Navigation – Plan du site
Encadrement déontologique. Convergences et divergences

La déontologie à l’épreuve des médias, de quelques cas en Afrique de l’ouest francophone

Eugénie R. Aw

Résumés

La réflexion sur l’éthique et la déontologie des médias en Afrique de l’Ouest suscite diverses questions. Il convient d’abord de clarifier les concepts pour alimenter le débat qui a ses moments forts, notamment pendant les périodes électorales.

D’un côté, les professionnels de l’information, les acteurs des médias mettent l’accent sur la nécessaire liberté de la presse et peuvent être en porte-à-faux dans leur pratique avec la philosophie et les règles de la profession. D’un autre côté, différentes institutions, que ce soit les institutions gouvernementales, la société civile ou de « simples » citoyens, s’appuient sur les médias, mais les interpellent au sujet d’une liberté qui ne saurait être sans responsabilité.

Il s’agira donc de contextualiser l’environnement d’intervention des médias et d’examiner les réponses données aux problèmes posés y compris par les citoyens dans leurs rapports aux médias. La mise en place d’une législation et de structures institutionnelles – que ce soit les organes de régulation, dans leur diversité, ou de manière plus problématique, les organes d’autorégulation ou le tribunal des pairs – montre qu’il existe une dynamique à prendre en compte dans le dévelop­pement des médias en Afrique de l’Ouest.

Enfin, nous nous attaquerons à quelques défis, qu’il s’agisse de la formation des professionnels, de la pratique des médias en période de conflit ou des technologies de l’information et de la communication, pour montrer que l’éthique et la déontologie sont au cœur du développement démocratique en Afrique de l’Ouest et en sont un élément constitutif.

Haut de page

Texte intégral

1Il est devenu dans l’environnement politique et social africain, et sin­gulièrement dans l’Ouest africain francophone, une habitude qui permet à une opinion publique diverse et multiforme de développer une accusation sans nuance : « Vous, les journalistes, vous n’avez pas d’éthique, vous êtes nuls ! Qu’apprend-on dans les écoles de formation  »

2Cette perception offre l’occasion d’interrogations sur plusieurs plans.

3La majorité des journalistes en activité sort-elle des écoles ? Et si elle sort des écoles, quel est l’environnement dans lequel ces journalistes ont été formés ? Il ne s’agit pas seulement de l’école, mais aussi des lieux de fré­quentation. Dans cet article, nous parlons d’éthique, et donc de savoir-être, et de déontologie qui, comme pratique, est intimement liée à ce savoir-être

4La définition que nous offrirons de cette éthique et de sa mise en œu­vre par la déontologie professionnelle, celle des journalistes dans un certain nombre de pays d’Afrique francophone, permettra d’analyser les pratiques des entreprises de presse : la pauvreté économique, le type de personnel embauché favorisent-ils la déontologie ? À partir de quel moment le jeune journaliste, fraîchement sorti de son école, bardé de théorie éthique, à partir de quel moment se fond-il dans le moule ? La course au scoop à tout prix, y compris celui de la vie privée et celui du tout politique, au détriment des questions de développement n’est-elle pas une des conditions de sa survie ?

5Il faut par ailleurs replacer les journalistes et les médias dans un envi­ronnement politique où la question de la morale et de l’éthique politique se pose elle-même avec acuité !

6La question de l’histoire des médias en Afrique francophone et de son contexte de développement permet de mieux comprendre comment le monde de la presse appréhende l’éthique et quelle pratique en découle.

7Quelques définitions de l’éthique et de la déontologie seront con­fron­tées aux contextes d’évolution et de pratique des médias, mais aussi aux contextes politiques, économiques et culturels qui sont les leurs.

8Nous montrerons comment, au fil du développement rapide de l’en­vi­ronnement médiatique, des organes de régulation et d’autorégulation se sont mis en place et nous verrons les nouveaux enjeux auxquels ces organes doivent faire face.

9Nous poserons enfin quelques questions. L’une d’entre elles concerne un phénomène qui se répand avec le processus douloureux que constituent la démocratisation, la mondialisation et la répartition des ressources du développement, les crises et leurs caractéristiques nouvelles. Ces crises ont de nouveaux acteurs, les médias, dont certains se considèrent, selon le mot de journalistes ivoiriens, comme des « médias de combat ». Au point où l’on a pu parler, au Rwanda en particulier, de « médias de la haine » !

10La question des technologies de l’information et de la communica­tion posent une nouvelle équation en termes d’éthique et de déontologie avec le phénomène de la « rue globale » (Marthoz, 2012).

11À terme il s’agit de poser l’importance, mais aussi la nécessaire réin­vention de la déontologie dans l’espace de l’Afrique de l’Ouest franco­phone. Face à une pratique des médias, souvent décriée, le respect de la déontologie participe à l’émergence d'un journalisme, élément fondateur d’une opinion publique, car facilitant des choix informés, éclairés.

De quelques définitions face à une histoire africaine des médias

De quelques définitions

12Qu’entendre, de manière simple et générale, par éthique et déontologie dans le cadre du journalisme ?

13L’éthique est liée à la morale. Elle a donc un aspect personnel, individuel ; il s'agit de règles de vie, de comportements que l'on se donne à partir de critères moraux ; la morale étant conçue comme la conduite acceptée dans une société par une autorité perçue comme porteuse de règles socialement convenues.

14La déontologie, quant à elle, est l’ensemble des règles et des devoirs régissant une profession.

15Le lien entre les deux notions peut être compris comme le fait que le soubassement de la déontologie est l’éducation, l’adhésion personnelle, la compréhension qui exigent une disposition de l’esprit.

16La déontologie englobe plusieurs aspects qui parcourent un large spectre depuis la collecte de l’information à son traitement et intègrent la source de l’information, la vérification, le recoupement et la gestion du contenu l’information avec toutes les questions sur la réception du mes­sage. Mais la déontologie, c’est aussi des règles que se donne la pro­fession sur le comportement du journaliste et de l’entreprise de presse elle-même.

