Navigation – Plan du site
Encadrement déontologique. Convergences et divergences

Vertus civiques et valeurs de l’entreprise : le journalisme américain et les intérêts concurrents sur la place publique

Jeffrey Dvorkin

Résumés

Aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada, les médias ont souvent éludé les problèmes éthiques, une situation en partie créée par la convergence des médias. Historiquement, cette convergence a été la conséquence d’un environne­ment financier plus incertain dans l’ensemble des médias, les forçant ainsi à se concentrer sur les questions financières et commerciales de la culture journa­listique. La conscience déontologique a diminué en conséquence. Pourtant, il n’existe pas de retour à une ère plus idyllique (si jamais elle a existé). Le défi pour les journalistes, les directeurs de médias et le public en attente d’informations plus fiables, c’est de restaurer la crédibilité des médias, de produire un travail journalis­tique de qualité et de retrouver la confiance du public.

Haut de page

Texte intégral

L’impact de l’économie sur l’éthique journalistique

1Les incertitudes économiques actuelles ont soulevé certaines interroga­tions des plus sérieuses à propos de l’état de santé de nos médias. La ques­tion est en réalité de savoir si ceux-ci sont encore capables de nous informer, nous citoyens, qui considérons encore les médias comme les poumons de notre démocratie.

2Les problèmes auxquels sont confrontés les médias, aux États-Unis comme ailleurs, ont mis des années, voire une génération, à se constituer. La crise économique, survenue en 2008, n’était pas le début d’une crise économique et informationnelle ; elle a seulement mis en lumière ces pro­blèmes de manière beaucoup plus crue.

3Au Canada, le rôle des médias a également évolué et, comme c’est souvent le cas, les médias canadiens ont été inspirés et influencés par l’environnement médiatico-financier des États-Unis.

4Une grande partie de ces évolutions concerne la télévision qui est devenue le support journalistique dominant au cours de la seconde moitié du xxe siècle, avec l’importante couverture médiatique d’une série d’événe­ments : le maccarthysme, les assassinats du président John F. Kennedy, de Martin Luther King, Jr. et de Robert F. Kennedy, le mouvement des droits civiques, la guerre du Viêtnam, les premiers hommes sur la Lune et, de manière encore plus importante, le scandale du Watergate.

5La télévision en général, et les journaux télévisés en particulier, fut un élément fondamental de la culture de masse en Amérique du Nord.

6À mesure que la télévision a massivement capté les publics d’autres médias généralistes, les incidences financières sont devenues de plus en plus évidentes. Étant donné l’énorme potentiel de profits que la télévision peut générer, l’ascendant du journalisme télévisuel a eu de profondes ré­per­cussions sur nos démocraties. Cela a également favorisé un changement du journalisme lui-même. En effet, les médias étaient autrefois considérés comme un service public pour tous les citoyens qui regardaient, lisaient et écoutaient les nouvelles du jour, considérant qu’il s’agissait d’un enga­gement civique. Mais de plus en plus, les informations sont devenues une marchandise, avec un potentiel commercial énorme.

7Une anecdote concernant le légendaire dirigeant de CBS News, Richard Salant, illustre cette transformation. Comme le rapporte le jour­naliste Bill Buzenberg, en 1986 Salant fut invité à une réunion au « Black Rock », le siège social de CBS à Manhattan (Susan et Bill Buzenberg, 1999). À son retour, il convoqua d’urgence une réunion du personnel, et les journalistes anxieux affluèrent sur le plateau du journal du soir de CBS de Walter Cronkite. Salant annonça qu’il avait « une bonne et une mauvaise nouvelle ». Un membre du personnel nerveux lui dit : « Donne-nous la bonne nouvelle d’abord, Dick. » « La bonne nouvelle, dit Salant, c’est que pour la première fois dans l’histoire de CBS, le département de l’infor­mation a généré, à lui seul, de l’argent sans l’apport du département des sports ou des divertissements. » Il fit une pause. « Et c’est aussi la mauvaise nouvelle. » Salant avait saisi ce que les autres ne tarderaient pas à com­prendre : dans un environnement post-Watergate, tous les services d’infor­mation, qu’ils soient en version papier ou électronique, étaient devenus des « centres de profits », rapportant à leurs sociétés mères des publics et des marges bénéficiaires de plus en plus grands.

8La manière de concevoir l’objectivité et l’équilibre fut subtilement, mais fortement, influencée par cette modification des paramètres du suc­cès journalistique. La prise de décision éditoriale est de plus en plus in­fluencée par le marché, l’accent étant mis sur la recherche de publics et de genres nouveaux : les reportages émotionnels autour d’histoires indivi­duelles, le divertissement et l’information du consommateur furent mis au premier plan, au détriment des affaires publiques et de la couverture internationale (Steinberg, 2008). Enfin, trois épisodes ont accéléré la transformation de la perception de la culture informationnelle du jour­nalisme nord-américain aussi bien chez les professionnels que chez les citoyens :

  • La fin de la guerre froide : cet événement a permis à plusieurs médias – tant écrits qu’audiovisuels – de repenser et de réduire leur engagement envers l’information internationale. Pendant les années 1990, ces médias ont – hormis quelques exceptions nota­ble – réduit la part des reportages internationaux. Des consultants en management, engagés pour maximiser les audiences et la rentabilité, ont souligné que la collecte d’information pour ce type de reportage est la plus coûteuse et d’un intérêt moindre en termes d’audience (Shaw, 2001). Même si certains médias ont confirmé leur engagement en faveur de l’actualité internationale après le 11 septembre et la guerre en Iraq, la quantité d’informations internationales reste plus faible que dans les périodes précédentes.

    • 1  Un certain nombre d’observateurs, dont Steven Stark, écrivain, et Todd Boyd, pro­fesseur d’études (...)

