Navigation – Plan du site
Voies pour affronter les enjeux éthiques et déontologiques contemporains?

Journalisme en ligne et éthique participative

Daniel Cornu

Résumés

Internet modifie la circulation publique de l’information et des opinions. Le tournant décisif s’opère avec la naissance des réseaux sociaux. Le public est désormais impliqué. Chaque citoyen peut devenir média. De nouveaux acteurs apparaissent : les blogueurs, les moteurs de recherche. Le Web 2.0 interpelle les valeurs et les pratiques du journalisme. Qu’est-ce que le journalisme ? Qui est journaliste ? Les questions se posaient déjà avant l’avènement d’Internet. Elles prennent une acuité nouvelle. Les journalistes perdent plusieurs de leurs privilèges. Des procédures de leur métier sont remises en cause. Leur déontologie doit s’adapter. Les barrières corporatistes sont inopérantes. Sur le Web, le journalisme est une activité plus ouverte que jamais. Dès maintenant, la question est : en quoi est-ce du journalisme ? La liberté de l’information est un bien com­mun en démocratie. Un partage des responsabilités entre journalisme et public pourrait ouvrir sur une éthique participative.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Internet entre dans le grand public vers 1995. Le réseau ne semble pas alors exposer le journalisme ni les médias à de profonds bouleverse­ments. Il est perçu comme un changement d’échelle de la communication, non comme un changement de nature.

2Ses débuts suscitent des réactions qui privilégient son caractère ins­trumental. Selon un « découpage » du territoire numérique, commode bien que discutable (Vanbremeersch, 2009), les premières analyses du réseau prennent acte des ressources du Web documentaire, qui met à la disposi­tion des usagers des données et connaissances multiples. Elles campent sur le terrain familier du Web informatif, en référence au rôle des médias traditionnels. Elles ne s’aventurent pas trop sur celui du Web social, encore en gestation.

3La conception d’Internet comme nouvel outil domine jusqu’à l’avè­nement du Web 2.0, qui consacre l’accès de tous à l’expression publique. Le changement s’opère au milieu des années 2000. Les facteurs décisifs du développement du Web social sont l’élargissement de l’ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line), le déploiement des moteurs de recherche, l’irrup­tion de nouveaux acteurs de la communication : plateformes de partage de sons et d’images, sociétés de commerce et services électroni­ques, sites sociaux (Charon, 2012 : 26-27). Le tournant décisif s’opère avec la naissance des réseaux sociaux Facebook (2004) et Twitter (2006).

Redistribution des rôles, nouveaux acteurs, nouvelles responsabilités

4Le Web brouille les frontières entre médias et société, entre journalisme et public. Il fait intervenir de nouveaux acteurs. Des rôles sont redistribués. Des responsabilités jusqu’alors identifiées et circonscrites se portent sous des habits neufs. La mobilité est constante : rôles interchangeables, usages hybrides, changements de costumes. Actifs et visibles sur le Web, les sites des médias traditionnels ne sont pas les seuls à produire du contenu d’ac­tualité. Des journalistes professionnels s’en occupent sur leurs blogues, pour leur propre compte. Des sites d’information participatifs conçoivent l’information en recourant à la collaboration de leur public. Des sites contributifs, qui se nourrissent d’apports d’internautes, ajoutent à l’infor­mation d’actualité. Le décor ne cesse de se modifier.

5Parmi les acteurs sur Internet, plusieurs occupent des emplois déjà repérés dans les médias traditionnels. Mais chacun d’eux voit ses fonctions modifiées, enrichies ou combinées par l’intervention d’autres acteurs et la création d’autres circuits. Ainsi, les hébergeurs, fournisseurs de contenus élaborés par d’autres ; les portails, point d’accès des internautes à divers contenus et services ; les « agrégateurs », souvent désignés par leurs outils, les moteurs de recherche ; les réseaux sociaux, exploités à la fois comme sources et comme débouchés de la production journalistique (Charon et Le Floch, 2011 : 82-85).

6Dans ce paysage en mutation, la discussion sur les responsabilités juridiques et éthiques prend un tour nouveau. L’analogie d’abord recher­chée avec le statut de la presse écrite se révèle peu pertinente. La jurispru­dence flotte. En France, comme en Allemagne ou aux États-Unis, se dessine une tendance qui veut qu’un diffuseur ne soit tenu pour respon­sable d’un contenu illicite que pour autant qu’il en ait eu connaissance et n’ait rien fait pour le supprimer.

7D’un point de vue éthique, les journalistes en ligne ne sont plus seulement comptables de leur propre production, mais aussi de contribu­tions qu’ils agrègent ou suscitent, conçues dans des conditions échappant à leurs propres critères professionnels et normatifs. Sur le Web, c’est la transparence qui prime. Le cheminement vers la vérité de fait n’est pas assuré par l’observation scrupuleuse de méthodes journalistiques de recher­che et de vérification, mais par la confrontation d’observations et de points de vue à ciel ouvert. N’est-ce pas retrouver ici les conditions d’une objectivité définie non par les seules qualités personnelles et morales du journaliste, ni même par la rigueur établie de ses procédés, mais par une reconnaissance à plusieurs de l’exactitude de la relation des événements ? Une différence fondamentale existe cependant. La transparence suppose que non seulement l’information comme résultat soit proposée au débat, mais encore que le choix et l’établissement des faits soient œuvre com­mune. La communauté des internautes s’inscrit d’emblée dans la démar­che, infléchit le sens de la recherche, contribue à déterminer une hiérarchie dans la masse des faits produits et, au-delà, dans l’ensemble des événe­ments censés refléter l’actualité du moment.