17En ce qui concerne plus précisément les médias en France, le jour­naliste et auteur Yves Agnès note :

Un certain nombre de journaux se sont efforcés, à l’instar des organisations professionnelles, de mettre au point leurs propres règles de conduite. Ces codes de déontologie sont pour chaque rédaction une référence dans la pratique quotidienne. Ils sont généralement liés aux « valeurs » défendues par le journal (2002 : 417).

18Nous nous sommes intéressée aussi au regard de Jean-Luc Martin-Lagardette dans Le guide de l’écriture journalistique :

[…] nous pouvons […] rappeler brièvement que, théoriquement, le journaliste n’est pas « intéressé » à l’information qu’il diffuse, mais qu’il cherche, à l’aide de méthodes professionnelles éprouvées, à faire ressortir la vérité plutôt qu’à délivrer un message. En pratique cela veut dire qu’il tente de rapporter les faits bruts, qu’il ne prend rien pour argent comptant, qu’il vérifie ses données, qu’il confronte les thèses contradictoires, etc. (2012 : 171-172).

19Il parle de la création de « labels de bonnes pratiques ».

20Nous avons tiré quelques réponses pratiques dans le cadre de la formation de journalistes africains (de l’Ouest et du Centre francophone).

21« La main qui reçoit est toujours en dessous de celle qui donne » ! Voilà ce qu’un enseignant du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal), Mame Less Camara, expliquait à une étudiante togolaise sur le terrain lors de la campagne présidentielle de 2005 au Sénégal.

22Le problème de l’étudiante togolaise était le suivant :

Un candidat aux élections invite des journalistes à suivre sa campagne électorale ; ce faisant, il les prend en charge et l’im­pli­cation des journalistes invités est telle qu’ils se trouvent dans l’impossibilité de faire objectivement leur travail. Alors, faut-il accepter ou non de suivre une campagne avec un candidat ? Faut-il accepter une forme ou une autre de prise en charge ? Quelles sont les conditions de l’autonomie ?

23Les réponses soulèvent des problèmes :

  • Le lien culturel entre un aîné et un cadet ou une cadette ;

  • Le lien entre le politique et le journaliste. Le politique s’intéresse à la communication ; le journaliste s’intéresse à l’information ;

  • Le statut du journaliste, fût-il dans ce cas précis stagiaire.

Une brève histoire des médias en Afrique francophone

24Rappelons simplement les rôles qui, au lendemain des indépendances, en Afrique francophone particulièrement, étaient assignés aux médias et qui sont des héritages quant aux conceptions et pratiques de ces médias :

  • L’éducation et toute la conception qu’elle induit dans le prolon­gement entre le centre (l’ancien colonisateur) et la périphérie (les ex-colonies) ;

  • Le développement ;

  • L’unité nationale qui va justifier la puissance d’un pouvoir qui refuse toute critique ;

  • Le divertissement.

25Le projet « éducation » introduit clairement la notion de développe­ment, et nous verrons à travers son histoire en Afrique comment il évolue, du projet colonial au projet post-indépendance, puisqu’il y a un modèle de développement !

26L’impératif de développement exige quant à lui l’unité nationale et le rassemblement autour de la pensée du chef.

27Les rôles qui sont assignés aux médias au moment des indépen­dances permettent de légitimer un pouvoir d’État qui tourne souvent, dans les années 1960, 1970 et 1980, autour d’un parti unique.

28Toute notion de développement, entendu dans le sens de progrès social et économique, de politique émancipatrice (et qui est donc une valeur universelle), implique une vision particulière du monde.

29Or, en s’appuyant sur l’impératif de modernisation, donc à partir d’une vision extravertie, ce développement va, du côté des tenants du pouvoir, dans le sens d’une vision qui refuse toute critique. La critique est assimilée à l’opposition, à la destruction de l’unité nationale et donc à une négation du développement. La vision dont il est question est renforcée, traduite par une perception de la communication qui vise à démultiplier la productivité.

30De manière systématique, les médias vont participer à la définition et à la redéfinition, à la construction et à la déconstruction, en fonction des périodes ou des choix politiques du moment et de la réalité sociale.

31Le glissement à l’échelle du journalisme, du système médiatique est clairement exprimé par les leaders politiques :

Vous serez appelés à former l’opinion et à orienter le peuple. Il faudrait désormais que vous ne vous considériez pas comme de simples journalistes, mais que vous pensiez que vous êtes les responsables du développement idéologique de la population (président du Mali, 1962).

Le rôle du journalisme est « d’inciter le peuple à appliquer les me zsures prises par les autorités (2e République malgache, 1974).

La presse ne peut s’épanouir que dans la mesure où elle est engagée aux côtés du Parti et de la Nation (Zaïre, Manifeste de l’Union nationale de la presse).

32Le débat sur le nouvel ordre mondial de l’information et de la com­munication va aboutir à ce que l’on a appelé « le printemps de la presse ». En effet, il intègre également la question d’un nouvel ordre interne de l’information et de la communication.

33À Windhoek (Namibie), en 1991, une conférence sur « une presse libre, indépendante, africaine et pluraliste » est organisée. Elle coïncide avec les processus internes de démocratisation, les conférences nationales, et ouvre la voie à une conception critique de l’information.

34À partir de ces années et dans le contexte des réformes politiques en Afrique vont émerger, à côté des médias étatiques, des médias des quelques partis politiques autorisés ou non et à des rythmes variés, suivant les pays, des radios privées, commerciales, communautaires.

35C’est dans ce contexte du pluralisme et donc de la reconnaissance d’une certaine forme de liberté d’expression qu’émerge l’idée de l’enca­drement professionnel du fonctionnement des médias par des organes de régulation. Dans certains pays, les médias se sont donné des organes d’autorégulation qui correspondent aux « codes de déontologie », selon le mot d’Agnès.

36Les États eux-mêmes vont élaborer des lois et règlements en concertation ou non avec les structures représentatives des journalistes, et le contrôle de leur application va se faire par l’intermédiaire des structures de régulation et d’autorégulation. Là encore la nature des régimes politi­ques va engendrer différents modes de fonctionnement de ces organes.

