Navigation – Plan du site
Voies pour affronter les enjeux éthiques et déontologiques contemporains?

Stopper l’affaiblissement de l’éthique du 4e pouvoir

Robert Maltais

Résumés

Le nouveau paysage de l’environnement médiatique exerce des pressions accrues sur l’éthique des agents du 4e pouvoir. L’éthique journalistique est mal­menée dans ce contexte et risque de perdre ses repères tant professionnels que traditionnels.

La mutation qui touche l’univers médiatique est profonde. Nombre de mé­dias traditionnels vacillent. Chez les journalistes, le marché de l’emploi souffre de précarité, le travail à la pige prenant de plus en plus d’ampleur. À cette conjonc­ture s’ajoute un maigre niveau de confiance du public qui n’excède guère les 45 %, bon an, mal an.

À la recherche d’un nouveau modèle d’affaires pour assurer leur survie, tous les médias se sont lancés dans la production multiplateforme, proposant à leurs publics des productions écrites, sonores, visuelles et en ligne.

En fait, la culture des médias sociaux et des nouvelles télédiffusées en conti­nu a imprimé une nouvelle réalité, dans laquelle l’information circule à une vitesse excessive. Cette rapidité de production est cependant mère d’approxima­tions, de superficialité et de dérapages éthiques dans le traitement de l’information. La liste de ces dérapages s’allonge.

L’auteur propose une série de mesures pour contrer le dysfonctionnement du 4e pouvoir et stopper le glissement éthique observé.

Haut de page

Texte intégral

1J’amorcerai cet article par le postulat de base suivant : le nouveau paysage de l’environnement médiatique exerce des pressions accrues sur l’éthique des agents du 4e pouvoir, en d’autres mots sur l’ensemble des médias et des journalistes.

2Le début du xxie siècle fait la vie dure aux médias et aux journalistes dans un univers des communications passablement reconfiguré à l’échelle planétaire et dans lequel la transmission de l’information vit à l’heure d’une accélération du temps.

3Dans ce contexte, l’éthique journalistique est malmenée et risque de perdre ses repères tant professionnels que traditionnels. Pareil énoncé appelle toutefois quelques nuances : alors que la culture des médias sociaux imprime une nouvelle réalité sur le monde de l’information avec d’inévita­bles effets pervers, le journalisme d’enquête marque de nouveaux points, contribuant à rehausser le niveau de crédibilité d’une profession qui en a bien besoin.

L’état des lieux

4Plusieurs facteurs viennent façonner le paysage du nouvel environnement médiatique.

5L’époque dans laquelle nous vivons est évidemment en cause. Nous sommes maintenant à l’ère d’une communication mondialisée. La planète tout entière navigue désormais sur la grande Toile. Les réseaux et médias sociaux y pullulent au point d’y imposer leurs lois, instaurant à eux seuls une forme de dictature de l’opinion, en même temps qu’une instantanéité et une rapidité inégalées dans la transmission de l’information.

  • 1  Un éditorial de Mario Roy dans La Presse du 14 septembre 2010, intitulé « Suiveux de twits ».

6Une instantanéité qui n’est pas sans entraîner son lot d’approxi­ma­tions et de superficialité dans le traitement de l’information, faut-il le noter tout autant que le déplorer1.

7La mondialisation de la communication a créé une surabondance d’informations de toute nature. Les réseaux de nouvelles continues à la radio et à la télévision participent également à cette surabondance avec un flux ininterrompu de diffusion de nouvelles où le jour et la nuit se confon­dent. C’est ainsi que nous nageons dans un océan sans fin de données et de nouvelles, parfois redondantes, dont le degré de fiabilité varie selon les multiples sources d’émission.

8Il faut souligner que tous ces émetteurs d’information ne sont pas a priori crédibles. Quel est le visage de ces émetteurs que l’on retrouve sur le Web ? S’agit-il de centres de recherches universitaires et scientifiques ? De ministères gouvernementaux ? De médias d’information de masse ou sociaux ? De moteurs de recherche d’envergure ? Ou encore de lobbies, de marchands, de partis politiques ou religieux, de groupes de pression, de mouvements extrémistes ou de fabulateurs de tout acabit ?

9Impossible de mettre toutes ces diverses sources d’information sur le même pied et encore moins de leur accorder le même degré de crédibilité.

