, 2001 ; Bertrand, 2008b). Cette situation s’est repro­duite plus récemment en Grande-Bretagne, où le gouvernement a instauré la commission Leveson, en 2011, pour enquêter sur les pratiques et l’éthique des médias à la suite du scandale des écoutes électroniques illégales du News of the World (Watson et Hickman, 2012). Cette commis­sion a recommandé, en novembre 2012, la création d’un conseil de presse encadré par la loi, avec pouvoir d’enquête et de sanctions financières im­por­tantes. Elle a indirectement incité d’autres pays à procéder à l’évalua­tion de l’efficacité et de l’indépendance des dispositifs d’autorégulation en place, comme ce fut le cas en Australie où le diagnostic a été négatif, ce qui a conduit à des recommandations de réformes (Finkelstein, 2012).

19Bertrand, qui en a longtemps et ardemment fait la promotion, se montre très critique de l’efficacité des conseils de presse dans une de ses dernières interventions publiques. Se disant en quelque sorte découragé par les critiques visant les conseils de presse, il ajoutait que, malheureu­sement, elles étaient partiellement justifiées. Si les conseils de presse sont théoriquement les meilleurs dispositifs d’imputabilité, il reconnaît que leur bilan n’est pas impressionnant et qu’ils ont rarement de l’influence. S’en­quérant auprès de conseils de presse de plusieurs pays, afin qu’ils définissent leurs plus grands accomplissements, il admettra avoir été déçu par leurs réponses, car aucun n’a senti avoir clairement contribué à amélio­rer les médias (Bertrand, 2008b : 115).

20Plus près de nous, l’ex-président du Conseil de presse du Québec (CPQ), Raymond Corriveau, arrive à une conclusion sans appel : « L’auto­réglementation des médias par l’entremise du Conseil de presse s’est soldée par un échec se traduisant par une répétition de crises chaque décennie, une fragilité constante de son financement et un boycottage des suites à donner à la tournée du Québec » (Corriveau et Sirois, 2012 : 122). Cette tournée avait conduit le CPQ à des conclusions sévères quant à l’accès et à la qualité de l’information régionale, ce qui a contrarié des journaux membres. Cette réaction a empêché le CPQ de concrétiser un programme d’action pour améliorer la qualité de l’information régionale, ce qui met en cause à la fois son indépendance et l’ouverture des médias à accepter la critique et à s’autoréguler (Carignan, 2012). Les auteurs ajoutent que les « crises existentielles font surface chaque fois que le Conseil tente de se rap­procher de sa fonction première, soit celle de défendre le droit du public à une information libre et de qualité » (2012 : 7). Les auteurs ajou­tent que le 4e pouvoir médiatique refuse toute reddition de comptes et est « défini par son impossible contestation » (2012 : 8).

21Par ailleurs, Sandra B. Hrvatin rappelle que le principe même de l’autorégulation repose sur l’adhésion volontaire et « doit toujours laisser ouverte la possibilité de non-coopération à un système d’autorégulation » (2003 : 82). Cela revient à accorder aux entreprises de presse et aux journalistes un veto quant au respect des droits fondamentaux des citoyens.

22Pour l’instant, rien n’indique que les dispositifs d’autorégulation ont donné les fruits escomptés, qu’ils ont réellement contribué à améliorer la qualité de l’information et protégé le public contre des pratiques journalis­tiques inadmissibles. C’est en ce sens que l’on doit admettre que le pari de l’autorégulation a été perdu, qu’il s’agit d’une idée séduisante qui ne fonctionne pas. Son efficacité tout comme sa crédibilité reposaient sur la collaboration des entreprises de presse, par le financement et la publicité des décisions, mais cela s’est avéré un espoir déçu (Watson, 2008 : 54). Du reste, ces dernières années, on a vu disparaître certains conseils de presse au Canada (Manitoba) et aux États-Unis (Minnesota).

23Selon John C. Watson (2008 : 63), parce que les journalistes ont été incapables de mettre en vigueur des dispositifs d’autorégulation efficaces, il est devenu inévitable que d’autres institutions ou dispositifs seront imposés, notamment par les tribunaux civils, avec le risque que des normes exogènes soient imposées aux journalistes. Pour l’instant, son analyse indique que les jugements de la Cour suprême des États-Unis (1947-2007) ont mobilisé bon nombre de principes et de concepts mis de l’avant par la commission Hutchins, soit des normes endogènes élaborées par les médias. Au Québec et au Canada, on assiste depuis 1994 à une appropria­tion des normes déontologiques du journalisme par les tribunaux civils dans différentes causes impliquant les médias (Bernier, 2011).