37Ainsi, la question éthique et déontologique continue à être fortement liée à la conception que les pouvoirs étatiques et politiques ont des médias et des médias d’État ainsi qu’aux relations qu’ils entretiennent avec eux. Nous pouvons parler souvent de conception patrimoniale, sécuritaire, voire de fétichisation de certains médias, la télévision d’État plus spécialement.

38Paradoxalement, l’impératif de développement des pays concernés s’invite également dans le débat. S’il est légitime, voire impératif que les médias traitent de ces questions, une forme d’intrusion de la société civile, de la coopération internationale dans le fonctionnement des médias mérite discussion.

Des structures et des textes gardiens de la déontologie ?

39Lorsque Agnès parle de valeurs derrière les organes cimentés par des textes, il y décèle trois éléments de base :

40a- Le droit à l’information du public : la liberté de la presse, le désintéressement du journaliste, le refus de la propagande, la résistance aux pressions de toute nature, le rapport avec le droit (conscience et respect de la loi), les droits des journalistes (accès à l’information et secret professionnel) ;

41b- L’objectif de recherche de la vérité : le respect des sources, la transparence de la démarche journalistique, le respect des embargos, le refus des méthodes déloyales, le devoir de rectifi­cation, la prudence dans l’expression ;

42c- Le respect de la dignité humaine : la protection de l’honneur et de la vie privée, le refus du harcèlement, la présomption d’innocence, le respect des sensibilités du public, le respect des minorités (Agnès, 2002 : 417).

Les organes d’autorégulation et de régulation

43De plus en plus de pays d’Afrique de l’Ouest francophone se donnent des instances d’autorégulation et de régulation.

44Le contexte d’émergence des organes d’autorégulation et de régula­tion est intéressant à relever dans certains pays. Ainsi, en Côte d’Ivoire, l’Observatoire de la liberté de la presse, de l’éthique et de la déontologie (OLPED), l’organe d’autorégulation des médias, est né à la suite d’un séminaire sur « la responsabilité du journaliste en période électorale ». Au Sénégal, les compétences du Conseil national de régulation de l’audio­visuel s’étendent à la presse écrite lors des périodes électorales. Est-ce à dire que cette période est cruciale dans la vie et les pratiques des médias ?

45Il faut noter, par ailleurs, que les textes régissant ces organes ainsi que le rapport qu’ils ont avec l’exécutif peuvent être variés.

46La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) du Bénin nous propose une brève définition des organes de régu­lation et d’autorégulation : « Les instances de régulation (autorités administratives indé­pendantes ou institutions constitutionnelles) et d’au­to­régu­lation (organes de police interne perçus comme tribunaux des pairs) constituent les sentinelles responsables du bon comporte­ment déontolo­gique des médias […] » (Dialogue régional des instances de régulation et d’autorégulation sur l’accompagnement des médias en période électorale, Cotonou en République du Bénin, les 10 et 11 novembre 2011).

Les organes de régulation

47Les organes de régulation sont des structures organisées par la Constitu­tion, par une loi ou par un décret et qui ont « pour mission de protéger la liberté d’expression et de veiller aux bonnes pratiques dans les médias. Le pouvoir judiciaire (Cours et tribunaux) participe de cette régulation en veillant au respect des lois sur la presse par les médias et en sanctionnant au besoin les infractions commises par voie de presse » (Dialogue régional des instances de régulation et d’autorégulation sur l’accompagnement des médias en période électorale, Cotonou en République du Bénin, les 10 et 11 novem­bre 2011).

48Ces structures prennent différentes formes : Conseil national de la presse, Haute Autorité de l’Audiovisuel ou de la Communication, etc.

49De quelques exemples d’organes de régulation.

50En Côte d’Ivoire, deux organes coexistent dans le paysage média­tique : le Conseil national de la presse pour la régulation de la presse écrite et la Haute Autorité de la Communication audiovisuelle pour la radio­diffusion et de manière plus difficile pour la télévision. Nous reviendrons sur celle-ci en traitant de la place des médias dans les conflits.

51Les instances de régulation disposent de pouvoirs étendus sauf en ce qui concerne leur financement.

52Le Mali se caractérise également par l’existence atypique de deux instances de régulation de la communication : le Conseil supérieur de la communication (autorité constitutionnelle) et le Comité national de l’égal accès aux médias d’État (initiative de la classe politique). Il n’y a pas de texte régulant les médias et, note un observateur,

seule la première instance, sans pouvoir de sanction, s’occupe de la surveillance de plus de trois cents (300) radios opération­nelles sur cinq cents (500) fréquences attribuées, et d’une cin­quantaine de titres. De fait, la régulation est entravée par une longue liste de lacunes […] et un libéralisme inconditionnel (Koné, 2011 : 31).

53Au Bénin, la HAAC prend deux types de décisions : des décisions-cadres ou de base (qui édictent, entre autres, les règles générales de la couverture médiatique de la période électorale) et des décisions à caractère pédagogique et dissuasif (sanction, rappel à l’ordre, mise en demeure, sus­pension d’émissions, interdiction de parution, etc.).

54Le Sénégal compte un organe de régulation, le Conseil national pour la régulation de l’audiovisuel, qui traite des violations des textes régissant la radiodiffusion et la télévision. En ce qui concerne la presse écrite, cet organe n’est compétent qu’en période électorale et en particulier pendant les campagnes électorales. Il faut noter d’ailleurs que contrairement aux médias du Bénin et de plusieurs autres pays de l’Afrique de l’Ouest, les médias du Sénégal sont autorisés à diffuser systématiquement les « résul­tats par bureau de vote le jour du scrutin à partir de 18 heures » (Dialogue régional des instances de régulation et d’autorégulation sur l’accompagnement des médias en période électorale, Cotonou en République du Bénin, les 10 et 11 novembre 2011).

55Cet organe a une fonction pédagogique et avant qu’une sanction pécuniaire ne soit effective, un rappel à l’ordre peut permettre à un média de corriger une violation des règles de la régulation. L’aide de l’État à la presse privée est aussi un moyen de dissuasion.