    Le procès d’O. J. Simpson (1995) : la fascination pour cet évé­nement dans le public anglophone a influencé le journalisme américain, qui s’est concentré sur les aspects sensationnels du procès, à savoir le crime, le sexe et la question raciale. On peut estimer que les origines de la saturation actuelle de la « téléréalité » proviennent de la couverture 24 heures sur 24 du procès : une histoire fascinante et relativement peu coûteuse à couvrir. L’affaire Simpson est donc très représentative de la manière dont les forces du marché influent sur les décisions journalistiques et les choix de programmation1.

  • La révolution numérique et l’émergence d’Internet : cette évolu­tion a fondamentalement modifié les méthodes de collecte et de diffusion des informations des journalistes ainsi que la manière dont le public les perçoit. Internet représente un changement puissant et révolutionnaire dans la diffusion et la consommation des informations, d’un niveau équivalent à l’invention de l’impri­merie, du télégraphe, de la radiodiffusion ou de la communication par satellite. Comme cela a été souligné, Internet a également été un élément perturbateur, altérant les modèles économiques tradi­tionnels et forçant les médias à trouver de nouveaux moyens pour tirer profit du contenu informationnel. En outre, la nature partici­pative d’Internet continue à engager le public dans la conversation et a ainsi bouleversé la dynamique unidirectionnelle de la com­munication de masse. Dans le même temps, l’immédiateté de la communication par Internet diminue également la capacité des médias à fournir une analyse contextuelle et réfléchie (Boczkowski, 2004 : 33).

La transformation des médias par la monétisation

9L’ampleur de la transformation des médias est maintenant considérée comme universelle et permanente. Picard a constaté cette évolution et a observé cinq facteurs principaux conduisant le changement et forçant les organisations médiatiques à évoluer :

  • L’abondance médiatique ;

  • La fragmentation et la polarisation du public ;

  • Le développement d’une gamme de produits ;

  • La force déclinante des entreprises médiatiques ;

  • Un changement de rapport de force global dans le processus de communication (Picard, 2008a).

10Picard souligne que l’abondance des médias a pour conséquence que les organisations médiatiques surapprovisionnent le marché avec de nou­velles offres. Mais cette croissance de l’offre médiatique disponible va au-delà de la demande du public. L’abondance a créé une fragmentation et une polarisation de l’audience. En effet, le public se disperse entre davan­tage de chaînes télévisées, de stations de radio, de livres, de magazines et de sites Internet. Ce phénomène aboutit à des résultats extrêmes dans l’utilisation ou la non-utilisation des médias disponibles. Picard établit également que les annonceurs ont pris conscience de cette évolution et ont réagi en disséminant leurs investissements et en payant moins pour les audiences plus petites. Ces changements dans l’utilisation des médias par le public ont pour conséquence que la concurrence n’est plus institution­nel­lement et structurellement définie. Elle est en constante redéfinition en fonction du temps et de l’argent que les consommateurs consacrent aux mé­dias. La concurrence se concentre désormais sur l’attention des consom­mateurs et sur ce que chacun peut leur offrir.

11De nos jours, l’argent est le nerf de la guerre : comment ne pas en perdre et comment le dépenser judicieusement pour maintenir le jour­na­lisme à flot ? Plus précisément, comment utiliser les médias numériques de façon à attirer suffisamment l’attention pour assurer l’avenir du journa­lisme ? Cela a été particulièrement vrai pour les médias américains, notam­ment pour la presse écrite, qui cherchaient alors à survivre à la récession et à changer de modèle économique par une numérisation croissante de leurs activités. Jusqu’ici, les journaux américains n’ont pas été en mesure d’enrayer la perte de publicité, que ce soit en version papier ou électronique (Mutter, 2012). Il en a résulté une réduction massive du nom­bre de journalistes employés par les journaux nord-américains – jusqu’à 45 000, uniquement pour les États-Unis en 2007 (date des dernières données) (Papercuts).

12Les implications pour le journalisme civique sont énormes. Résoudre ce problème ne sera pas facile, car il n’existe pas de solution évidente. Alors que les organisations médiatiques tentent de trouver une formule (ou des formules) permettant de préserver l’existant et de rentabiliser la pro­duc­tion médiatique, on ne parvient toujours pas à créer une culture mana­gériale éthique.

  • 2  La corporatisation consiste à mettre une activité en conformité avec les standards de
    l’entreprise (...)

13En 2012, avec l’hypercorporatisation2 des entreprises médiatiques, la restructuration des emplois par l’introduction des médias numériques et la vague de scandales qui a saisi plusieurs médias autrefois inattaquables, l’avenir du journalisme apparaît, au mieux, incertain. Les experts et prévi­sionnistes essaient de trouver une voie pour échapper à ces sombres perspectives.

14Rien ne paraît certain alors que les médias essaient simultanément de trouver des moyens de monétiser leur produit, de restaurer la confiance du public dans un journalisme qui sert la démocratie et de soutenir le moral des rédactions. Internet est à la fois le possible sauveur et l’ennemi. Une étude récente de Pew (2012) montre ainsi qu’actuellement, les journaux américains perdent dix dollars dans leur version imprimée pour chaque dollar investi dans leur site Internet. Le patient peut-il encore être sauvé ?

15D’un point de vue historique, l’âge d’or du journalisme et des médias qui le diffusent n’est pourtant pas si lointain. Pendant une courte période de l’ère post-Watergate, deux reporters du Washington Post ont pu révéler le niveau de la corruption politique et du cynisme présidentiel. Cet événe­ment a complètement changé la politique américaine et inspiré le journa­lisme américain. Le journalisme se percevait de nouveau comme un agent essentiel pour les valeurs démocratiques. Pourtant, Woodward et Bernstein sont devenus les égéries de cette vision du journalisme qui, en fin de compte, n’a pu perdurer dans une ère de pressions financières. De façon plus pernicieuse, le Watergate a peut-être donné au journalisme américain une vision démesurée de ses pouvoirs et de son importance qui ne pouvait persister.

16Le défi actuel consiste à comprendre pourquoi cette image du jour­nalisme a si peu duré. Mais il s’agit surtout de déterminer comment les médias peuvent redevenir plus utiles à la société, tout en restaurant leur propre estime par une relation managériale efficace et en intégrant la culture des salles de rédaction.

