Navigation – Plan du site
Dossier : La souffrance au travail

La souffrance sociale, pathologie des sociétés contemporaines

Marc-Henry Soulet
p. 72-77

Résumé

La souffrance sociale, qui prend chaque jour davantage d'ampleur sur la scène sociale, est à penser en lien avec la vulnérabilité structurelle propre à une société valorisant la propriété de soi. Elle fait en effet écho aux problèmes posés par l'autonomisation de l'existence en tant que norme sociale dans une société qui n’offre pas la garantie de supports institutionnels et de protections formelles. Tenter d'en comprendre les ressorts impose alors de centrer la réflexion sur les fragilités individuelles nées de l’exigence sociale d’autonomie et de réalisation dans une configuration sociétale qui dés-institutionnalise et privatise l’ensemble de l’activité sociale.

Haut de page

Texte intégral

1Octobre 2009. Vingt-troisième suicide de l'année chez France Télécom. Une véritable mode, comme l'a dit le président-directeur général de cette entreprise, attestant en cela les lois de l'imitation naguère mises en avant par Gabriel Tarde. La tentation est facile de tomber dans une telle explication. Il vaut mieux, me semble-t-il, partir d'une autre thèse, contemporaine de la précédente, celle de Émile Durkheim, montrant combien les conditions structurelles de l'organisation sociale peuvent être génératrices de situations pathogènes et soulignant, dans un célèbre ouvrage sur le suicide, combien l'affaiblissement des encadrements collectifs, la relativisation des règles sociales et l'épuisement des fins collectives peuvent être générateurs de « dé-moralisation », dont une des formes de concrétisation peut être la suppression de soi-même. Allons plus loin même, à la suite de cette thèse séminale, non seulement on doit considérer l'origine sociale de la souffrance sociale, mais encore on doit lier sa forme au type d'organisation de la société. Pour le dire plus directement, à une forme de configuration sociétale correspondent des formes de pathologie sociale éprouvées singulièrement par les individus.

2Quelles caractéristiques de l'organisation sociale qui est la nôtre aujourd'hui peuvent être génératrices de pathologie sociale ? Il est aisé de répondre à cette question en rappelant que ce qui définit au plus profond la société contemporaine, c'est son ouverture. Nous vivons dans une société ouverte marquée par l'indépendance et l'égalité formelle des individus au sein d'un système politique démocratique et d'une économie de marché. Dès lors, il est tout naturel de chercher dans cette ouverture les conditions d'une souffrance qui se donne en ce sens à voir comme la résultante des coûts individuels de la mobilité sociale. Cette explication connaît deux versants. Le premier, fortement fonctionnaliste, voit la souffrance sociale comme la conséquence néfaste du divorce entre, d'une part, les aspirations sociales des individus nourries par l'ouverture des possibilités de mobilité sociale et, d'autre part, la réalisation objective de cette mobilité. Sont ici pointées les ambitions déçues des individus qui n'accèdent pas aux positions désirées. La souffrance réside dans la frustration née des désillusions personnelles. Le deuxième lit la souffrance comme la conséquence d'une réussite qui conduit à l'échec. La mobilité voulue et réussie dévoile des contradictions sociales insupportables qui s'incorporent dans l'individu, générant des misères de position ou des névroses de classe.

3Aussi intéressantes soient-elles, ces deux lectures ne retiennent du phénomène structurel d'ouverture des sociétés contemporaines que l'idée de mobilité sociale et ses conséquences potentiellement négatives. Probablement faut-il privilégier une autre dimension de cette ouverture de la société : la vulnérabilité structurelle née de l'autonomisation de l'existence individuelle en tant que norme sociale et de la désocialisation des protections permettant l'accomplissement des individus. Cette perspective nous aide ainsi à mieux cerner les formes contemporaines de la souffrance sociale, entendue dès lors comme l'expression des fragilités individuelles nées de l'exigence sociale d'autonomie et de réalisation de soi dans une configuration sociétale qui n'offre pas la garantie de supports institutionnels et de protections formelles.