10Il faut reconnaître que le contenu de la grande Toile, du Web en d’autres mots, s’avère quasi impossible à encadrer sur le plan déontolo­gique ou législatif. Aucun gouvernement ou État n’a réussi jusqu’à mainte­nant à légiférer de façon judicieuse sur le contenu d’Internet. Aussi l’océan d’informations du Web est-il perçu à tout le moins par plusieurs analystes comme une mosaïque ingérable.

11N’oublions pas que le simple citoyen a aussi droit de cité dans le nou­vel environnement médiatique, par son site personnalisé, son blogue et ses gazouillis surTwitter. Force est de constater que les citoyens ne s’en privent pas et qu’ils sont massivement présents sur le Web. Ils y naviguent allègre­ment par dizaines, voire par centaines de millions d’internautes. Les direc­tions des grands médias ont dû conséquemment apprendre à main­tenir des forums de discussion quasi permanents avec ce public élargi et hyperactif.

12Entre ici en scène ce qu’on appelle l’information dite citoyenne, ali­mentée par un certain nombre de citoyens ayant des prétentions journa­listiques. La réalité de leur rôle n’est nullement claire, mais reste à être pré­cisée et analysée plus à fond.

13Ces citoyens agissent-ils comme des témoins neutres de l’événement ou ne seraient-ils pas plutôt, en définitive, des sources d’information plus ou moins subjectives face à l’événement rapporté ?

14Il découle de tout cela une confusion majeure ouvertement entrete­nue entre qui est journaliste et qui ne l’est pas, de même qu’entre la liberté d’expression qui appartient à tous les citoyens et la liberté de presse qui relève pour sa part des professionnels de l’information devant s’astreindre, quant à eux, au respect de normes déontologiques : exactitude des faits, mise en contexte, recul et neutralité face à l’événement, rigueur et impartialité.

15Ce questionnement sur la nature du journalisme est sans aucun doute le fruit d’une profession mal définie, en l’absence d’un statut profes­sionnel clair et reconnu juridiquement, un questionnement que l’on peut assimiler à une forme de crise identitaire chez une horde de journalistes en quête de reconnaissance professionnelle.

Quand l’économie entre en jeu

16D’autres facteurs interfèrent dans cet environnement, dont des considéra­tions économiques.

17La récession de 2008 a frappé durement les médias dits traditionnels, principalement les imprimés, autant les journaux que les magazines. En l’espace de quelques années, des centaines de journaux et de magazines ont fermé leurs portes à travers le monde, entraînant des milliers de pertes d’emploi de journalistes dans leur disparition.

  • 2  Une recherche du Centre d’études sur les médias en 2012, sous le titre Comment les Québécois s’inf (...)

18Autre élément économique non négligeable, le déplacement pro­gressif de la publicité vers les médias en ligne au détriment des médias traditionnels. La mouvance des commanditaires vers le Web suit en cela celle du jeune lectorat, principalement celui âgé de 18 à 34 ans, lequel préfère s’informer en ligne dans une proportion de 62 %2.

19En réalité, les propriétaires des médias d’information sont majo­ritairement à la recherche d’un nouveau modèle d’affaires, un modèle qui réussira à transcender toutes les plateformes, écrite, radiophonique, télévi­suelle et numérique – y compris les appareils mobiles, leur assurant un retour sinon une consolidation de leurs publics cibles, de leurs chiffres d’affaires et de leur rentabilité.

20Il faut également considérer le fait que la propriété des médias d’in­formation constitue un cas d’espèce problématique au Québec. Le niveau de concentration de la propriété des principaux médias, entre les mains des mêmes gestionnaires, est sans contredit le plus élevé en Amérique du Nord, sinon en Occident. Sept des douze quotidiens du Québec, dont le journal La Presse, appartiennent à l’entreprise Gesca, alors que deux autres quotidiens majeurs à forts tirages, LeJournal de Montréal et Le Journal de Québec, font partie de l’empire Québecor qui possède aussi le plus impor­tant réseau de télévision privé du Québec, TVA, dans un même marché, de même qu’une panoplie de magazines et de maisons d’édition.

21Le portrait de la presse écrite hebdomadaire n’est guère plus relui­sant. Deux groupes de presse, Transcontinental et Québecor, se partagent près de la moitié des journaux hebdomadaires publiés au Québec, soit au-delà d’une centaine.