L’aggravation de la crise

  • 3  Voir Soraide (2011).

17La crise du journalisme s’aggrave. Michael Parks, professeur de journa­lisme et de relations internationales à l’USC Annenberg et ancien rédac­teur en chef du Los AngelesTimes, a ciblé une triple crise : l’ancien modèle économique s’est effondré, les journalistes ne posent pas les bonnes questions, ce qui leur fait perdre de l’audience et, enfin, il y a un problème de désengagement civique. Les citoyens ne peuvent pas influer sur les décisions qui sont importantes pour eux, les médias ne leur fournissent pas les informations qui leur permettraient de le faire et, par conséquent, ils choisissent de ne pas consommer ces produits médiatiques3.

  • 4  « Quality journalism as seen by newspeople », Canadian Media Research Consor­tium/Consortium canad (...)
  • 5  .Patino observe que le contenu médiatique augmente chaque année de 30  %.

18Ainsi, les médias sont perçus à la fois comme étant la victime et le coupable. Divers analystes voient l’avenir du modèle économique tradi­tion­nel des médias de manière uniformément sombre4. Alors que le public a accès à plus de médias – traditionnels et nouveaux – au moyen d’Inter­net, les audiences continuent de se fragmenter (Patino, 2006 : 375). Ces der­nières années, les différents groupes de médias ont connu la plus forte baisse d’audience et de publicité depuis une génération. Les causes sont multiples et souvent liées. La crise économique, qui a commencé en 2008, n’était pas à l’origine des problèmes économiques et informationnels qui touchaient le secteur, mais cette crise a certainement fait en sorte de les aggraver.

19Alors que les médias tentent de trouver des solutions à leur infortune économique, les problèmes éthiques ne cessent de s’accumuler et de s’im­po­ser au journalisme. En des temps économiques plus cléments, il aurait peut-être été plus facile d’ignorer ces problèmes. Mais de nos jours, ils deviennent plus visibles et sont même considérés comme un autre signe de la perte de substance du journalisme en général.

  • 6  Voir CBC News (2008).

20Ce déclin économique et éthique crée des victimes, même parmi les médias installés. Il conduit le public à s’interroger sur leur contenu et à remettre en cause ce qui fut une loyauté solide. Des journaux ont fermé leurs portes ou destinent une partie de leur production hebdomadaire uni­quement à leur site Internet6, les sociétés de diffusion ont mis fin à des programmes phares et, de manière générale, les médias ont été forcés de réévaluer et de repenser radicalement les croyances sous-jacentes qui avaient, jusqu’à présent, si bien servi leurs audiences et leurs actionnaires.

21Pourtant, ces questions éthiques qui concernent plusieurs médias sont soit ignorées, soit, dans le cas de Rupert Murdoch et des récents scan­dales à la BBC, abordées à contrecœur sous la pression extérieure et du fait de l’inévitable effondrement de l’image qu’elles provoquent.

Le dilemme de l’annonceur

  • 7  Voir World Association of Newspapers (2008 : 7).
  • 8  Craigslist est un site de petites annonces très populaire aux États-Unis (note du traducteur).

22Aux États-Unis, il y a désormais de sérieuses répercussions financières et sociétales à cette évolution. Les annonceurs mettent en doute la solidité de leur relation avec les médias traditionnels. Ces relations étaient pourtant une source de revenus stables et conséquents. La pénétration grandissante des informations en ligne est à l’origine de cette évolution. Ce faisant, elle a à la fois fracturé les audiences et dispersé des revenus publicitaires déclinants7 à travers une gamme d’offres médiatiques toujours plus importante (Khan, 2009 : 5-7). Comme il se dit dans la presse papier, « Craigslist de­vient l’expression désignant la menace que la publicité en ligne pose aux journaux » (Cohen, 2008)8.

  • 9  Il s’agit de sites où les publicitaires paient seulement pour les résultats mesurables. Avec les a (...)
  • 10  Online Canadians and The News [http://www.mediaresearch.ca/en/projects/
    documents/OnlineCanadiansan
    (...)
  • 11  Barnard, Robert, Sec. 1.3, Youth and the Media [http://www.wan-press.org/IMG/pdf/Youth_Media_DNA.p (...)
  • 12  Voir http://www.techcrunch.com/2008/11/16/online-ad-growth-grinds-to-a-halt/.

23Plus inquiétant, les annonceurs se tournent de plus en plus vers la publicité en ligne payée au résultat9. Alors que les médias de masse, en par­ticulier la télévision, prédominent encore, une part importante de l’au­dience et des publics particuliers se déplacent des médias traditionnels vers les sites en ligne. Ces sites répondent à un marché de niche, mais ont un potentiel de gains financiers plus réduit10. Ce phénomène est particulière­ment visible chez les jeunes consommateurs de médias11. Alors que les audiences en ligne augmentent, elles restent comparativement peu élevées. Mais les publicitaires hésitent à suivre le public, peut-être parce que les modèles de consommation des jeunes consommateurs restent relativement faibles comparés à ceux de leurs aînés, ce qui diminue d’autant la capacité des médias traditionnels et de nombreux sites Web à être autosuffisants financièrement12. Actuellement, les annonceurs ne sont pas convaincus que le Web est la réponse à leurs demandes économiques. Thomas E. Patterson du Centre Shorenstein de l’Université d’Harvard présente, dans une étude portant sur 160 sites d’information, une théorie à la fois intri­gante et décourageante à propos de la publicité en ligne. Patterson avance l’idée suivante : étant donné qu’Internet offre une manière fondamentale­ment diffé­rente de considérer l’information (il encourage une approche plus éphé­mère et moins contextuelle de la consommation médiatique par  rapport aux médias traditionnels), les publicités sur le Web ne seraient pas aussi efficaces que celles sur des supports traditionnels.