4Les vecteurs de la vulnérabilité structurelle caractérisent un double mouvement d'affaiblissement des amortisseurs sociaux (collectifs de travail, protections sociales, institutions régulatrices) et de report de responsabilité sur l'individu. Ce double mouvement se lit d'abord dans l'espace professionnel où l'on assiste à une profonde transformation des modes d'organisation du travail et de gestion des ressources humaines. Bien sûr, il y existe toujours des petits chefs mesquins et sadiques. Bien sûr, la réduction du nombre d'actifs engendre un surcroît de pression, une augmentation des taux de productivité par travailleur et, bien souvent, un durcissement des conditions de travail. Bien sûr, la tendance est à une flexibilité très forte et obligée (fractionnement des périodes de travail, irrégularité, voire imprévisibilité, des horaires de travail). Mais ce qui est au cœur de l'émergence d'une vulnérabilité structurelle dans l'espace professionnel est la profonde transformation de la condition salariale, devenue à la fois plus fragile et plus personnalisée avec une montée de l'insécurité professionnelle accompagnée d'une privatisation des biographies professionnelles.

5Par-delà le fait que les emplois sont plus fragiles et plus instables, s'opère en effet une transformation profonde du contenu et du contexte d'exercice des activités professionnelles pour lesquelles les individus sont de plus en plus sollicités dans ce qu'ils ont de singulier et de moins en moins dans ce qu'ils ont en commun. Les biographies professionnelles apparaissent dès lors moins comme l'expression d'un destin de classe et davantage comme une sanction personnelle faisant de chaque individu le responsable de sa destinée. Les transformations contemporaines du monde du travail se marquent non seulement par une tertiarisation forte (diminution du ratio ouvrier/employé) et donc par la qualification du travailleur par la relation de service qui le lie à la clientèle (il est de plus en plus défini par un rapport spécifique à une personne tierce n'intervenant pas dans le service rendu mais étant destinataire de celui-ci), mais aussi par une nouvelle organisation du travail (affectant même le monde ouvrier) présupposant davantage d'autonomie, de réactivité et de prise d'initiative. La nouvelle rationalité à l'œuvre dans le monde du travail développe des formes de management s'efforçant de façonner la subjectivité des salariés, visant à obtenir leur adhésion et non plus leur simple obéissance.

6De ce constat partagé par les analystes du monde du travail, il faut retirer trois idées centrales :

71) De façon croissante, l'activité professionnelle demande à chacun de réagir et de se comporter comme une personne à part entière, avec sa singularité propre, et non comme une unité échangeable de production, mais cela dans le cadre et dans les fins de l'institution de travail. On assiste ainsi à la diminution de la prescription des tâches et au développement simultané de la polyvalence et du travail en équipe ou en réseau. La mobilisation des savoirs et des savoir-faire des travailleurs vise à résoudre des problèmes et non à accomplir des tâches. La formation et le développement participatif deviennent la base du management, devant avant tout favoriser la multiplication des occasions d'apprentissage et de transfert des compétences, engendrant d'autant un sentiment constant d'insécurité parfois compensé par celui de la possibilité d'y voir des opportunités de se réaliser ;

82) Les travailleurs sont de moins en moins conduits à se penser en référence à des collectifs de travail préexistants, mais davantage en rapport avec leurs qualités propres. La gestion des ressources humaines est axée sur le développement des compétences et la logique de l'employabilité, valorisant des savoir-agir socialement en vue d'atteindre une plus grande synergie entre travailleurs. La performance individuelle dépend alors fortement de la compétence à collaborer et à communiquer, privilégiant l'usage des ressources personnelles en contexte situé. Les compétences professionnelles devant toujours être contextualisées et en relation avec le collectif de travail, ce dernier joue de moins un moins un rôle d'amortisseur des difficultés individuelles et de plus en plus celui d'accélérateur des tensions. La hiérarchie, moins verticale et plus horizontale, devient plus floue et sujette à faire coexister des ordres parfois contradictoires ; elle rend aussi le travail en équipe central en même temps que plus difficile et plus conflictuel ;