24Selon Neil Gunningham et Joseph Rees (1997), deux facteurs sont essentiels au succès de l’autorégulation des médias : premièrement, il faut une forte compatibilité entre l’intérêt public et les intérêts particuliers des médias et, deuxièmement, il faut des pressions extérieures suffisantes pour créer une telle comptabilité. L’existence même de telles pressions exté­rieures, comme celles que la commission Leveson a fait peser sur les jour­naux britanniques à l’automne 2102, est en quelque sorte une réfutation de l’autorégulation volontaire, et peut même être considérée comme une variante des modèles de corégulation.

25On peut affirmer qu’en matière d’autorégulation, l’ère est au désen­chantement. Cela explique que de plus en plus on se tourne vers des mo­dèles de corégulation.

Le pari de la corégulation

26La corégulation renvoie dos à dos les prétentions absolutistes des sup­por­teurs d’une liberté d’expression illimitée, notamment celles des libertariens apôtres du libre marché et du premier amendement des États-Unis, et ceux d’une hétérorégulation qui ne reposerait que sur les lois civiles et cri­minelles, les institutions publiques et gouvernementales. Elle est aussi une réponse à l’échec de l’autorégulation des médias, sans être une panacée à tous les maux des médias.

27Le rapport de la commission australienne Finkelstein (2012) consa­cre un long chapitre aux théories de la régulation des médias, générale­ment conçue comme l’imposition de règles ou de principes pour influencer les comportements. Elle cherche à prévenir ou à compenser les insuf­fisances du marché et à poursuivre des finalités sociales équitables (par exemple, réduire ou gérer les risques de dommages à la santé, à la sécurité ou au bien-être des individus et de la communauté). Ce sont là les deux principales justifications de la régulation. Toute intervention régulatrice doit cependant être soumise à une évaluation des coûts et bénéfices pour démontrer que ces derniers sont supérieurs, car on ne peut tenir pour acquis que toute intervention est avantageuse. Le rapport distingue la régu­lation légale ou gouvernementale (command and control regulation) et l’autorégulation (nommée parfois consensus regulation). Selon celui-ci, il faut voir la régulation sur un continuum qui va de l’autorégulation pure à la pleine régulation gouvernementale, avec une variété de possibilités de corégulation (hybrid regulation ou enforced self-regulation)entre ces deux pôles. Ce continuum peut être plus ou moins détaillé et, dans certains cas, il peut inclure l’éducation et l’information, ou la quasi-régulation quand le gouvernement cherche à influencer ou à persuader des organisations à agir de certaines façons. On se retrouve donc avec un continuum qui ressem­blerait à ceci :

Tableau 1 (adapté de Einkelstein (2012 : 271))

Aucune régulation

Éducation et information

Autorégulation

Quasi régulation

Corégulation

Régulation gouvernementale

28Le rapport australien fait valoir que la corégulation survient quand les règles sont élaborées, gérées et mises en vigueur par des associations, agences ou institutions, selon des proportions variables d’implications gou­vernementale et non gouvernementale. Un type de corégulation peut donc se trouver à proximité de l’autorégulation avec une implication gou­vernementale minimale. La corégulation peut également signifier la délé­gation de pouvoirs de régulation et d’application, comme c’est le cas au Canada avec le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR), qui administre divers codes de déontologie, dans un modèle de délégation de responsabilités du Conseil canadien de la radiodiffusion et des télécommunications (CRTC).

29Au demeurant, la plupart des tentatives de définition suggèrent que la corégulation représente un ensemble hétéroclite de dispositifs qui se situent entre la régulation étatique traditionnelle et l’autorégulation pure. En définitive, elle offre une variété de dispositifs plus ou moins formels qui cherchent à suppléer aux insuffisances de l’autorégulation et du libre marché. Traditionnellement, la corégulation faisait référence à l’impli­cation plus ou moins lourde de l’État ou de ses institutions. Mais grâce à Internet, et plus particulièrement à son potentiel de contestation et d’op­po­sition aux pouvoirs établis (Strangelove, 2005), de nouveaux acteurs s’im­posent.

L’émergence d’un 5e pouvoir

30Historiquement, si des dispositifs d’autorégulation des médias ont été suggérés et implantés, c’est parce que les médias d’information détenaient un quasi-monopole en matière d’accès à l’espace public. Cela faisait peser sur eux une certaine obligation morale de contribuer au débat les concer­nant. On a constaté déjà l’échec de ce paradigme.

31Dans l’ordre médiatique ancien, les publics avaient un accès limité à l’espace public tout comme à l’espace médiatique (temps d’antenne, com­mentaires ou lettres ouvertes dans les journaux, etc.). Leurs messages étant soient ignorés par les médias, soient filtrés par ceux-ci en fonction de critères journalistiques (Ericson, Baranek et Chan, 1987 : 81). Du reste, des recherches indiquent que, dans leurs routines, les journalistes ont sou­vent préféré certaines sources institutionnelles ou officielles en même temps qu’ils se montraient indifférents, parfois hostiles, à l’égard de leur audience, question de défendre leur autonomie professionnelle (Williams, Wardle et Wahl-Jorgensen, 2011).