Les organes d’autorégulation

56Mbaye Sidi Mbaye, enseignant au Centre d’études des sciences et tech­niques de l’information et ancien porte-parole d’une première structure d’autorégulation du Sénégal, le CRED, explique que l’autorégulation

[…] est à la charge d’instances mises en place par les pro­fes­sion­nels des médias eux-mêmes avec pour objectif de contrôler le respect de l’éthique et de la déontologie. Il s’agit de véritables tribunaux de presse devant lesquels le citoyen peut se pourvoir lorsqu’il a à se plaindre d’une at­teinte faite par voie de presse.

57Il ajoute :

la presse s’autorégule pour se protéger individuellement et collectivement de la loi, mais aussi du doute pouvant mener à un rejet de la société. La profession du journaliste obéit à des rè­gles universelles qui rassurent et protègent le citoyen, la so­ciété. Ces règles balisent la pratique professionnelle, et leur maî­trise doit être obligatoire pour qui veut exercer ce métier.

58Là aussi les formes et les dénominations prises par les structures sont différentes. Il s’agit d’un tribunal des pairs. Les journalistes « jugent » leurs propres collègues soit sur une plainte, soit en s’autosaisissant.

59Au Bénin existe ainsi l’Observatoire de la déontologie et de l’éthique dans les médias (ODEM) tandis qu’au Sénégal, le Comité pour l’observa­tion des règles d’éthique et de déontologie (CORED) connaît, un peu comme son prédécesseur, une forme de léthargie. Celle-ci est due à une composition extrêmement disparate de l’organe qui rend difficile son fonctionnement.

60Par ailleurs, l’autorégulation a toujours souffert du manque de recon­naissance et d’appui des journalistes eux-mêmes, ce qui met à mal la légitimité de l’organe. Le directeur exécutif du CORED, Souleymane Niang, note néanmoins que l’organe « s’est attribué une mission de dialo­gue social visant à régler les conflits entre employés et employeurs au niveau des médias » (Actes du dialogue régional des instances de régu­lation et d’autorégulation sur l’accompagnement des médias en période électorale, Cotonou, 2011 : 29), doublant ainsi le travail du Syn­dicat des professionnels de l’information et de la communication sociale, le SYNPICS.

La notion de corégulation

61Les périodes électorales sont souvent un moment propice à une corégulation, car elle « permet de combiner une application de la loi, voire une forme de répression » à une démarche pédagogique. En Côte d’Ivoire, un partenariat pourrait ainsi mettre en présence les instances de régulation (HACA, CNP), d’autorégulation (OLPED), les organisations profession­nelles des médias (UNJCI, CNACIP), le Fonds de développement de la presse ainsi que le ministère de la Communication. Les objectifs seraient le renforcement du pouvoir d’information de l’instance d’autorégulation, puis la valorisation et la crédibilisation de l’instance d’autorégulation.

62Toutefois, en termes législatifs, l’OLPED, organe d’autorégulation, est tenu d’appliquer les prérogatives et attributions de la régulation. Il y a donc confusion entre le rôle des différentes instances, et l’OLPED risque de voir son rôle évacué. Ce qui est une contradiction par rapport à la corégulation.

63Au Sénégal, le CORED explore la possibilité d’une corégulation avec le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA).

64L’expérience du Bénin se révèle très riche et là encore, c’est le contexte des élections qui permet de mettre en œuvre la corégulation. De nombreux témoignages d’acteurs de l’instance de régulation ont permis de reconstituer l’expérience de la HAAC en matière de gestion des périodes tumultueuses d’élection. On en retient que dans le cadre des scrutins prési­dentiel et législatif de 2011, l’organe a suivi 98 quotidiens, 58 périodiques, 73 radios et une demi-douzaine de télévisions et qu’il a dû mettre en place un comité des élections. Ce comité de vigilance chargé de la veille et du contrôle a fait prononcer une vingtaine de sanctions contre les médias toutes catégories confondues.

65Au cours de ces scrutins, la corégulation entre la HAAC et l’Obser­vatoire de la déontologie et de l’éthique dans les médias (ODEM) a été concrétisée. Des cas de violation ont été constatés et instruits par l’autorégulateur qui en a saisi l’instance de régulation. La décision de condamnation prise par la HAAC à l’issue de cette procédure avait une grande force exécutoire (Dialogue régional des instances de régulation et d’au­torégulation sur l’accompagnement des médias en période électorale, Cotonou en République du Bénin, les 10 et 11 novembre 2011).

66Les instances de régulation du Niger et du Togo sont contraintes à la corégulation par la loi. L’instance de régulation doit requérir l’avis de l’Observatoire nigérien des médias avant toute condamnation de journaliste. Les manquements concernant les médias ne sont pas soumis à cette procédure. Les activités de pose de première pierre, d’inauguration des chrysanthèmes par les ministres du gouvernement sont rigoureu­sement interdites un mois avant la campagne électorale. C’est un consen­sus de la classe politique (Dialogue régional des instances de régulation et d’autorégulation sur l’accompagnement des médias en période électorale, Cotonou en République du Bénin, les 10 et 11 novembre 2011).

Les défis face aux textes

67Un certain nombre de textes sont au fondement, sont le ciment des organes de régulation et d’autorégulation. Mais pour Georges Amlon, journaliste consultant dans le Dialogue régional des instances de régula­tion et d’autorégulation sur l’accompagnement des médias en période élec­torale, tenu à Cotonou en République du Bénin les 10 et 11 novembre 2011, les élé­ments suivants sont indispensables à l’efficacité des organes de régulation et d’autorégulation.

Les outils de contrôle

68Pour Amlon, ils sont d’ordre juridique et professionnel. En effet, du point de vue juridique, nous avons : « les lois, les décrets et les arrêtés tandis qu’au niveau professionnel il y a le code de déontologie, la charte d’entreprise, la grille d’écoute ou de lecture ».