8Les journalistes n’en restent pas moins responsables de la solidité de leurs sources et de la fiabilité des contenus qu’ils mettent en ligne, les médias fondent sur cette responsabilité leur propre crédibilité.

L’armée disparate des blogueurs

9Sur le Web, le journalisme voit apparaître un nouveau venu : le blogueur. Son rôle est séduisant et de nombreux journalistes n’hésitent pas à l’endosser. Ils font le pari de la fin annoncée des journaux (Poulet, 2009) et choisissent de basculer sans attendre sur Internet. C’est sur la Toile qu’ils livrent le résultat de leurs recherches, partagent leurs connaissances, expriment leurs idées ou leurs humeurs. Des questions posées par l’activité des journalistes blogueurs, la plus générale est commune à tout journa­lisme en ligne : les normes déontologiques reconnues dans la profession sont-elles sans autre examen applicables à la communication sur Internet ? D’autres sont plus spécifiques. Le journaliste qui alimente un blogue sur le site de son média s’en tient-il à cette activité ou la mène-t-il, comme sou­vent, en parallèle avec un travail au sein de la rédaction ? Dans la seconde hypothèse, est-ce que le double régime modifie ses relations avec les sources, avec le public ? Recèle-t-il des risques accrus de conflits d’inté­rêts ? Le journaliste répond-il devant son employeur de ses prestations en ligne dans les mêmes termes que de ses autres activités ? Enfin, dans la perception de sa propre identité, n’est-il pas exposé au risque de vivre par ses activités professionnelles une sorte de dédoublement de la person­na­lité, une existence bipolaire, selon qu’il s’exprime comme journaliste dans son média ou comme blogueur sur sa version en ligne ou ailleurs ?

10De telles questions gagnent encore en acuité sur le réseau Twitter. Le genre ludique des « mini-blogues » se prête au dérapage, par une brièveté poussant à la causticité. Le goût de journalistes professionnels pour cette forme de communication provoque parfois des retours de flamme. Des rédactions peuvent se voir embarrassées par un bon mot en désaccord avec leurs orientations, par un propos ouvertement critique envers leur propre fonctionnement. L’idée d’une régulation interne n’a pas tardé à se faire jour : le journaliste conserve partout ses attributs et ses responsabilités de professionnel.

11Dans la nouvelle configuration de la communication, les journalistes de métier sont les moins inattendus des blogueurs. D’autres sont égale­ment des habitués de la parole publique. Ce sont des personnalités de la vie culturelle ou politique, qui utilisent le blogue comme tribune, sans exclure par ailleurs les canaux offerts par les réseaux sociaux. Des artistes populaires choisissent ainsi d’ouvrir un compte sur Facebook. Le goût très particulier de la classe politique française pour les « petites phrases » se traduit par un usage privilégié de Twitter. Des blogues politiques sont ou­verts à leur nom par des parlementaires, par des ministres, par des chefs de parti. Ils ne sont pas nécessairement tenus par eux. Ils le sont alors par leur entourage ou leurs collaborateurs. Ils le sont même, à l’occasion, par des officines de communication. En dépit de ses allures spontanées et directes, le blogue revêt alors un caractère plus institutionnel que personnel.

12Supposés amateurs, d’autres blogueurs sont en réalité des « super professionnels ». Ils sont des spécialistes de questions juridiques, écono­miques, scientifiques ou stratégiques – la liste n’est pas close. Leurs contri­butions entretiennent pour la plupart un rapport explicite avec les événements et les débats du moment. Ils y apportent leurs connaissances et leurs compétences. Par leur expertise, ils se posent en concurrents naturels des journalistes de métier, qui perdent sur le Web non seulement leur ancien privilège de raconter le monde, mais aussi celui de l’expliquer.

13Qui sont alors les amateurs véritables ? Ils sont des citoyens poussés par des motifs variables et parfois éphémères à s’exprimer sur certains thèmes d’actualité. Ils le font pour la plupart sur les forums de discussion ouverts par les médias. Certains d’entre eux choisissent de tenir un site personnel, qu’ils alimentent régulièrement. Ils y occupent des postures de chroniqueurs ou d’éditorialistes. Ils adoptent alors, par une sorte de mimétisme, des registres et des formats analogues à ceux du journalisme. Mais plusieurs s’en écartent par des propos délibérément décalés, humo­ristiques, satiriques, provocateurs. Les non-conformistes sont le sel du débat démocratique. Sous d’autres latitudes que les nôtres, où des régimes autoritaires les poussent à la dissidence, ils en sont le levain.

14C’est parmi ces citoyens que s’affirme une catégorie particulière : celle des donneurs d’alerte ou whistleblowers. Ces « siffleurs » semblent offrir la meilleure illustration des nouvelles voies offertes par le Web 2.0. Au nom d’un intérêt public, ils se donnent pour vocation de sonner l’éveil contre des dysfonctionnements et des abus, ordinairement observés de l’intérieur d’entreprises, d’administrations ou d’associations, parfois liés à des mésaventures personnelles. Ils expriment du même coup une sorte de rébellion contre les médias traditionnels, soupçonnés de somnolence et de complaisance à l’égard des pouvoirs. Le paradoxe est qu’ils ne sont que rarement efficaces sans le relais de ces mêmes médias.