  • 2 En septembre 2004, en pleine campagne présidentielle américaine, CBS a diffusé un reportage dans le (...)

32Avec Internet et le Web 2.0, les citoyens ont spontanément entrepris d’agir comme un 5e pouvoir2, celui qui observe, critique, invective même le 4e pouvoir, celui des médias et de leurs journalistes. Il ne faut pas s’étonner de l’irruption des publics dans ce rôle de vigie des « chiens de garde de la démocratie ». Depuis quelques décennies déjà, il est bien documenté que les citoyens sont loin de partager la même conception de l’information que celle mise de l’avant par les médias et leurs journalistes. De nombreuses enquêtes ont mesuré l’écart, parfois le gouffre, qui séparait le jugement éditorial du public et celui des journalistes (Tsafi, Meyers et Peri, 2006 ; Tai et Chang, 2002 ; Voakes, 1997) sur divers enjeux liés à la vie privée de personnalités publiques et d’élus par exemple, ou encore que le public privilégie la fonction de « bon voisin » plutôt que celle de « chien de garde » (Poindexter, Heider et McCombs, 2006). Certes, il faut se méfier des ré­ponses nobles et socialement désirables que les publics donnent à certaines questions, réponses qui ne correspondent pas toujours à leur consom­mation réelle (Roshier, 1981 ; Missika, 1989). Mais peut-on les ignorer pour autant ? Surtout quand on prétend travailler pour servir le droit du public à l’information.

33Dès 1996, analysant une enquête publiée aux États-Unis (Phillips et Kees, 1995), nous observions que le public américain était très mécontent de ses journalistes, en nous demandant s’il fallait y voir le résultat de pré­jugés ou un signal d’alarme. Déjà, nous avancions qu’on pouvait

difficile­ment exiger des citoyens d’avoir une connaissance adéquate d’une profes­sion qui hésite à se dévoiler. Les journa­listes ont en quel­que sorte le monopole concernant l’informa­tion que le grand public peut obtenir à leur sujet. Si les journa­listes ne parlent pas de leur profession, le public est condamné à son ignorance et à ses préjugés (Bernier, 1996).

34La situation a changé radicalement en moins de vingt ans.

35Tentons de définir un peu mieux ce 5e pouvoir. Est-il, comme l’a déjà soutenu Ignacio Ramonet (1995), celui du capitalisme et de la finance ou est-il, comme le soutiennent certains auteurs anglophones, celui des rela­tions publiques (Franklin et Carlson, 2011 : 11) ? Est-il même celui des citoyens qui retrouvent leur place dans l’espace public et médiatique par les médias sociaux et l’interactivité du Web 2.0 ? À ce sujet, peut-on sug­gérer que les publics participatifs s’intègrent à la fois au 4e pouvoir, en se faisant chiens de garde du fonctionnement de la démocratie et des insti­tutions publiques (justice, Parlement, etc.), et au 5e pouvoir en étant chiens de garde du 4e pouvoir médiatique ?

36De façon plus formelle, qu’est-ce qu’un pouvoir qui se limite à exprimer haut et fort ses préférences sans pouvoir les imposer aux autres ? Un pouvoir d’influence ? C’est-à-dire la force de l’opinion que l’on ne peut ignorer, ni comme gouvernement (l’électorat) ni comme entreprise de presse (le marché). On ne peut répondre ici à autant de questions, certes, mais on entrevoit le programme de recherche qu’il peut en résulter.

37Il semble donc que ce soit le même Ramonet qui, le premier, ait évoqué sans l’approfondir outre mesure ce concept de 5e pouvoir, mais en l’insérant dans une théorie critique des médias où ceux-ci sont perçus comme un 4e pouvoir qui aurait trahi sa mission démocratique. Il en appelle plus tard à un 5e pouvoir « dont la fonction serait de dénoncer le superpouvoir des médias, des grands groupes médiatiques, complices et diffuseurs de la globalisation libérale » (Ramonet, 2003). Selon Ramonet, l’information est polluée comme l’air et l’eau, tout comme la nourriture est contaminée par les produits chimiques de l’industrie. Pour obtenir une information « bio », il soutient que les « citoyens doivent se mobiliser pour exiger que les médias appartenant aux grands groupes globaux respectent la vérité, parce que seule la recherche de la vérité constitue en définitive la légitimité de l’information » (2003). Plutôt que de miser sur les réseaux sociaux (qui, il faut le dire, émergeaient à peine en 2003), Ramonet souhaitait la création d’un observatoire international des médias. « Parce que les médias sont aujourd’hui le seul pouvoir sans contre-pouvoir, et qu’il s’est créé ainsi un déséquilibre dommageable pour la démocratie » (2003). Il ajoute que la « force de cette association est avant tout morale : elle répri­mande en se fondant sur l’éthique et sanctionne les fautes d’honnêteté médiatique au moyen de rapports et d’études qu’elle élabore, publie et diffuse » (2003). S’y retrouveraient des journalistes, des universitaires et des citoyens. Il s’agit en somme d’un conseil de presse mondial.