69La régulation et l’autorégulation auront par conséquent, de lourdes responsabilités dans l’encadrement de l’action des médias. Mais ces instances devront faire face à des préalables qui engagent l’efficacité de leur contrôle et constituent autant de contraintes majeures qu’il leur faudra assumer :

La crédibilité : Elle tiendra essentiellement à la composition et aux actes des organes de régulation ou d’autorégulation. Les noms et visages qui les représentent et la perception qu’a le citoyen des personnes et des actions posées détermineront la crédibilité de l’instance elle-même.

70En ce qui concerne l’autorégulation, la reconnaissance des pairs est essen­tielle. Or, elle est souvent sujette à caution, car elle n’a pas de moyens de coercition et qu’il existe, dans la pluralité des médias, des intérêts divers et divergents qui nuisent au respect de cette instance.

L’indépendance : Elle tiendra non seulement à la manière dont sont désignés les membres des instances en question, mais également à leurs caractères et personnalités propres. Il faudra également tenir compte des ressources dont dispose l’instance et de leur provenance.

L’impartialité : Elle tient à l’équilibre et à la justesse, en un mot au souci de qualité des dispositions et décisions que prendra l’instance. Il convient donc, tout comme pour son indépendance, que l’instance soit guidée par des idéaux et objectifs élevés et ne se sente redevable vis-à-vis de personne.

Une fois ces contraintes assumées, il faudra, en fonction de la nature de l’instance, définir les actions à mener pour gérer au mieux l’ensemble de la période électorale (Dialogue régional des instances de régulation et d’autorégulation sur l’accompagnement des médias en période électorale, Cotonou en République du Bénin, les 10 et 11 novembre 2011).

Quelques autres questions

71Le positionnement professionnel et social : les autres acteurs des médias, tels les syndicats, mais aussi la présence importante et influente de la société civile dans des pays comme le Sénégal ou le Bénin exigent qu’ils soient partie prenante de la régulation. La réponse au Sénégal est d’avoir intégré des représentants des différents démembrements sociaux comme membres du conseil d’administration du CNRA.

72On se rappellera les propos de Mbaye Sidi Mbaye concernant les récepteurs de l’information ; ils posent la responsabilité des médias quant au contenu de l’information. À terme les règles qui régissent la profession ont pour but ultime le droit à une information objective. La responsabilité est le corollaire de la liberté d’expression.

Que fait donc la presse de la déontologie ?

Attaques personnelles et manquements à la vie privée

73L’ancien secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication sociale, Alpha Sall, notait les dérives de la presse au Sénégal par rapport à la vie privée et il rappelait à cet égard que certains journalistes étaient qualifiés de « bandits de grand chemin » (Entrevue avec l’auteur, 2002).

74La HAAC, l’instance de régulation des médias au Bénin, a, le 10 mars 2011, suspendu neuf journaux privés pour une semaine pour « publication d’articles mensongers et injurieux », au motif que le code de déontologie de la presse du pays interdit aux médias la publication d’in­jures, d’accusations sans fondement et de fausses informations (Commu­niqué de Media Foundation for West Africa, Accra, mars 2011).

75Au Niger, les structures représentatives des médias relayaient en octobre 2012 cette problématique :

Les organisations socioprofessionnelles du secteur des médias, après une analyse de l’état du respect des normes et standards professionnels du journalisme, constatent avec amertume la recrudescence des pratiques attentatoires à l’éthique et à la déon­tologie du métier. « Ainsi certains organes de presse consacrent l’essentiel de leurs livraisons aux attaques gratuites et abjectes contre des personnes et des institutions, au mépris des dispositions de l’ordonnance No 034 du 4 juin 2010 portant régime de la liberté de presse au Niger et des différents Codes éthiques adoptés par les journalistes. Ces attaques sont dans la plupart des cas accompagnées de chantages et menaces contre les citoyens […] Ce genre de pratiques rebutent et indignent l’opinion nationale au point que les pouvoirs publics et plusieurs franges de la société se demandent légitimement si la dépénalisation des délits de presse intervenue en juin 2010 n’est pas une licence à tout faire » (Communiqué des organisations socioprofessionnelles des médias nigériens, Niamey, octobre 2012). 

76Même réflexion à propos du Togo : le journaliste Daouda Mané explique dans LeSoleil (quotidien du Sénégal) en ligne du 19 janvier 2013 : « Le mal qui gangrène la profession vient du fait que certains jour­nalistes servent des intérêts partisans. Il y a manipulation, et de tous bords. » Il ajoute : « On note insultes et diffamation dans les émissions interactives à la radio. »

Politique ou développement : une corruption légitime ?

77Les médias en Afrique de l’Ouest francophone et le monde politique donnent souvent l’impression d’être les deux faces d’une même pièce. Les journalistes portent plusieurs manteaux, les journalistes qui devraient être les « sentinelles de la démocratie » représentent des intérêts partisans, dénoncent des observateurs.

78Il y a là des défis que doivent relever en termes d’éthique et, ensuite, de pratique professionnelle et donc de déontologie plusieurs acteurs.

79Les pouvoirs publics : dénoncer les médias privés, la presse privée et les journalistes qui y sont affiliés comme « bandits de grand chemin » ne suffit pas. Il y a lieu de régler certaines questions : rendre plus accessible l’accès à l’information, trouver des solutions plus innovantes à la question économique qui étrangle les entreprises de presse (fiscalité, appui, forma­tion, etc.).

80Si des progrès certains ont été faits, il reste que le point nodal est encore la télévision publique. Elle fait l’objet d’une conception patrimo­niale, sécuritaire, voire d’une fétichisation. Il y a là une reproduction de l’organisation sociale et politique, de la hiérarchie du pouvoir. Un exemple en Guinée : nous sommes arrêtés à un barrage militaire où l’on nous demande des papiers justifiant notre déplacement hors capitale ; il suffit que les journalistes de la télévision nationale montrent leurs badges pour que les exigences des agents de sécurité tombent brutalement.

81La Côte d’Ivoire en fournit aussi un exemple patent, mais nous exa­minerons ce cas précis dans la partie concernant les médias et les conflits.

82Pour les médias dits publics, le défi est précisément de passer de médias étatiques, gouvernementaux à des services publics.