Je ne suis pas sûr, dit Patterson, [que les annonceurs] soient pour l’instant convaincus que cet outil de vente [un encart publicitaire en ligne] soit si formidable. La preuve n’est pas encore faite qu’ils peuvent ramener le chaland dans un magasin comme une publicité d’une page dans un journal papier. Les annonceurs sont moins confiants à propos de ce qu’ils obtiennent en ligne (2007 : 33-34).

  • 13  Il existe pourtant de nouvelles formes de commercialisation d’Internet qui semblent gagner des sou (...)
  • 14  Voir http://www.wired.com/wired/archive/12.10/tail.html.

24Il en a résulté une dispersion centrifuge et simultanée de leurs audiences et de leurs revenus. Prises dans leur ensemble, les audiences des médias traditionnels continuent de progresser, mais elles sont moins concentrées sur un petit groupe de médias. Paradoxalement, alors que la consomma­tion d’informations progresse, les médias traditionnels peuvent de moins en moins compter sur une audience stable13. Ce dilemme est surnommé « Long Tail14 », un problème de l’ère Internet tant pour les marchands que, de plus en plus, pour les entreprises de médias.

  • 15  Le Los Angeles Times rapporte (12 janvier 2009) que, pour la première fois, les revenus provenant (...)

25Les sociétés de diffusion radiotélévisée ont particulièrement suivi cette tendance et créé des produits de niche, plus petits et plus spécialisés, qui ont été un succès financier. Mais cela a eu pour effet de siphonner le public des médias traditionnels. Un récent rapport du Canadian Media Research Consortium/Centre d’études sur les médias sur les attitudes des journalistes québécois révèle que beaucoup estiment que le public ne peut maintenant plus espérer recevoir l’information nécessaire pour développer « une vision éclairée de l’actualité » à partir d’une seule source d’informa­tion (Marcotte, 2008 : 104). Le public est aujourd’hui constamment à la recherche d’informations venant de plus d’une ou deux sources. Il semble s’informer par des sources plus diverses et diffuses, souvent accessibles gra­tuitement sur Internet. Les principaux médias ont ainsi vu leurs audiences, autrefois fidèles, et leurs revenus diminuer à mesure que le public regardait ailleurs – même s’il n’abandonnait pas ses sources d’information tradition­nelles. Cela a été la base d’un changement spectaculaire pour la culture et l’économie des médias, avec des consé­quences dont on voit quotidien­nement l’évolution15. Les différents médias découvrent aujourd’hui qu’ils ne peuvent plus compter sur les capitaux propres et que la fidélité de leur public disparaît rapidement.

26Plus inquiétant, alors que le public abandonne ce qui était autrefois des bases solides de la communauté – les quotidiens (World Association of Newspapers, 2008 : 271) et les informations des télévisions locales –, on voit mal comment reconquérir ce marché ou en trouver un nouveau. Aux États-Unis, certains journaux ont récemment exploré une piste intéres­sante par la création de paywalls. Il s’agit de permettre aux lecteurs, en contrepartie d’une petite somme mensuelle, d’effectuer un nombre maxi­mal de téléchargements gratuits. Cette méthode offre déjà des perspec­tives en matière de stabilisation financière. Cependant, ce procédé pourrait être trop timide et arriver trop tard.

Un public aux loyautés mouvantes

27Les médias traditionnels tentent actuellement de diriger le flux des audiences et des revenus vers leur propre site Internet. Jusqu’ici, les moyens déployés pour stabiliser le système n’ont pas suffisamment bien fonctionné pour être globalement appliqués comme un modèle économique. Par conséquent, dans le milieu des médias de masse, Internet est largement vu à la fois comme le malfaiteur et le sauveur. Mais dans le même temps, Internet n’a pas encore révélé, de manière systématique, sa capacité à trans­former et à unifier l’interaction humaine et l’expérience journalistique. Il n’a pas davantage permis de faire émerger un modèle économique auquel les principaux médias pourraient adhérer et qui pourrait mener cette transformation.

28Certains observateurs ont constaté ces changements d’habitudes du public durant les périodes économiques incertaines (Picard, 2008b : 211-229). Dans le même temps, les nouvelles technologies et les nouveaux sup­ports ont créé une multitude d’offres technologiques et informationnelles, renforçant ainsi l’impression qu’une autre révolution des communications, comparable aux inventions majeures du passé, est en cours. Les entreprises du secteur, au lieu de créer une offre de masse nouvelle et accessible comme les technologies d’antan l’ont fait (radio, télévision), apparaissent aujourd’hui paralysées devant l’embarras du choix. Plus âgé, le public principal reste fidèle aux anciens médias (radio, télévision et presse écrite) alors que le public plus jeune est moins impliqué, mais plus engagé envers les nouvelles formes de médias et supports (en ligne, cellulaire, lecteurs MP3, etc.) (Picard, 2008b : 211-229).

29Face à cette incertitude d’Internet, les médias traditionnels semblent uniquement capables de fournir un aperçu attrayant de ce qui pourrait se faire. L’incertitude règne à mesure que le public papillonne entre les diffé­rentes offres de médias, apparemment illimitées, qui lui sont proposées. Alors que quelques formes de médias sociaux (LinkedIn, Facebook, YouTube) ont acquis une certaine reconnaissance, d’innombrables autres en sont encore à tenter de se rendre disponibles, en espérant recevoir le succès qu’ils pensent mériter. Bien sûr, ceux-ci s’inscrivent dans un cyber-Hollywood archétypal de jeunes espoirs cherchant la richesse et la gloire. Dans les faits, peu d’entre eux atteindront la célébrité.

  • 16  Voir Canadian Newspaper Association (2007).
  • 17  Voir Pew Reseach Center’s Project for Excellence in Journalism (2012).

30Comme les annonceurs délaissent les médias traditionnels, mais sans développer de stratégie claire, les taux de marge des journaux au Canada stagnent à environ 13 %16 alors qu’aux États-Unis, ils sont en moyenne de 19 %17. La situation reste contradictoire, confuse et stressante pour ceux qui s’intéressent au rôle des médias et du journalisme dans notre société.