Un contre-pouvoir au « quatrième pouvoir »

15Le journalisme professionnel s’est constitué à la fin du xixe siècle pour pro­téger le métier des turbulences de l’industrialisation de la presse. Il s’agissait avant tout de définir un statut social et d’assurer des conditions économiques décentes. L’occasion était donnée aussi d’établir un cadre déontologique adéquat, en vue d’assurer la dignité du métier et de mettre autant que possible le journalisme à l’abri des foudres de la loi. Les journalistes professionnels ont entrepris du même coup de se distinguer des amateurs nombreux et souvent prestigieux, qui occupaient jusqu’alors largement les colonnes des journaux et s’employaient à y construire leur carrière. En observant la Toile en cette deuxième décennie du xxie siècle, on se prend à trouver quelques correspondances avec la situation de l’époque. Les journalistes professionnels s’interrogent sur leur place dans les nouveaux réseaux de communication.

16La presse, au sens large, est considérée depuis plus de deux siècles en démocratie comme un recours contre les trois pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire. Elle est au bénéfice d’une délégation tacite de la part des citoyens. Elle est tenue pour nécessaire au bon fonctionnement des insti­tutions démocratiques, par l’exercice reconnu d’une liberté d’informer, de commenter et de critiquer. Pour reprendre une expression courante aux États-Unis, les médias sont les « chiens de garde » (watchdogs) de la démocratie.

17Ils sont souvent qualifiés de « quatrième pouvoir », quand bien même ils ne disposent eux-mêmes d’aucune force d’exécution. La question n’a cependant pas tardé à se poser : quel contre-pouvoir au quatrième pou­voir ? Depuis la constitution déjà ancienne des premiers conseils de la presse, instances ouvertes aux plaintes du public, d’autres initiatives visent à assurer la responsabilité sociale des médias. Ainsi l’institution de média­teurs (ou ombudsmen), à partir de la seconde moitié des années 1960 (Cornu, 2009b). Le médiateur est chargé de se mettre à l’écoute des citoyens et de répercuter, tant à l’intérieur des médias que publiquement, les critiques formulées contre le traitement journalistique de l’actualité. La médiation est partout considérée comme respectable. Elle n’en est pas moins dénoncée souvent comme peu efficace. L’installation sur Internet de sites voués à la critique des médias contribue par ailleurs à établir des limites à leur pouvoir. Sauf que les sites en question échappent rarement à l’inconvénient de suivre en priorité des orientations idéologiques. Aucune réponse entièrement satisfaisante à la question du « contre-pouvoir » opposable aux médias n’est donc trouvée à ce jour.

18L’entrée en scène des blogueurs ouvre de nouvelles pistes. N’est-ce pas de ce côté qu’il conviendrait alors de chercher un « contre-pouvoir » au pouvoir des médias ? Les blogueurs ne sont-ils pas devenus de fait les « chiens de garde des chiens de garde » ? Aux États-Unis, les journalistes politiques vivraient désormais avec le sentiment de travailler « avec un blogueur regardant par-dessus leur épaule » (Friend et Singer, 2007 : 135). Les blogues offriraient ainsi un moyen de contrôler « l’arrogance, les insuffisances et les abus des quatre pouvoirs », pouvoir médiatique inclus (Glover, 2005).

Qu’est-ce que le journalisme, qui est journaliste ?

19La présence d’acteurs nouveaux dans l’espace public interroge plus que jamais la nature du journalisme et l’identité des journalistes.

20Un retour en arrière permet de revisiter des questions posées peu avant l’apparition d’Internet dans le grand public. Deux essais de sociolo­gues, spécialistes du journalisme et des médias, sont publiés en France en 1993. Une relecture nourrie par la connaissance des développements ultérieurs, et comme en surplomb, confirme que le journalisme en ligne est certes confronté à des questions inédites, mais qu’il en prolonge de nombreuses autres, quitte à les poser en des termes plus radicaux.

21Cartes de presse (Charon, 1993) est le produit d’une enquête dans les cercles de la profession en France. L’ouvrage dépeint l’état d’un journalisme déployé selon diverses pratiques. L’auteur en décrit quatre « univers » : le journalisme d’information politique et générale, modèle fondateur du métier, le journalisme audiovisuel, le journalisme local et le journalisme spécialisé. Il s’interroge sur les relations de chacun d’eux aux normes déontologiques communément reconnues dans le métier. Qu’est-ce que le journalisme ? En relevant les déplacements axiologiques et normatifs pro­voqués par ces pratiques diverses, Jean-Marie Charon prépare au ques­tion­nement déclenché par Internet. Non seulement parce qu’il convient de prendre en compte aujourd’hui les spécificités d’un cinquième univers, le journalisme en ligne, mais plus fondamentalement parce que cet univers est ouvert à la participation du public (Charon et Le Floch, 2011 : 5-6) et rend plus incertaine encore toute définition essentialiste du métier.

22Le professionnalisme du flou (Ruellan, 1993) porte sur la définition de la profession – qui est journaliste ? L’essai atteste de manière prémonitoire l’existence de problématiques qui se déploieront une dizaine d’années plus tard. Selon Denis Ruellan, il serait illusoire de chercher à cerner l’identité du journaliste en recourant à une approche fonctionnaliste : la mission du journalisme en démocratie. Fondée sur un postulat de « service à la société », une telle approche masquerait les conditions réelles de l’exercice du métier. Les journalistes ne seraient pas nécessairement attachés comme individus à l’idée de l’intérêt commun. Ils seraient mus par des intérêts de groupe, animés par des stratégies personnelles. Ruellan constate par ail­leurs la vanité de leurs efforts en vue de fermer leur espace profes­sionnel. D’où qu’elle vienne, la carte de presse n’a jamais empêché le journalisme de rester une pratique ouverte. Le journaliste ne fonde pas non plus son identité professionnelle sur la connaissance d’un savoir-faire. D’abord, parce que les techniques du métier sont d’une diversité croissante ; il est impossible de les maîtriser toutes. Ensuite, parce que les savoir-faire pris isolément sont accessibles à n’importe qui (la vidéo, l’écriture numérique, par exemple). La déontologie se poserait-elle dès lors en ultime recours identitaire ? Les repères en sont instables, souvent situés et datés, parfois même contestés. Ruellan tire cependant de cet ensemble d’observations la conclusion que le « flou » qui caractérise les contours du journalisme, son rôle social, la formation requise pour l’exercer, ses procédures et ses normes, est producteur d’une dynamique, d’une créativité de ses modes de production qui finissent par en définir la spécificité (Ruellan, 1993 : 224).