83Les instances de régulation et d’autorégulation : comment être à équidistance des entreprises de presse dans les relations entre les médias et les organes de régulation ? Il s’agit toujours du rapport entre les organes de régulation et le pouvoir exécutif.

84Les médias privés : la politique politicienne fait vendre et c’est là que journalistes et politiciens sont des auxiliaires, les uns ayant besoin de faire vendre et de se vendre, les autres ayant besoin de visibilité et d’un nom qui compte dans l’arène politique.

85Mais il est une autre question qui se doit d’être abordée et qui concerne l’intrusion de la société civile et du monde des partenaires au développement dans le fonctionnement des médias en Afrique franco­phone. Souvent, sous couvert de formation, ces groupes « vendent » l’idée d’un journalisme de développement comme extension d’un paradigme qui a été développé pour le tiers monde, « la communication pour le dévelop­pement » ou « la communication et le développement ». Or, le journalisme a des règles, et nous prétendons qu’elles sont universelles même s’il peut y avoir des priorités éthiques liées à la position de l’Afrique dans le monde !

86Les journalistes africains sont donc invités à moult séminaires, ateliers où ils développent la culture du per diem, du transport gratuit et éventuellement de la prise en charge de reportages. Nous glissons subtile­ment du journalisme à la communication et la déontologie peut être mise à mal, car comment le journaliste mordrait-il la main qui le nourrit ?

87Si cet intérêt pour le développement (qui est une question politique) est légitime et peut permettre une ébauche de spécialisation des journa­listes africains, lorsque le patronage des institutions de développement se fait trop pesant, alors des questions se posent quant à l’indépendance des journalistes.

La déontologie, enjeu de la liberté d’expression et de la responsabilité

Les conflits en Afrique de l’ouest francophone

88Ces conflits reflètent à la fois le statut mouvant donné par les pouvoirs pu­blics à certains médias ainsi le rôle que les médias peuvent jouer dans les conflits.

89Ibrahim Sy Savané, actuel président de la Haute Autorité de la Communication audiovisuelle (HACA) en Côte d’Ivoire, raconte dans l’ouvrage D’espérance et de douleurs vives : au cœur de la tourmente ivoirienne son parcours de ministre de la Communication de 2007 à 2010 :

Inconsciemment, au cours de ces dernières années, la télévision avait contribué au malheur du pays, rabaissé les journalistes et les hommes politiques qui en ignoraient les effets corrosifs sur le corps social. Progressivement, la télévision était devenue une zone de fortes turbulences permanentes qui engloutissait le droit, les règles administratives et même la simple courtoisie entre responsables. Cette télévision, comme par une sorte de sédimentation, avait accumulé toutes les faiblesses qui scléro­sent et anéantissent les sociétés et organisations. Elle avait atteint le stade de l’entropie.

Du point de vue économique et organisationnel, la télévision publique était devenue comme un magma informe, sans ossa­ture, sans orientations stratégiques, malgré les nombreux ta­lents dont elle regorge. Mais ces talents, depuis de nombreuses années, étaient volontairement mis en confrontations déloyales. Le but n’étant pas de susciter l’émulation entre eux, mais de les amener à se faire une guerre quotidienne. À s’éradiquer récipro­quement. En fait, toute dynamique de mutation était compro­mise. La télévision avait changé d’objet, de nature aussi. D’outil d’information, elle s’est muée en vecteur de combats politiques et de combats tout court (2012 : 34-35).

90Cette réflexion s’inscrit dans le contexte de l’histoire politique du pays et de la crise qui va trouver son point culminant en 2000 en Côte d’Ivoire et qui scindera le pays en deux, coupant également le monde des médias, y compris les structures de régulation et d’autorégulation, et ouvrant une ère de non-droit, de répression, de violence au sein de cette « communauté » en fonction de son positionnement politique ! Et per­sonne n’est exempté de cette prise de position.

91« La logique antagonique conduit à chercher à atteindre deux objec­tifs en construisant deux paradigmes. Pour les uns il s’agit de légitimer pour mobiliser quand les autres cherchent à mobilier en délégitimant » (Moussa, 2012).

92« On simplifie et ramène tout à deux paradigmes, courage ou lâcheté, héroïsme ou trahison, amour ou haine. Tuer devient exécuter ou assassiner. Les médias sont de grands fabricants de héros et de méchants. Ceci ne manque pas d’avoir une influence sur les acteurs qui sont sensibles au regard du public et croient que leurs excès les feront entrer vite dans la conscience de leurs concitoyens et de leurs adversaires » (Bailly, 2009 : 31).

93Cette situation perdure, les médias sont attachés à des hommes politiques qui les financent et les journalistes se considèrent comme « des journalistes de combat ». Les médias désignent l’ennemi violant réguliè­rement l’éthique et la déontologie : « […] anticonfraternité, incitation à la xénophobie, à la révolte, au tribalisme, à la haine religieuse en passant par l’injure et l’irrévérence » sont parmi les fautes professionnelles les plus courantes (Moussa, 2012).

94En ce qui concerne les organes de régulation, en particulier le Conseil national de la presse, il sanctionne régulièrement, mais en don­nant parfois le sentiment de l’acharnement en fonction de la couleur politique du média considéré.

95Lors du séminaire « Les médias ivoiriens à l’épreuve de la Réconci­liation », organisé en septembre 2012 par le West Africa Research Centre basé à Dakar, maître Bourgoin dans sa conférence inaugurale parlait plutôt de « la réconciliation à l’épreuve des médias ». Jusqu’aux organes de régulation et d’autorégulation qui ont été contaminés par les positions dichotomiques d’une presse dite « de combat ».

96Lors des campagnes électorales en Afrique francophone de l’Ouest, il est arrivé que des journalistes jouent avec certains des éléments décrits ci-dessus. Toutefois, il semble que les organes de régulation ou d’auto­régulation aient joué leur rôle de dissuasion.

97L’on peut craindre au vu de la situation de crise au Mali que des médias se lancent dans la polarisation ethnique.