31La crise économique est venue s’ajouter à cette situation incertaine. Les entreprises du secteur ont été sévèrement touchées – certaines de manière permanente – par la crise qui a commencé le 15 septembre 2008 avec l’effondrement de Lehman Brothers. Le marché du crédit a été gelé, avec peu d’assurance quant au moment où de nouveaux capitaux pour­raient être alloués à des développements nécessaires. Les conséquences à long terme pour le journalisme sont difficiles à prédire, ce qui aggrave encore le pessimisme et l’inquiétude ambiants.

32Plus frappant, les organisations médiatiques continuent de licencier du personnel éditorial à un rythme sans précédent. Plus inquiétant, elles remplacent les employés les plus anciens, avec leur mémoire historique et organisationnelle, par de jeunes travailleurs moins coûteux. Ces deniers sont plus à l’aise avec les nouveaux médias, mais moins au fait des prati­ques passées et des obligations éthiques.

  • 18  Association canadienne des journalistes, communiqué de presse, 5 janvier 2009.

33Selon l’Association canadienne des journalistes, depuis octobre 2008, plus de 1 200 employés à plein temps ont perdu leur emploi dans les entre­prises du secteur médiatique canadien18. Plus récemment, The Globe and Mail a proposé des départs anticipés à la retraite à 10 % de son personnel (Robertson, 2009 : B7). L’éditeur Philip Crawley annonçait que même si les 80 employés touchés décidaient de partir, d’autres départs seraient peut-être envisagés si la situation financière du journal ne s’améliorait pas. En 2012, The Globe and Mail a demandé à tous ses salariés de prendre une semaine de congé sans solde. Par ailleurs, on demande aux journalistes encore employés de produire au moins autant qu’avant et sur différentes plateformes médiatiques. Cela ne fait que renforcer l’idée que la qualité du journalisme et celle du débat démocratique vont décliner au Canada.

34Ces coupes ont été effectuées dans l’espoir que cette diminution du coût du travail puisse démontrer aux banques et aux investisseurs privés une volonté de réduire les coûts, ce qui les encouragerait à investir pour soutenir le projet du journal. Pourtant, peu de financement semble pour l’instant arriver en contrepartie de toutes ces restructurations.

35Une étude marquante, récemment commandée par le gouverne­ment français à propos de l’avenir des journaux, résume succinctement le dilemme auquel tous les médias doivent faire face : « Sans lecteurs, pas d’avenir pour la presse écrite. Sans journalistes, pas de presse écrite » (Les États généraux de la presse écrite, 2008 : 183).

36Incontestablement, nous vivons une période tendue et stressante pour le journalisme et les journalistes. L’optimisme est une denrée rare dans les salles de rédaction qui voient des collègues de longue date partir avec une expérience, une histoire institutionnelle et des capacités de tutorat qui pourraient prendre des années à  retrouver chez ceux qui res­tent dans ces organisations en transition.

37Alors que les directeurs de grands médias ont été prudents, mais optimistes à propos de l’avenir (optimisme nécessaire pour essayer de rassurer les actionnaires, les employés et les investisseurs quant à la viabilité à long terme), les journalistes et le public le sont moins.

  • 19  Voir Pew Reseach Center’s Project for Excellence in Journalism (2008).
  • 20  D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si les journalistes du Canada anglais partage (...)

38Une récente enquête du Pew Research Center for the People and the Press et du Project for Excellence in Journalism sur les journalistes américains a montré que dans les salles de rédaction le malaise était bien plus présent19. Les journalistes basés au Québec, interrogés pour la publi­cation récente du CMRC, considèrent que la survie de chaque service d’information est constamment menacée (Marcotte, 2008)20.

39Le rapport, publié avant la crise des prêts à haut risque et la crise économique qui a suivi, est sinistrement prémonitoire dans son anticipa­tion de la situation actuelle. Il affirme que

la crise financière à laquelle font face les organisations médiatiques est si sérieuse que cela fait désormais passer au second plan les préoccupations concernant la qualité de la couverture des événements, l’affaiblissement de la crédibilité des médias d’informations, et d’autres problèmes qui ont occupé l’esprit des journalistes lors de la dernière décennie (Marcotte, 2008 : 104).

40Le rapport note également qu’une « majorité toujours plus grande de journalistes de médias nationaux – 62 % contre 51 % en 2004 – estiment que le journalisme prend une mauvaise direction. La moitié des journa­listes Internet et environ la même proportion de journalistes locaux (49 %) ont également une vision négative de l’état de leur profession » (Marcotte, 2008 : 39). Mais le sondage montre également que les journalistes améri­cains restent optimistes quant à la qualité de leur travail. Une majorité d’entre eux déclarent que, malgré le climat financier, ils sont moins préoc­cupés par une perte de crédibilité auprès du public que par la capacité des différents médias à survivre, et si possible à se transformer et à prospérer dans une nouvelle économie des médias.

Pour de nombreux journalistes, les problèmes financiers aux­quels est confronté le secteur proviennent directement de l’essor du journalisme sur Internet. Globalement, 16 % des journa­listes nationaux – 26 % de ceux qui travaillent pour des journaux papier – citent le modèle économique actuel du jour­nalisme ou le défi spécifique de réaliser un bénéfice à partir du journalisme en ligne, comme le problème le plus important auquel doit faire face leur profession (Pew Reseach Center’s Project for Excellence in Journalism, 2008).

« L’exceptionnalisme » américain de la radiotélévision publique

41Néanmoins, malgré ces perspectives plutôt sombres, il reste quelques lueurs d’espoir. Contrairement à ses concurrents privés, la radiotélévision publique étatsunienne a démontré qu’il était possible de préserver la qualité des programmes et de maintenir des taux d’audience élevés – les radios publiques sont même à un niveau comparable à celui des radios commerciales.

42Seymour Martin Lipset (1997 : 32) définit « l’exceptionnalisme américain » comme le produit de complexités et de contradictions qui appa­raissent lors de la révolution américaine au xviiie siècle. En réalité, les États-Unis se sont toujours considérés comme un pays exceptionnel et délibérément non européen. Ils se voient comme un pays de citoyens unis par le partage d’un ensemble d’idéaux. Il s’agit notamment de l’indivi­dualisme, de l’autonomie, de la méfiance envers le gouvernement, du populisme et de l’égalitarisme.