23Le caractère imprécis et changeant du journalisme n’est pas une découverte d’Internet. Les figures les plus visibles du métier – le présen­tateur du journal télévisé, le grand reporter, le journaliste d’investigation – ne représentent qu’une minorité. Perçues comme des « porte-drapeaux symboliques », elles en suggèrent une vision élitaire réductrice (Neveu, 2004 : 5). Elles en nourrissent les mythes (Le Bohec, 2000). Elles appa­raissent comme des écrans dissimulant le journalisme dans sa réalité observable comme « invention permanente » (Ringoot et Utard, 2005). Elles distraient des mutations profondes qu’il traverse aujourd’hui, élargis­sant sa palette à l’ensemble des registres de la communication décrits par Roman Jakobson et estompant du même coup ses différences avec la cohorte des autres communicants (Brin, Charron et de Bonville, 2004). Elles ne rendent pas compte, enfin, de la « ductilité » du métier, qui est de s’adapter sans rompre (Grevisse, 2010).

24Sur Internet, plus encore que sur les supports médiatiques tra­ditionnels, la question décisive est de savoir ce qui reste des valeurs et des normes du métier. Ruellan lui-même considère que le journalisme dessine un groupe social « insaisissable, hétérogène dans ses compositions », mais « plus homogène dans ses valeurs qu’on veut généralement le croire » (1992 : 36).

25Qui est journaliste, qui ne l’est pas ? La question parcourt l’ouvrage de deux chercheuses américaines. Online Journalism Ethics offre à ce jour, entre traditions et transitions, l’un des panoramas les plus étendus des modifications et évolutions de la pratique journalistique sur Internet. Jane B. Singer ouvre d’emblée la porte au débat éthique en suggérant que les journalistes trouvent leur meilleure définition non par « ce qu’ils sont ou même par ce qu’ils font », mais par « comment et pourquoi ils le font » (Friend et Singer, 2007 : 41).

La structure de l’éthique journalistique : valeurs, normes, pratiques

26L’éthique journalistique – comme toute éthique appliquée – se structure en trois niveaux : le niveau supérieur des valeurs, le niveau intermédiaire des normes, le niveau concret des pratiques. Elle n’est pas statique, mais soumise à une dynamique produite par une tension permanente entre des valeurs stables et des pratiques changeantes.

27Les valeurs expriment les grandes orientations du métier. La valeur de liberté recouvre à la fois la visée du journalisme en démocratie – répon­dre au droit de savoir des citoyens et assurer la discussion sur les affaires d’intérêt public – et l’indépendance requise de ses agents. La valeur de vérité renvoie au fondement de l’activité du journaliste, comme observa­teur de la réalité, comme interprète des faits, engagé dans leur mise en contexte et la recherche de sens, comme narrateur enfin, soucieux d’assurer au récit sa véridicité (Cornu, 2009a : 335-395). La troisième valeur du journalisme concerne le respect de la personne humaine, l’attention à l’autre, afin de répondre dans le domaine particulier de la communication sociale à une intention de justice. Ces trois valeurs tiennent en une maxime : un journalisme libre, respectueux des faits et des personnes.

28Les normes ont pour fonction de traduire le respect des valeurs dans des situations usuelles du journalisme. Elles sont directement rapportées aux pratiques. La norme n’agit pas comme une obligation morale, à la façon d’un impératif catégorique. Ni comme simple mode d’emploi. Elle sert de balise à la délibération éthique en situation. L’appareil normatif est contenu dans les codes ou chartes de déontologie, ainsi que dans la juris­prudence des instances de régulation internes à la profession, comme les conseils de presse. Il existe des codes dotés d’une reconnaissance inter­nationale, par exemple la Charte de Munich. D’autres, très nombreux, sont propres à des communautés professionnelles nationales. D’autres encore s’adressent à des journalistes de médias spécifiques, comme la télévision, ou sont élaborés au sein d’entreprises médiatiques.

29Ce foisonnement ne favorise pas une analyse cohérente. Il n’est pas impossible toutefois d’en dégager de grandes lignes. S’agissant de l’Europe, un tel travail a été effectué par le Département du journalisme et des médias de l’Université de Tampere, en Finlande. Il est relativement ancien, puisqu’il a été publié en 1995. Il n’a cependant rien perdu de sa pertinence. Six thèmes dominants sont ainsi retenus par cette étude, portant sur 31 chartes déontologiques nationales.