Des quelques directions comme réponse aux enjeux déontologiques

La réponse aux questions économiques et à la gestion des entreprises

98Selon le président de l’Observatoire togolais des médias, l’instance d’autorégulation, « il faut un minimum de bien-être pour être vertueux » (Le Soleil, quotidien du Sénégal, 2012).

99Les médias, en particulier les médias privés, vivent dans la précarité. Les financements dits « occultes », parfois, la propriété des entreprises de presse par des non-professionnels qui entraîne une gestion limitée restent problématiques.

100L’absence de respect des textes et des conventions collectives, quand ils existent (ce n’est pas le cas au Togo, par exemple), la nécessité de leur réactualisation dans certains cas sont autant de questions qui mettent à mal la déontologie. Le bassin peu important de lecteurs pour la presse écrite entraîne un traitement déficient des employés des médias qui courent après leur salaire quand ils en ont un.

101Pour y répondre, plusieurs pays ont mis en place des fonds d’aide à la presse, mais ils sont peu significatifs par rapport à la flambée des organes privés et ils demandent à avoir des critères d’attribution plus objectifs et mieux structurés. Ils demandent également à être, dans certains cas, dépolitisés.

102Cette situation explique les phénomènes de la corruption au sein de la presse ou encore le contrôle de la presse par les acteurs politiques ou les détenteurs de moyens financiers dont l’objectif est de réaliser des profits.

Les technologies de la communication et de l’information

103Dans son ouvrage, Les instances de régulation des médias en Afrique de l’Ouest. Le cas du Bénin, Emmanuel Adjovi se demande comment la HAAC béninoise et les autres instances africaines de régulation des mé­dias peuvent affronter « le défi de la mondialisation de l’information pro­vo­quée par la révolution numérique ». Il craint que celles-ci soient limitées et en appelle alors à une nouvelle forme de « régulation multisectorielle » couvrant à la fois les médias audiovisuels et les télécommunications.

104S’il se pose encore des défis quant à l’accès aux technologies de l’information et de la communication ainsi qu’à leur contrôle, les médias électroniques en Afrique de l’Ouest, que ce soient les journaux en ligne ou les blogues, connaissent de sérieuses lacunes. Ces lacunes concernent l’impossible droit à l’oubli lorsque des propos malveillants sont tenus, lorsqu’il y a diffamation, et l’absence presque généralisée de modération des forums.

105Il n’y a pratiquement pas de mécanismes de régulation même si des réseaux se sont mis en place pour, tout au moins, réfléchir sur les usages des technologies de la communication et de l’information dans les médias en Afrique de l’Ouest.

106Les responsables des médias peuvent aussi se sentir menacés par une technologie qui les dépossède d’une partie de leur pouvoir.

107De nouvelles pratiques médiatiques, tel le blogue, apparaissent de plus en plus comme un mode privilégié d’expression ; ce blogue que l’on appelle aussi « journalisme citoyen » modifie les rapports entre le produc­teur d’information et le professionnel de l’information. À cela viennent s’ajouter les autres médias sociaux. Les questions qui se posent sont les suivantes : qui est journaliste, comment faire face à la concentration des différents aspects du métier (journaliste reporter d’images), mais aussi la confusion entre le journalisme et la communication.

108En ce qui concerne la régulation, Jean-Luc Martin-Lagardette ajoute :

Le journaliste internaute doit donc rester extrêmement vigilant et procéder à quelques analyses avant de pouvoir reprendre des informations diffusées sur la Toile, dont aucun fournisseur ne garantit la véracité. Il faudra aussi mesurer la fiabilité des sources, recouper les données, les interpréter, les agréger, les analyser, etc. (2005 : 171).

109Il constate une « déontologie balbutiante », l’« absence de mise en perspective » et le fait que la responsabilité quant au contenu est en cours de réalisation.

La formation

110Dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest francophone, le fait d’exercer la profession de journaliste fait de vous un professionnel du domaine. Le manque de formation des animateurs de médias constitue donc un pro­blème majeur, qui ne peut être réglé par la seule création d’écoles de formation ou l’octroi de bourses de formations « diplômantes ».

111Les contenus de la formation sont essentiels, qu’il s’agisse de for­mation initiale ou de formation continue.

112Depuis plusieurs années, il existe, au Centre d’études des sciences et techniques de l’information, école de journalisme de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, une formation de type classique en deuxième année en droit de la presse et déontologie.

113Cette formation contient les éléments sur la liberté de la presse, la liberté d’information comme la question de la clause de conscience et les limites à cette liberté comme la diffamation, l’offense au chef de l’État, le respect de la vie privée, etc. Autant de notions que l’on trouve générale­ment théorisées pour le monde occidental. Il n’existe pas d’étude systé­matique ou de document de référence en éthique et déontologique fait par et pour l’Afrique francophone.

114La formation se fait aussi de manière active, hors des salles de cours, essentiellement sous forme de séminaire. Ainsi, en décembre 2005, un séminaire est offert aux jeunes étudiants en journalisme « Processus élec­toraux et médias : quelle éthique professionnelle ? » Objectif : leur permet­tre d’avoir accès aux textes pertinents, leur offrir un autre mode pédago­gique d’appropriation de connaissances, les confronter au milieu journalistique et politique afin qu’ils appréhendent mieux les approches et pratiques du pouvoir et qu’ils puissent faire le lien avec le traitement de l’information tel qu’il se donne dans la réalité quotidienne.

115Cet accent mis sur la formation théorique et pratique en éthique et déontologie est le résultat d’une constatation des encadreurs, la perception que les étudiants ont parfois d’eux-mêmes, celle de professionnels déjà en état d’aborder valablement le marché du travail, celle aussi de « donneurs de leçons ».

116Il y a une réalité en tout cas, les États francophones doivent se mettre en mouvement. Il n’y a pas de vision prospective quant à la formation qui devient centrale.

117Il s’agit aussi de réfléchir et d’agir par rapport aux technologies de l’information et de la communication. En effet, il faut tenir compte de ce qu’est le milieu professionnel aujourd’hui. De ce que sont les médias et leur évolution.

118C’est bien pour cela que nous lions la déontologie à l’environnement éthique de suivi, de pérennité de la formation.