22Le secteur de la radiodiffusion n’est pas en reste non plus avec la préé­minence d’un groupe de presse, Astral, propriétaire d’un grand nom­bre de stations de radio privées au Québec. Dans l’ensemble du Canada, le groupe Astral Média possède à lui seul 84 stations de radio de langues anglaise et française.

23En l’absence d’une loi anti-monopole comme il en existe aux États-Unis et en France, le Québec fait figure de champion de la convergence d’affaires dans le domaine des médias. Un niveau aussi élevé de concen­tration de la propriété pose évidemment un problème sérieux en termes de diversité des sources majeures d’information.

Dysfonctionnement du 4e pouvoir

24L’environnement médiatique comprend un grand nombre d’acteurs. Des acteurs qui ne partagent ni les mêmes objectifs ni les mêmes intérêts.

25Il y a d’un côté le milieu proprement médiatique, plus ou moins soli­daire et parfois même en opposition, celui des propriétaires de journaux, de magazines, de stations de radio et de télévision, de sites d’information en ligne, auquel se greffe celui des producteurs d’information, les journalistes.

26Tout autour d’eux, divers regroupements patronaux, syndicaux et professionnels gravitent et parfois s’affrontent. Association des quotidiens du Québec, Association québécoise de la radio et de la télévision, Fédéra­tion nationale des communications, Fédération professionnelle des jour­na­listes, Conseil de presse du Québec, tels sont les principaux joueurs du monde des médias au Québec.

27Tous ces acteurs du milieu médiatique ne sont pas sur la même lon­gueur d’onde et partagent encore moins une même vision de l’intérêt public et du bien commun.

28Mais l’ensemble des médias ne saurait fonctionner sans ses incontour­nables associés d’affaires, les commanditaires, dont la présence influence plus ou moins subtilement l’orientation. L’obligation de renta­bilité est un puissant moteur qui conditionne le fonctionnement des médias d’information et en colore inévitablement le contenu.

29Deux autres acteurs majeurs font partie intégrante du paysage du 4e pouvoir. D’abord, le grand public, à la fois raison d’être et consom­mateur de la production médiatique. Puis, l’État qui, par l’appareil gouver­nemental et judiciaire, en réglemente tant bien que mal l’activité médiatique.

  • 3  Un article de Stéphane Baillargeon paru dans l’édition du Devoir du 4 décembre 2012 en p. B 7, int (...)

30Or, la mutation qui touche l’univers médiatique est profonde. Nombre de médias traditionnels vacillent. Chez les journalistes, le marché de l’emploi souffre de précarité, le travail à la pige prenant de plus en plus d’ampleur. À cette conjecture s’ajoute un maigre niveau de confiance du public qui n’excède guère les 45 % bon an, mal an3.

31Pour assurer leur survie, tous les médias se sont lancés dans la pro­duction multiplateforme, proposant à leurs publics des productions écrites, sonores, visuelles et en ligne.

32Les journalistes, eux, doivent désormais jongler avec un assemblage de produits multiformes. Tantôt collecter des données, interviewer des acteurs de l’événement, effectuer une recherche documentaire, écrire un article ou un reportage ; tantôt effectuer un enregistrement sonore et tourner des images, puis les monter et en produire à la fois des topos radio et télé ou encore alimenter le réseau Twitter en textes de 140 caractères, appelés « gazouillis ». Tout cela dans un temps record.

33La période de production journalistique est désormais comprimée à sa plus simple expression. Le nécessaire recul devant l’événement, sa mise en contexte intégrale et l’analyse de ses enjeux et tenants et aboutissants sont en train de devenir des approches méthodiques et analytiques à la fois trop lourdes et lentes pour une époque obsédée par la vitesse. À ce rythme accéléré, la couverture journalistique risque fort de devenir de plus en plus redondante et superficielle.

34La culture des médias sociaux et des nouvelles en continu a imprimé une nouvelle réalité, dans laquelle l’information circule à une vitesse exces­sive. Cette rapidité de production et de diffusion est source de dérapages éthiques qui s’accumulent. C’est ce constat qu’on est à même de faire en voyant apparaître de nouveaux types de plaintes déposées au cours de la dernière année devant le Conseil de presse du Québec, des plaintes concernant des propos présumés méprisants et discriminatoires sur les réseaux Facebook et Twitter.