30Ils s’articulent parfaitement sur la triade de valeurs décrite plus haut. Autour de la liberté : la liberté d’expression et de la critique, ainsi que la défense de ces droits ; la protection de l’indépendance et de l’intégrité professionnelle des journalistes. Autour de la vérité : le respect de la vérité dans la recherche et l’élaboration de l’information ; la loyauté des moyens engagés pour la mettre au jour et la restituer. Autour du respect de l’autre, enfin : les égards envers les sources et les personnes faisant l’objet d’information, ainsi que l’assurance de leur intégrité ; le traitement égal des personnes par le renoncement à toute forme de discrimination (Laitila, 1995 : 68).

31Quels sont les principaux enjeux sur Internet ?

La mission du journalisme en démocratie : le temps du doute

32Le respect des valeurs et des normes garantes de l’accomplissement de leur mission en démocratie est censé distinguer les journalistes de métier de la « constellation des communicateurs », actifs dans un « univers de communication et de circulation massive et instantanée des informations » (Bernier, 2004 : 16). En fait, la séparation est moins clairement marquée. La référence à l’intérêt public se fait hésitante. Intérêt commun ? Intérêt du public ? Intérêt d’une partie du public ?

33Un large pan des activités journalistiques se situe depuis longtemps dans l’ombre du discours de légitimation du métier. La place s’en est cepen­dant accrue, non seulement sous la forme de publications spécialisées ou de chaînes de télévision à vocation spécifique, mais aussi à l’intérieur des médias généralistes, censés délivrer en démocratie des faits et des opi­nions répondant à un intérêt général. On peut y voir une influence peu contestable du marché publicitaire, qui favorise des supports destinés à des publics formés de consommateurs. Une telle segmentation signifie la perte d’un public homogène, sinon unique. Elle place les médias devant le défi d’émettre un message orienté vers le bien commun, tout en conservant leurs positions sur le marché.

34Ce n’est rien dire encore de la secousse provoquée par l’arrivée sur le Web d’une myriade d’« éditeurs » de tout acabit, dont le premier souci apparent est d’assurer leur liberté d’expression individuelle, d’attirer l’at­ten­tion de la communauté virtuelle sur des causes ou des intérêts qui leur sont propres. Parmi les blogueurs, il s’en trouve même qui se défen­dent de répondre à un quelconque souci d’intérêt public. Le piège serait cependant d’apprécier leur fonctionnement en le référant à l’aune de comportements attendus des journalistes – ainsi le Blogger’s Code of Ethics, le code d’éthique des blogueurs proposé par Jonathan Dube (Grevisse et Cornu, 2012 : 214-215). Ne faut-il pas admettre au contraire que l’activité des blogueurs et autres internautes est précisément l’un des éléments constitutifs du bien commun en démocratie ? Dans le difficile débat sur l’identité des partici­pants aux forums de discussion sur les sites médiatiques, la recomman­dation de transparence, si peu populaire, ne vise pas à imposer un alignement de tout internaute sur les pratiques des journalistes profes­sionnels. Circonscrite aux sites d’information, elle tient à un souci de préservation de la crédibilité des médias, nécessaire à la vie en démocratie et pourtant si fragile. Demander aux internautes de renoncer à l’usage de pseudonymes sur les forums médiatiques, de tomber les masques, c’est pré­cisément chercher à préserver cette crédibilité en dissuadant les com­mentateurs de recourir aux insultes et autres atteintes à des personnes ou des groupes, que les journalistes eux-mêmes s’interdisent. C’est admettre, sur ce terrain particulier, une tension éthique jamais relâchée entre la liberté d’expression du citoyen comme un aspect du bien commun et la mission de la presse censée servir l’intérêt public dans le respect de valeurs et de normes.

À qui appartient le choix des nouvelles ?

35Les ouvrages consacrés au journalisme en ligne font pour la plupart grand cas de modifications dans la présentation des nouvelles. Le recours aux hyperliens en change effectivement l’économie générale. Il suppose un renoncement au moins partiel à des procédures constitutives de leur for­mu­lation (la réponse aux questions : qui, quoi, quand, où, pourquoi, comment ?) ou de leur structure (la pyramide inversée : l’essentiel pour commencer, les détails et précisions ensuite). Ces procédures étaient cen­sées garantir l’objectivité des nouvelles. Leur formalisme n’a pas échappé à la critique, qui les décrit comme un « rituel stratégique ». Ce n’est pas l’enjeu.

36Le changement décisif est que les journalistes sont menacés de perdre la main. « D’un modèle informationnel orienté sur l’offre, construit à partir des choix rédactionnels de journalistes prescripteurs, on assiste à un glissement vers un modèle orienté sur la demande, où la production des journalistes répond aux manifestations d’intérêt du public » (Thiran, 2012 : 88). L’audimétrie permanente, grâce à des outils de plus en plus performants (on parle en Suisse de « websismographes »), concourt à l’inversion progressive du rapport de force entre les rédactions et le public. Elle donne naissance à une « culture du clic ». Telle information en ligne reste affichée ou disparaît selon les réactions des internautes. Prisée, telle nouvelle incite à la production de contenus semblables ; boudée, telle autre condamne au contraire le genre et le sujet. Le choix des nouvelles s’opère par plébiscite.

37Dans quelle mesure une rédaction en ligne joue-t-elle encore le rôle de « gardien de la porte » (gatekeeper), appelé à sélectionner les informa­tions ? La perte de ce privilège signifierait un abandon quasi complet d’une quelconque « mission » du journalisme en démocratie. Elle confirmerait de plus l’hypothèse, souvent formulée, d’un décalage entre les intérêts des journalistes et ceux de leur public. Les médias traditionnels privilégieraient la politique et les faits divers ; les internautes s’intéresseraient en priorité à la science, à la technologie, à la vie quotidienne. Les journalistes ont tendance à favoriser la couverture des affaires « publiques », les internautes préfèrent les affaires « non publiques » (Boczkowski, Mitchelstein et Walter, 2011).