Une corégulation spontanée et à la carte

38On le voit, Ramonet semblait attaché à la création d’un dispositif typique de l’ordre médiatique ancien. Il s’agissait toutefois d’une volonté de coré­gu­lation démocratique qui visait à suppléer à l’incapacité d’autoré­gula­tion des entreprises de presse. On peut douter de la faisabilité d’un tel dispositif d’envergure internationale. Mais sa fonction de vigie et de critique pourrait être décuplée par une corégulation que l’on pourrait qualifier de sponta­née – en raison de son caractère désorganisé, dispersé, imprévu et volon­taire – tout comme elle est une corégulation à la carte, chacun y allant d’une critique qui varie en raison de ses intérêts ou convictions politiques, idéologiques, morales et religieuses pour ne nommer que les plus discerna­bles. Cohabitent ainsi les critiques savantes et expertes au même titre que les critiques sélectives, partiales, partielles, partisanes, ignorantes ou mali­cieuses. Ce qui n’élimine pas leur capacité d’influer sur les compor­tements et les pratiques des médias et des journalistes, comme on l’a vu avec le Wentegate.

39De toutes parts, les observateurs, professionnels et chercheurs spécia­lisés en médias et en journalisme ne cessent de constater la montée en puis­sance des citoyens comme sources plus ou moins influentes (De Keyser, Raeymaeckers et Paulussen, 2011), comme générateurs de contenu ou comme journalistes amateurs. Cette participation accrue et constante ne se limite pas à la production médiatique, elle s’étend à la critique des élites politiques et économiques. Cette fonction de surveillance des chiens de garde de la démocratie avait traditionnellement été accaparée par différents groupes (ATTAC, FAIR, etc.), institutions (tribunaux, syndi­cats, lieux de recherche et de formation, etc.) et dispositifs professionnels (conseils de presse, ombudsmans, etc.).

40Ce qui les caractérisait était leur aspect organisé, voire collectif, ce qui pouvait les rendre en quelque sorte prévisibles pour les acteurs médiati­ques. Quant aux citoyens intéressés à la vie des médias et au journalisme, bien peu de place leur était accordée, soit à l’intérieur de groupes organisés pas toujours présents dans leur région, soit en agissant de façon isolée par l’intermédiaire de plaintes ou de lettres ouvertes, autant de démarches qui étaient traitées, filtrées, acceptées ou rejetées sur la base d’une grille d’analyse fortement influencée par des intérêts, des valeurs et des tradi­tions journalistiques que contestaient parfois ces mêmes citoyens.

41Internet leur permet de s’exprimer publiquement, par l’intermédiaire de babillards ou de sites spécialisés à partir du milieu des années 1990, puis de façon encore plus visible à compter des années 2000, avec les outils du Web 2.0 (blogues, interactivité, commentaires laissés sur les sites des médias, Facebook, Twitter et autres médias émergents). La critique des médias s’est démocratisée, elle échappe à leurs filtrages et règles de modé­ration, elle peut être condensée et propagée de façon virale, ou s’exprimer de façon plus exhaustive sur les blogues et Facebook, etc. En somme, le 4e pouvoir est plus que jamais confronté aux publics dont il s’est toujours dit le représentant pour affirmer sa légitimité sociale et politique, pour défendre sa conception de la liberté de la presse et, il faut le dire, défendre ses intérêts économiques. On peut même y voir une forme de sanction du fameux marché (Fengler, 2012) qui sortirait ainsi de son état de latence imposée.

42Ainsi, Angela Phillips (2011) a observé de nombreuses occurrences où des citoyens ont détecté des erreurs factuelles ou des cas de plagiat. Selon Jeff Jarvis (2007), tous les usagers et les journalistes devraient être considérés comme des ombudsmans. De cette façon, le contact avec le pu­blic n’est plus réservé à une seule personne (ombudsman, médiateur, etc.), le journaliste est informé des commentaires, des corrections, des infor­mations et précisions que lui acheminent les publics. Cela contribuerait à améliorer la qualité de l’information. La recherche en journalisme a par ailleurs souligné de façon importante le rôle des journalistes citoyens comme curateurs des médias d’information, particulièrement quand la qua­lité du travail journalistique fait défaut (Bruns, 2011).

43Avec raison, Yael de Haan (2011) soutient que la montée en puis­sance du pouvoir des publics a modifié le traditionnel triangle médias/politique/public et que les citoyens se montrent plus exigeants envers les deux premiers acteurs. Il rapporte qu’aux Pays-Bas, le public exige davantage d’imputabilité de la part des médias, même dans un contexte de libéralisation et de retrait de l’État, ce qui a incité les médias à s’ajuster. En Europe, ajoute-t-il, diverses instances prônent l’éducation aux médias (media literacy) pour rendre le citoyen à la fois plus avisé et plus responsable dans ses choix médiatiques. Il est révélateur d’observer qu’en France, dans le cadre des États généraux de la presse de 2009, on a en quel­que sorte pris acte de l’irruption des publics en préconisant une nouvelle règle : « Le journaliste est attentif aux critiques et suggestions du public. Il les prend en compte dans sa réflexion et sa pratique journalistique » (Ruellan, 2011 : 38-39).