93) Émerge ainsi un mode de mobilisation et de contrôle fondé sur l'engagement envers l'entreprise, l'implication au travail et l'autonomie-responsable. L'activité professionnelle s'apparente alors à une prestation à accomplir dans un champ de responsabilité et non, comme jadis, à un programme strictement prescrit à suivre, laissant transparaître un contrôle indirect (contrôle des résultats et non supervision des tâches), une intensification de la responsabilité face à l'activité productive et une tendance à la déformalisation de la définition des règles (décentralisation de leur définition et promotion de procédures de discussion pour les constituer). Cette érosion du poste de travail comme principe d'organisation du travail marque la fin des métiers, faisant du travailleur un être davantage responsable, mais bien plus paniqué devant la tâche à accomplir.

10Le triple phénomène de déstandardisation du travail, de promotion du modèle biographique et de responsabilisation des agents, qui se déploie dans des situations de travail promouvant autonomie et initiative, dans des contextes de plus en plus informels, de plus en plus rapprochés des clients, souligne la personnalisation croissante de la sollicitation des travailleurs dans l'exercice professionnel : les réussites comme les échecs professionnels se révélant tout naturellement être l'expression de qualités personnelles. La capacité à faire face, à affronter les exigences sans cesse renouvelées du monde du travail, devient en ce sens un fait social, une propriété intrinsèque sur laquelle repose l'être-ensemble contemporain.

11L'affaiblissement des amortisseurs sociaux ne se traduit pas seulement par la transformation du rôle des collectifs de travail et de l'autonomie-responsabilitation professionnelle. Il se fait également sentir dans le champ des protections sociales. L'État social s'est construit sur l'obligation de tous les individus de s'inscrire dans des protections collectives abstraites garanties par l'État (lois sociales, conventions collectives, assurances sociales…). Cette grande transformation, instituée pour maintenir la co-existence du caractère démocratique de la société et du caractère libéral de l'économie, s'est traduite par un double mouvement de dé-marchandisation et de dé-communautarisation sur lequel s'est instituée la propriété sociale, condition de la promotion de l'individu moderne et de l'avènement du progrès social. Ce sont les collectifs qui protégeaient en permettant d'accéder à la propriété sociale, promue par les solidaristes, et, donc, au statut d'individu, et ce sans s'adosser à la propriété privée, et l'accès à ces collectifs de solidarité se faisait par le droit. Or, à cette première grande transformation succède de nos jours une autre grande transformation, la ré-individualisation de la solidarité par érosion et déconstruction de ces collectifs abstraits.

12Cette dé-collectivisation des protections est observable à un triple niveau : le rebalancement de l'équilibre des coûts entre risques assumés par la collectivité et risques endossés par les individus au nom de leur responsabilité, cela est notamment sensible au niveau des charges financières en matière d'assurance maladie ou d'assurance vieillesse ; la singularisation et la conditionnalisation du droit particulièrement visible en matière de revenu social d'insertion ; la promotion d'une conception entrepreuneuriale et privatiste de la solidarité. Par analogie avec le management participatif, la solidarité participative repose sur l'adhésion expressive des membres. Il s'agit d'une solidarité de responsabilisation par mise en vue de l'intégrabilité active des individus, c’est-à-dire par leur engagement à participer, à entreprendre, à faire société. De manière générale, on assiste au remplacement du principe de solidarité de la société envers ses membres par le principe de responsabilité des membres envers eux-mêmes et envers la collectivité. La redistribution des responsabilités entre État et individus est en effet au cœur de la modernisation actuelle de la protection sociale : les individus sont ainsi conviés de façon croissante à assumer leur propre protection.