38En fait, il s’agit moins d’une perte que d’une transformation. Sur Internet, les nouvelles circulent librement, aussitôt portées à la connais­sance de tous. La tâche du journaliste est d’aider les citoyens à « trouver et comprendre des informations qu’ils puissent croire » (Friend et Singer, 2007 : 45). Il n’est plus un « gardien », mais un donneur de sens, un indica­teur. Ce n’est plus l’information elle-même, déjà présente dans l’espace public, qui est en jeu. Ce sont sa fiabilité dans la relation des faits et sa vali­dité quant au sens qui leur est donné. Il incombe au journaliste d’éprouver l’une et l’autre.

39L’indépendance du journaliste, l’une des conditions cardinales de l’exercice du métier, est ici convoquée. Elle est probablement l’un des seuls aspects de sa déontologie que les pratiques en ligne ne soumettent pas à un nouvel examen. Elle devrait le distinguer de la nuée d’« éditeurs » de contenus présents sur la Toile, dont l’internaute ignore les liens d’intérêts, les relations avec telle officine ou tel groupe de pression, les visées stratégi­ques personnelles. L’opacité de la plupart des éditeurs de contenus numé­riques tranche avec la transparence ordinairement attachée à la présence sur le réseau de journalistes appartenant à des médias reconnus, situés par une ligne éditoriale, par une orientation politique.

La vérité et ses cheminements sur internet

40La recherche de la vérité journalistique, la modeste vérité de fait selon Hannah Arendt, ne se déroule plus dans la « boîte noire » des rédactions, mais sur le Web ouvert à la circulation immédiate de toutes les observations sur un événement donné. Les conditions nouvelles d’instan­tanéité et d’universalité rendent illusoire toute prétention à l’exactitude d’une information, que chacun admettrait sans autre examen. Il ne s’agit donc pas de chercher à en donner le gage, mais davantage d’offrir l’assu­rance que le « cahier des charges » du journalisme est respecté, à sa place et avec ses moyens : répondre au droit du public à connaître les faits. L’ob­jectif est d’assurer la fiabilité de l’information, par le recours sur le Web aux opérations classiques du journalisme : identification de la source, recoupe­ment, vérification du contenu. Il est en particulier d’accréditer la fiabilité des photographies et des vidéos, dont la libre circulation sur le réseau est probablement l’un des effets les plus évidents et spectaculaires du Web 2.0. Des témoins, des acteurs sont présents sur le terrain quand les profes­sionnels n’y sont pas ou pas encore. Il appartient aux journalistes de rendre fiables les nouvelles et les images, d’en assurer la sécurité et la stabilité, contribuant du même coup à la crédibilité des sites médiatiques auxquels ils sont affectés.

41Ces exigences supposent aussi que les rumeurs circulant sur la Toile soient soumises à un traitement particulièrement rigoureux, qui ne les crédibilise pas à bon marché. Or les facilités que le Web offre désormais aux médias de se consulter les uns les autres ont pour effet que la vérifica­tion « passe avant tout par un contrôle des autres sites d’information » (Degand, 2012 : 101). Le Web permet de corriger une information dans les plus brefs délais, de la retirer ou de la démentir. Il devient dès lors tentant de pratiquer selon Degand un « journalisme de pari », fondé sur une prise de risque limitée : le journaliste mentionne sa source, se dispense de vérification et laisse à l’internaute le soin d’établir la sécurité de la nouvelle ou de la récuser, par le recours à d’autres sources.

42La recherche de la vérité est liée à des normes qui accompagnent depuis longtemps les pratiques journalistiques. Ces normes ne sont pas bouleversées par Internet, mais elles sont exposées à des interprétations adaptées aux réalités du Web et de la communication numérique. Ainsi, le devoir de correction passe par une interrogation sur le choix des moyens : remplacer en ligne l’article ou le passage erroné par un texte correct, ajou­ter la version rectifiée à la première, qui est maintenue, ou encore biffer le « faux » dans le texte, sans le faire disparaître, et lui substituer les éléments corrigés.

43La loyauté des méthodes attendue du journaliste trouve également ses traductions sur Internet. La faculté de vagabonder sur les réseaux so­ciaux, de se mêler aux forums de discussion en ligne, de suivre les messages diffusés sur Twitter, pose des questions anciennes sous un jour inédit. De tels comportements correspondent plus ou moins aux habitudes du journaliste de terrain, qui laisse traîner ses yeux et ses oreilles. Ils touchent à la vie privée de sources involontaires. Ils rejoignent la problématique de la transparence du journaliste, censé se faire connaître et non écouter aux portes.

44Internet favorise enfin des pratiques nouvelles, comme la vérification des faits (fact checking) ou le journalisme de données (data journalism). Dans le premier cas, la vérification mobilise des moyens de recherche  jusqu’alors inconnus, d’une grande efficacité en termes d’étendue et de rapidité. Le défaut du fact checking est cependant de laisser entendre que les faits et les chiffres auraient en toute circonstance le dernier mot. Le monde vécu est souvent plus complexe. Quant au journalisme de données, il se déploie sur les trois registres de la vérité journalistique : l’observation des faits, par la mise au jour d’informations peu accessibles, l’interprétation des événements, par l’apport de données permettant de les mettre en contexte et de les comprendre, leur narration enfin, dans la mesure où l’ac­cessibilité des matériaux dépend largement d’une mise en scène, assurée par des spécialistes de l’imagerie numérique. Ces deux pratiques concou­rent à établir la validité des éclairages apportés sur les événements.