44Jay Rosen estime impératif que les journalistes élèvent leurs normes de fiabilité, car leurs erreurs génèrent davantage de conséquences graves que par le passé, pour eux, pour la profession et pour les autres. Les consé­quences sont plus apparentes aussi en raison de la surveillance accrue que permet la multiplication des plateformes d’information et de com­men­taires (rapporté par Carlson, 2011). Susanne Fengler (2008) a observé que la plupart des blogeurs qui s’intéressent aux médias, aux États-Unis, se consi­dèrent comme des chiens de garde des médias, avec une forte moti­vation à les critiquer, au point où plusieurs adhèrent assez facilement aux théories du complot pour expliquer des comportements de journalistes qui leur semblent biaisés politiquement. Olav Anders Øvrebø (2008) a aussi constaté que ces nouveaux critiques externes sont souvent portés à exagé­rer leurs attaques sans trop prendre la peine de se documenter conve­nablement, ce que d’aucuns, chez les journalistes, leur reprocheront pour mieux discréditer toute critique. En Allemagne, une enquête menée auprès de 20 000 usagers d’un blogue consacré à la critique des médias révèle néanmoins que 84 % de ceux-ci identifient le divertissement comme pre­mière motivation (Fengler, 2012 : 186). Il ne faut donc pas avoir une conception uniquement « citoyenne » de ces usagers, sans toutefois nier la présence de cette motivation « noble ».

45Certains estiment que l’interactivité qui caractérise Internet et les médias émergents constitue une nouvelle forme d’imputabilité qui se distingue des dispositifs traditionnels. Elle serait plus directe et efficace que les institutions traditionnelles (Domingo et Heikkila, 2011) et à faible coût (Fengler, 2012). Ils ajoutent que les critiques en ligne (blogues, pages Facebook, site Internet) peuvent parfois forcer les médias à corriger des erreurs, sanctionner des journalistes et, dans certains cas, encourager des gens à se plaindre à des conseils de presse, hybridant ainsi formes d’imputabilité nouvelles et traditionnelles.

Conclusion

46Avec l’interactivité du Web 2.0, les publics sont en mesure de s’approprier un rôle dans la régulation des médias et de leurs journalistes qui ont tou­jours prétendu travailler pour l’intérêt public, en étant les représentants des citoyens face aux divers pouvoirs, afin d’en dénoncer les abus et dysfonc­tionnements. Les médias assurent servir ainsi non seulement le droit du public à l’information et la liberté d’expression, mais également la vigueur d’une saine démocratie. Ce rôle fondamental est accompagné de libertés et responsabilités, ce qui rend en retour les journalistes et les médias soumis à une obligation de reddition de comptes. Cette imputabilité s’exerce à l’en­droit des tribunaux, de la profession, des sources et des citoyens.

Schéma 1 (adaptation du schéma de 1995)

Schéma 1 (adaptation du schéma de 1995)

47Avec l’accès élargi aux médias sociaux, le rôle des citoyens a une im­portance inégalée, comme nous le mettons en évidence (plaintes/critiques) dans notre mise à jour du schéma de légitimation du journalisme que nous avons élaboré en 1995, pour en illustrer la nature systémique.

48La montée en force du 5e pouvoir des citoyens, comme corégulateurs spontanés des médias, intervient au moment même où les dispositifs traditionnels d’autorégulation sont en crise de crédibilité, voire de légiti­mité. À l’organisation d’un ordre médiatique ancien cherche à se substituer un ordre, sinon un désordre nouveau qui pourrait avoir plus d’effet et d’im­pact. Certes, on ne peut garantir l’intégrité ou l’honnêteté intellectuelle de tous ces citoyens, mais cette objection peut s’appliquer également aux journalistes professionnels qui ne sont pas tous au-dessus de tout soupçon. Nous sommes ici condamnés à une forme d’incertitude qui encourage le doute, certes, mais pas le rejet corporatiste de la part des journalistes.

49Pour les entreprises de presse aussi bien que pour les journalistes, il est devenu impossible d’ignorer la vigilance des citoyens, même lorsque la critique est excessive, partiale ou repose sur des normes et considérations étrangères aux principes éthiques et aux règles déontologiques reconnues. Les médias et les journalistes sont en quelque sorte condamnés à se joindre au débat critique, pour tenter d’en faire une réelle conversation visant la compréhension du public, certes, mais aussi, le cas échéant, pour accepter d’admettre leurs transgressions dénoncées. On peut même imaginer le recours à certains dispositifs traditionnels d’imputabilité (conseils de presse, ombudsmans, médiateurs, etc.) afin de canaliser le débat et de permettre aux journalistes de faire comprendre leurs raisons d’agir. Mais il va de soi que dans le nouvel écosystème médiatique, les dispositifs traditionnels auront perdu toute prétention à une autorégulation et à une autodiscipline efficaces. Ils seront une voix parmi les autres.