13Par-delà la recomposition des responsabilités respectives de l'État, des collectifs et des individus, c'est en fait tout un renversement du rapport au risque qui s'observe dans les sociétés contemporaines. Un modèle responsabiliste du risque se substitue en effet progressivement au modèle solidariste du risque qui prévalait jusqu'à présent. Ce dernier, concevant le risque de façon négative comme un danger dont il faut se garder, privilégiait une logique de protection et de réduction du risque accompagnée, quand le risque advenait, d'un principe de réparation. Cette socialisation des risques étayée sur le principe assurantiel, promouvait la compensation du fait que le risque, et son exposition inégalitaire, étaient inhérents à l'organisation de la société et à la poursuite des fins qu'elle visait pour tous. Le modèle qui s'impose aujourd'hui propose une véritable révolution, au sens premier du terme, puisqu'il conçoit le risque de façon positive comme une opportunité à saisir et même plus comme un bien à défendre. Ce modèle entrepreneurial au sens fort du terme, basé sur une logique de la responsabilité et sur le principe de précaution, est pensé comme un support central de la dynamisation de la société en même temps que comme un principe fondamental de l'octroi de la dignité humaine. Dans une telle configuration, les dommages sont irréparables, il s'agit seulement de définir les seuils collectifs d'acceptation sociale des risques à prendre afin de les gouverner. Et ce gouvernement des risques concerne autant la société tout entière que chacun de ses membres. La réhabilitation du risque se trouve ainsi au centre du redéploiement d'ensemble de la société et du rapport entre individus, groupes et État. Outre qu'elle clive l'univers social entre gagnants et perdants sur la base de la capacité à entreprendre et à décider, elle instaure au cœur de la condition sociale l'incertitude comme réalité ordinaire. L'incertitude se présente ainsi comme le versant subjectif de la mutation normative se traduisant par une décollectivisation des protections et des perspectives et par un mouvement de re-responsabilisation de l'individu.

14La souffrance sociale est donc à penser en lien avec la vulnérabilité structurelle propre à une société de propriété de soi. Cette lecture de la souffrance est en effet charpentée autour de la prise en considération des problèmes posés par l'autonomisation de l'existence en tant que norme sociale dans une société qui n’offre pas la garantie de supports institutionnels et de protections formelles ; elle invite à se centrer sur les fragilités individuelles nées de l’exigence sociale d’autonomie et de réalisation dans une configuration sociétale qui dés-institutionnalise et privatise l’ensemble de l’activité sociale. De surcroît, les dispositifs de socialisation hétéronormée et autonomisante qui permettaient à chacun de se concevoir à la fois comme semblable et singulier, se transforment en profondeur.

15Se pose alors, dans la modernité avancée mettant toujours au centre l'individu, la question des modalités de formation de l'individu en tant qu'être émancipé et capable de s'orienter. Force est donc de devoir concevoir une socialisation individualisée, si l'on peut utiliser cet oxymoron résultant d'un travail de l'individu expérimentant un monde social pluriel et fragmenté et se construisant dans des interactions changeantes, par un travail d'appropriation sélective d'héritages institués et de ressources constituées permettant l'émergence de rôles appropriés, s'opposant aux rôles imposés, au cœur de la production de ce social individualisé. Au travers d'éléments de socialisations contradictoires, l'individu se construit comme sujet en distance aux rôles, devant pour ce faire, par un travail d'extériorisation de soi visant une demande dialogique de reconnaissance, matérialiser des preuves de soi. Cette socialisation par expérience repose sur trois plans : l'absence de transcendance venant l'organiser par en haut ; un travail d'expérimentation du monde social articulant le produit singulier de l'activité des individus et l'intériorisation de modèles pré-existants ; un travail de gestion relationnelle de soi exacerbant la dimension réflexive du soi en même temps que produisant un éclatement de celui-ci, imposant une activité continue de production et d'entretien de cohérence et de continuité identitaire. Ce mouvement d'ensemble souligne, d'une certaine façon, le report de la formation d'un individu émancipé, différencié et responsable sur l'individu lui-même et sur les appuis qu'il pourra prendre sur des institutions ayant perdu une grande partie de leur capacité instituante et qui ne se donnent plus à voir que comme des organisations. En ce sens, nous n'assistons pas tant à la disparition des normes de l'être-en-société qu'à la recomposition des règles autour de l'exigence d'individuation, c’est-à-dire la capacité à bâtir sa propre vie et à la rendre signifiante pour soi-même et pour les autres, mais ce parcours est semé d'embûches pour les individus ne disposant pas, ou pas suffisamment, des ressources sociales, psychologiques, économiques pour accomplir cette exigence.