43La radiodiffusion publique aux États-Unis reflète ces valeurs beau­coup plus fidèlement que les médias commerciaux monopolistiques.

44Même si des recherches universitaires importantes sur les origines de la radiodiffusion publique en Amérique ont été publiées, ce sujet reste un champ encore peu exploré au Canada. Les comparaisons entre les valeurs des radiodiffusions publiques étatsuniennes et non étatsuniennes ne sont qu’au stade des explorations préliminaires par les universitaires, et nous pouvons déjà anticiper des conclusions intéressantes.

45À la différence de la radiodiffusion publique au Canada et au Royaume-Uni, créée par des gouvernements conservateurs comme un contrepoids élitiste aux tendances populistes des médias commerciaux, la radiodiffusion américaine fut créée aussi bien par des universités d’État que par une impulsion libérale typiquement étatsunienne. Aux États-Unis, la radio a émergé comme une technologie populaire de l’entre-deux-guerres. Comme Engleman l’a décrit, son développement est à peu près similaire à celui du télégraphe au xixe siècle : « […] d’abord, un enthousiasme populaire, ensuite un marché chaotique et enfin, le mono­pole d’entreprises soutenues par le gouvernement » (1996 : 37).

  • 21  Le Congrès a adopté une série de lois onéreuses qui imposent des restrictions tech­ni­ques et fina (...)

46À l’origine, les radios publiques étatsuniennes, principalement développées à partir du réseau universitaire, ont été perçues comme une agence d’enseignement public. En 1929, il y avait plus de 200 stations de radio, toutes indépendantes tout en étant unies, non par un réseau, mais par une coalition désorganisée d’enseignants ayant des opinions politiques proches. Comme le potentiel commercial des radios devenait de plus en plus évident, le Congrès adopta une série de lois qui renforçaient la pro­priété privée et diminuaient l’accès public. Au début des années 1930, il restait seulement quatre stations de radio sous licence d’établissements de l’enseignement supérieur, toutes dans le Middle West américain21.

47Cependant, grâce au soutien populaire et à la combinaison d’une philanthropie locale et d’un accès politique à l’échelon municipal, les radios publiques réussirent à survivre, sans toucher pour autant les marges de profit des réseaux de radios commerciales. La persévérance des direc­teurs de radios publiques, le soutien croissant des auditeurs et le retour à des valeurs politiques libérales dans les années 1960 ont posé les bases d’un renouveau grâce au programme de Grande Société du président Lyndon B. Johnson. En 1969, la Grande Société proposa la mise en place d’une radiodiffusion publique soutenue par le gouvernement. Cependant, étant donné la méfiance des Américains à l’égard de toute implication du gou­vernement dans le journalisme, tous les fonds alloués par le Congrès devaient être filtrés par un organisme indépendant, lui-même créé par une loi votée par le Congrès, la Corporation for Public Broadcasting (CPB).

48La CPB continue à recevoir une dotation annuelle du Congrès et décide de manière indépendante quelles sociétés de diffusion publiques doivent profiter des fonds. La CPB a également contribué à unir les radios publiques indépendantes et les chaînes de télévision dans un vaste réseau d’entreprises : la National Public Radio (NPR) pour les radios et le Public Broadcasting Service (PBS) pour les télévisions. Au contraire de la Société Radio-Canada (SRC) ou de la BBC, les sociétés de diffusion publiques américaines ne sont pas tenues de diffuser des programmes qui provien­nent de leur réseau et restent, à ce jour, indépendantes de toute autorité centrale. Elles peuvent diffuser des programmes spécifiques, et doivent payer pour cela.

49La radio publique est restée très individualiste et a créé d’autres réseaux coopératifs qui sont restés fidèles à des valeurs politiques ou régio­nales particulières. Dans les années 1990, il y avait à peu près 200 radios et chaînes de télévision particulières, soit à peu près autant que dans l’après-Première Guerre mondiale. La croissance spectaculaire de la radio publi­que américaine des années 1990 fut favorisée par deux événements : la première guerre du Golfe (1991) et la reprise du Congrès par le Parti républicain (1994).

50Alors qu’auparavant les reportages et informations internationales étaient, pour la plupart, fournis par la BBC, la NPR décida de couvrir la première guerre du Golfe en envoyant sa propre équipe de reportage. La présence de la NPR au Koweït et en Irak changea à la fois la nature et le profil de ses services d’information. Ce fut un véritable succès d’audience et la NPR commença à mettre en place un service d’information spéci­fique qui pouvait fournir des reportages nationaux et internationaux de grande qualité, contextuels et offrant une vision différente. Il en a résulté une augmentation du nombre de stations de radio qui ont accepté de programmer les reportages de la NPR. En 1994, le nombre de stations de la NPR s’élevait à 350.

51Aux élections de mi-mandat de 1994, le Parti républicain, mené par un Newt Gingrich qui fut élu président de la Chambre des représentants, remporta la majorité aux deux chambres du Congrès. La première pro­messe du président Gingrich était de mettre fin au financement de la radiodiffusion publique : « Je ne comprends pas pourquoi ils appellent cela de la radiodiffusion publique. De mon point de vue, il n’y a rien de public dans tout cela ; c’est une entreprise élitiste. Rush Limbaugh, c’est de la radio publique » (Edwards, 1995 : 43).

52Les efforts des conservateurs américains pour remettre en cause la radiodiffusion publique ont, en définitive, tous échoué. Mais, à mesure que l’audiovisuel public obtenait une meilleure visibilité et un soutien croissant des auditeurs et téléspectateurs, les attaques des conservateurs se sont pour­suivies. La NPR et le PBS étaient en effet devenus des cibles faciles, particulièrement en période électorale.

Les médias et l’avenir de la démocratie

If a nation expects to be ignorant and free, in a state of civilization, it expects what never was and never will be.