Le respect de la personne, une illusion perdue ?

45De tous les enjeux déontologiques du journalisme en ligne, celui qui concerne le respect de la personne est le plus évident. Par son étendue et par la pérennité de ses contenus, Internet accroît les dommages provoqués par une publication portant atteinte à la réputation ou à la vie privée des gens. Trois axes de réflexion se dégagent des nouvelles pratiques, afin que le respect de la personne humaine ne soit pas qu’une illusion perdue.

46Le plus important tient aux nouvelles frontières de la vie privée. Pour les médias d’information traditionnels, ce qui était rendu visible pouvait être considéré comme public. Or sur Internet, et notamment sur le Web social, « certaines choses visibles ne sont pas pour autant publiques » (Cardon, 2010 : 36). Cela signifie que le territoire de la visibilité se définit désormais en dehors du champ médiatique et que la délimitation entre le privé et le public revient aux internautes. Les médias ont perdu le privilège de « rendre visible ce qu’ils considéraient comme public » (2010 : 36). Il leur incombe dès lors de respecter, en ligne autant que sur leurs supports traditionnels, le caractère privé de contenus pourtant visibles sur Internet, en particulier sur les réseaux sociaux. La précaution concerne en particulier des photo­gra­phies ou des vidéos personnelles, nullement destinées à une reprise par les médias.

47Un deuxième aspect de la protection de la personne est soumis à des conditions radicalement nouvelles du fait d’Internet. Il porte sur le droit à l’oubli. Au sens le plus étroit, ce droit est reconnu à des délinquants ou à des personnes qui ont eu des attitudes contraires à l’honneur. La réalité nouvelle d’Internet l’étend à toute personne qui revendique simplement de vivre tranquillement sa vie, quelle qu’ait été son cours, de vivre cachée pour vivre heureuse. Or par l’action des moteurs de recherche, la mémoire du Web est sans pitié. Sa capacité de dénicher dans le passé tout faux pas qui aurait été rendu public, parfois du fait même de son auteur, interpelle le journalisme. Elle engage à un sens des responsabilités « longues », lorsqu’il s’agit de relater ou de reproduire pour la première fois un fait dans les médias, d’en décrire en détail les protagonistes, de rendre publics les iden­tités et tout autre élément permettant de les identifier.

48Le troisième axe de réflexion porte sur l’existence des hyperliens. Les liens hypertextuels offrent une ouverture à la circulation libre sur Internet des informations, des opinions et des récits. Ils appartiennent à la nature profonde du réseau. Ils mériteraient de la part de la profession une ré­flexion spécifique sur leurs enjeux éthiques et déontologiques. Un lien est proposé en raison des apports du site sous référence à la connaissance ou à la compréhension d’un contenu journalistique. Ces apports se vérifient-ils dans la durée ? Le contenu du site est-il stable ou subit-il des modi­fications ? Quels sont les liens qu’il propose ? À quels contenus renvoient-ils ? De proche en proche, la navigation sur Internet expose l’internaute à débarquer sur des sites douteux, monomaniaques, racistes, pornographi­ques, glorifiant la cruauté ou le terrorisme. Sur des images brutales, que tout média traditionnel considérerait comme insoutenables, et donc impu­bliables. Quelle est alors la responsabilité du journaliste en ligne qui délivre le titre du premier voyage ?

En quoi est-ce du journalisme ?

49La démocratisation de la communication crée un malentendu. Un irré­pressible enthousiasme a promu dans les premières années du xxie siècle le slogan : Tous journalistes. Comme s’il suffisait d’assurer une maîtrise technique des modes de transmission, de partager un champ commun d’intérêts, de copier des procédures d’écriture ou de mise en scène pour revendiquer instantanément et pleinement un statut professionnel.

50Le malentendu dissipé, l’équivoque demeure. Sur Internet, il est difficile au journaliste de brandir un coupe-file ou de sortir une carte de presse. Il ne peut plus se réclamer de son statut comme d’un privilège. Une appartenance visible à un média en ligne n’est qu’un indice. Le journalisme n’a jamais été exclusivement attaché à une organisation médiatique. Dé­sor­mais, les fonctions qui le désignent sont également assumées en tout ou en partie, de manière plus ou moins cohérente et conséquente, par nombre d’internautes participant à la vie du Web.

51Qu’est-ce que le journalisme ? Qui est journaliste ? L’impossibilité de répondre sûrement à ces deux questions conduit à s’en poser une autre : en quoi est-ce du journalisme ? Dans le débat actuel, la formulation est déci­sive. Elle fait tomber les barrières corporatistes. Contre un réflexe protec­tionniste souvent observé, elle restaure l’ouverture qui a toujours caractérisé le métier. Elle envisage que les conditions principales d’un jour­nalisme au service de la communauté en démocratie soient également remplies par des citoyens qui ne sont pas des journalistes. Elle suppose alors que soient satisfaites certaines conditions. De forme : un attachement à l’actualité et à son suivi, par des publications régulières, une intention de partage, et non seulement d’expression personnelle. De fond : la démons­tration d’une indépendance, l’adhésion à un projet de journalisme justifié, par une information respectueuse des faits et des personnes.