  • 4  La décision D2011-11-033 rendue par le Conseil de presse le 4 mai 2012 à l’encontre du jour­nalist (...)

35Qui plus est, le tribunal d’honneur de la presse vient de juger fondée une plainte à l’encontre d’un journaliste du quotidien montréalais The Gazette qui a manqué à son devoir de réserve et de rigueur en écrivant sur le réseau Facebook4.

  • 5  Un article de Joane Bérubé publié dans le magazine Trente, intitulé « L’affaire Marjorie Raymond : (...)

36La communauté journalistique québécoise s’inquiète non sans raison d’une perte de repères professionnels. Le traitement particulièrement discutable de l’affaire Marjorie Raymond en novembre 2011 a provoqué un lourd questionnement, répercuté dans le magazine de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, dans son édition de l’automne 20125.

37Le traitement médiatique du suicide de Marjorie Raymond, une adolescente de Sainte-Anne-des-Monts, assimilé de façon prématurée à une histoire d’intimidation à l’école, a donné lieu à un dérapage majeur en raison de l’extrême fébrilité de la couverture de l’événement par les médias sociaux Facebook et Twitter. Les réactions et commentaires des inter­nautes ont pris le pas sur l’enquête de fond sur le terrain. À la remorque des médias sociaux, la couverture journalistique des médias traditionnels a aussi été avalée par la tourmente médiatique.

38Mais il y a pire comme dérive éthique. Le cas de dérive le plus grave est survenu en Angleterre en 2010, on le sait, avec les pratiques plus que douteuses du quotidien News of the World de l’empire Murdoch et les relations étroites du journal avec le milieu politique britannique. Le scandale a entraîné la fermeture du quotidien à sensation et la mise sur pied d’une commission spéciale d’enquête.

  • 6  Un texte de l’Agence France-Presse paru dans Le Devoir du 5 décembre 2012, intitulé « Cameron pres (...)

39Les dirigeants de journaux de Grande-Bretagne se sont récem­ment fait servir un ultimatum par le premier ministre David Cameron. Ils devront rapidement mettre en place un nouveau système de régulation de la presse, sinon le gouvernement de Londres adoptera une législation pour encadrer le travail des médias6.

Des correctifs potentiels

  • 7  Un article paru dans La Presse du 26 septembre 2012, sous le titre « Le Globe and Mail dans l’emba (...)

40Nous sommes donc en présence d’un contexte de déliquescence de l’éthi­que des agents du 4e pouvoir. Et la liste s’allonge. Pour citer un dernier cas de manquement à l’éthique, mentionnons le plagiat auquel s’est livrée la chroniqueuse Margaret Wente du Globe and Mail de Toronto en 2009. La direction du journal a finalement adressé un blâme à sa journaliste vedette, après que l’affaire eut été traitée avec légèreté par l’ombudsman du Globe7.

  • 8  Voir dans les pages FORUM de La Presse du 4 décembre 2012, un texte d’opinion de Jean Baillargeon (...)

41Mais tout n’est cependant pas noir dans le monde du journalisme et de l’éthique professionnelle. Il faut avoir l’honnêteté de reconnaître que le journalisme d’enquête a contribué au Québec, au cours des dernières années, à redorer le blason de la profession, à la suite d’enquêtes répétées sur la collusion et la corruption dans le secteur de la construction et du milieu politique municipal, s’étendant vraisemblablement à tout le monde politique québécois. Le travail conjugué des médias, principalement de Radio-Canada et du journal La Presse, a débouché sur la création de la commission d’enquête Charbonneau en 20128.

42Maintenant, comment peut-on réussir à contrer le dysfonctionne­ment du 4e pouvoir et stopper le glissement éthique observé ? À mon avis, il faut envisager non pas une mais une série de mesures de trois différents ordres : déontologique, législatif et éducatif.

  • 9  Rapport de ce groupe de travail mandaté par la ministre de la Culture et des Communi­cations du Qu (...)

43Sur les plans éducatif et déontologique tout d’abord, il faut mettre l’accent sur la formation des membres de la presse en déontologie journa­listique, comme le recommandait en 2009 le Groupe de travail sur le journalisme et l’avenir de l’information au Québec, sous la direction de la professeure Dominique Payette9. Fait à noter, 57 % des membres de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) avouent n’avoir jamais suivi de formation en déontologie, selon un sondage effectué par l’organisme auprès de ses membres en 2010.