Thomas Jefferson

53Chaque jour apporte son nouveau lot de spéculations et d’incertitudes quant à la manière dont les médias doivent s’adapter pour survivre. Au­cune des perspectives évoquées ne fournit de réponse simple sur la manière dont les organisations doivent procéder (si ce n’est de le faire avec pru­dence). Pendant ce temps, le public attend de plus en plus impatiemment de voir la réorganisation, plus ou moins radicale, du paysage médiatique. Les journalistes craignent de devoir quitter la profession dont ils ont fait un choix de vie, ils redoutent même que leur métier disparaisse.

54Les défis auxquels doivent faire face les médias, sous toutes leurs formes, sont énormes :

  • La presse écrite doit trouver de nouveaux moyens de restructurer et de rentabiliser ses produits, tout en fournissant des informa­tions contextuelles et réfléchies afin de servir un public à la fois citoyen et consommateur, et doit créer un sentiment d’identité partagé.

  • La radiotélévision doit également s’assurer que l’ensemble de son audience bénéficie d’un égal accès à des informations de qualité. Le public ne doit pas se sentir pénalisé géographiquement et condamné à un statut de seconde classe parce qu’il ne peut accéder aux médias disponibles dans les grandes régions métropolitaines.

  • Le journalisme en ligne est devenu un défi pour les médias tra­ditionnels, à mesure que le public démontre que les journaux et la radiotélévision ne sont plus les médias par excellence. Ces médias doivent trouver des formes effectives de partenariat avec ce nouveau journalisme et avec les réseaux sociaux afin de relever le niveau journalistique, d’impliquer davantage le public et de servir les citoyens de manière à la fois plus intéressante et plus efficace. L’information en ligne a certes ses propres défis et une culture particulière. Mais, à mesure que les audiences en ligne augmen­tent, celles des médias traditionnels continuent de décliner.

  • Les médias doivent trouver une manière d’engager les annonceurs dans cette réflexion. Les entreprises du secteur souffrent d’un découplage des annonceurs avec les médias traditionnels. L’industrie de la presse écrite semble être la plus touchée par cette rupture. Pourtant, sans source fiable de revenus ni volonté de l’in­dustrie publicitaire de prendre part à cette réflexion, l’avenir des médias de masse – qu’ils soient traditionnels ou en ligne – appa­raît particulièrement sombre. Sans un flux de revenus fiables et réalistes, les médias et la démocratie qu’ils doivent servir s’affai­blissent et deviennent sensibles aux influences politiques ou économiques.

  • Le gouvernement, les organismes de régulation et le monde uni­versitaire doivent également assurer aux citoyens et aux travail­leurs des médias qu’ils sont eux aussi conscients des enjeux et des conséquences de cette transformation. Faire moins que cela accen­tuerait le malaise grandissant concernant des médias qui appa­raissent de plus en plus déconnectés de cette réalité : la qualité du débat démocratique dépend de l’accès à une information contextuelle et fiable. Il faut encourager la responsabilisation et la transparence des médias, en particulier dans la période anxiogène et incertaine que nous connaissons. Cette responsabilisation doit se faire des hautes sphères des organisations médiatiques jusqu’aux salles de rédaction.

  • Le fonctionnement des médias concernant les questions internes des rôles et des responsabilités doit être repensé et restructuré afin d’établir la manière dont une organisation véritablement éthique peut fonctionner efficacement.

Haut de page

Bibliographie

Boczkowski, Pablo (2004), Digitizing the News, Cambridge, MIT Press.

Buzenberg, Susan, et Bill Buzenberg (dir.) (1999), Salant, CBS and the Battle for the Soul of Broadcast Journalism, Colorado, Boulder.

Canadian Newspaper Association (2007), Annual Report.

Cohen, Noam (2008), « Craig (of the List) looks beyond the Web », New York Times, 12 mai.

CBC News (2008), « National post axes weekday editions in Manitoba,Saskatchewan », 30 octobre, [En ligne], [http://www.cbc.ca/arts/story/2008/10/30national-post.html] (2 décembre 2012).

Edwards, Ellen (1995), « Gingrich vows to zero-out CPB », Washington Post, 17 février.

Engleman, Ralph (1996), Public Radio and Television in America – A Political History, Thousand Oaks, Sage.

Les États généraux de la presse écrite (2008), Livre vert, Paris, le 8 janvier, [En ligne], [http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/094000017/0000.pdf] (2 décembre 2012].

Khan, Imran (2009), Nothing But Net, 2009 Internet Sector Outlook, J.P. Morgan Securities Survey, 5 janvier.

Lipset, Seymour Martin (1997), American Exceptionalism, Éditions Norton, New York.

Marcotte, Phillipe (2008), Quality in Journalism as Seen by Newspeople, Québec, Centre d’études sur les médias/Canadian Media ResearchConsortium.

Mutter, Alan (2012), Reflections of a Newsosaur :Online Sales Are Flat-lining at newspapers, [En ligne], [http://newsosaur.blogspot.ca/2012/11/online-sales-are-flat-lining-at.html] (2 décembre 2012).

Papercuts,2012 layoffs and buyouts at U.S. newspapers, [En ligne], [http://newspaperlayoffs.com/] (2 décembre 2012)

Patino, Bruno (2006), « État des lieux du secteur de la presse écrite », Livre vert, États généraux, Paris.

Patterson, Thomas E. (2007), « The decline of newspapers : The local story », Nieman Reports, vol. 61, no 4 (hiver).

Pew Research Center’s Project for Excellence in Journalism (2012), « State of the media », 11 avril, [En ligne], [http://stateofthemedia.org/2012/newspapers-building-digital-revenues-proves-painfully-slow/] (2 dé­cembre 2012).

Picard, Robert (2008a), « Drivers of change in the media environment », [En li­gne], [http://themediabusiness.blogspot.com/2008/05/drivers-of-change-in-media-environment.html] (2 décembre 2012).