En guise de conclusion

119Des collègues s’interrogeaient récemment sur la presse people, sur le voyeu­risme. Les médias nous révèlent aujourd’hui une société en évolution, une société en pleine contradiction qui achète dans le privé les journaux people  et fait la chasse dans le public aux homosexuels.

120C’est tout le rapport des médias à leur public qui est ainsi posé, mais aussi l’état d’une société qui est dévoilé dans sa complexité : presse people et, dans le même temps, le développement dans la société d’un sentiment religieux qui peut aller jusqu’à une forme d’intégrisme, danger pour la liberté d’expression et pour les médias. Là, il y a une difficulté quant à la régulation.

121Par ailleurs, les textes et règles des organes de régulation peuvent s’exercer de manière tatillonne, voire purement répressive, lorsque les or­ganes ont du mal à s’affranchir du pouvoir politique, ce qui est particuliè­rement le cas dans les pays en conflit.

122En même temps, dit Mbaye Sidy Mbaye, « [l]e citoyen se sent trop faible devant le journaliste qui a les moyens de le brûler publiquement, de régler son compte, pour parler prosaïquement, de le tuer socialement ». Pour éviter toutes ces dérives de la presse, Mbaye Sidy Mbaye est d’avis que « la presse a besoin d’un observatoire bénéficiant de la légitimité que confère l’adhésion massive des journalistes et la reconnaissance des organes de presse ». Mais surtout, dit-il, « l’observatoire de la presse devra également avoir force légale et être doté de pouvoirs réels de sanction, suffisamment dissuasifs pour les journalistes et organes de presse eux-mêmes ». Car, selon lui, « le conflit d’intérêts est le plus grand danger qui menace la presse en Afrique » (communication de Mbaye Siy Mbaye sur la régulation des médias en Afrique de l’Ouest. Dakar, août 2007).

123Nous avons noté, en outre, la difficile théorisation des questions de déontologie en Afrique de l’Ouest francophone. Nous voulons esquisser quelques pistes à explorer.

124Pourquoi ne pas intégrer quelques éléments de culture dans le mode de fonctionnement des médias, et ce, en lien avec le rôle des médias dans le service à l’opinion publique, voire son renforcement ? En guise d’exemple, nous soumettons à la réflexion la force des langues nationales dans le développement des médias, langues qui permettent de débattre, d’être présent au monde et ouvert à la pluralité comme richesse.

125Les médias pourraient être plus systématiquement des amplificateurs des droits et des promoteurs d’une éthique, y compris du développement et de la gouvernance. Ce qui veut dire que même les médias minoritaires comme la presse écrite doivent jouer leur rôle d’analyse critique, de transmission de la connaissance, des savoirs, y compris scientifiques dans les domaines de la santé, de l’environnement, etc. Le développement n’est pas une question technique, c’est un choix politique.

126Enfin, former, former et former, à la pensée critique par une péda­gogie active, à l’Afrique et au monde. Il nous faut former les jeunes à l’éthique et à la déontologie qui engagent la responsabilité des journalistes dans leur société. Il nous faut relancer l’idée d’écoles panafricaines qui sont en complémentarité plutôt qu’en concurrence. Il nous faut promouvoir la mobilité. Il faut que nos États s’engagent, ce qui n’est plus le cas. Enfin, les projets doivent devenir des projets d’Afrique.

Haut de page

Bibliographie

Adjovi, Emmanuel (2009), Les instances de régulation en Afrique de l’Ouest, le cas du Bénin, Paris, Karthala.

Agnès, Yves (2002), Manuel de journalisme, écrire pour le journal, Paris, La Découverte. (Coll. « Grands repères ».)

Bailly, Séry (2009), « Médias et crises en Afrique : Actes du colloque Forum des arts et de la communication », Revue des arts et de la Communication, no 1 (spécial).

Martin-Lagardette, Jean-Luc (2005), Le guide de l’écriture journalistique, Paris, La Découverte, p. 171-172.

Moussa, Zio (2012), Les médias et la crise politique en Côte d’Ivoire, recherche et rédaction de Zio Moussa, Fondation pour les médias en Afrique de l’Ouest.

Sy Savané, Ibrahim (2012), D’espérances et de douleurs vives. Au cœur de la tourmente ivoirienne, à compte d’auteur, Abidjan.

Tudesq, André Jean (1995), Feuilles d’Afrique, Bordeaux, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Ateliers

Mbaye, Mbaye Sidi (2007), La dépénalisation et la réforme des textes sur la presse, Dakar.

Dialogue régional des instances de régulation et d’autorégulation sur l’accompagnement des médias en période électorale, Cotonou, 2011.

Communiqués

Medias Foundation for West Africa, Accra, mars 2011.

Organisation socioprofessionnelle des médias nigériens, Niamey, octobre 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eugénie R. Aw , « La déontologie à l’épreuve des médias, de quelques cas en Afrique de l’ouest francophone », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 02 septembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1058 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.1058

Haut de page

Auteur

Eugénie R. Aw

Sénégalaise de nationalité, Eugénie R. Aw a exercé la profession de jour­naliste pendant plus de vingt ans. Elle a été la coordonnatrice régionale du PNUD pour Réseau Afrique 2000, un programme de renforcement des capacités locales en matière d’environnement dans une quinzaine de pays africains. Elle a également réalisé des missions au Cambodge, en Bosnie, au Congo-Brazzaville, en Côte d’Ivoire, sur la question des femmes et des conflits. Titulaire d’un doctorat en communication et développement de l’Université du Québec à Montréal, Mme Aw est spécialiste de l’Afrique des Grands Lacs et des questions de paix et de sécurité liées au genre, domaine qu’elle enseigne au CESTI de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. De 2003 à 2007, elle a siégé comme membre du comité de sélection du programme universitaire de coopération et de développement géré par l’Association des universités et collèges du Canada pour l’Agence cana­dienne de développement international, et a assumé la direction du CESTI de 2005 à 2011. Depuis avril 2010, elle est membre du conseil scientifique de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (Université de Bordeaux).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org