Haut de page

Bibliographie

Alzner, Belinda (2012), « Wentegate : A roundup of the coverage and commentary », J-Source.ca, 26 septembre, [En ligne], [http://j-source.ca/
article/wentegate-roundup-coverage-and-commentary] (20 octo­bre 2012).

Bernier, Marc-François (1995), Les planqués : le journalisme victime des jour­nalistes, Montréal, VLB éditeur.

Bernier, Marc-François (1996), « Le public américain mécontent de ses journalistes », Le 30, vol. 20, no 5 (mai), p. 16-18.

Bernier, Marc-François (2004), Éthique et déontologie du journalisme, 2e édition revue et augmentée, Québec, Presses de l’Université Laval.

Bernier, Marc-François (2005), L’Ombudsman de Radio-Canada : protecteur du public ou des journalistes ?, Québec, Presses de l’Université Laval.

Bernier, Marc-François (2009), « Au-delà des mythes et limites de l’auto­régulation : la corégulation démocratique », communication au colloque international Déontologie de l’information dans un monde arabe en mutation, Tunis, 23 et 24 avril 2009, [En ligne], [http://www.crej.ca/publications/
mythes_limites.html] (21 mars 2013).

Bernier, Marc-François (2011), « L’appropriation par les tribunaux civils canadiens des règles déontologiques dans les procès en diffamation dirigés contre les journalistes », dans Philosophie juridique du journalisme. La liberté d’expression journalistique en Europe et en Amérique du Nord, Paris, Éditions Mare et Martin, p. 261-280.

Bertrand, Claude-Jean (2008a), « M*A*S* in the present world : An overview of media accountability systems », dans Torbjörn von Krogh (dir.), Media Accountability Today… And Tomorrow : Updating the Concept in Theory and Practice, Göteborg, Nordicom, p. 29-39.

Bertrand, Claude-Jean (2008b), « Watching the watshdog-watching doc : A call for active press-councils », dans Torbjörn von Krogh (dir.), Media Accountability Today… And Tomorrow : Updating the Concept in Theory and Practice, Göteborg, Nordicom, p. 115-118.

Bruns, Axel (2011), « Citizen journalism and everyday life : A case study of Germany’s Myheimat.de », dans Bob Franklin et Matt Carlson (dir.), Journalists, Sources and Credibility : New Perspectives, New York, Routledge, p. 182-194.

Carignan, Marie-Ève (2012), « Perception de la situation médiatique locale et régionale au Québec : l’avis du public », dans Nikos Smyrnaios, Franck Bousquet et Dominique Bertelli (dir.), Les mutations de l’information et des médias locaux et régionaux, Toulouse, Éditions du Lerass, p. 119-134. [En ligne], [http://smyrnaios.free.fr/Actes_Toulouse_2012.pdf] (14 dé­cem­bre 2012).

Carlson, Matt (2011), « Whither anonymity ? Journalism and unnamed sources in a changing media environment », dans Bob Franklin et Matt Carlson (dir.), Journalists, Sources and Credibility : New Perspectives, New York, Routledge, p. 37-48.

Corriveau, Raymond, et Guillaume Sirois (2012), L’information : la nécessaire perspective citoyenne, Montréal, Presses de l’Université du Québec.

De Haan, Yael (2011), Between Professional Autonomy and Public Responsibility : Accountability and Responsiveness in Dutch Media and Journalism, Amsterdam, The Amsterdam School of Communication Research ASCoR.

De Keyser, Jeroen, Karin Raeymaeckers et Steve Paulussen (2011), « Are citizens becoming sources ? A look into Flemish journalists’ professional contacts », dans Bob Franklin et Matt Carlson (dir.), Journalists, Sources and Credibility : New Perspectives, New York, Routledge, p. 139-151.

Domingo, David, et Heikki Heikkila (2011), « Media accountability online : Constraints and opportunities for journalistic transparency and respon­sive­ness », Nord Media 2011, congrès annuel des médias, Islande, août 2001, [En ligne], [http://english.unak.is/static/files/Domingo%20and%20 Heikkila.pdf] (1er septembre 2011).

Ericson, Richard V., Patricia M. Baranek et Janet B.L. Chan (1987), Visualizing Deviance : A Study of News Organization, Toronto, University of Toronto Press.

Fengler, Susanne (2008), « Media journalism… and the power of blogging citizens », dans Torbjörn von Krogh (dir.), Media Accountability Today… And Tomorrow : Updating the Concept in Theory and Practice, Göteborg, Nordicom, p. 61-67.