Picard, Robert (2008b), « The challenges of public functions and commer­cialized media », dans D.A. Graber, D. McQuail et P. Norris (dir.), The Politics of News – The News of Politics, Washington, DC, Congressional Quarterly Press, p. 211-229.

Robertson, Grant (2009), « Globe to cut jobs amid slowdown », Globe and Mail, 8 janvier, p. B7.

Rosen, Jeffrey (2012), « Who do you think you are ? », New York Times Maga­zine, 2 décembre.

Shaw, David (2001), « Foreign news shrinks in era of globalization », Los Angeles Times, 8 septembre.

Soraide, Rosario (2011), « Moral maze : good journalism is in crisis », Oxford, Reuters Institute for the Study of Journalism.

Steinberg, Jacques (2008), « For CBS, long simmering troubles », New York Times, 12 avril.

World Association of Newspapers (2008),World Press Trends.

Haut de page

Notes

1  Un certain nombre d’observateurs, dont Steven Stark, écrivain, et Todd Boyd, pro­fesseur d’études de la culture à l’USC, ont décrit le procès comme un tournant dans l’émer­gence de la téléréalité. Le procès avec ses caméras diffusant les débats en direct a attiré un vaste public.

2  La corporatisation consiste à mettre une activité en conformité avec les standards de
l’entreprise commerciale (note du traducteur).

3  Voir Soraide (2011).

4  « Quality journalism as seen by newspeople », Canadian Media Research Consor­tium/Consortium canadien de recherche sur les medias, 2009, p.  9 : « […] les conditions dans lesquelles le journalisme est pratiqué ont radicalement changé à la suite de profondes mutations technologiques, économiques et culturelles. Actuellement, les médias sont souvent détenus par des entreprises concentrées sur leur résultat net : leurs audiences  – et par conséquent leurs revenus  – sont fragmentées à la suite d’une explosion de l’offre. De plus, les préoccupations du public changent : tous les nouveaux réseaux et Internet consti­tuent non seulement de nouveaux concurrents pour les médias traditionnels, mais égale­ment de nouvelles sources d’information, et même parfois des modèles pour eux. »

5  .Patino observe que le contenu médiatique augmente chaque année de 30  %.

6  Voir CBC News (2008).

7  Voir World Association of Newspapers (2008 : 7).

8  Craigslist est un site de petites annonces très populaire aux États-Unis (note du traducteur).

9  Il s’agit de sites où les publicitaires paient seulement pour les résultats mesurables. Avec les autres formes de publicité, les annonceurs paient quels que soient les résultats. La publicité basée sur le résultat est devenue plus courante avec la diffusion des médias électroniques, notamment Internet, où il est possible de mesurer directement les actions de l’utilisateur du fait de la présence de la publicité [http://en.wikipedia.org/wiki/Performance-based_advertising].

10  Online Canadians and The News [http://www.mediaresearch.ca/en/projects/
documents/OnlineCanadiansandtheNewsStudy-CMRC.pdf
].

11  Barnard, Robert, Sec. 1.3, Youth and the Media [http://www.wan-press.org/IMG/pdf/Youth_Media_DNA.pdf].

12  Voir http://www.techcrunch.com/2008/11/16/online-ad-growth-grinds-to-a-halt/.

13  Il existe pourtant de nouvelles formes de commercialisation d’Internet qui semblent gagner des soutiens parmi les publicitaires. Les implications pour le journalisme sont pour l’instant incertaines. Voir Rosen (2012).

14  Voir http://www.wired.com/wired/archive/12.10/tail.html.

15  Le Los Angeles Times rapporte (12 janvier 2009) que, pour la première fois, les revenus provenant des sites Internet ont été suffisants pour supporter l’ensemble de la masse salariale de la rédaction – à la fois imprimé et en ligne [http://www.guardian.co.uk/
media/2009/jan/12/la-times-online-advertising
]. Il est trop tôt pour dire si c’est une indication de futures possibilités.

16  Voir Canadian Newspaper Association (2007).

17  Voir Pew Reseach Center’s Project for Excellence in Journalism (2012).

18  Association canadienne des journalistes, communiqué de presse, 5 janvier 2009.

19  Voir Pew Reseach Center’s Project for Excellence in Journalism (2008).

20  D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si les journalistes du Canada anglais partagent ces inquiétudes. Mais des éléments subjectifs et anecdotiques semblent suggérer que c’est le cas.

21  Le Congrès a adopté une série de lois onéreuses qui imposent des restrictions tech­ni­ques et financières sévères au bénéfice de réseaux commerciaux émergents tels que la RCA et la NBC. La plupart des stations de radio publiques ont fait faillite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeffrey Dvorkin , « Vertus civiques et valeurs de l’entreprise : le journalisme américain et les intérêts concurrents sur la place publique », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 23 août 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1065 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1065

Haut de page

Auteur

Jeffrey Dvorkin

Jeffrey Dvorkin est maître de conférences et directeur du programme de journalisme de l’Université de Toronto (Scarborough). Il a enseigné le jour­nalisme à l’Université Ryerson de Toronto, à l’Université Georgetown à Washington DC et a dirigé la chaire Goldensohn de journalisme com­mu­nautaire à l’École de journalisme du Missouri. En 2000, il fut le pre­mier médiateur de la National Public Radio (NPR) basée à Washington. Auparavant, il était vice-président des nouvelles et informations de la NPR et directeur et rédacteur en chef de CBC Radio à Toronto. Dvorkin est le directeur général de l’Organization of News Ombudsmen (ONO), un groupe international d’éditeurs publics indépendants comptant plus de 60 membres dans 25 pays. Il a travaillé avec des groupes de médias et des journalistes internationaux, notamment en Afrique de l’Ouest (Guinée et Niger), en Amérique latine (Chili et Brésil) et en Europe de l’Est (Moldavie, Pologne, Slovénie et Hongrie). Jeffrey Dvorkin est diplômé en histoire de France des universités d’Alberta, de Toronto et de la London School of Economics. Il tient un blogue sur les questions relatives aux médias : www.nowthedetails.blogspot.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org