44Le groupe de travail de Mme Payette recommandait que les écoles de journalisme ajoutent un cours de déontologie appliquée, obligatoire dans leur cursus. Il recommandait également que la FPJQ et le Conseil de presse unissent leurs efforts pour confectionner un guide déontologique unique s’adressant à tous les journalistes professionnels.

  • 10  Rapport de ce groupe de travail mandaté par la ministre de la Culture et des Communi­cations du Qu (...)

45S’inspirant d’un modèle qui existe dans d’autres pays, dont la Belgi­que, le rapport du groupe de travail québécois allait nettement plus loin en recommandant l’adoption d’une loi sur le statut des journalistes québé­cois10, une étape menant à une plus grande professionnalisation du journalisme.

46Fait à signaler, la question du statut professionnel fait toujours large­ment consensus dans les rangs des journalistes québécois. L’obtention d’un tel statut poursuit un double objectif : en premier lieu, une reconnaissance professionnelle plus grande dans la pratique du journalisme et, surtout, un statut plus net permettant à la population de distinguer les professionnels de l’information du lot des amateurs. Une distinction en somme entre nouvelle véridique, rumeur et information approximative tout autant que subjective.

47Malencontreusement, cette étape majeure de développement dans le journalisme au Québec est paralysée depuis plus d’un an par une mésen­tente entre les deux organismes qui auraient à assumer la responsabilité conjointe de gérer la délivrance d’une carte de presse pour les membres reconnus de la profession. En effet, ni la FPJQ ni le Conseil de presse n’ont réussi jusqu’à maintenant à trouver un terrain d’entente sur la supervision du statut professionnel, une question toujours en terrain marécageux.

48Deux autres mesures à caractère législatif contribueraient à contrer le dysfonctionnement du 4e pouvoir.

49La première mesure devra passer par l’intervention du législateur au Québec et au Canada, comme dans d’autres États occidentaux, soit par l’adoption d’une législation balisant la circulation de l’information sur le Web. Une loi jetant un éclairage sur l’univers trouble d’Internet et permettant idéalement de guider le public vers des sources d’information dignes de foi.

50La seconde mesure législative préconisée vise exclusivement à freiner la concentration de la propriété des médias d’information qui a atteint un niveau indécent au Québec. Au cours des dix dernières années, des com­missions parlementaires se sont succédé en vain à l’Assemblée nationale, sans avancée significative, pour résoudre le problème de la concentration de la presse et assurer une plus grande diversité médiatique.

51En lieu et place de longs et inutiles palabres, le meilleur remède à la convergence n’en demeure pas moins l’adoption d’une loi anti-monopole par le gouvernement du Québec.

52Est-il réaliste de croire que les différentes mesures énoncées puissent se concrétiser à court ou moyen terme tant sur les plans éducatif, déontolo­gique que législatif ? C’est à tout le moins ce qu’il faut souhaiter pour stop­per l’affaiblissement observé dans l’éthique des agents du 4e pouvoir. C’est en dernier ressort à eux qu’incombe principalement cette responsabilité.

53Après quatre siècles d’existence et confronté aujourd’hui à la culture des médias sociaux, à la transmission instantanée de l’information à travers la planète et à une accélération du temps, le journalisme est rendu à un point charnière de son évolution.

54Une question fondamentale se pose : les agents du 4e pouvoir seront-ils en mesure d’en assurer la pérennité ? N’y a-t-il pas ici péril en la de­meure au sein même du journalisme ?

Haut de page

Bibliographie

Agence France-Presse (2012), « Grande-Bretagne – Cameron presse les jour­naux de mettre en place un nouveau régulateur », LeDevoir, 5 décembre.

Baillargeon Stéphane (2012), « Portrait du reporter en agent d’assurances – À peine un Américain sur quatre juge favorablement les journalistes », Le Devoir, 4 décembre, p. B 7.

Baillargeon, Jean (2012), « Commission Charbonneau : chapeau au journa­lisme d’enquête », La Presse, 4 décembre.

Bérubé, Joane (2012), « L’affaire Marjorie Raymond : les journalistes ont perdu leurs repères », Trente, vol. 36, no  3 (automne), p. 11-16.