52C’est ouvrir la voie à une responsabilité partagée. Dans un essai déjà ancien, Éthique de l’information (1997), j’ai suggéré une participation des citoyens, plus largement du public, à un projet de défense et d’illustration de la liberté de l’information dans une perspective communautaire. J’y évoquais des devoirs et des droits nouveaux. C’était une manière de tisser les liens d’une responsabilité collective, associant les médias et leur public. L’espace public, compris comme le lieu symbolique de discussion des questions touchant au bien commun, était alors largement occupé par les médias. À des conditions fixées par eux, il y était certes possible de discuter la légitimation et l’exercice du pouvoir. Il était beaucoup plus compliqué d’ouvrir un débat sur le fonctionnement des médias eux-mêmes. Ces conditions ont changé, profondément. Internet élargit l’espace public, il supprime les prés carrés et les privilèges. Il reconnaît à tout citoyen un usage concret de la liberté de l’information et de la communication. En même temps, il met à la charge de chacun la responsabilité de contribuer à la préservation de ce bien commun. La voie est ouverte à une éthique participative.

Haut de page

Bibliographie

Bernier, Marc-François (2004), Éthique et déontologie du journalisme, 2e édition, Québec, Presses de l’Université Laval.

Boczkowski, Pablo J., Eugenia Mitchelstein et Martin Walter (2011), « Convergence across divergence : Understanding the gap in the online news choices of journalists and consumers in Western Europe and Latin America », Communication Research, vol. 38 (3), p. 376-395.

Brin, Colette, Jean Charron et Jean de Bonville (dir.) (2004), Nature et trans­formation du journalisme. Théorie et recherches empiriques, Québec, Presses de l’Université Laval.

Cardon, Dominique (2010), La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Seuil.

Charon, Jean-Marie (1993), Cartes de presse. Enquête sur les journalistes, Paris, Stock.

Charon, Jean-Marie (2012), « Historique du journalisme en ligne », dans Aman­dine Degand et Benoît Grevisse (dir.), Journalisme en ligne. Prati­ques et recherches, Bruxelles, De Boeck, p. 19-34.

Charon, Jean-Marie, et Patrick Le Floch (2011), La presse en ligne, Paris, La Découverte.

Cornu, Daniel (1999), Éthique de l’information, 2e édition, Paris, Presses univer­si­taires de France.

Cornu, Daniel (2009a), Journalisme et vérité. L’éthique de l’information au défi du changement médiatique, 2e édition, Genève, Labor/Fides.

Cornu, Daniel (2009b), « La médiation de presse et la responsabilité sociale des médias », dans Gilles Rouet (dir.), Les journalistes et l’Europe, Bruxelles, Bruylant, p. 273-295.

Cornu, Daniel (2013), Tous connectés ! Internet et les nouvelles frontières de l’info, Genève, Labor/Fides.

Degand, Amandine (2012), « La vérification de l’information en ligne », dans Amandine Degand et Benoît Grevisse (dir.), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck, p. 97-113.

Friend, Cecilia, et Jane B. Singer (2007), Online Journalism Ethics. Traditions and Transitions, Armonk (New York)/Londres, M. E. Sharpe.

Glover, Daniel K. (2005), « Journalists vs. Bloggers », Beltway Blogroll, National Journal,8 juillet.

Grevisse, Benoît (2010), Déontologie du journalisme. Enjeux éthiques et identités professionnelles, Bruxelles, De Boeck.

Grevisse, Benoît et Daniel Cornu (2012), « Déontologie et éthique du journalisme en ligne », dans Amandine Degand et Benoît Grevisse (dir.), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck, p. 209-220.

Laitila, Tiina (1995), « Codes of ethics in Europe », dans Kaarle Nordenstreng (dir.), Reports on Media Ethics in Europe, Université de Tampere, Julkaisuja Publications B 41.

Le Bohec, Jacques (2000), Les mythes professionnels des journalistes, Paris, L’Harmattan.

Neveu, Érik (2004), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

Poulet, Bernard (2009), La fin des journaux et l’avenir de l’information, Paris, Gallimard.

Ringoot, Roselyne, et Jean-Michel Utard (dir.) (2005), Le journalisme en in­vention. Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Ruellan, Denis (1992), « Le professionnalisme du flou », Réseaux, no 51 (janvier-février), p. 25-37.

Ruellan, Denis (1993), Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Thiran, Yves (2012), « Usage des outils audimétriques », dans Amandine Degand et Benoît Grevisse (dir.), Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck, p. 87-96.

Vanbremeersch, Nicolas (2009), De la démocratie numérique, Paris, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Cornu , « Journalisme en ligne et éthique participative », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 23 août 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1073 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1073

Haut de page

Auteur

Daniel Cornu

Daniel Cornu est né à Genève en 1939. Il est le médiateur des publica­tions romandes du groupe Tamedia. Après des études de théologie réfor­mée à l’Université de Genève, il est entré comme journaliste au Journal de Genève. Il est passé ensuite à la Tribune de Genève. Il en fut pendant dix ans le rédacteur en chef, avant de se tourner vers des activités de formation et d’enseignement universitaire. Il a dirigé le Centre romand de formation des journalistes, à Lausanne, tout en ayant la charge d’un cours d’éthique de l’information à l’Université de Neuchâtel. Il a enseigné cette même discipline à l’Université de Genève, ainsi que dans un programme de maîtrise du Centre d’éthique de l’Université de Zurich. Daniel Cornu est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le journalisme et l’éthique de l’informa­tion, dont Journalisme et vérité (1994/2009) et Les médias ont-ils trop de pou­voir ? (2010). Il publie au printemps 2013 un essai sur l’éthique du journalisme sur Internet, Tous connectés ! Internet et les nouvelles frontières de l’info. Il a reçu en 2012 un doctorat honoris causa de l’Université catholi­que de Louvain.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org