16Le fonctionnement systémique et régulateur des institutions sur la vie sociale et sur les processus de socialisation qui permettait une intégration sociale, se fracturant, les individus sont alors poussés vers des situations de « désaffiliation » en même temps que d'individuation. Aussi, dans la mesure où la vie sociale s'apparente pour les individus à un équilibre d'intérêts contradictoires, à l'instar de la vie familiale, elle devient une affaire privée, se marquant par le regroupement volontaire et, par conséquent précaire, d'individus sur des bases affectives et électives.

17Jamais l'individu n'a été aussi libre, aussi peu soumis aux contraintes de la nécessité et aux normes sociales. Mais, en même temps, jamais il n'a été autant sur-exposé à la reconnaissance des autres dans ce qui le fonde au plus profond de lui-même, sa capacité à guider sa vie, sa compétence à être sujet de vouloir et de pouvoir sur sa propre histoire. Deviennent alors aujourd'hui centrales la production et la gestion sociales des identités individuelles ; il s'agit à la fois d'un procès de subjectivation en tant que production de sa propre biographie parmi d'autres sujets et d'un assujetissement aux autres, à la norme d'être acteur de sa propre vie. Cette individuation, cette exigence à se constituer comme un individu, repose sur une injonction paradoxale. Sois libre, sois autonome, sois responsable. Mais pour ceux qui n'y parviennent pas, il ne leur sera pas possible de mettre en cause le fonctionnement des appareils institutionnels ou les mécanismes de socialisation. Dans la mesure où l'autonomie est devenue une norme sociale, les ratés de l'autonomie doivent en effet être lus comme des formes de non-intégration. La positivité de l'autonomie se retourne alors, l'indépendance se mue en vulnérabilité, l'incertitude en infinitude, la responsabilité en responsabilisation.

18Le contexte contemporain se caractérise par la mise au centre de l'individu et par l'épuisement/invalidation des dispositifs de formation et de soutien de l'individu. Le mouvement d'ensemble de report sur l'individu de la tâche de se construire et de se gérer comme sujet institue en effet en son cœur l'incertitude, et ce de façon structurelle. Si, en effet, la production du social repose désormais davantage sur les épaules des individus par l'entremise des interactions qu'ils choisissent de nouer et des entreprises dans lesquelles ils décident de s'engager, leur intégrabilité, c’est-à-dire leur capacité à se tenir debout par eux-mêmes et à tenir toutes les promesses attendues d'eux, devient centrale dans la dynamique collective. Toutefois, le prix à payer est non seulement l'obligation de jouer le jeu de la responsabilité, sauf à devoir assumer une position de hors jeu, mais surtout la dissolution du tiers médiateur.

19Il faut ainsi concevoir combien la redéfinition du sens des groupements intermédiaires vulnérabilise les individus en les renvoyant à eux seuls pour structurer leur existence. Les relations sociales prennent en effet une dimension im-médiate et placent en leur cœur une exigence d'authenticité pour les individus, accroissant d'autant la violence des échanges. Ce contexte sociétal d'incertitude et de report de responsabilité sur les individus produit structurellement un univers de vulnérabilité pour tous dans la mesure où la société n'est plus tant à concevoir comme un univers de contrôle normatif des conduites de ses membres, mais comme un contexte d'épreuves et d'évaluations permanentes auxquelles doivent faire face les individus. La vulnérabilité est ainsi à entendre comme endogène aux caractéristiques du système social et elle se réalise en interaction avec les propriétés du système et celles des individus qui en sont membres.