Centre d’études sur les médias (2012), Comment les Québécois s'informent-ils ?, [En ligne], [http://www.cem.ulaval.ca/publications.php] (29 mars 2013).

Collard, Nathalie (2012), « Plagiat : le Globe and Mail dans l’embarras », La Presse, 26 septembre.

Payette, Dominique et Groupe de travail sur le journalisme et l'avenir de l'information au Québec (2011), L’information au Québec, un intérêt public, [En ligne], [http://www.mcc.gouv.qc.ca/index.php?id=3355&tx_lesecrits_pi1[swords]=Payette&tx_lesecrits_pi1[posted]=1&tx_lesecrits_pi1[ecrit]=592&cHash=c70a8ff93daaf8bb2de22d5b1a128d5e] (29 mars 2013).

Roy, Mario (2010), « Suiveux de twits », La Presse, Éditorial du 14 septembre.

Haut de page

Notes

1  Un éditorial de Mario Roy dans La Presse du 14 septembre 2010, intitulé « Suiveux de twits ».

2  Une recherche du Centre d’études sur les médias en 2012, sous le titre Comment les Québécois s’informent-ils ?

3  Un article de Stéphane Baillargeon paru dans l’édition du Devoir du 4 décembre 2012 en p. B 7, intitulé « Portrait du reporter en agent d’assurances ».

4  La décision D2011-11-033 rendue par le Conseil de presse le 4 mai 2012 à l’encontre du jour­naliste Peter Wheeland de The Gazette.

5  Un article de Joane Bérubé publié dans le magazine Trente, intitulé « L’affaire Marjorie Raymond : les journalistes ont perdu leur repères », p. 11 à 16.

6  Un texte de l’Agence France-Presse paru dans Le Devoir du 5 décembre 2012, intitulé « Cameron presse les journaux de mettre en place un nouveau régulateur ».

7  Un article paru dans La Presse du 26 septembre 2012, sous le titre « Le Globe and Mail dans l’embarras ».

8  Voir dans les pages FORUM de La Presse du 4 décembre 2012, un texte d’opinion de Jean Baillargeon au titre suivant : « Chapeau au journalisme d’enquête / Sans les reportages révélant les systèmes de collusion et de corruption, personne n’aurait voulu témoigner devant la commission Charbonneau ».

9  Rapport de ce groupe de travail mandaté par la ministre de la Culture et des Communi­cations du Québec, en p. 60 et 114.

10  Rapport de ce groupe de travail mandaté par la ministre de la Culture et des Communi­cations du Québec, en p. 60 et 114.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Maltais , « Stopper l’affaiblissement de l’éthique du 4e pouvoir », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 23 août 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1071 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1071

Haut de page

Auteur

Robert Maltais

Spécialiste en éthique, Robert Maltais travaille dans le domaine de l’infor­mation depuis trente-cinq ans, dont seize à la Société Radio-Canada. Tour à tour journaliste, chef de l’information de la station de la SRC à Rimouski et directeur de la radio et de la télévision de Radio-Canada à Sept-Îles, il a été le président fondateur du dernier quotidien né au Québec, Le Fleuve, qui a cessé de paraître en 1996 après une année de publication.

Robert Maltais a dirigé la permanence du Conseil de presse du Québec à titre de secrétaire général de 1997 à 2005. Il enseigne le journalisme depuis quinze ans dans différentes universités, dont les huit dernières années à l’Université de Montréal.

Après des études en journalisme à l’Université Laval et l’obtention d’une maîtrise en éthique de l’Université du Québec à Rimouski, il termine une thèse de doctorat sur le thème de la déontologie comme rempart du jour­na­­lisme à l’Université catholique de Louvain, en Belgique. Robert Maltais assume la direction du programme de journalisme de l’Université de Montréal depuis 2009 et a contribué à la création d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en journalisme offert depuis 2012.

Robert Maltais est l’auteur de deux ouvrages portant sur le journalisme. Le premier, Journal d’un journaliste en grève, est paru en 1981 aux Éditions La Maison de la page qui tourne. Le second, L’écriture journalistique sous toutes ses formes, a été publié en 2010 sous sa direction par les Presses de l’Univer­sité de Montréal, avec la contribution de trois collaborateurs.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org