Fengler, Susanne (2012), « From media self-regulation to “crowd-criticism” : Media accountability in the digital age », Central European Journal of Communication, 2, p. 175-189.

Finkelstein, Ray (2012), Report of the Independent Inquiry Into the Media and Media Regulation, Report to the Minister for Broadband Communications and the Digital Economy, Camberra, 28 février.

Franklin, Bob, et Matt Carlson (dir.) (2011), Journalists, Sources and Credibility : New Perspectives, New York, Routledge.

Gunningham, Neil, et Joseph Rees (1997), « Industry self-regulation : an institutional perspective », Law & Policy, vol. 19, no 4, p. 363-414.

Hrvatin, Sandra B. (2003), « Autorégulation ou corégulation ? », dans La corégulation des médias en Europe, Strasbourg, Observatoire européen de l’audiovisuel, p. 81-87.

Husselbee, Paul L. (1999), « A Question of accountability : An analysis of grievances filed with the National News Council, 1973-84 ». Thèse de doctorat, OhioUniversity.

Jarvis, Jeff (2007), « Mahombudsman », BuzzMachine, [En ligne], [http://
buzzmachine.com/2007/08/18/mahombudsman/] (24 mai 2012).

Jukes, Peter (2012), The Fall of the House of Murdoch : Fourteen Days that Ended a Media Dynasty, London, Unbound.

Krogh, Torbjörn von (2008), « “Constructive criticism” vs public scrutiny : Attitudes to media accountability in and outside Swedish news media », dans Torbjörn von Krogh (dir.) Media Accountability Today… And Tomorrow : Updating the Concept in Theory and Practice, Göteborg, Nordicom, p. 119-136.

Ladurantaye, Steve (2012), « Globe takes action on allegations against colum­nist Margaret Wente », The Globe and Mail, 24 septembre 2012, [En ligne], [http://www.theglobeandmail.com/news/national/globe-takes-action-on-allegations-against-columnist-margaret-wente/article4565683/] (10 octo­bre 2012).

Lambeth, Edmund B. (1986), Committed Journalism : An Ethic for the Profession, Bloomington, Indiana University Press.

Levy, Alexandre (2012), « Le Net épie l’éthique de la presse », Libération, 20 mars 2004, [En ligne], [http://www.liberation.fr/medias/0101482430-le-net-epie-l-ethique-de-la-presse] (20 octobre 2012).

McManus, John H. (1992), « Serving the public and serving the market : a conflict of interest ? », Journal of Mass Media Ethics, vol. 7, no 4, p. 196-208.

McManus, John H. (2008), « Media accountability in the era of market-driven journalism », dans Torbjörn von Krogh (dir.), Media Accountability Today… And Tomorrow : Updating the Concept in Theory and Practice, Göteborg, Nordicom, p. 41-45.

Media Standard Trust (2008), A More Accountable Press Part 1 : The Need for Reform ; Is selfregulation failing the press and the public ?, Londres.

Missika, Jean-Louis (1989), « Les Français et leurs médias : la confiance limi­tée », Médiaspouvoirs, no 16, p. 39-50.

Mulgan, Richard (2003), Holding Power to Account : Accountability in Modern Democracies, Londres, Macmillan, p. 8-9.

O’Malley, Tom, et Clive Soley (2000), Regulating The Press, London, Pluto Press.

Øvrebø, Olav Anders (2008), « Journalism after the monopoly on publishing has been broken », dans Torbjörn von Krogh (dir.), Media Accountability Today… And Tomorrow : Updating the Concept in Theory and Practice, Göteborg, Nordicom, p. 69-77.

Phillips, Angela (2011), « Journalists as unwilling “sources” : Transparency and the new ethics of journalism », dans Bob Franklin et Matt Carlson (dir.), Journalists, Sources and Credibility : New Perspectives, New York, Routledge, p. 49-60.

Phillips, Bill, et Beverly Kees (1995), Nothing Sacred - Journalism, Politics and Public Trust in a Tell-All Age, Freedom Forum Center.

Poindexter, P., D. Heider et M. McCombs (2006), « Watchdog or good neighbor ? The public’s expectations of local news », Harvard International Journal of Press/Politics, no 11, p. 77-88.

Pritchard, David (1991), « The role of press councils in a system of media accountability : The case of Quebec », Canadian Journal of Communication, vol. 16, p. 73-93.

Ramonet, Ignacio (1995), « Citoyens sous surveillance », dans Le Monde diplo­matique,Les nouvelles armes de la manipulation, dans Médias et contrôle des esprits, collection Manière de voir, no 27, p. 10-13.

Ramonet, Ignacio (2003), « Le cinquième pouvoir », Le Monde diplomatique, octobre 2003, p. 1, 26, [En ligne], [http://www.monde-diplomatique.fr/
2003/10/RAMONET/10395] (13 mai 2012).