20Les réalisations de cette vulnérabilité structurelle, c'est-à-dire son incorporation dans des situations concrètes, se thématise logiquement sous la forme de la blessure (étymologiquement la vulnérabilité renvoie au fait de pouvoir être blessé). Or, puisque la potentialité à être blessé est commune en raison du caractère structurel de la vulnérabilité, celui qui est atteint l'est en raison de ses particularités singulières (parce qu'il est moins vigilant, moins prudent, moins prévoyant, plus faible ou moins protégé). Bref, est blessé celui qui n'est pas en mesure de faire face avec ses propres ressources aux exigences de la propriété de soi (promotion, gestion, protection). En d'autres termes, cette vulnérabilité structurelle se donne socialement à voir sous la forme de blessures individuelles, se thématise sous l'angle de la souffrance sociale, illustrant les coûts, voire les échecs, à assumer les obligations sociales à être propriétaire de soi.

21Le contexte sociétal d'épreuves et de sélectivité identifie comme faible celui qui a moins réussi les épreuves ; c'est de cette révélation de son incomplétude, de son inaboutissement dans un univers de possibles démultipliés et de la pression à se réaliser que naît une souffrance individuelle socialement générée.La souffrance sociale devient en ce sens la résultante d'une situation produite par l’injonction paradoxale de l’autonomie obligée sans supports socialement disponibles pour y parvenir, sans amortisseurs sociaux aussi des effets négatifs de cette autonomie-responsable. Quand la production de soi devient problématique, quand la capacité à exercer notre autonomie atteint ses limites, non seulement s'opère un rabattement sur l'individu occultant toute responsabilité structurelle, mais aussi s'opère une transmutation de l'individu. Il est trop livré à l'indétermination de soi faute de pouvoir être confronté au regard autonome et normatif d'autrui qui, seul, permet, dans un processus réciproque, la révélation de soi et la construction de soi comme acteur parmi les acteurs (avec eux ou contre eux d'ailleurs). En cas d'échec, il n'est plus possible d'invoquer le fonctionnement du système ou le jeu de facteurs exogènes, seulement ses propres carences. Cette dévaluation ne se fait pas a priori sous la forme d'une discrimination des personnes marginales ou a-normales ; elle se fait a posteriori par l'identification des manques, des insuffisances, des fragilités qu'a révélés toute une biographie. En conséquence, ces individus qui auraient pu s'en sortir par une mobilisation de leur volonté et de leurs ressources, par un travail sur eux-mêmes et leur environnement, deviennent paradoxalement, parce qu'ils restent là où ils sont, responsables de leur situation, qu'ils soient travailleurs dépressifs ou chômeurs de longue durée. Cette logique favorise, en les objectivant, les facteurs endogènes ou intrinsèques à l'individu en privilégiant, comme moteur de la gestion de la situation, la norme d'internalité. Cette attribution de causalité personnelle révélée par un parcours chaotique participe à produire un effet de prophétie auto-réalisatrice quand les individus en viennent à intérioriser, puis à assumer ces manques et ces fragilités comme caractéristiques de leur état.

22On le voit. La souffrance sociale est loin d'être un effet de mode. Et ce n'est pas par hasard si les suicides, formes extrêmes de cette pathologie sociale qu'est la souffrance sociale, se manifestent dans les théâtres où s'exacerbe l'impuissance d'agir sur le monde en tant qu'être autonome et responsable. Dans la famille et sur le lieu de travail !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc-Henry Soulet , « La souffrance sociale, pathologie des sociétés contemporaines », Éthique publique, vol. 11, n° 2 | 2009, 72-77.

Référence électronique

Marc-Henry Soulet , « La souffrance sociale, pathologie des sociétés contemporaines », Éthique publique [En ligne], vol. 11, n° 2 | 2009, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/107 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.107

Haut de page

Auteur

Marc-Henry Soulet

Professeur de sociologie à l’université de Fribourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org