Roshier, Bob (1981), « The selection of crime news by the press », dans Stanley Cohen et Jock Young (dir.), The Manufacture of News, London, Sage, p. 40-51.

Ruellan, Denis (2011), Nous, journalistes : déontologie et identité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Stead, Sylvia (2012), « Public editor : We investigate all complaints against our writers », The Globe and Mail, 21 septembre 2012, [En ligne], [http://
www.theglobeandmail.com/community/inside-the-globe/public-editor-we-investigate-all-complaints-against-our-writers/article4559295/] (10 oc­tobre 2012).

Strangelove, Michael (2005), The Empire of Mind : Digital Piracy and the Anti-Capitalist Movement, Toronto, University of Toronto Press.

Tai, Zixue, et Tsan-Kuo Chang (2002), « The global news and the pictures in their heads A comparative analysis of audience interest, editor perceptions and newspaper coverage », International Communication Gazette, vol. 64, no 3 (juin), p. 251-265.

Tsafi, Yaric, Oren Meyers et Yoram Peri (2006), « What is good journalism : Comparing Israeli public and journalists’ perspectives », Journalism, vol. 7(2), p. 152-173.

Ugland, Erik (2008), « The legitimacy and moral authority of the National News Council (USA) », Journalism, vol. 9, no 3, p. 285-203.

Unesco (2011), Professional Journalism and Self-Regulation New Media, Old Dilemmas in South East Europe and Turkey, Paris.

Voakes, Paul S. (1997), « Public perception of journalists’ ethical motives », Journalism & Mass Communication Quarterly, vol. 74, no 1, p. 23-38.

Watson, John C. (2008) Journalism Ethics by Court Decree. The Supreme Court on the Propper Practice of Journalism, New York, LFB Scholarly Publishing LLC.

Watson, Tom, et Martin Hickman (2012), Dial M for Murdoch, London, Penguin.

Wente, Margaret (2012), « Columnist Margaret Wente defends herself », The Globe and Mail, 25 septembre 2012, [En ligne], [http://www.theglobe
andmail.com/commentary/columnist-margaret-wente-defends-herself/article4565731/] (14 décembre 2012).

Williams, Andrew James, ClaireWardle et Karin Wahl-Jorgensen(2011), « The limits of audience participation : UGC @ the BBC », dans Bob Franklin et Matt Carlson (dir.), Journalists, Sources and Credibility : New Perspectives, New York, Routledge, p. 152-166.

Haut de page

Notes

1 En septembre 2004, en pleine campagne présidentielle américaine, CBS a diffusé un reportage dans le cadre de son émission 60 Minutes. Présenté par le réputé chef d’antenne Dan Rather, le reportage prétendait lever le voile sur le passé militaire peu glorieux de George W. Bush, en se basant notamment sur un document datant supposément des années 1970. Or, des citoyens ont rapidement réagi sur Internet pour dénoncer le fait que ce document était un faux. CBS a fait enquête, a reconnu son erreur et Dan Rather a été contraint de démissionner quelques mois plus tard. Cet événement fondateur de la montée en puissance du 5e pouvoir est maintenant connu comme le Rathergate.

2 En septembre 2004, en pleine campagne présidentielle américaine, CBS a diffusé un reportage dans le cadre de son émission 60 Minutes. Présenté par le réputé chef d’antenne Dan Rather, le reportage prétendait lever le voile sur le passé militaire peu glorieux de George W. Bush, en se basant notamment sur un document datant supposément des années 1970. Or, des citoyens ont rapidement réagi sur Internet pour dénoncer le fait que ce document était un faux. CBS a fait enquête, a reconnu son erreur et Dan Rather a été contraint de démissionner quelques mois plus tard. Cet événement fondateur de la montée en puissance du 5e pouvoir est maintenant connu comme le Rathergate.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1 (adaptation du schéma de 1995)
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/1077/img-1.png
Fichier image/png, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-François Bernier , « La montée en puissance d’un « 5e pouvoir » : les citoyens comme acteurs de la corégulation des médias ? », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 23 août 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1077 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1077

Haut de page

Auteur

Marc-François Bernier

Marc-François Bernier est professeur titulaire au Département de com­mu­nication de l’Université d’Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche en éthique du journalisme (www.CREJ.ca). Journaliste pendant près de vingt ans, il s’est impliqué dans plusieurs débats professionnels et a été corédacteur du Guide de déontologie de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec. Spécialiste de l’éthique et de la déontologie du journalisme, il détient un doctorat en science politique. Il est responsable de la section Éthique et déontologie du ProjetJ.ca. Ses recherches portent également sur les impacts de la convergence et de la concentration des médias sur la qualité, la diversité et l’intégrité de l’information journa­listique. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés au journalisme dont : Journalistes au pays de la convergence : sérénité, malaise et détresse dans la profession ; Éthique et déontologie du journalisme ; L’ombudsman de Radio-Canada. Protecteur du public ou des journalistes ?

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org